La petite souris, la dent et la vérité

7 Oct 2016

A l’école, Mychoup’ a fabriqué une petite boîte à dents pour le moment où les siennes tomberont. Elle est revenue à la maison toute fière, mais aussi pleine de questions.

Il faut dire que quand on vous annonce que maintenant qu’elles ont toutes poussées dans la douleur, vos dents vont désormais tomber une à une, ça fout un peu les boules. J’ai donc pris le temps de lui expliquer qu’on passait tous par-là, qu’elle allait récupérer de nouvelles dents plus solides encore et qu’il ne fallait pas qu’elle s’inquiète.

Elle : « Oui d’accord papa. Mais, la petite souris, elle va passer dans ma chambre ? Comment elle va faire ? »

On y est. Le voilà le nœud du problème. Et qu’est-ce que je vais lui raconter ? Jouer le jeu quitte à lui mentir ? Ou raconter la vérité, et prendre le risque de casser ses rêves d’enfant ?

Pour tout vous dire, du Père Noël au cloches de Pâques, j’ai toujours refusé de me rendre complice de ces histoires à dormir debout qu’on sert sans ciller à nos enfants. Mais je connais trop le besoin de Mychoup’ d’alimenter son imagination en histoires magiques pour rationaliser sans cesse.

Elle : « Alors, papa ? La petite souris ? »

Moi : « Tu as raison Mychoup’. On raconte qu’une petite souris vient chercher les dents tombées et les remplace par une pièce ou un petit cadeau quand les enfants dorment. »

Elle : « Oui mais toi, tu l’as déjà vu ? »

Moi : « Non, bien sûr. C’est une histoire que mes parents m’ont racontée, et que les parents de papy et mamie leur ont raconté. »

Elle : « Oui, mais c’est vrai ou pas ? »

Moi : « Qu’est-ce que tu en penses, toi ? »

Elle : « Je crois qu’elle existe peut-être mais qu’on ne pourra jamais la voir. C’est comme ça. »

Les légendes n’ont jamais été écrites pour raconter la vérité. Elles sont faites pour ceux qui y croient, ceux qui aiment rêver le monde différemment, ceux qui aspirent à s’enfuir un moment, le temps de vivre une autre réalité.

C’est ce que j’ai envie de transmettre à ma fille. Sans user de mensonge. Juste en rêvant avec elle.

Et vous ? Comment racontez-vous l’histoire de la petite souris ?

D’autres tranches de vie ?

Crédit photo : un enfant joue avec une souris

Rendez-vous sur Hellocoton !

18 réponses to “La petite souris, la dent et la vérité”

  1. Cyrielle 7 octobre 2016 at 13 h 07 min #

    Ma fille n’a « que » presque 3 ans mais avec son entrée à l’école c’est une question que je me pose de plus en plus, j’ai envie de continuer à la faire rêver et en même temps, je n’ai pas du tout envie de lui mentir ! Je pense que je verrai sur le moment quand elle commencera à se poser des questions !

    • Olivier 7 octobre 2016 at 13 h 44 min #

      Je crois pour ma part qu’il y un espace immense entre le mensonge d’un côté et la réalité brutale de l’autre. C’est celui de l’imagination, de l’interrogation, de l’échange.
      Après tout, même les grands préfèrent parfois se réfugier dans des mondes enchantées plutôt que de supporter la réalité.

  2. Emilie 7 octobre 2016 at 13 h 16 min #

    C’est un peu pareil ici. Je n’en rajoute pas aux histoires populaires. Le père noël ok mais pas plus.
    Pâques, il sait que c’est une grande chasse au chocolat organisé par les grands pour les petits.
    Pour la petite souris, il avait eu très peur quand un de ses copains avait perdu une dent de se dire qu’une souris venait dans la chambre la nuit donc je lui avais dit que c’est une histoire qu’on raconte mais que ce sont en fait les papas et les mamans. Sa première dent, il l’a avalée (!!) donc la question de la souris ne s’est pas posée, on lui a offert des petits bonbons. Par contre, pour la 2ème, il a tenu à la poser sur sa table de nuit et a insisté pour qu’on lui pose une pièce pendant son sommeil. Je crois, qu’il tenait à l’effet de surprise au réveil !

    • Olivier 7 octobre 2016 at 13 h 45 min #

      C’est intéressant ce que tu dis car ça montre que c’est à nous parents de proposer une réponse en fonction des réactions de nos enfants.
      En clair, il n’y a pas de réponse unique. Mais une multitude…

  3. Julia 7 octobre 2016 at 13 h 36 min #

    Absolument exactement la même discussion que vous chez nous 😉

    • Olivier 7 octobre 2016 at 13 h 46 min #

      J’imagine que c’est l’âge qui veut ça 🙂

  4. Grease Lee 7 octobre 2016 at 15 h 03 min #

    Je pense qu’il ne faut jamais mentir à ses enfants. Pourquoi nous permettre ce que nous ne voulons pas qu’ils fassent ?
    Depuis petit je donne la possibilité à mes enfants de s’en remettre à leur imagination, de développer leur logique, et ça vient tout seul.
    En éduquant les enfants avec un système de questions > réponses, ils arrivent très tôt à se faire une idée logique des choses.

    Ce système où les hommes/femmes doivent impérativement mentir à leurs enfants pour s’en sortir c’est ridicule. Et cela a forcement pour effet de rendre nos enfants de moins en moins honnête avec nous.

    L’enfant s’est brossé les dents, prêt à dormir, et je suis dans la cuisine en train de manger un bonbon par ex. Pourquoi lui dire « ce n’est rien » ou « un médicament » s’il vous vois en train de mâcher.
    Le fait de lui dire « je mange un bonbon. Et toi, tu ne peux pas, car tu t’es brossé les dents, et sur le point de te coucher. ». Cela aura pour effet de certainement créer une frustration au départ, mais je peux vous dire qu’à force, l’enfant comprends, et au moins, il n’a pas de doute, car la réponse est toujours la bonne, vous n’aurez pas à vous justifier s’il découvre la vérité.

    « If You Tell the Truth, You Don’t Have to Remember Anything »
    Mark Twain

    • Olivier 7 octobre 2016 at 16 h 27 min #

      Bien évidemment. Pourtant, si on analyse la chose précisément, tout n’est pas si simple.
      D’abord, de nombreux pédopsy pensent que les légendes et autres contes sont structurants pour les enfants, même s’ils évoquent des univers fantaisistes. Mais passons.
      Je connais pour ma part des enfants qui savent la vérité sur Noël par exemple. Mais qu préfèrent se réfugier dans la magie d’une histoire qu’ils savent pourtant fausses. Comme pour sauvegarder un peu de leur âme d’enfant ?
      Même les adultes ont besoin de rêver parfois, en s’inventant des histoires, ou en se projetant dans des univers fantasmagoriques au travers du jeu notamment.
      Comme je le disais dans l’article, les légendes n’ont pas, pour moi, pour objectif de travestir la vérité mais de faire rêver. Et s’il ne faut sans doute pas enfermer nos enfants dans un mensonge, il me semble nuisible de casser les rêves dans lesquelles ils aiment se réfugier parfois.
      Par ailleurs, comme je le précise dans le texte, je ne défend jamais un mensonge face à ma fille. Je lui renvoie ses questions pour faire travailler son raisonnement et la laisser décider seule où elle veut porter sa réflexion. La nuance est pour moi aussi énorme qu’essentielle.
      Mais les bonbons (mensonge effronté pour cacher une vérité), pour reprendre ton exemple, n’ont rien à voir avec la petite souris (histoire magique qui fait rêver et réfléchir).
      bref, je crois qu’il ne faut effectivement pas mentir à ses enfants, mais il ne faut pas non plus tout ramener à une morne réalité qui détruirait notre imagination et notre créativité.
      Un débat passionnant et probablement sans réponse unique…

  5. Clairette 7 octobre 2016 at 17 h 15 min #

    Quoi !??? La petite souris n’existe pas ? Mais elles sont où mes dents de lait ? Et la fée des dents ?
    Chez nous, même question avant le premier NoËl il y a 4 ans. Et puis dans ces histoires, il y a surtout du symbole.
    La petite souris pour nous c’est l’idée que rien ne se perd (rien à voir avec l’histoire originale de la dent qui devient plus forte)
    Le père-noël c’est plaisir d’offrir joie de recevoir, personne n’attend de merci, on se fait juste plaisir pour le plaisir et on passe du temps ensemble.
    Pâques, on est pas trop croyant, donc les cloches passent et on récupère les chocolats, ça tombe bien, l’église est à côté, ça donne le signal. On récupère et on partage le butin.
    Bien des valeurs passent par les histoires, chez les petits et les grands. Je ne crois pas que ce qui compte ce soit la vérité, nous en avons tous une différente. Pour moi ce qui importe c’est ce que l’histoire apprend, que ces personnages ait existé ou non.
    Tous les livres d’enfants ont des animaux qui parlent, qui s’habillent et qui conduisent, les dessins-animés n’en parlons pas. Je n’ai jamais dit à mon fils que c’est pour de faux et il l’a compris tout seul sans stress. Pourtant on parle des chiens de la pat’patrouille comme s’ils existaient vraiment…
    La petite souris ce sera pareil.
    Un peu d’enchantement ça fait du bien.

    • Olivier 7 octobre 2016 at 17 h 27 min #

      Ici aussi, Mychoup’ me parle des Winx comme si elles existaient. Et parfois, elle regrette que les animaux ne parlent pas comme dans les cartoons. Vos points de vue sont riches et passionnants. Je trouve cette question de la portée des messages que l’on envoie à nos enfants passionnantes.

    • Clemence 9 octobre 2016 at 12 h 27 min #

      Entièrement d’accord avec vous

  6. Johanna 7 octobre 2016 at 22 h 29 min #

    Ma fille a 4 ans et demi, et je lui ai toujours dit que les personnages imaginaires existent réellement dans les rêves…

    • Clemence 9 octobre 2016 at 12 h 26 min #

      Quelle tristesse….

  7. Clemence 9 octobre 2016 at 12 h 25 min #

    Moi trouve Ca bien triste de casser ce monde enchanteur que jai moi même tellement adoré. L’enfance doit rester l’enfance. Si on se confronte deja au réel à 4-5 ans j’imagine l’adulte triste et le parent triste qu’il deviendra. Ma fille croira à l’existence d’un père Noël d’une petite souris a une mer peuplée de sirènes et un ciel plein de licornes si elle en a envie. Jai la chance d’avoir eu une enfance comme ça et je n’en ai jamais voulu à mes parents de m’avoir laissé dans cet illusion. Cest pour ca que de nos jours le monde va si mal on veut faire grandir nos Enfants trop vite. Laissez leur leur rêves et leur magie d’enfants….

    • Olivier 10 octobre 2016 at 9 h 07 min #

      Disons qu’il faut trouver le juste milieu pour ne pas non plus que la rupture soit dure lorsque la magie disparaîtra.

  8. La Petite Souris 10 octobre 2016 at 19 h 42 min #

    Le monde de l’imaginaire est très important pour les enfants. La Petite Souris apporte une pièce en échange de la dent tombée mais surtout beaucoup de beaux rêves ! 🙂

  9. Lucile de Guinzan 25 octobre 2016 at 11 h 07 min #

    Ah vaste sujet ! Je ne pensais jamais me poser la question et pourtant, maintenant que je suis maman et à l’approche de Noël je me rends compte que je n’ai pas forcément envie de faire croire au Père Noël et autres à mon baby boy. Il aura 1 an donc j’ai encore un peu le temps, mais ce sera de toute façon un choix pas évident pour moi. Mychoup’ me rappelle un peu ma petite sœur. On sentait de sa part une envie de croire, une envie de magie, de merveilleux !

    • Olivier 26 octobre 2016 at 9 h 25 min #

      Voilà c’est ça. Même si elle est raisonnée, elle aime croire à la magie. Et je trouve ça plutôt joli 🙂

Envoyez une réponse