Prématurité : Pampers invente la plus petite couche du monde

10 Oct 2017

Prématurité : Pampers crée la plus petite couche du monde

Toutes les 8 minutes, 1 bébé naît avant terme en France. Et alors qu’ils viennent de donner la vie, de jeunes parents doivent déjà accepter de voir planer l’ombre de la mort sur le chemin de leur bonheur.

Rassurez-vous, des progrès considérables ont été accomplis en matière d’accompagnement des prématurés et de leurs familles. Mais tant reste encore à faire. D’autant que le nombre d’enfants nés prématurément augmente. La prématurité représentait 5,9 % des naissances en 1995, contre 8 % aujourd’hui.

En 2002, Pampers fut la première marque à lancer une couche spécialement conçue pour les nouveau-nés prématurés. Et aujourd’hui encore, elle est la seule à fournir des couches spécialement conçues pour les plus petits bébés aux unités de néonatologie partout en France : les Pampers Preemie Protection.

15 ans plus tard, les progrès réalisés par la science et la médecine permettent à des bébés de plus en plus jeunes et de plus en plus petits de se développer. Il était donc temps de concevoir de nouvelles couches pour répondre à ces nouveaux besoins. Partenaire de SOS Préma depuis sa création en 2004, Pampers a naturellement relevé le défi, mobilisant ses équipes et une centaine d’infirmières de néonatologie, des Etats-Unis au Canada, en passant par la France ou le Japon, pour concevoir la plus petite couche du monde.

La plus petite couche du monde : pour les bébés de moins de 0,8 kg

La plus petite couche du monde est petite. Vraiment petite. Elle tient dans la main. Et c’est en la voyant pour la première fois que j’ai pris conscience de l’extrême fragilité de ces enfants qui naissent chaque année après seulement 24 à 28 semaines, alors que leurs organes vitaux ne sont pas encore matures.

Conçue pour répondre aux besoins spécifiques des grands prématurés, cette couche s’adresse aux bébés qui pèsent moins de 800 grammes à la naissance.

Soyons clairs : créer une couche aussi petite ne relève ni du gadget ni de la pirouette marketing. « Quand mon fils est né prématurément, raconte Charlotte Bouvard, la fondatrice de SOS Prema, sa couche lui arrivait sous les aisselles. Il fallait la replier car il n’existait rien pour lui. Avec Pampers, on se sent considéré, accompagné. »

La petite taille de cette couche permet aux parents de pratiquer le peau à peau et aux équipes médicales de réaliser les soins du cordon ombilical sans gêner bébé. Plus étroit, le matelas intérieur respecte la position physiologique de l’enfant. Pour faciliter le change et éviter les manipulations inutiles, cette couche ne comporte ni avant ni arrière. Ses attaches autocollantes sont démesurément grandes pour laisser passer un éventuel matériel médical. Les matériaux utilisés pour la concevoir sont doux. Pampers a même travaillé sur le bruit émis par la couche. Objectif :  le réduire au maximum. Car les nouveau-nés prématurés sont particulièrement sensibles aux stimulations sensorielles excessives.

Bref, il aura fallu plus de 10 000 heures de travail aux équipes de Pampers pour parvenir à concevoir la plus petite couche du monde.

D’ici la fin de l’année, Pampers aura distribué cette couche Preemie dans tous les services de Néonatologie de France. Et comme la loi lui interdit de la donner, la marque s’est engagée à reverser les bénéfices réalisés à SOS Préma, qui aide les parents d’enfants prématurés et nouveau-nés hospitalisés, et PremUp, fondation de coopération scientifique dont les projets de recherche portent sur la prématurité et le développement du fœtus.

Et vous ? Avez-vous été confronté, d’une manière ou d’une autre, à la prématurité ? Que pensez-vous de cette innovation portée par Pampers, en partenariat avec SOS Prema et PremUp ?

D’autres articles ?

Article réalisé en collaboration avec Pampers

10 réponses to “Prématurité : Pampers invente la plus petite couche du monde”

  1. Allychachoo - Famille en chantier 10 octobre 2017 at 14 h 10 min #

    C’est un projet incroyable…

    • Olivier 10 octobre 2017 at 15 h 17 min #

      Je suis content que ce projet te plaise. Il m’a moi aussi vraiment interpellé. Et la rencontre avec Charlotte Bouvard (que je connaissais déjà par ailleurs) m’a convaincu de la nécessité de m’emparer de cette question… du coup, on va reparler prématurité par ici dans les semaines à venir.

  2. Julie 10 octobre 2017 at 14 h 25 min #

    Une question: pourquoi la loi lui interdit de les donner ?

    • Olivier 10 octobre 2017 at 15 h 19 min #

      D’après ce que j’ai compris, il est interdit de produire à perte en France et donner des couches aux hôpitaux serait par ailleurs anti-concurrentiel. Mais je ne suis pas un spécialiste de la question…

    • Alexandra 11 octobre 2017 at 15 h 05 min #

      Parce que le don par Une entreprise de marchandise neuve, non mise en vente, est interdit (concurrence déloyale). Donc les hôpitaux devront l’acheter, j’imagine et j’espère pour un prix réduit.

      • Olivier 12 octobre 2017 at 9 h 25 min #

        Une chose est certaine, les fonds sont reversés à SOS Préma qui accompagne les parents et contribue à l’aménagement des hôpitaux (et ne touche pas d’argent public pour fonctionner) et PremUp, qui fait de la recherche.

  3. Alexandra 11 octobre 2017 at 15 h 11 min #

    Je trouve ça super!
    Mon mari est un grand préma. Il est né à 6 mois. Il y a 35 ans cela relevait du miracle. Aujourd’hui on a, heureusement, fait énormément de progrès dans ce domaine.
    Et c’est vraiment très bien que pampers aide, à sa façon. C’est parfois les trucs les plus bêtes (couches, produits de toilette etc), dont on a besoin, qui ne sont pas adaptés.

    • Olivier 12 octobre 2017 at 9 h 26 min #

      Tu as raison de le souligner, les progrès accomplis ont été importants en quelques années, et il y a encore à faire !

  4. Kathy 15 octobre 2017 at 12 h 30 min #

    Bravo à pampers pour cette initiative. Mon frère et ma soeur sont nés prématurément à 34 semaines il y a 34 ans. Tout était trop grand : couches, vêtements, lit….
    Aujourd’hui j’essaye à mon petit niveau d’apporter ma modeste contribution avec mon association, en créant et confectionnant de petits vêtements bien chauds et adaptés que nous tricotons ou cousons afin de les offrir aux hôpitaux ou parents qui nous en font la demande.
    J’espère que de nombreuses autres innovations viendront apporter plus de bien être et de confort à ces petits boutchoux, à leurs parents et aux soignants.
    Bravo pampers et bravo sospréma pour votre engagement

Envoyez une réponse