10 façons de poser des limites à un enfant sans lui coller une fessée

poser-des-limites-a-un-enfant

« Ne joue pas au ballon dans la maison, tu vas casser quelque chose », « Viens manger à table, tu vas en mettre partout », « Ne cours pas en chaussettes, tu vas glisser, tomber et te faire mal », « Ne mets pas ça dans ta bouche, tu vas t’étouffer » … Vous avez l’impression de vous entendre ? Ne vous inquiétez pas, c’est la même chose dans toutes les maisons.

Les parents ont souvent la sensation de répéter les mêmes consignes, de rappeler les mêmes règles et de poser les mêmes limites à longueur de journée. Au point d’avoir l’impression d’être devenu chef d’Etat-Major des armées…

Pas la peine de culpabiliser ! Poser des limites éducatives est nécessaire pour qu’un enfant se construise de façon équilibrée. Son fonctionnement nous oblige à répéter et répéter encore les règles, jusqu’à ce qu’il les intègre et les comprenne.

La complexité réside également dans le fait que chaque enfant réagit différemment en fonction de sa personnalité, de son développement et de son âge.

Evidemment, il n’existe aucune notice ! Vous faites tous de votre mieux pour poser les limites qui vous semblent utiles et importantes. Rappelez-vous d’ailleurs que poser des limites et dire « non » peut aussi être un acte d’amour.

Pourquoi est-il nécessaire de poser des limites à un enfant ?

Il est conseillé aux parents de commencer à poser des limites dès l’âge de 8 mois. Bébé commence à tout porter à sa bouche, à se déplacer et à toucher à tout ce qui l’entoure… Il convient par conséquent de l’habituer. Poser des limites permet de :

Favoriser l’autonomie de nos enfants. En posant des limites à vos enfants, vous les aiderez à devenir autonomes. A force de répéter, ils finiront pour intégrer les limites. Une chose est sûre, vous aurez besoin de patience.

Favoriser la confiance de l’enfant en l’adulte. En testant les limites, votre enfant souhaite finalement vérifier qu’il peut avoir confiance en vous et que vous êtes fiables. En posant ainsi les règles de façon sereine dans l’intérêt de votre enfant, vous lui montrerez qu’il peut compter sur vous.

Apprendre à vivre en société. Intégrer des limites permet d’apprendre à vivre avec les autres. Avoir des repères permet aux enfants de se construire.

Apprendre aux enfants à tolérer la frustration. Poser des limites permet aux enfants de gérer leur frustration. Pour faciliter leur construction future, il est indispensable qu’ils apprennent à la gérer.

10 astuces pour poser des limites à un enfant

Vous êtes las de tout le temps rabâcher les mêmes règles, à votre enfant. Découvrez ci-dessous des astuces qui vous permettront de poser des limites le plus sereinement possible, sans nécessité d’avoir recours à l’agressivité ou à la violence.

1 | Concentrez-vous sur les limites qui vous semblent les plus importantes

Nous vous conseillons de poser des limites pour les choses qui sont les plus importantes pour vous. Parlez-en à deux. Il est important d’être d’accord sur les règles que l’on fixe à son enfant. Si vous posez trop de règles à la fois, vous risquez de les rendre inopérantes.

2| Appliquez la règle des 5 C

Afin d’optimiser la compréhension de la limite, vous pouvez utiliser la règle des 5 C. Formulez à votre enfant des règles  qui répondent à ces principes :

  • Posez des règles Claires. Enoncez-là avec des mots simples et connues de votre enfant.
  • Montrez-vous constants. L’application de vos limites ne doivent pas varier en fonction des situations.
  • Choisissez des règles concrètes. Elle doit être concrète. Pour qu’il comprenne plus facilement, montrer-lui ce que vous attendez.
  • Restez Cohérents. Essayez d’être cohérent et respectez également les règles fixés… en tout cas devant votre enfant.
  • Editez des règles conséquentes. Lorsque la règle n’est pas respectée, elle entraîne une conséquence lui permettant de comprendre la règle, de se corriger et/ou de réparer.

3| Expliquez votre décision

Avec calme et fermeté, essayez d’expliquer systématiquement pourquoi vous dites « non ». Votre enfant comprendra plus facilement la règle que vous lui édictez.

4| Adaptez vos limites à l’âge de votre enfant

Au début votre enfant risque de ne pas comprendre les limites données. A force de les rappeler et de les expliquer, il finira par les intégrer. La patience doit donc être votre mot d’ordre. Adaptez-vous à son âge. L’enfant passe inévitablement par des phases de construction qui l’empêchent de comprendre les choses. Il vous revient de vous adapter à son développement et à son âge.

5| Répétez la consigne jusqu’à ce qu’il la comprenne

Il faut se l’avouer, on en a parfois marre de répéter tout le temps la même chose… Mais c’est pourtant normal de devoir le faire. Les petits ont besoin de beaucoup de temps pour assimiler et comprendre les limites qu’on leur pose. A 2 ou 3 ans, la partie du cerveau qui contrôle les impulsions n’est pas encore totalement développée. C’est cela qui les poussera à enfreindre les limites même s’ils les connaissent.

6| Responsabilisez votre enfant

Montrez à votre enfant que vous avez confiance en lui et que le responsable de ses actes… c’est lui seul. Vous pourrez par exemple lui affirmer « je veux bien que tu montes seul à l’étage, mais tu me promets que tu fais attention et que tu montes doucement. Je te fais confiance. » Il se sentira alors investi et devrait se montrer prudent.

7| Détournez l’attention de votre enfant pour ne pas entrer en conflit

Avant 2 ans, vos explications ne suffiront pas. Elles seront trop compliquées à garder en mémoire et à comprendre.  Apprenez à détourner l’attention de votre enfant ou redirigez son geste pour l’inciter à faire autre chose.

8| Préférez le mot « stop » au mot « non »

Préférez le mot « stop » au mot « non ». Sur le fond, pas de grandes différences si ce n’est dans le ton et l’expression de votre visage. Généralement le mot « stop » est dit sur un ton impératif alors que « non » sur un ton de mécontentement souvent appuyé par un froncement de sourcil.

9| Dites plutôt à votre enfant ce qu’il peut faire

Essayez de lui dire ce qu’il a le droit de faire plutôt que ce qu’il ne peut pas faire. Il comprendra plus facilement. Les enfants ont des difficultés à gérer la négation. Une interdiction peut alors être comprise comme une consigne. « Ne monte pas à l’étage seul », il comprendra « monte », « étage » et « seul ».

10| Intervenez immédiatement après la limite franchie

Quand une limite est franchie n’attendez pas. Essayez d’intervenir tout de suite. Si vous lui expliquez à 18h, qu’il a enfreint une règle ce matin chez sa nounou, votre enfant ne comprendra pas. Il aura oublié ce qu’il s’est passé.

Pour aller plus loin, vous pouvez lire ces livres :

Et vous ? Quelles sont vos astuces pour poser des limites à un enfant ?

Crédit photo : Adobe photo stock

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 13 août 2019 dans Questions de parents

Par Elodie

Maman de deux enfants, Elodie a rejoint l'équipe dernièrement pour partager sa vision d'une parentalité aussi bienveillante que souriante. Discrète, sensible et à l'écoute, elle accorde beaucoup d'attention aux autres, et notamment aux enfants. Soucieuse de vous offrir des articles précis, elle consacre du temps et de l'énergie à trouver les mots justes, ceux qui vous parleront naturellement. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *