10 trucs que les enfants adoptés n’ont pas envie d’entendre (mais alors, pas du tout)

24 Août 2016

On ne part pas tous avec la même chance dans la vie. La mienne, par exemple, a connu des débuts difficiles.

Pas plus souhaité qu’attendu, je fais partie de ces mômes abandonnés à la naissance par ceux qui les ont conçus. On appelle ça poliment des enfants « nés sous X ».

Il aura fallu l’intervention salutaire d’une sage-femme bienveillante et un petit coup de baguette magique pour qu’un jeune couple aimant décide enfin de me sortir de la pouponnière dans laquelle je croupissais grandissais péniblement.

N’attendez pas de moi un de ces billets larmoyants dans lequel je pourrais vous conter les douleurs d’un enfant qui ne sait pas qui il est. Ce n’est ni ma nature ni le ton de ce blog.

Mais soyons clairs : si les enfants adoptés vivent déjà avec l’empreinte de l’adoption gravée au plus profond d’eux-mêmes, la société dans son ensemble se charge également de leur rappeler d’où ils viennent. Au cas où ils leur viendraient à l’esprit de tourner la page, de regarder de l’avant, de construire leur avenir sans subir plus longtemps ce passé qu’ils n’ont pas choisi.

10 trucs à ne pas dire à des enfants adoptés

Pendant toute leur vie, les enfants adoptés en entendent des vertes et des pas mûres. Alors en silence, ils encaissent. La preuve par 10.

1 | « Toi, t’es né dans une poubelle, d’abord. »

Les enfants sont formidables. Cruels mais formidables. Et quand on sait que la quasi-totalité des gamins adoptés imaginent fatalement leur naissance dans une poubelle, une décharge publique ou au mieux une impasse lugubre, les remarques des petits camarades pendant la récré sont parfois dures à avaler.

2 | « Tes parents, c’est pas tes parents. C’est mes parents qui me l’ont dit. »

Oui, les punchlines de cours de récré ne sont pas toujours très claires. Mais entre enfants, on se comprend. Et autant vous dire que celle-là renvoie directement les enfants adoptés dans la poubelle où ils ont théoriquement vu le jour (voir ci-dessus).

3 | « C’est pas ta sœur, elle ne te ressemble même pas. »

Fatalement, il y a des signes qui ne trompent pas. Et l’héritage génétique en fait partie. Moi, petit brun à la peau mate. Elle, pâlotte et blonde comme les blés. Du coup, difficile de nier l’évidence. Pourtant, elle est bien ma sœur. Quoiqu’il arrive.

4 | « Ne dis pas que tu as été adopté. »

C’est souvent le réflexe qu’épousent les parents adoptifs pour protéger leurs enfants des commérages. Mais c’est une erreur. Nous devons au contraire aider nos mômes à porter fièrement leur histoire, quelle qu’elle soit, en leur donnant la force d’affronter l’adversité, même la plus indélicate.

5 | « Vous n’êtes pas une famille. Vous n’avez pas le même sang. »

La filiation. Cette sacro-sainte filiation chère à de pseudo-humanistes donneurs de leçons qui n’ont connu de difficultés que ce jour où l’eau du bénitier était trop froide pour accueillir leurs divines mimines. Bref.

6 | « Comment ils t’ont choisi tes parents adoptifs ? »

J’ai eu beau expliquer à ceux qui me posaient la question que tous les mardis, le personnel de la pouponnière nous alignait sur un rayonnage, du plus petit au plus grand, pour que les couples à la recherche d’un spécimen particulier puissent faire leurs courses choix, personne ne m’a jamais cru (ouf !).

7 | « Mais, ils sont où tes vrais parents ? »

Rappelons que les « vrais » parents d’un enfant adopté sont ceux qui ont choisi de l’accompagner, pour le meilleur et pour le pire, sur le chemin escarpé qui le mènera vers l’autonomie. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on les appelle « parents ». Les autres sont des géniteurs. Pas davantage.

8 | « Vous avez des antécédents familiaux ? »

De médecins de famille en cabinets médicaux, les enfants adoptés sont en général amenés à justifier de leur histoire un nombre incalculable de fois. Pour ma part, je m’amuse désormais à deviner la réaction des praticiens à l’évocation de mon passé. Entre indifférence froide et compassion chrétienne. Une chose est sûre, c’est marrant de voir le malaise s’installer.

9 | « Elle a refait sa vie et ne veut pas renouer le contact. »

Depuis quelques années, un organisme appelé CNAOP, Conseil National d’Accès aux Origines Personnelles, permet aux enfants abandonnés de retrouver la trace de leurs géniteurs. Dans mon cas, ils ont mis la main sur ma génitrice, qui s’est montrée ferme et définitive. En même temps, je ne m’attendais pas à davantage de courage de sa part.

10 | « Est-ce que tu diras à ta fille que tu as été adopté ? »

C’est avec ce genre de questions qu’on mesure la place qu’occupent encore le mensonge et les non-dits dans notre société, jusque dans nos familles. Ici, on joue plutôt la carte de la simplicité et de la transparence. Sans en faire des caisses. Mais sans cacher la vérité non plus.

PS : une pensée à tous les parents qui ont choisi de nouer leur vie à celle d’un enfant qui, en France ou à l’étranger, n’a pas connu la même chance que les autres. Vous êtes des héros du quotidien.

Et vous ? Connaissez-vous des enfants adoptés ? Des parents dont les enfants ont été adoptés ? Si vous avez été adopté vous-même, quelles remarques vous ont le plus marquées ?

D’autres articles ?

Crédit photo : deux enfants embrassent leurs parents

43 réponses to “10 trucs que les enfants adoptés n’ont pas envie d’entendre (mais alors, pas du tout)”

  1. doublerose 24 août 2016 at 11 h 48 min #

    cet article est intéressant car il montre que finalement c’est (comme d’habitude) quand les choses sont dites simplement que tout va pour le mieux.

    ceci dit ça m’empêche effectivement pas les remarques à la con du genre « la fille de X n’a pas eu d’enfant, elle a adopté » (déjà ça commence mal) qui continue par « c’est fou, X s’en occupe comme si c’était ses petits enfants »
    Et oui, voila le genre de chose que j’ai entendu en réunion de (belle-)famille…

    quant à moi, je suis toujours étonnée de l’importance qu’on accorde à la filiation du sang…est-ce que mes filles sont mes filles parce qu’elles ont mes gènes? Je ne crois pas

    • Olivier 24 août 2016 at 11 h 55 min #

      C’est le genre de phrases qui en disent longs sur nos représentations… même si elles ne souvent pas dites pour faire du mal.
      Quant aux liens du sang, on ne m’enlèvera pas de l’idée qu’être parents est bien plus complexe qu’une simple histoire de gênes.

  2. l0uanne 24 août 2016 at 13 h 24 min #

    Je me rappelle une fois je lisais une histoire aux maternelles (je sais plus laquelle) et d’un coup, une petite de 4 ans me sort « L’Afrique c’est le pays ou vis ma mère biologique » Je suis restée sur le cul quand j’ai vu le recul avec lequel elle disait ça du haut de ses 4 ans !!! O_o

    • Olivier 24 août 2016 at 14 h 47 min #

      Ca veut dire que ses parents lui en ont parlé, probablement suffisamment pour qu’elle commence à mettre du sens sur ce qu’elle est. Mais le chemin est long…

  3. Marie 24 août 2016 at 13 h 34 min #

    Bonjour. Moi même maman d un petit grand grain de café né en Colombie il y a tout juste 8 ans et qui nous a adoptés son papa et moi un 21 avril ..il y a 5 ans . Ds réflexions il, nous en avons entendu des vertes et des pas mûres…mais ma préférée restera sans doute  » vous avez de la chance il est beau ! » ….ce à quoi nous répondons  » vous savez ils nous en ont d abord proposés un moche mais on a refusé !

    • Olivier 24 août 2016 at 14 h 49 min #

      Nanmélol, j’adore ! En même temps, heureusement qu’il en reste encore certains pour faire preuve d’une spontanéité désarmante, ça nous assure quelques tranches de rigolade 🙂

      • Fanny 24 août 2016 at 20 h 53 min #

        Olivier ,
        Merci de nous le dire …
        Depuis que je vous « suis », mes antennes de travailleur social étaient ++++, sans trop savoir , et en même temps , le plus important pour moi était davantage vos expériences et témoignages que la recherche du « pourquoi comment « … (Sans doute dus à 20 ans d’expérience professionnelle relativisée par ma maternité )…. Bref !
        Merci de ce témoignage ouvrant des perspectives de parentalité dans des jardins d’ailleurs , d’autres que le « tout génétique  » exploré dans les médias !
        Fanny, maman d’une presque 3 ans …

  4. Justine 24 août 2016 at 21 h 42 min #

    Bonjour
    Mon mari et moi sommes déjà parents et envisageons l’adoption. Non pas que nous ne pouvons pas avoir d’enfant naturellement mais plutôt que nous sommes heureux et épanouis dans notre petite famille et souhaitons partager ce bonheur avec un enfant qui n’aura pas eu cette chance à la naissance. On se dit qu’il nous apporterait lui aussi tellement de choses. Le seul point noir c’est la difficulté (très compréhensible)des démarches. Ton témoignage me motive davantage

    • Olivier 25 août 2016 at 9 h 14 min #

      Les démarches constituent en effet une première difficulté. L’autre, c’est votre capacité à affronter ce que vous n’imaginez pas. Certains enfants adoptés vivent avec le poids d’une souffrance difficile à comprendre tant qu’on ne l’a pas ressenti soi-même. Mais s’il vaut mieux en être conscient, cette épreuve ne doit pas vous arrêter ! 🙂

      • Justine 25 août 2016 at 19 h 15 min #

        Effectivement. C’est la première chose dont nous avons discuté mon mari et moi. On ne sait pas comment cet enfant vivrait cela. Mais on se sent assez armé pour affronter ces difficultés. Et puis on peut trouver de l’aide extérieur si la situation devient compliquée.

        • Olivier 26 août 2016 at 9 h 09 min #

          Bon ben y’a plus qu’à, alors ! 🙂 Je vous souhaite de réussir vos démarches. Tu viendras nous raconter à l’occasion ?

  5. Gabrielle 25 août 2016 at 11 h 31 min #

    J’ai été adoptée il y a … 71 ans. C’est extrêmement difficile de ne pas savoir d’où l’on vient, maintenant je sais tout… ça soulage ! Mes parents m’avaient caché la vérité jusqu’à 11 ou 12 ans, je ne sais plus très bien. Quelle erreur, vivre dans le mensonge c’est terrible, à l’école il y a toujours un enfant pour vendre la mèche. C’est horrible.

    • Olivier 25 août 2016 at 11 h 48 min #

      Content que vous ayiez pu donner du sens à votre histoire en tout cas ! J’espère que la découverte de la vérité n’a pas été trop difficile…

  6. Eva 25 août 2016 at 13 h 03 min #

    Toutes ces phrases me parlent. Mon frere et moi avons été adoptés ds un orphelinat polonais à lage de 2 ans lui et 3 ans moi.
    Nous ne sommes pas une fratrie biologique ce qui surprend toujours les gens qui penssent tout savoir car ils ont vu des films et emissions sur le sujet.
    Ce qui m’a marqué cest « tu va chercher après ta mère ?  » non , ma mère est dans le salon chez moi pourquoi ?
    Ou le « ah pardon » a l’annonce de mon adoption comme si c’était un décès…
    Je suis belle et bien vivante et surtt je suis néee une seconde fois lorsque que j’ai rencontré mes parents…
    Jai 2 enfants 4 mois et 6 ans et le plus grand sait toute mon histoire et comprend bien… Maintenant que je suis maman jai adapté ma reponse a ceux qui me demande si je vais chercher ma mere :
    « Je nai plus besoin de savoir d’où je viens. L’important est que je sais où je vais ».

    • Olivier 26 août 2016 at 9 h 12 min #

      Merci de partager ton histoire. Et entre nous, tu ne te demandes plus jamais d’où tu viens ?
      Je t’avoue que si je n’en fait pas une montagne, ma curiosité me titille parfois et j’aimerai bien en savoir un peu plus sur mon histoire, ne serait-ce que pour raccrocher les wagons.
      Sinon, le « ah pardon », comme si c’était un décès, ça me parle, ça 🙂

  7. Nath 25 août 2016 at 18 h 56 min #

    Merci pour cet article, le sujet n’est pas souvent traité sur la blogosphère.
    Notre petite bouille n’a pas encore trop trop entendu d’âneries (moi si …), mis à part les traditionnels « t’es chinois »‘ (alors qu’il est Vietnamien,nom d’une pipe ! :))

    En tout cas, les gens restent rarement indifférents quand ils nous croisent. On a souvent droit aux mêmes remarques :
    – pourquoi vous avez adopté ??vous pouviez pas en avoir ???
    – Ah, mais il est adopté ??? (là j’avoue je reste souvent dubitative car je ne vois pas bien comment on peut penser le contraire en nous voyant mais bon,faut croire que la génétique peut faire de sacrées surprises d’aprés certains …)
    – c’est le vôtre ou bien vous l’avez adopté ? (et là je réponds invariablement : les 2 mon Capitaine …)
    – Hannnn mais c’est beau ce que vous avez fait !!! (ce qui me fait marrer car je ne crois pas avoir des ailes qui poussent dans le dos …)
    – quelle langue il va parler ? (celle là, c’est ma préférée, car il faut savoir qu’on a accueilli le loulou quand il avait 2 mois, alors autant dire que ses rudiments de Vietnamien étaient vraiment limités …)
    – et puis, pour finir LA question qui brûlent les lèvres de tous ceux qu’on rencontre ou presque : « ‘mais vous saviez que … enfin, qu’il serait comme ça ? »‘ Parce que oui, en plus d’être beau comme un Dieu, notre loulou est un enfant extra-ordinaire. Sa route à lui n’est pas toujours la plus facile, mais qu’est ce que c’est chouette de la parcourir à ses côtés !
    Malgré tout, ces remarques parfois maladroites sont toujours faites avec gentillesse et j’essaie toujours de répondre au mieux, en me disant qu’en faisant cela , peut être que je permets à certains d’avoir une autre vision de l’adoption.

    Bonne continuation !!

    • Justine 25 août 2016 at 19 h 16 min #

      Votre commentaire est tellement touchant. Quelle belle aventure !!! Belle continuation à votre famille

    • Olivier 26 août 2016 at 9 h 16 min #

      Comme le dit Justine, ton commentaire est très joli. Ton Louis a de la chance 🙂
      Et tu as mille fois raison. Il ne faut pas prendre la mouche contre tous ceux qui nous balancent ces remarques, sans prendre conscience qu’elles peuvent éventuellement faire mal. Mieux vaut rester bienveillant, expliquer, partager, pour faire avancer la réflexion de chacun. Ta position est sage.

  8. mamancomblée 25 août 2016 at 21 h 55 min #

    Quel bonheur de lire cet article. Je suis maman d’un loulou né en Afrique.

    Le pire que j’ai entendu (et il y en a eu), c’est « Mais, vous l’avez choisi ? Parce qu’il est beau !!!! »

    J’aurais dû lui répondre qu’il y avait un très bon catalogue et qu’en plus c’était les promotions mais la stupeur et mon éducation m’en ont empêchée.

    • Olivier 26 août 2016 at 9 h 18 min #

      C’est vrai que parfois, on ne voit pas venir ces remarques maladroites, tellement certaines sont hallucinantes. J’aimerai aussi avoir davantage de réparti parfois, pour répondre avec humour et simplicité, mais souvent, je reste juste pantois…

  9. Doro 7 septembre 2016 at 1 h 55 min #

    Bel article, très émouvant…
    L’adoption, on y songe… Ce n’est pas un choix facile… Justement pour l’histoire des enfants… Pleins de questions que l’on se pose…
    Et maintenant, cela devient de plus en plus difficile…
    Nous ne sommes pas mariés et nous ne pouvons pas adoptés en couple si on ne se marie pas ! Pourquoi ??
    En France, tant de couples non marié donne naissance à de merveilleux enfants qui sont très heureux…
    Tellement de barrières, de lois, de conventions… Alors que tant d’enfants attendent une famille…
    Vaste sujet…

    • Olivier 7 septembre 2016 at 8 h 52 min #

      Tu es sûre pour le mariage ? La question s’est posée chez nous avant que Mychoup’ ne débarque miraculeusement. Nous avions retiré un dossier mais nous n’étions pas mariés. Si les chances sont moindres, je crois qu’elles existent quand même…

  10. Doro 7 septembre 2016 at 10 h 43 min #

    Oui, c’est possible mais on ne pas pas adopter en couple mais en célibataire donc il faut choisir une personne du couple… Et les personnes mariés étant prioritaires cela allonge les délais !!
    Nous allons aller nous renseigner prochainement concernant les démarches exactes… Car pour le moment il est vrai que les infos, je les ai des sites d’adoption et des personnes qui ont adoptés ou sont en cours…

    • Olivier 7 septembre 2016 at 11 h 09 min #

      Ah oui, c’est ça. Tu as raison ! En attendant, j’imagine que tu suis un protocole FIV. On a connu ça aussi, avant un coup de bol monstrueux alors qu’on n’y croyait plus. Je sais à quel point ce parcours peut être dur, pour ne pas dire destructeur parfois. Il faut être solide et positif. J’espère que vous franchissez les étapes avec force et courage. Je croise les doigts pour vous.
      Et pour l’adoption, n’hésite pas à contacter le Conseil Départemental ou les assos d’adoptants. Dans les deux cas, tu récolteras des infos riches et complémentaires.

      • Doro 7 septembre 2016 at 15 h 35 min #

        Coucou !
        Oui, effectivement en plein parcours PMA… Déjà une FIV l’année dernière + une opération suivi d’un an de pause en espérant un miracle naturel car je n’en pouvait plus de tous ces traitements…
        Nous repartons pour un TEC en octobre…
        En parallèle, il est vrai que je commence à m’intéresser à la question mais cela est plus dur pour mon homme… A suivre…

        • mamancomblée 7 septembre 2016 at 22 h 54 min #

          Bonjour Doro,

          Les hommes acceptent généralement l’idée d’adoption un peu plus tard que les femmes. Mais quand ils sont prêts, ils sont prêts à déplacer des montagnes….

          Bonne chance à vous

          Une maman comblée d’un petit bonhomme né en Afrique

          • Doro 8 septembre 2016 at 1 h 01 min #

            Bonjour,

            Merci pour votre commentaire !
            Et je vous souhaite pleins de bonheur avec votre petit bout !! 😉

  11. Cécilia 15 septembre 2016 at 19 h 51 min #

    Pour ma part c’est quand j’évoque que j’ai été adoptée et que l’on me répond d’un air gêné ou de pitié
    : « ah désolé, je ne savais pas»… je vous rassure c’est pas contagieux, je le vis bien!

  12. Sarah 16 septembre 2016 at 9 h 35 min #

    Bonjour
    Pour mon petit prince de 2 ans, je commence à lui raconter son histoire. Par contre j ai fais le choix de ne pas en parler dans mon quartier. Seul ma famille qui est magnifique et amis tres proches ( certains ne le sont plus) connaissent l histoire. J ai fais ce choix car j avais lu beaucoup d histoire ou des enfants l avaient entendu dans la cours d ecole ou par des remarques blessantes lancées . Alors je me suis dis que c etait son histoire et que le choix d en parler a ses camarades, c’est à lui de le faire quand il en aura envie. Son histoire lui appartient. Et surtout je ne voulais pas qu il l entende par « accident  » .
    Par contre j en entendu des remarques du genre. « Tu es courageuse d elever l enfant d une autre!! »  » mais les enfants adoptés sont ingrats prepare toi. ne t attaches pas..la fille de untel fais la misere a sa mere!!! » « Si tu en prends un deuxième prends le normal cette fois ci ( il a une malformation ) !!!!
    Mon ptit prince est un rayon de soleil . C’est à moi d ecarter les nuages pour le laisser briller .
    J ai garder le maximum d elements pour l aider a rechercher ses racines quand il le voudra. En attendant nous vivons notre histoire naturelement comme tout enfants avec sa maman….

    • Olivier 16 septembre 2016 at 10 h 13 min #

      Continue de la protéger et de l’aimer comme tu le fais, c’est grâce à ta bienveillance qu’il grandira et s’épanouira. Les autres on s’en fout 🙂

  13. Marie 16 septembre 2016 at 19 h 44 min #

    Alors pour ma part la question qui me dérange le plus c’est : tu es de quelle origine ?
    Je dois expliquer les choses en quelle langue ? Argh ca m’horipile ! Pas vous ?

    • Olivier 19 septembre 2016 at 9 h 16 min #

      Connaissant mes origines, ça ne me gêne pas d’en parler. Mais je peux comprendre que la question agace.

  14. Carine 9 novembre 2016 at 11 h 49 min #

    Merci pour cet article plein d’humour et de vérité.
    Je suis moi même adoptée et j’ai entendu toutes ces phrases blessantes. Je pensais être la seule a avoir connu ces bêtises mais je m’aperçois que malheureusement ce n’est pas le cas
    J’admire les parents adoptifs car, maintenant que je suis maman, je comprends mieux la difficulté d’expliquer ce genre de choses à un enfant. Contrairement à toi, je m’interroge sur ce que je dirai à ma fille le jour où elle me questionnera sur la différence de couleur de peau entre sa maman et ses grands-parents
    En tout cas merci pour ce post qui fait réfléchir!

    • Olivier 9 novembre 2016 at 12 h 43 min #

      je crois que tous les enfants adoptés les ont entendues. on n’y échappe pas 🙂

  15. Lovehappycoco 25 mars 2017 at 22 h 07 min #

    J’ai pour ma part été adopté à l’âge adulte par mon père (comprendre la personne qui m’a élevée transmi ses valeurs et par dessus tout aimée ) et je suis surprise de voir que la quasi totalité de ces remarques je les ai vécues. J’ai juste la chance de n’avoir subi qu’un abandon partiel… et de savoir d’où je viens, mais le regard des autres reste le même : condescendant, gêné, honteux même de découvrir cette vérité qui pourtant dans mon cas est la meilleure chose qui me soit arrivée (après la naissance de mes enfants bien sûr ). Cette adoption m’a permi d’avoir le meilleur papa du monde. Mes enfants n’ont (selon moi ) pas encore l’âge de comprendre, ce sera dur de leur annoncer comme un aveu de faiblesse que ce papa si merveilleux soit pas « dans le sang » le mien. Et pourtant je pense qu’en bien des choses il est 100 fois plus mon père que d’autre ne le prétendent. Mon histoire est plus « facile » que ces enfants qui ne connaîtrons pas leurs parents biologiques ni même savoir qui ils sont/étaient . Mais elle me permet je pense de beaucoup plus accepter et comprendre que le sang ne fait pas tout. Certaines remarques n’en sont pas pour autant moins blessantes.

    • Olivier 27 mars 2017 at 8 h 56 min #

      Du coup, on apprend très vite à prendre du recul face au regard des autres. C’est la seule solution de toute façon…

  16. Laura 26 mars 2017 at 10 h 23 min #

    Quand j’avais 8 ans j’ai rencontré une famille avec 3 enfants adoptés. Ils connaissait leur histoire.mais pour moi ils étaient les enfants de leurs parents qui les élèvent. Mais à cet âge là j’ai toujours pensé naïvement que leur géniteur étaient mort car il ne m’a jamais traversé l’esprit que l’on puisse abandonné ses enfants …
    Et en grandissant j’ai appris que si… Et que l’état peut être involontairement stigmatise les enfants ayant un début d’histoire hors du commun, rien qu’avec le carnet de santé aux sigle de la dass…
    Et le manque d’information sur les antécédents médicaux est vite balayé par un  » je ne sais pas  » pas besoin de pourquoi ni comment… marre des justification mal placé. ..

    • Olivier 27 mars 2017 at 8 h 58 min #

      Quand je parle de ça avec Mychoup’, je n’utilise pas le verbe « abandonner ». Je le trouve trop dur. Je ne veux pas lui laisser la possibilité d’imaginer que des parents pourraient éventuellement abandonner leurs enfants. Même si c’est vrai…

  17. Chris 10 juin 2017 at 22 h 54 min #

    J’ai souris avec votre billet.
    Étant moi-même adoptée, j’en ai entendu quelques unes aussi. Mais mes parents m’ont toujours expliqué que j’étais adoptée et qu’ils m’aimaient tout pareil.
    Un petit garçon, a été adopté à l’âge de 4 ans en Roumanie. Ses parents adoptifs l’ont connu à l’âge de 1 an, mais Caucescu, alors au pouvoir à cette époque, ne laissait sortir personne. Donc 3 annnees remplies d’aller retours chaque mois pour aller le voir, lui rapporter à manger, des vêtements, etc… car un orphelinat roumain en fin 80′ c’était spécial. Puis un beau jour, le dictateur est tue, et ce petit garçon a pu venir en France avec ses parents.
    En 1990, une petite fille est née au mois de mars, a Brasov, toujours en Roumanie. Les mêmes parents que le petit garçon, ont aussi adopté cette puce. En Novembre elle est arrivée accompagnée de ses parents, en France.

    Cette petite fille c’est moi. 27 ans plus tard, j’entends encore des « et ton frère c’est ton vrai frère ?  » Bah oui, comme mes parents le sont. Mais ce ne me gêne pas du tout, au contraire je suis ravie d’apprendre aux gens que j’ai une histoire. Même si celle de mon abandon n’est pas valorisants en soit (géniteur qui ne me voulait pas, donc génitrice qui m’a abandonné à la naissance.)

    Merci de rappeler qu’il y a des gens qui adoptent aussi juste pour donner une vie meilleure à des enfants démunis, sans repères, sans parents, sans câlins ni tendresse.

    Bonne soirée à vous, frère d’adoption 🙂

    • Olivier 12 juin 2017 at 11 h 48 min #

      Mille mercis. Votre message me fait plaisir pour au moins deux raisons : Parmi tous les articles que j’écris, celui-là me tient particulièrement à coeur. Et je suis heureux de constater qu’il résonne aussi auprès de ceux qui partagent ces mêmes empreintes sur lesquelles nous nous sommes construits, nous les enfants adoptés, avec plus ou moins de bonheur.

Trackbacks and Pingbacks

  1. 7 faire-part de naissance dont vos amis se souviendront - Blog Je suis papa ! - 24 novembre 2016

    […] il y a quelques semaines, on parlait d’adoption sur ce blog. J’ai apprécié la démarche de Carteland de proposer des faire-part pour les parents adoptifs, […]

Envoyez une réponse