13 trucs que les enfants font à la maternelle (en se gardant bien de nous en informer)

Ecole maternelle : que font nos enfants ?

A chaque fois que Mychoup’ rentre de sa journée à l’école maternelle, c’est la même rengaine. Son vieux (moi, en l’occurrence) la prend entre quatre yeux pour lui demander ce qu’elle a fait de sa journée.

Elle affiche alors systématiquement la même tête d’ado blasée par une vie so boring et varie les réponses, pour éviter les redondances. Du coup, ça donne des trucs du style :

  • Rien.
  • J’veux pas raconter.
  • J’m’en souviens plus.
  • Euh… j’sais pas.
  • J’ai travaillé.

Bref, difficile de lui soutirer plus de 4 mots d’affilés.

Que font nos enfants à la maternelle ?

En nous prenant pour des lapins de garenne, Mychoup’ et ses congénères en oublient que nous avons usé nos fonds de culotte bien avant eux sur les bancs de la maternelle.

En bons parents qui se respectent, nous sommes donc au courant de ce qu’il se trame dans les écoles de la République. La preuve par 13.

1| Nos enfants vérifient qu’ils sont correctement membrés. En clair, ils comparent leur quéquette.

2| Ils répètent à tour de bras des gros mots trop marrants comme « caca boudin ».

3| Ils mangent leurs crottes de nez, et aussi de la ratatouille parfois.

4| Ils apprennent des chansons débiles à base de petits escargots.

5| S’imaginant sponsorisés par Audika, ils crient, hurlent et beuglent encore.

6| Ils courent toujours plus vite, et choisissent une salle en carrelage pour se ramasser et s’ouvrir le front.

7| Ils remplissent leurs poches de cailloux, feuilles mortes, sable, craies, chewing-gum mâchés et autres trouvailles insolites.

8| Ils choisissent les gamins les plus insupportables comme meilleurs copains.

9| Ils découvrent la sélection naturelle chère à Darwin qui veut que le mioche de grande section bouffe le minot de moyenne section qui, lui-même, se délecte du mouflon de petite section.

10| Ils dessinent sur leurs vêtements, leurs bras, et éventuellement leur visage, avec la bénédiction du corps enseignant.

11| Ils apprennent à distribuer des baffes à leurs camarades.

12| Ils s’échangent leurs poux.

13| Ils enfilent des perles.

Et vous ? Que savez-vous de la vie dissolue de vos enfants à la maternelle ? Vous racontent-ils leurs trépidantes journées à l’école ?

Crédit photo : Mairie de Niort

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 13 novembre 2014 dans Humour et humeur

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


43 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Alex Mamengagee
    le

    Merci pour la tranche de rigolade 😉

    Fiston ne va pas encore à l’école mais il a les même réponses que ta fille quand je lui demande ce qu’il a fait à la crèche.
    Parfois j’ai droit à :
    – zai manzé des carottes et du poisson (même si c’est pas vrai)
    – zai pas mordu un copain (il s’est fait réprimander plusieurs fois parce qu’il mordait et je crois je ça l’a marqué ^^).

    En tout cas tu me rassures concernant l’entrée en maternelle. Ça reste assez proche de la crèche niveau activité 😉

    Répondre
  2. maman@home
    le

    J’adore ta liste 😉
    Ils :
    – ne dorment pas à la sieste histoire d’être bien insupportables en rentrant @home
    – vérifient la solidité de leur pantalon en essayant de le trouer et forcément ça marche 🙁
    – joue à attrape ma capuche si tu peux et rentrent avec la dite capuche déchirée parce que « mais maman c’est Léo qui m’a attrapé et il a tiré dessus et il l’a déchirée et c’est pas de ma faute »

    Répondre
  3. Jim PROFIT
    le

    Merci pour ce moment de détente et de rigolade.

    Le mien pour l’instant me dit invariablement qu’il a joué!
    Alors que je sais bien qu’il a d’autres activités.

    Répondre
  4. Aline
    le

    Ah ah ah !

    J’adore le point numéro 7 ! J’ai toujours au fond de moi un petit rictus quand le gamin vient me voir en récré, tout fier, avec un marron (voire un caillou, voire une tige d’herbe, si, si !) dans la main, en me disant : « T’as vu, c’est pour ma maman ! » (oui c’est plus souvent pour les mamans que pour les papas, c’est comme ça… Ils ont du assimiler qu’il fallait plus faire de cadeaux aux mamans qu’aux papas !). J’aime à imaginer la tête de la dite maman en recevant sa tige d’herbe !

    Mais bon, maintenant, je remballe vite mon rictus en pensant que l’année prochaine, dès septembre, moi aussi j’aurai le droit à des super cadeaux de cours de récré en allant le rechercher…

    Répondre
  5. Valou
    le

    Alors ici c est tous les soirs :
    – « j ai goûté à la cantine maman ». Et moi « c etait quoi ». Elle « je ne sais plus mais j ai goûté ». Ma fille est « traumatisée » par la cantine déjà. ..

    – ce soir, j ai retrouvé des queues de feuilles juste des queues. Rien pigé moi, pourquoi que les queues ?!!!

    Et sinon je ne sais pas grand chose de ce qu elle fait à l école mais semble maintenant contente d y aller et c est le principal apres tout.

    Dommage que pour halloween, ma petite sorcière ne m ait pas transformee en petite souris… Elle a préféré la licorne. Vous me direz que c est toujours mieux que le cancrelat pour son papa

    Répondre
    • Olivier
      le

      J’ai l’impression que tu es plus traumatisé qu’elle. Si elle te rappelle qu’elle a goûté, c’est aussi peut-être parce qu’elle est fière de montrer qu’elle a su se surpasser. Et si elle te dit qu’elle est contente d’y aller, alors soit rassurée, c’est que tout se passe bien 🙂

      Répondre
      • Valou
        le

        Oui je suis dtout a fait d accord avec toi. Elle veut me montrer qu elle ait une grande fille en ce moment et je ne manque une occasion de la feliciter. D ailleurs, quasi plys de crises et ca fait un bien fou. Elle a bcp grandi grace à l ecole 😉

        Répondre
        • Olivier
          le

          C’est aussi à ça que ça sert l’école ! 🙂 Et ça fait du bien de les voir revenir à la maison les yeux remplis de fierté !

          Répondre
  6. clairou
    le

    la sangsue me dit « j ai pas tapé, ni poussé mes copains »
    bravo!!! LOL

    La capuche déchirée aussi ici la barbe!!! surtout que c est une capuche de lutin donc c est super drôle de tirer dessus!! ggrrrrrr

    Répondre
  7. Drole de maman
    le

    J’ai lu quelque part (Dolto, je crois?) qu’en maternelle les enfants ne pouvaient pas parler de leur journée, car la notion de passé/présent/futur était encore incertaine… ayant la chance (!) d’être constamment dans le présent, leur demander de nous raconter des événements passés est aussi incongru pour eux que pour nous leur réponse… Ma fille avait la chance d’avoir une maitresse connectée qui publiait chaque semaine sur son blog les activités des enfants, photos à l’appui, ce qui permettait d’en savoir un peu plus long 😉

    Répondre
    • Olivier
      le

      Tu as raison. C’est rare que les enfants fassent référence à un moment passé ou futur… à moins qu’il ne leur tienne particulièrement à coeur. Ceci explique donc cela !

      Répondre
      • Agnès
        le

        En fait le passé est très vaste pour les enfants pendant assez longtemps : quand Simon (4 ans) dit « hier » ça veut dire « avant le dernier dodo » en général, donc ça peut être « ce matin » si on est en fin de journée, aussi bien que « il y a 2 ans ». Et « demain » couvre tout le futur. Il y a un autre élément pour le futur, vaguement plus précis, c’est « ce soir » : ça veut dire « après la sieste » (mais on ne sait pas laquelle, il peut dire « ce soir, quand il y aura du soleil » alors qu’il est 19h30).
        Cela dit, en posant des questions assez précises (et en s’aidant d’indices du type feutre sur le bras ou peinture sur les vêtements) on arrive à savoir ce qu’il a fait dans la journée. Mais en général il vaut mieux ne pas essayer de le prendre dans un coin pour lui demander, car il est trop pressé de jouer. En général j’essaie de le faire parler quand je l’attache dans la voiture ou sur le vélo, et son papa essaie en jouant avec lui pendant que je prépare le repas. On essaie aussi un peu à table, entre deux bouchées, mais il faut viser juste parce qu’il a bien compris qu’on ne parle pas la bouche pleine…

        Répondre
        • Olivier
          le

          Pareil, ici on essaie de trouver les bonnes occases sans trop insister pour ne pas qu’elle prenne ces questions pour du harcèlement. Hier, c’est d’elle même qu’elle a eu envie de me raconter un bout de sa journée alors qu’on sortait tout juste de l’école…

          Répondre
    • La belle otarie
      le

      Travaillant en maternelle, je le constate touts les jours : les enfants ont des journées faites de rituels. Tous les jours, à la même heure ou presque, ils font un peu de motricité, la pause pipi, le coin regroupement avec le plus souvent une histoire, voire apprendre à composer la date, un atelier en petits groupes (peinture, graphisme, collage ou découpage). Et rebelotte l’après midi. Sauf que c’est fait de telle façon qu’il n’a rien à vous raconter puisque c’est chaque jour la même chose ! En réalité, ce cher bambin apprend tout plein de choses sans s’en rendre compte puisque c’est son quotidien. Rien qu’apprendre à se laver les mains apres les toilettes, ça prend un temps fou (et non tous les enfants ne l’apprennent pas la maison), et puis dessiner des ronds et encore des ronds, c’est pas passionnant, tant qu’il n’a pas compris que bientôt il saura écrire des mots avec de jolies lettres bien rondes. Et découper sur ce trait, mais sérieusement… ils tirent tellement la langue que dans l’élan de la concentration, certains se mordent ! Sans parler de jouer aux petits chevaux sans faire avaler les pions au copain qui gagne !

      « qu’est ce que tu as fait aujourd’hui ? » « Bah rien ! »

      Répondre
  8. claire
    le

    Bonjour,
    on est dimanche et comme chaque dimanche et chaque soir de la semaine, je prépare méticuleusement ma classe….finalement, après avoir lu ton billet, je vais peut-être aller me reposer ! ça ne devrait pas avoir trop d’incidence sur la débilité des chansons et si je ne sais pas quoi faire, je leur peindrai le visage et les vêtements, juste pour rigoler !

    J’ai bien compris que c’était de l’humour,hein, mais quand même je trouve que l’école publique est déjà assez malmenée comme ça…je suis juste étonnée vu le regard bienveillant que tu portes sur la vie dans la plupart de tes écrits…tant pis pour les profs, l’école, les élèves et les parents, tous acteurs de l’éducation, qui finalement ne profitent pas d’un système qu’on pourrait améliorer avec la bonne volonté de chacun!

    Par contre, merci pour les contributions intéressantes des internautes, concernant la conception du temps chez les tout petits!

    Bon dimanche !

    Répondre
    • Olivier
      le

      Avoir de l’humour, c’est savoir rire de ce que vivent les autres, comme de ce que l’on vit, avec le même recul. Dans l’oreille d’un adulte profane, reconnaissons que les chansons pour enfants peuvent paraître débiles. Le sont-elles pour autant ? Plusieurs enseignants ont réagi avec humour à ce billet, sur Facebook notamment.
      Comme plein d’autres activités, l’école est malmenée. Faut il s’abstenir d’en rire pour autant ? Je ne crois pas, au contraire. Et si les acteurs de l’éducation commençaient par arrêter de se prendre trop au sérieux et de se sentir constamment agressés, peut être avancerions nous plus vite sur la voie de l’amélioration du système que tu appelles de tes vœux.
      Cela dit, un nouvel article sur l’école, qui sera publié prochainement, te plaira probablement davantage. 😉

      Répondre
      • claire
        le

        Tu as tout à fait raison, j’ai clairement manqué d’humour ! le premier paragraphe de ma réponse, malgré son ton grinçant, en était ! j’aurais dû rajouter des smileys ?
        Et oui, je suis d’accord, on peut rire de beaucoup de choses et bien sûr de ce que l’on vit comme de ce que vivent les autres.
        Le sérieux de mon commentaire (ce n’était sans doute pas l’endroit !)ne doit pas pour autant te faire penser que je me prends « trop » au sérieux, bien au contraire, comme la plupart de mes collègue, je passe mon temps à me remettre en question, à chercher comment améliorer la vie à l’école et à entretenir de bonnes relations avec les enfants et leur famille, pas à mépriser les autres.
        Par contre, les agressions sont bien réelles, elles(pas juste ressenties), quotidiennement, sans exagérer : par les élèves, par les parents, par la hiérarchie, par les commentaires dans toutes les discussions…c’est sans doute ce qui m’a fait réagir comme je ne l’aurais pas dû à ton billet !une petite overdose d’agression tue parfois l’humour, merci de me remettre à ma place !

        Le ton de ta réponse (cette phrase en fait : « Et si les acteurs de l’éducation commençaient par arrêter de se prendre trop au sérieux et de se sentir constamment agressés »)me laisse quand même penser que l’estime que tu portes au corps enseignant n’est pas bien haute, et tu en as bien sûr le droit !! J’espère juste soit me tromper soit que tu rencontreras, dans le -peut-être- long parcours scolaire de ton enfant, des enseignants qui te feront changer d’avis !!

        Sur ce, j’attends avec impatience ton prochain article sur l’école ! En attendant, bon décrassage de traces de feutre et peinture (oui, moi aussi je galère avec) et bon courage pour supporter les comptines (oui, moi aussi, elles finissent par m’exaspérer ;))

        Répondre
        • Olivier
          le

          Tu as raison : les agressions à l’encontre du corps enseignant sont trop nombreuses, trop régulières et dénotent un vrai fossé qui se creuse depuis quelques années entre les parents d’un côté et les enseignants de l’autre (sans parler des autres parties prenantes : associations, politiques…). Dans ces conditions, je comprends que votre travail ne doit pas être facile, même avec toute la bonne volonté du monde. Cela dit, ce billet ne visait pas les enseignants du tout. Il présentait sous un jour humoristique le quotidien d’enfants à la maternelle.
          Contrairement à ce que tu peux imaginer, j’estime le métier d’enseignant. J’ai d’ailleurs travaillé longtemps à leur côté, autour de projets pédagogiques, dans une ancienne vie professionnelle. Et j’ai enseigné, mais à la fac.
          Et c’est vrai que, comme de nombreux professionnels (flics, professionnels de santé, chauffeurs de bus, commerçants…), certains enseignants ont parfois tendance à se sentir agressés à la moindre remarque. Du coup, j’ai l’impression que les parents ne savent parfois plus comment leur parler. Et je me demande si, à force de se sentir constamment victimes du regard des autres, ils ne finissent pas par rompre eux-même le dialogue, qu’ils semblent pourtant appeler de leurs voeux.
          Cela dit, ces propos ne sont que des généralités. Pour ma part, je suis fier de la relation que Mychoup’ entretient avec sa maitresse, les animatrices et les atsem. Et je leur fait une totale confiance, même si je n’approuve pas certaines de leur façon de fonctionner. C’est la vie après tout.
          Et pour finir, j’ai déjà rencontré des enseignants formidables. j’en ai parlé ici notamment : https://www.je-suis-papa.com/mon-prof-dhistoire/ 🙂
          PS : même si les comptines me sortent parfois par les yeux, je suis le premier à les reprendre en choeur avec Mychoup’ 🙂

          Répondre
          • claire
            le

            Quelle belle réponse !
            Comme dit précédemment,j’ai manqué d’humour et je me suis tout à fait rendue compte que mon commentaire n’avait pas sa place ici et ton billet était très drôle (j’aurais peut être dû commencer par là !), je suis partie sur une autre voie ….désolée !Ça fait d’ailleurs du bien de se faire remettre gentiment à sa place, ça aide à réfléchir!!

            Et ta remarque sur la tendance des profs à se sentir agressés était bien justifiée, la preuve : j’ai mal réagi à un article complétement inoffensif et rigolo !

            En fait, j’aime beaucoup mon travail et je suis habituée à tous les propos que j’entends (justifiés ou non) je tente d’en tirer le maximum de positif en essayant de faire en sorte que parents et profs travaillent dans la même direction, sans forcément être d’accord sur tout.
            Je suis bien consciente que ce métier n’est ni plus ni moins difficile qu’un autre .
            En fait, je suis tout simplement de plus en plus inquiète, non pas pour moi ( si un jour j’en ai marre, je changerai de job!!) mais pour l’avenir de l’école publique, car je vois concrètement la situation se dégrader et des élèves toujours plus nombreux en situation de malaise …ta réponse me rassure quelque part, ça fait du bien de lire des propos sages et réfléchis et de voir que le dialogue est toujours possible et constructif, même si l’amorce était maladroite de ma part !

            Et pour répondre réellement à ton article : la 7) est plus que vraie chez nous, je me demande même comment il peut rester des cailloux et des brindilles dans la cour, la 13) aussi, qu’est-ce qu’ils enfilent comme perles !!!…

          • claire
            le

            ps : non, je ne réponds pas à cet article tout en étant en classe ! je ne travaille pas le lundi 😉 !

          • Olivier
            le

            Encore une fois, dans le fond, tu as raison. Ca m’inquiète aussi de voir la situation se dégrader et l’école publique remise en cause pour un oui ou pour un non.
            En revanche, je n’arrive pas à comprendre vraiment d’où vient ce malaise et quels sont les remèdes. Parce que sans école, pas d’avenir…

  9. Audrey
    le

    Pour la petite histoire, en première année de maternelle, mon fils m’a simplement demandé pourquoi je l’avais inscrit dans la seule école qui n’apprenait ni à lire ni à écrire ;-))

    Répondre
  10. Bernard Rodillard
    le

    Bonjour,
    J’adore le récit ! Je me demande bien ce que fait mon fils à l’école ! Apparemment, il étudie comme un enfant exemplaire !

    Répondre
  11. cherie
    le

    Je n’en suis pas encore là, mais je sens que ça ne va pas tarder ! En revanche, j’entends souvent mes nièces se plaindre de leur maîtresse. Oui, déjà !

    Répondre
  12. Laura HANTZ
    le

    Alors le peu que je sache (car les maitresse sont pas très locace) c’est qu’avec sa petite bande de copain et copine il s’empile et joue aux quilles!
    Oui quoi de mieux que de dégommer les copains!

    Ou bien encore il descend les toboggans sur les fesses là où il y a pleins de « téléphone » en guise de marche –> j’ai trouvé d’où viennent ses bleus!

    Répondre
  13. petits canaillous
    le

    Très mignon ton récap !!!
    C’est vrai que c’est assez frustrant de ne pas savoir ce qu’ils font à l’école, on aimerait parfois être des petites souris pour se faufiler à l’école…
    Avant ça me rendant folle de ne pas savoir se qu’ils faisaient tout la journée, maintenant mes canaillous sont en MS et GS je m’y suis faite.
    Je leur demande souvent s’ils se sont bien amusés aujourd’hui, et puis je me dis que c’est leur jardin secret, de tout façon nous ne serons pas toujours avec eux 😉

    A+

    Répondre
    • Olivier
      le

      Effectivement, c’est leur jardin secret. Je crois qu’au final, c’est important de ne pas les harceler de questions pour leur montrer qu’on respecte cette intimité. Et je suis certain que c’est en insistant le moins possible qu’on obtient le plus de réponses 🙂 faut juste se faire à l’idée !

      Répondre
  14. Françoise
    le

    Vous me rassurez, ma fille a les même réponses: je sais pas, j’ai oublié, j’ai travaillé, j’ai joué, c’est Chipper (Dora l’exploratrice) qui a mangé mon goûter… et les rares fois où elle raconte ce qu’elle a fait, elle ne le racontera pas 2 fois car comme tout le monde le sait à 3 ans on n’a pas le temps pour ça on est trop surbooké.
    Hier:
    La mamie: tu as mangé?
    Inès: non
    La mamie:mais tu as du chocolat au coin de la bouche.
    Devant l’évidence elle a admis qu’il y avait un anniversaire dans sa classe mais qu’elle n’a pas touché au gâteau au chocolat.
    Heureusement qu’il y a le cahier d’activité qu’on nous remet chaque semaine.

    Répondre