15 indices pour reconnaître ses vrais amis quand on est parents

reconnaître ses vrais amis quand on est parents

En devenant parents, on apprend vite à faire le tri dans ses amis. A vrai dire, le tri se fait tout seul. Entre ceux qui vous ont carrément oublié et ceux qui n’ont aucune envie de s’adapter à votre nouvelle condition de chef de tribu, vous finissez par compter vos soutiens sur les doigts d’une main.

En même temps, faut les comprendre. Hier encore, vous vomissiez en chœur dans les caniveaux de votre centre-ville préféré, après une énième nuit d’ivresse passée au zinc de votre troquet préféré.

Mais aujourd’hui, c’est un chiard qui vous vomit dessus. Et vous, vous êtes devenu tellement sobre que vos amis ne vous reconnaissent même plus lorsqu’ils vous croisent dans la rue.

Comment reconnaître ses vrais amis quand on est parents ?

Pourtant, à bien y regarder, vous n’êtes pas si seul que ça. Alors, comment reconnaitre ses vrais amis quand on est parents ? Voilà déjà 15 indices pour vous aider à démasquer les fakes.

TOP 1 | Ils étaient les premiers à venir vous voir à la maternité.

TOP 2 | Ils acceptent volontiers de se faire vomir dessus par un morveux.

TOP 3| Ils répondent sans broncher à vos invitations pour participer à de sympathiques gouters dominicaux.

TOP 4 | Ils admettent d’être interrompus toutes les trois minutes  par un môme qui crie plus fort qu’eux.

TOP 5 | Les bisous baveux de vos progénitures ne les effraient pas, même lors des épidémies de grippe.

TOP 6 | Ils ont toujours un mot sympa à échanger avec vos minikeums, fiers comme des paons de pouvoir discuter avec vos potes.

TOP 7 | Ils pensent à vos enfants autant qu’à vous et savent le montrer au travers de multiples petites attentions.

TOP 8 | Ils ne pipent pas mot lorsque vous les appelez « tonton » ou « tata ».

TOP 9 | Ils goutent sans crainte ces biscuits apéritifs brassés pendant de longues minutes par les mêmes doigts d’enfants qui s’introduisaient quelques instants auparavant dans des cavités nasales sombres et humides.

Top 10 | Ils attendent sagement que les mômes soient couchés pour ouvrir le bocal de rhum arrangé 5 ans d’âge.

TOP 11 | Ils pensent toujours à vous quand ils organisent une petite sauterie.

TOP 12 | Ils vous écoutent plus qu’ils ne vous conseillent.

TOP 13 | Ils ne disent rien quand, en vacances, vos lardons les réveillent à l’aube, même si leurs cernes parlent pour eux.

TOP 14 | Ils sont capables de jouer les baby-sitters à l’occasion, pour vous permettre de conserver un semblant de vie amoureuse.

TOP 15 | Ils gardent le sourire, même quand il s’agit de se lancer dans une partie de Petshop.

Bref, ils vous aiment toujours, ça se voit comme le nez au milieu du visage. Et vous êtes fiers de les avoir à vos côtés.

Et vous ? Avez-vous remarqué du changement dans votre bande d’amis lorsque vous êtes devenus parents ? Quels sont les indices pour reconnaitre ses vrais amis quand on est parents selon vous ?

Photo Credit: jesse.millan

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 19 février 2015 dans Humour et humeur

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


24 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pomdepin
    le

    Il sont totalement gâteux devant vos enfants, et vous reprochent de les gronder quand le petit dernier coince un légo dans leur nouvelle machine à pain, quand un autre joue aux quilles avec la super bouteille qu’ils gardaient pour leur anniversaire de mariage, quand un troisième vomit partout sur leur nouvelle moquette… »mais laisse, ils sont mignons, tu ne vas pas les gronder pour ça! ». Et en plus, ils vous invitent toujours.

    Répondre
  2. papa version 2.0
    le

    Le 1er a pas changé grand chose au niveau des amis.
    mais le 2eme.

    Avant c’etait : alors, on sort samedi ?

    maintenant c’est :ah ben on vous a pas invité parce qu’on a pensé que ça vous interesserait pas !

    A part pr 5 potes, pour les autres, avoir 2 enfants, c’est avoir 70 ans.

    Super chronique en tt cas. Tellement vrai !

    Répondre
  3. PapaPanique
    le

    Tiens c’est marrant cet article, je me suis fais une réflexion du même genre il y a peu.

    En fait c’est surtout ta présentation des faits qui sont si criant de vérité.

    Il y a quelques jours, sur un statut Facebook d’un ami, je vois un autre « ami » répondre. Un bon vieux copain de beuverie, c’était à la vie à la mort sur le coin du zinc !

    Pourtant, depuis que je suis papa, je n’ai pas eu de nouvelles, et cliquant sur son profil afin de voir ce qu’il avait publié récemment « Oh, nous ne sommes plus amis »… Ok, next 😉

    Répondre
    • Olivier
      le

      Aïe durdur… j’me dis parfois que notre nouvelle condition de parents peut éventuellement renvoyer certaines personnes à des choses qu’ils ont peut-être du mal à accepter pour plein de raisons, jusqu’à préférer couper les ponts.
      C’est la vie… et peut-être que vos chemins se recroiseront d’ici quelques années, au coin du zinc pourquoi pas ! 🙂

      Répondre
  4. BébéGivré
    le

    C’est ce que je me dis souvent et j’en parlais encore récemment avec des amis!
    Concrètement c’est très amusant mais cela ne me surprend pas du tout et au contraire j’ai tendance à dire que tout au long de notre parcours des amis ou connaissances viennent se greffer, d’autres partent et avec ces vas-et-vient seuls les [vrais] amis restent toujours là en place tout au long!

    Répondre
  5. Caro
    le

    On peut aussi avoir des amis qui n’aiment pas les enfants et pourtant rester ami avec eux… C’est aussi se remettre en question et se rappeler qu’il n’y a pas que nos enfants qui comptent 🙂

    Répondre
    • Olivier
      le

      Et qu’est-ce que ça fait du bien de s’extraire de temps à autre de son quotidien de parents pour revivre la vie de nullipare !

      Répondre
      • Doudou
        le

        Oui, je confirme !
        Comme un « retour » à la vie d’avant, le temps d’un instant… :p
        Puis on rentre, et on embrasse son enfant, et on reprend la vie de parent.

        Répondre
  6. Doudou
    le

    Moui… ça me rend un peu triste ce post… un de mes deux meilleurs amis (alors qu’il est sur le point de devenir Papa) ne donne quasi plus signe de vie… et n’a vu ma fille qu’à 3 mois, parce que j’avais organisé un second enterrement de vie de garçon pour son mariage… depuis, mort (très peu de news)… sa femme n’a jamais vu la petite en bientôt 2 ans, et le seul truc qui les intéressait jusque là, c’est leur cleps… et le fait qu’avec mon petit appart et ma fille en bas âge, je n’étais pas pour qu’ils viennent avec le temps d’un week-end avec… du coup, bah ils sont pas venus tout court :/
    On voit les priorités -_-

    Répondre
    • Olivier
      le

      Aïe. Peut-être le problème est-il, dans ton cas précis, plus profond que la simple histoire racontée dans ce billet, non ?

      Répondre
      • Doudou
        le

        Bah probablement… puisque j’ai appris qu’ils considéraient leur chien comme un membre à part de leur « famille »… donc ne pouvait pas le laisser le temps d’un week-end pour venir voir ma fille.

        Répondre
  7. NOEMIE
    le

    Mes vrais amis je les ai engueulés (ils m’avaient dit qu’ils me verraient moins et ce n’étaient pas dans mes intentions) quand ils m’ont dit que ça allait être compliqué de venir à une soirée avec mon petit bonhomme et qu’ils hésitaient à ce que je dorme chez eux.

    Mais après une soirée super (mon petit baboum a dormi tranquillement dans une chambre sans réveiller personne aux aurores – à part moi ^^ – ) et plusieurs soirées sans mon petit bonheur, mes amis m’ont dit texto ce week-end :
     » On aimerait bien le revoir ton petit bout, ça fait longtemps et il nous manque ». <3

    Voilà. Et pourtant pour la plupart, ce sont des bébéphobes ^^
    "Mais c'est le tien, c'est différent" ^^

    Répondre
  8. netaddicta
    le

    En lisant ton billet, je me rends compte que l’arrivée de Pucinette n’a rien changé au nombre de nos amis mais cela pour la simple raison que nous en avions peu. Par contre ces quelques couples d’amis se reconnaissent parfaitement dans ce que tu écris.
    Venus rapidement à la maternité (mais après avoir demandé et sans s’incruster pour me laisser me « reposer »), ils se sont facilement habitués au fait que les soirées soient devenues plus simples à organiser chez nous (pas envie de déménager toute la maison à chaque fois), ont accepté qu’on leur pique leurs gâteaux apéros et plus récemment d’interrompre nos conversations pour lire une histoire à Pucinette (mais là du coup c’est moi qui râle parce que bon parfois on aimerait bien profiter de ces soirées pour avoir des conversations de « grands »).
    Et ce qui est chouette c’est que Belette est venue agrandir notre famille en février et aura une copine en Août et un copain en Juillet ça promet de belles soirées en perspective 😉

    Répondre
    • Olivier
      le

      Il y a encore quelques mois, Mychoup’ était seule dans notre groupe d’amis. Depuis, plusieurs bébés ont fait leur apparition. C’est un vrai bonheur de les voir interagir ensemble. Et même si Mychoup’ est de loin la plus âgée, elle prend soin de ses nouveaux petits amis avec une douceur incroyable.
      Et du coup, en plein milieu de soirée, il arrive fréquemment qu’on se fasse des pause « lecture » 🙂 Ca passe mieux quand on est plusieurs !

      Répondre
  9. Adeline
    le

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous…
    Je ne crois pas qu’aimer les enfants de ses amis soit un prérequis pour continuer voir, apprécier et estimer ceux-ci.
    Mais savoir faire preuve de diplomatie et de savoir vivre, oui.

    Et c’est là toute la subtilité. Cette nouvelle donne qu’est l’arrivée des enfants dans la relation amicale est à gérer par les 2 parties, les nouveaux parents comme les anciens amis. Et un pas peut-être fait de chaque côté.

    Je n’ai jamais ressenti d’émerveillement pour les enfants. Mais j’aime mes amis. Je suis donc affectueuse, gentille ou complice avec leurs enfants, pour peu que je puisse profiter de la présence des parents.
    Mais c’est parfois compliqué, très compliqué, lorsque les enfants occupent beaucoup d’espace (sonore, attention, temps). Et le sacrifice est parfois grand.

    Alors si l’on souhaite garder ses amis, il faut parfois peut-être aussi savoir accorder de l’attention à ceux qui ne sont pas dans la même situation familiale, autant qu’eux en accorde à la vôtre. Ca va dans les deux sens, je pense.

    Répondre
    • Olivier
      le

      je ne crois pas dire dans l’article qu’il faut absolument aimer les enfants de ses amis. Cela dit, tu as pleinement raison, l’amitié se cultive à deux. C’est à chacun de faire un pas vers l’autre ! C’est ce qui rend l’amitié unique…

      Répondre