5 principes parentaux passés à la moulinette du quotidien

5 principes parentaux à la moulinette

« Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants ». Si vous n’avez jamais entendu cette maxime, c’est que :

  1. Vous vivez dans une grotte au milieu du Dakota
  2. Vous n’avez pas de gosses

Reconnaissons au moins une chose. Aussi banale soit-elle, cette petite phrase fleure bon la vérité qui fait mal. De celles qu’on se prend en pleine poire, en même temps qu’un jet de caca mou sur une chemise toute propre.

Principes parentaux versus réalité

Les principes parentaux, c’est comme les reflux gastriques. Moins on en a, mieux on se porte.

Et je ne vous parle même pas de l’immense dose de culpabilité qui s’abat sur vous lorsque vous constatez que les principes sur lesquels vous aviez fondé vos ambitions de perfection parentale explosent en plein vol.

Les principes parentaux auraient-ils uniquement été édictés pour emmerder les sus-concernés ? A voir…

TOP 1 | Le dialogue, c’est la clé

J’y ai cru. Et j’y crois encore, malgré le terrible two en cours. Cela dit, soyons franc : à quoi ça sert de discuter avec quelqu’un dont l’unique objectif consiste à tester le coefficient de résistance de vos tympans fatigués ?

Impassible -mais néanmoins bouillonnant à l’intérieur- je respire profondément et enchaîne : « Mon ange, on va poser la tablette et aller à la douche. Tu la retrouveras tout à l’heure ma chérie ! »

Notez le calme olympien de la réplique. Tact et retenue. Alors que j’aurai très bien pu poursuivre par un « mais putain, tu fermes ta gueule tout de suite, tu te déshabilles fissa, et tu files à la douche sinon… euh… sinon, je mange ton yaourt au chocolat ! »

Bref, faites du yoga.

TOP 2 | Les petits pots, c’est pas pour moi

Comme nombre d’entre vous, je m’étais juré que la malbouffe ne passerait pas la porte de mon frigo. Si je n’ai pas ouvert une boite de ravioli depuis ma dernière année de fac, c’est pas pour infliger le supplice du petit pot à la descendance qui paiera ma retraite. D’autant que je n’apprécie que modérément la stratégie marketing des industriels de l’agro-alimentaire.

Alors, j’ai acheté un babycook et j’ai essayé de faire des petits plats maison avant de passer la main à super-maman. Bilan : j’ai trouvé ça génial à condition d’habiter Wisteria Lane dans une vie où l’unique occupation quotidienne consisterait à papoter en cuisinant des cookies.

La bonne nouvelle, c’est qu’à deux ans, Mychoup’ a laissé tomber les petits pots pour les pâtes et les knackies. Un grand bon sur l’échelle de la gastronomie !

Bref, lisez Ginette Mathiot.

TOP 3 | L’important, c’est le rythme

Oui, vous le savez tous. Pour le bon développement de votre enfant et son bien-être au quotidien, il convient de respecter son rythme. Autant dire que depuis sa naissance, vous trouvez votre vie aussi captivante que les tribulations d’un ascète dans sa grotte.

Passés les débuts, n’en pouvant plus de ronger votre frein, vous finirez probablement le nez dans un verre de whisky, à la première soirée venue. Mais heureusement, votre conjoint(e) sera là pour s’occuper de bébé, pendant que vous chercherez désespéramment la bassine à vomi.

Bref, achetez de l’Alka Seltzer.

TOP 4 | Les bonbons, c’est non

Ce qui est horrible avec les enfants, c’est qu’ils sont vivants. Et qu’à ce titre, ils se croient autorisés à confronter leur vécu à celui de leurs congénères, sans notre permission. Voilà en quelques mots -et de façon un brin caricaturale, je vous l’accorde- comment on se retrouve avec des gosses pourris de caries.

Parce qu’avant d’en entendre parler chez sa nounou, Mychoup’ ne connaissait pas davantage les sucettes Chupa Chups que la théorie des ensembles de Georg Cantor.  Et les bonbons, comme les mathématiques, c’est de la drogue. Pas la peine de mettre le nez dedans bien longtemps pour changer de couleurs.

La bonne nouvelle, c’est que vous pourrez toujours vous réjouir quand vous verrez la tête de votre chiard devant la roulette. « Tu vois, je te l’avais bien dis qu’il ne fallait pas manger trop de bonbons ! »

Bref, trouvez un bon dentiste.

TOP 5 | Le secret, c’est la constance

Ce principe-là, c’est mon préféré. Honnêtement, il faut être sacrément dérangé pour imaginer une seule seconde qu’un adulte peut résister indéfiniment aux assauts répétés de gosses aussi bruyants que déterminés.

Franchement, quand votre mouflet vous aura réclamé pour la 492e fois, sur tous les tons et dans toutes les langues, qu’il veut ce putain de bonbon à la fraise avec plein de sucre dedans, vous finirez par lui donner avec le sourire. Pourquoi ? Parce que vous êtes normalement constitué et que votre cœur n’a pas été conçu pour lutter contre de telles charges.

Bref, appelez super-nanny.

Et vous ? Quels sont les principes parentaux avec lesquels vous avez fini par composer ? Et ceux sur lesquels vous êtes inflexibles ?

Photo Credit : Carlzoch

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 25 novembre 2013 dans Humour et humeur

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


78 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. cocoon
    le

    moi c est souvent « tu te laisse trop faire » ou « si c etait le mien quand je dis non c est non…. »

    je disais pareil HAHAHAHAHAHA j attend maintenant de voir comment ils feront quand ils auront des droles (ils feront comme nous ils prendront ca dans la goule lol)

    Répondre
  2. Cerise
    le

    Mon grand principe avant d’avoir des enfants : »moi, mes enfants, ils diront toujours merci, svp et bonjour! ». Merci et svp pas de soucis! mais alors BONJOUR!!!! j’ai tout essayé (la prévenir avant, lui demander gentiment, me fâcher, l’ignorer, …) rien n’y fait, je peux me brosser! pfff ! Je l’aurai un jour!

    Répondre
  3. Maï
    le

    Dans la liste des « principes qu’on avait avant d’avoir des enfants et qu’on a pas réussi à tenir ou pas assez longtemps », je peux citer :
    – Les parents ne doivent pas se contredire, en tout cas pas devant l’enfant. Si on est en désaccord, on en parle après…
    – Ne pas abuser de la tétine/télévision/biberon/friandise même si on a besoin de calmer notre schtroumf
    – Terminer son assiette même si on n’aime pas
    – Ne pas en faire des pourris gâtés en modérant la masse de jouets et les envies de faire des folies dépensières des papys-mamys,tontons-tantines,parrains-marraines
    – … Bref, il y en a certainement encore et encore

    Répondre
  4. Nat et ses oursons
    le

    Je crois qu’il n’y a aucun principe que je n’ai pas laissé de côté l’espace d’un instant un jour ou l’autre, et c’est pas fini! ^^ Mais à partir du moment où ce qui compte vraiment est transmis, et que dans les moments clés ils sont appliqués, et surtout que les enfants sont bien dans leur peau, pour moi tout va bien! Merci pour cet article en tout cas, j’ai adoré!

    Répondre
  5. NJ
    le

    Ils ne dormiront jamais dans notre lit !
    Quand on a un des jumeaux qui se réveille en permanence en hurlant au milieu de la nuit et qu’on a tout essayé, en vain, pour le calmer, on finit par le prendre dans le lit pour avoir un semblant de sommeil.
    Comme ça, on peut dormir un peu et on évite de réveiller le deuxième…

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ben voilà, un exemple typique. Comme je te comprends… je suis prêt à plein de concessions moi aussi pour préserver mon sommeil !

      Répondre
  6. Céline Poupouille
    le

    Mdrr génial, je m’y retrouve dans tous !!
    Ici aussi on peut rajouter le dodo dans notre lit … Quand elle se réveille et qu’elle ne veut plus dormir dans sont lit … moi je veux dormir alors op entre papa et maman. Et on la recouche avant qu’elle se réveil le matin (ça c’est pour notre bonne conscience !)

    Répondre
  7. Desperate Houseman
    le

    Méthode du vicelard : enregistrer leurs conseils, ne rien dire, et leur ressortir le jour de l’abandon du principe #priceless

    Répondre
  8. working mum
    le

    oh ça fait mal là… bon, les bonbons on a résisté longtemps (faut bien se jeter des fleurs de temps en temps) et là… par chance elle rpéfère encore les kinder aux autres (je préfère me dire que c moins pire) T’as pas oublié la TV? 😉 allez, dis!!

    Répondre
    • Olivier
      le

      Franchement, elle est tellement aspirée par les tablettes et autres smartphones qu’elle en a complètement oubliée l’existence de la télé 🙂
      En même temps, je ne suis pas certain de vraiment y gagner au change !

      Répondre
      • mathieu
        le

        bah au moins sur la tablette, elle verra pas les anges de la télé-réalité n°12 ou les ch’tis à tataouine… Quoique, reste vigilant… 😉

        Répondre
          • Maman Arrive
            le

            Oh toi aussi elle sait manier Youtube !
            Nous à tout juste 2 ans il a trouvé le raccourci pour la barre d’adresse (il adore la touche espace, alors que moi je chercherais encore et que j’ai accès au net depuis 16 ans !) et met youtube puis hop les chaines préférées (heureusement on a mit essentiellement celles des comptines

          • Olivier
            le

            Pas idiot le coup des préférés, faudra que je jette un oeil. ici, elle a trouvé l’icone sur la tablette, et trouve ses favoris facilement. Elle saute de vidéos en vidéos et regarde les résultats associés. Mais elle demande toujours si elle a le droit de regarder telle ou telle vidéo avant 😉

  9. Agnès
    le

    Il y a des principes auxquels il faut croire fermement et depuis longtemps pour continuer à s’y accrocher (en particulier le premier et le troisième), d’autres qui demandent une certaine organisation et, disons, des loisirs compatibles (le deuxième en particulier : on peut cuisiner en écoutant la radio, pas toujours en regardant la télé), d’autres pour lesquels les habitudes du couple vont jouer aussi (les deux derniers : chez nous on n’a pas de bonbons, et rarement du sucre en morceau, du coup Simon ne peut pas nous en réclamer…)
    Plus sérieusement, quand je n’avais pas d’enfant je pensais que je ne leur mettrais jamais un dessin animé pour avoir la paix et pouvoir faire autre chose. Et puis, j’ai rencontré mon mari, qui avait une télé dans sa chambre depuis assez jeune, et on a donc cédé à la facilité pour gagner une heure de sommeil le samedi matin. J’ai honte.

    Répondre
  10. Anne-Estelle
    le

    Et que faire quand ce n’est pas la nounou mais la grand mère (ma belle mère évidemment haha) qui propose le premier bonbon… Mais quelle idée elle a eu ? Bon et ceci dit, je dois être parfaite parce que les 5 points que tu abordes j’ai encore réussi à les maintenir (bon ok, le terrible two n’est pas encore passé par là… mais t’inquiètes, elle a 2 ans dans 2 mois donc…) haha
    En revanche, un principe débile mais que j’ai bien vite dû lâcher c’est « pas de tétine »… ah j’ai tenu 2 semaines quand même :-p

    Répondre
  11. emilie
    le

    Bel article, très drole, très bien écrit…
    Mais après avoir bien rigolé, je ne sais pas si je dois etre rassurée ou déprimée… 😉
    Allez, je vais le chercher à l’ecole avec son frere qui devra attendre 15 minutes avant d’avoir son bibi’ (exit le rythme de bb, 16h30, c’est 16h30 pour l’ecole). Et en rentrant on matte le roi lion en se goinfrant de pepitos … 😉

    Répondre
  12. So
    le

    Pas de tétine, je le laisserais pleurer, il ne dormira jamais dans notre chambre, on ne se disputera pas devant lui, je ne céderais pas, j’arrêterais de dire des gros mots devant lui, je ne m’énerverais pas et ne perdrais pas patience, je lui préparerais ses petits pots, je ne le laisserais pas me bouriner le ventre lorsque je lui change la couche, je continuerais à sortir comme avant, je ne serais pas inquiète comme les autres mères etc etc…piouuuu qu’est-ce qu’on peut être naïf tout de même 😉

    Répondre
    • Agnès
      le

      Surtout que si on se renseigne un peu, parmi la liste il y en a qui sont finalement délétères autant pour l’enfant que pour nous (le laisser pleurer par exemple) alors il vaut parfois mieux changer d’avis, hein 🙂 et puis pour les gros mots et autres mauvaises habitudes (la perte de patience…), si on ne les a pas perdues avant la naissance c’est fichu, ça nous échappera fatalement devant eux.

      Répondre
      • Olivier
        le

        En matière de patience, je n’ai encore rencontré personne capable de résister aux assauts d’un chiard. Mais peut-être que ça existe !

        Répondre
  13. Bealapoizon
    le

    Ah ah ah j’adore ! j’ai bien tenté le coup de la phrase posée et zen mais j’avoue qu’en de rares ( sic) occasions il m’arrive de hurler comme une vieille sorcière : tu monnte te doucher sinon je te lave dehors au karcher !

    Répondre
  14. netaddicta
    le

    Ton top 1 m’a fait pleurer de rire, surement en lien avec la gueulante que je viens de passer sur Pucinette qui refuse de faire dodo à coup de « encore un calin » ou de je jette mon doudou dans l’escalier et je hurle « mon doudou il est tombé ». J’avoue que je hurle beaucoup plus souvent que je ne le souhaiterais mais je me dis pour ma bonne conscience que c’est mieux que la fessée, un des rares principes où je n’ai jamais dérogé ni Superpapa.

    Sinon outre ceux déjà sus-cités, moi j’avais le « ne jamais dire à un enfant tu n’es pas gentil », je le tiens en général en disant « ce n’est pas gentil ce que tu viens de faire ou ce n’est pas poli ou… » mais quelquefois j’oublie et ça donne « tu n’es vraiment pas une petite fille sage! ».

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ils ont de la ressource pour éviter le coucher nos loulous… record battu récemment : on est remonté 8 fois : pour la musique, la tétine, l’eau, la turbulette, la couette, le doudou. Zen ! 🙂

      Répondre
  15. Baloo
    le

    En fait, je crois que le mieux, c’est d’avoir des principes assez « bas ». Quand je dis non, c’est non, mais je ne dis pas souvent non. Du coup, quand je le dis, je m’y tiens. Assez tôt, mon beau père m’a dit. Ne rentre pas systématiquement dans le conflit. Du coup, je suis assez cool. Et quand je me fache, ca file droit 🙂
    Par contre, je crois que le seul gros principe que j’avais et qui a explosé, c’est la télé. ^^

    Répondre
    • Olivier
      le

      Tu as raison, c’est aussi ma position. Ma femme me trouve parfois trop dans le dialogue. Moi, je pense que ça évite des crises inutiles… même si c’est parfois plus long.

      Répondre
      • Agnès
        le

        Je suis d’accord avec toi. D’ailleurs, ce n’est pas forcément plus long, car un enfant qui s’est braqué peut hurler pendant assez longtemps, donc certes on peut l’installer tant bien que mal dans la voiture si on doit l’emmener quelque part, mais autant dire que le voyage sera pénible (et on aura dû encaisser divers coups de pieds et de poings d’enfant qui se débat), et s’il s’agit de le mettre au lit, on ne peut pas dire qu’il dormira aussi longtemps que voulu…
        C’est parfois difficile d’en tenir compte mais un tout-petit vit vraiment l’instant présent, il ne se projette pas. Des menaces qui seront exécutées dans plus d’une seconde sont déjà trop abstraites (n’essayez pas de lui expliquer que s’il ne se brosse pas les dents il aura des caries !)
        Par contre il y a un tas de « techniques » qui peuvent être efficaces et auxquelles on ne pense pas forcément : « tu remplis une dernière fois ton seau, tu le vides et après tu sors du bain », « quand la grande aiguille est en bas on rentre » (celle-là je l’ai prise dans « 100 façons de se faire obéir sans cri ni fessée »)

        Répondre
        • Olivier
          le

          Oui, tout à fait. Si on exclut le fait que ces astuces peuvent potentiellement échouer lamentablement également !
          Le coup de la pendule ou du seau, c’est finalement aussi très aléatoire…

          Répondre
          • MonQuotienDeMaman
            le

            J’essaie aussi de fonctionner comme ça, en lui donnant des échéances. Ca ne marche pas toujours mais l’essentiel c’est qu’il comprenne que quoi qu’il en soit si j’ai dit « après cette histoire on va au lit » et ben on va au lit, qu’il soit d’accord ou non.
            Après j’ai aussi échoué sur les petits pots tellement pratiques quand on travaille ! (mais bon j’ai aussi cuisiné pour lui alors ce n’est qu’un demi échec ^^)
            Et puis la télé… Grâce à Sam le pompier je peux me doucher tranquille et ça, ça n’a pas de prix !
            Et enfin la tétine mais ce que je voulais surtout éviter c’est d’avoir un enfant qui apprend à parler avec une tétine dans la bouche et là pas de souci puisqu’on a réussi à ne la lui laisser que pour dormir.
            En tout cas il est génial cet article !
            Merci !

          • Olivier
            le

            Ton commentaire montre bien qu’on lâche tous sur des trucs à un moment où à un autre… l’important, c’est de ne conserver que les principes les plus importants, et de les appliquer avec suffisamment de souplesse pour ne pas rompre le dialogue.

          • Agnès
            le

            En fait ça dépend vraiment des enfants. Quand on lui dit « Simon maintenant il faut sortir » il réclame toujours de pouvoir une dernière fois remplir son seau, donc maintenant j’anticipe tout de suite, quoi qu’il fasse, qu’il puisse faire une dernière action « complète ». Pour l’horloge, ça n’a pas marché du premier coup, mais c’est une façon de ne pas le couper tout de suite, et qu’il se fasse à l’idée quand même. Je le fais depuis la rentrée à peu près, et maintenant il a bien compris que le truc que j’ai au poignet « quand l’est en bas on rentre ».

          • Olivier
            le

            Oui, ça dépend des enfants et des moments. Avec mychoup’, ça marche globalement, sauf quand elle a décidé de chercher la petite bête.
            Hier soir, elle a piqué une crise parce qu’elle voulait une deuxième cuillère de sirop, là où elle sait pourtant pourquoi elle n’en aura qu’une. Avant hier, elle voulait du Nutella alors que nous allions lui servir son repas… bref, elle sait parfaitement que dans ces circonstances, on lui opposera un « non » catégorique…

          • Agnès
            le

            Simon n’est pas trop dans ce genre-là, même s’il lui arriver de réclamer une tartine de plus alors qu’il s’est lavé les dents et que l’heure de l’école approche à grands pas. En revanche, parmi les trucs qui ont marché 2 fois et ne marchent plus du tout, menacer de manger son dessert à sa place s’il ne vient pas fissa se rasseoir est en première ligne, quand je le fais il me répond « pique ! » parce que voir maman ouvrir grand la bouche face à une cuiller de compote l’amuse beaucoup !

  16. Clairou
    le

    Alors mon principe balayé c est « non elle n aura pas de tétine » après 1 nuit sans elle en a une tripotée que j essaye de diminuer.

    Par contre quand je dis non c est non ça j y tiens quitte à la laisser pleurer!!!

    Répondre
  17. TeteduGnie
    le

    ne pas manger devant la tv c’est dur!! mais faire que des petis pots maison ca on s’y tiens!! (même si c’est du boulot!) mais en même temps on va au marché avec elle pour qu’elle découvre! et la tétine… haha je disais pas avant 6 mois ben a 15 jours paf!

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ah bah tu vois, nous c’est l’inverse. Sur la télé, on est intraitable. Même pas la peine de tenter le début d’une négociation.
      En revanche, sur la bouffe, on est un peu feignant 🙂

      Répondre
  18. Lapodoud
    le

    Moi aussi c’était la télé ! Étant accro je ne voulais pas d’une 2e drogué à la maison… mais en tant que desperate housewife une fois que tu as fait une promenade un bain 4 ou 5 activités ben t’en as plein le dos et tu es au bout de tes idées et surtout tu aimerais faire autre chose que de la pâte à modeler. Du coup craque la télé ! ^^

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ben ouais, c’est la solution de facilitée. D’ailleurs, c’est pour la même raison qu’on lui donne parfois des petits pots. Quand on tient plus la forme, on lui fait des petits plats maison… Chacun ses failles, hein !? 😉

      Répondre
  19. elodie
    le

    alors je rejoins le principe du petit pot même si j’essaye de faire un max maison je dois dire que ça dépanne bien de temps en temps et certains ne sont pas si mauvais 😉

    j’étais aussi celle qui disait à ma belle soeur accordez vous du temps en couple c’est pas si grave si vous laissez les filles :-/ aujourd’hui que j’ai ma puce on essaye de s’accorder une sortie de temps en temps tous les deux c’est important pour le couple mais je dois avouer que je comprend mieux ma belle soeur maintenant et que ce n’est pas si facile de laisser son ptit bout

    Répondre
  20. Kym
    le

    En effet. Avant on a des principes, après on a des enfants. Mon schtroumpf n’a que 9 mois alors j’ai pas encore vraiment eu de principes à abandonner. La tétine il n’en veut pas. J’en suis fière mais des fois quand je vois comme ça peut être radical chez les autres j’aimerai qu’il la prenne 😛 Le laisser dormir avec nous personnellement j’adore ^^ il ne veut pas manger ? Pas grave j’aime pas non plus qu’on me force.
    pour l’instant c’est plutôt à mes nuits que j’ai dit adieu 🙂
    Moi je suis plutôt : quand c’est non ça veut dire non. Vais-je m’y tenir ? J’ai peur 🙂 on en reparle dans qques mois !

    Répondre
      • léger aurélie
        le

        pas sur mes enfants ont 5 et 7 ans et je l’ai confie toujours pas, pas plus que quelques heures :s dommage j’aimerais tellement faire de chose avec mon compagnon ! Mais je culpabiliserais de faire un truc super sans eux.

        Répondre
        • Olivier
          le

          Tu ne t’es pas trompé d’article par hasard pour laisser ton comm’ ? 🙂
          Je te dirai bien de ne pas te faire de nœuds au cerveau pour rien. Profite de moments avec ton homme, tes mômes seront heureux de vous voir heureux, et de vous retrouver ensuite, j’en suis convaincu. Cela dit, il faut que tu le sentes…

          Répondre
  21. Maman Arrive
    le

    Alors moi mes grands principes :
    – pas de télé ni d’ordi avant 3 ans : la télé il n’est pas fan mais parfois si on a le malheur de la laisser allumée pendant le repas ça l’hypnotise et l’ordi bin à 2 ans il sait manier Youtube (bon il apprécie surtout les comptines et les clips)
    – pas touche à notre téléphone : à 18 mois il savait le débloquer ! oui j’ai cédé pour avoir 5mn de tranquillité
    Le grand principe de mon chéri : il ne dormira pas avec nous résultat on cododote depuis 15 mois (on a tenu 8 mois, jusqu’à l’arrivée des premières foutues dents).
    Les bonbons on a de la chance il n’a jamais gouté mais le chocolat…
    Le dernier truc aussi auquel on insisté (mais ce n’était pas vraiment un principe) : c’est qu’il mangera de tout ! tu parle chez nous aussi c’est pâtes/knacki régulièrement et bibi le soir (oui on a tenu 45mn de cris, d’appels, on a fini par céder à 23h on n’est pas maso) !

    Répondre
    • Olivier
      le

      Le chocolat… c’est la porte ouverte aux bonbons ça. Nous aussi, on a pensé que ça la détournerait, mais que dalle.
      Cela dit, et pour te rassurer, à choisir entre un kinder et une fraise tagada, elle prend le kinder sans hésiter. ouf…

      Répondre
  22. léger aurélie
    le

    Le principe sur lequel je ne bougerais pas c’est le rythme de mes enfants ! (je juge pas c’est juste mon ressenti). J’ai connu l’ennui des soirées d’adultes et je ne leur ferais pas subir ça ! Alors bien sur ça nous arrive de manger chez les amies mais uniquement si on sait que la soirée sera calme, sans alcool et qu’ils auront un coin pour regarder un ti dvd avec leur lecteur et qu’on rentre pas trop tard ! Je n’aime pas le principe de trimbaler mes enfants en soirée avec des gens alcolisé et des fumées de cigarette à tout va. Mes enfants mangent à heure correct et j’avoue ne pas aimer trop débordé. Après à l’inverse j’avoue que les petits pots… j’ai essayé le maison d’abord ma fille na pas aimé et franchement les petits pots c’est quand même hyper pratique et pas si mauvais que ça moi en tout cas j’aime leur gout (oui je suis peu être bisard^^)

    Répondre
    • Olivier
      le

      On déroge à la règle de temps en temps, mais on assume les conséquences : quand elle se couche tard un soir, elle est souvent chafouin le lendemain. Du coup, on en tient compte et on la ménage.
      Ici en tout cas, elle aime bien voir nos amis et aller aux soirées. Elle s’y ennuie parfois un peu mais on prévoit toujours des trucs pour elle.
      Une chose est sûre, en présence d’enfants, chez nous comme chez nos amis, on fume dehors !

      Répondre