A la rentrée, je réduis mes déchets

je réduis mes déchets

354 kg. C’est le volume de déchets que chaque habitant balance chaque année à la poubelle.

La mauvaise nouvelle, c’est que, sur ce total, seuls 20 % de ces ordures ménagères sont recyclées et 14 % font l’objet d’une gestion écologique (compostage, méthanisation). Le reste est incinéré (30 %) ou finit sa vie en décharges (36 %). Pas terrible pour l’avenir de la planète.

C’est à l’occasion de son déménagement — de la région parisienne vers la Bretagne — que Marjolaine Solaro a pris conscience de l’inconvenance de nos habitudes. Parce que nos déchets « finissent bien quelque part, à polluer la terre dont on se nourrit, l’eau que l’on boit et l’air que l’on respire ».

Vous connaissez peut-être Marjolaine pour les récits de sa vie de maman sur un blog qu’elle enrichit de sa plume alerte et de son regard tendre sur l’enfance. Mais vous connaissez peut-être moins la jeune femme consciente et engagée, auteur de nombreux livres, parmi lesquels « je réduis mes déchets », un guide de poche à l’usage de tous ceux qui pensent encore qu’ils peuvent agir, sans savoir par quel bout prendre le problème.

Bref, on a remplacé nos éponges par des tawashis

Tout au long de ces 150 pages, Marjolaine s’emploie donc à déconstruire nos habitudes tout en proposant des solutions de substitution multiples. En commençant par le début : ne pas surconsommer, refuser les emballages inutiles, recycler et composter pour ceux qui le peuvent. Mais l’auteur nous invite aussi à cuisiner autrement, astuces et recettes à l’appui, à remplacer nos éponges par des tawashis ou à préparer du liquide vaisselle avec du savon de Marseille.

livre-je-reduis-mes-dechets-marjolaine-solaro

Autant vous le dire tout de suite, pas une pièce de la maison n’échappe à la sagacité de Marjolaine. Après la cuisine, la buanderie, la salle de bain, les toilettes, les chambres, le salon, la salle à manger et même le jardin, un chapitre complet est également consacré à l’arrivée de bébé, ce générateur de déchets en puissance (couches jetables, lingettes, bouteilles en plastique, vêtements, matériel de puériculture).

Sans culpabiliser ses lecteurs, Marjolaine Solaro parvient page après page à les convaincre de changer quelques-unes de leurs habitudes. Pas question d’aboutir au « zéro déchet » mais plutôt de planter cette petite graine dans la conscience de chacun pour que, génération après génération, se perpétue l’idée d’une développement humain plus respectueux de son environnement.

Plus d’infos ? Découvrez le livre « Je réduis mes déchets » ici.

Et vous ? Avez-vous tenté de réduire vos déchets ? Quelles sont vos astuces ?

Crédit photo : nettoyage en famille

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 18 septembre 2017 dans Questions de parents

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


4 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    • Olivier
      le

      28 320 tonnes générées chaque année par la communauté FB de Je suis papa par exemple. Soit 4 tours Montparnasse d’après un lecteur…

      Répondre
  1. Thomas
    le

    Bonne initiative que ce petit guide de poche. Après, le plus compliqué, c’est d’arriver à adopter ces bons réflexes au quotidien, s’y tenir à long terme mais aussi et surtout que toute la famille y participe ! 🙂

    Répondre