Bébé et la technique du câlin

Ces derniers temps, bébé a pris une sale habitude. Un tic agaçant. Dès qu’elle n’a plus besoin d’un objet, elle le balance par-dessus bord.

Au moment du repas, il n’est pas rare de la voir jeter sa cuillère à moitié remplie directement sur le parquet. Quand elle ne vise pas le fauteuil à côté, ou le mur dans son dos.

A chaque fois, c’est la même histoire. Les yeux dans les yeux, je rappelle à Mychoup’ les règles de savoir-vivre en vigueur dans cette maison. Bébé baisse le regard, fronce les sourcils, grommelle… avant d’acquiescer et de jurer ses grands dieux qu’on ne l’y reprendra plus.

Et moi, je la crois. (Oui, je suis un âne).

Bébé, sans complexe !

Ce soir-là, j’installe Mychoup’ sur la table à langer, comme de coutume au sortir du bain. Je lui tends son livre préféré – L’imagerie Fleurus La vie des bébés – qu’elle a pris l’habitude de parcourir pendant que je prends soin de sa peau de pêche.

Quelques minutes plus tard, Mychoup’ referme le livre, crie « voilà » et exécute un lancer franc façon Tony Parker.

Je plante immédiatement mes yeux dans ceux de bébé. Mychoup’ observe avec crainte les changements s’opérant sur mon visage, et enchaine finalement avec grâce, avant qu’un seul mot n’ait pu sortir de ma bouche : « Papa, câlin… Paaaapppaaaa, Câââââlllliiiinnnn. »

Voilà. Ma fille me prend donc pour une truffe.

Les fourberies de bébé

Je vais vous confier un secret : j’aime l’intelligence fourbe de ma fille. Son habileté à trouver les mots pour échapper à la sanction me sidère. Et prouve qu’elle saura probablement se sortir des pires situations que lui réserve notre monde cruel.

Alors bien sûr, voilà une qualité à ranger du côté de ses forces obscures. Mais bon, c’est aussi ce qui fait son charme.

Quant à moi, je ne me suis pas fait (totalement) avoir. J’ai à nouveau énoncé les règles de savoir-vivre à Mychoup’… avant d’accepter son câlin avec un plaisir non dissimulé !

Et vous ? Comment vos enfants arrivent-ils à détourner votre attention ? A quelles ruses font-ils appel pour éviter les réprimandes ?

Photo Credit: Kate Dreyer via Compfight cc

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 11 avril 2013 dans Tranches de vie

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


24 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Olive
    le

    Ahhh nous aussi elle adore tout jeter… Particulièrement pendant le change. Elle a même compris, une fois qu’elle avait chopé une crème, que ca permettait de faire tomber les autres produits autour façon batte de baseball. #sic 🙂
    des petites fourbes, tu as trouvé le mot !

    Répondre
  2. Amélie Epicétout
    le

    Moi ce qui me déprime c’est qu’elle fait la bêtise, tout en nous regardant avec un malin sourire alors qu’on a même pas eu le temps de lui dire « non! n’y songe même pas » et qu’ensuite elle nous lance un « oh non, bêtise… ». Donc elle est consciente que c’est une bêtise, elle le fait quand même, elle joue avec nos nerfs et elle recommencera. Pourtant entre temps on aura fait les gros yeux, elle aura aidé à nettoyer sa bêtise et elle aura fait un p’tit tour au coin. Je crois qu’elle aime aller au conflit, elle ne cherche même pas à nous amadouer… ah si elle nous fait les yeux doux pour un bout de pain ou du chocolat.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ah oui, je crois bien qu’on vit la même chose. Je ne sais pas ce qu’il passe dans la tête de nos enfants dans ces moments-là, mais c’est pas très clair !

      Répondre
  3. Vacances nature
    le

    Toujours la même ruse du câlin ou bien de la moue pleine de tendresse. Et malgré toutes ces années (enfin il a 2 ans), je craque à chaque fois

    Répondre
  4. Babidji
    le

    bah moi pas de solution miracle : je craque … pas pour les câlins mais plutôt avec de temps à autre une bonne gueulante (parce qu’en plus de la monstrouille de 2 ans il y a la grandstrouille de 5 ans)
    Et pour éviter les crises à cause des jetés incroyable de number 2 : je lui ai acheté un attache doudou pour être sûr de ne pas le perdre en promenade en l’attanchant à la poussette … et ce depuis pfffff au moins un an et demi ! un accessoire juste indispensable ! elle a balancé sa paire de lunettes de soleil l’an dernier dans les rues de barcelone en pleine foule … impossible à retrouver … une chaussette regulierement au supermarché … et coup de bol on m’a récupéré une pompe en me courant derriere alors que j’avais déjà fait 500m !!! voilà bienvenue au club et à 2 ans et 4 mois ça continue encore et encore, pour toi c’n’est que le début d’accord d’accord 😉

    Répondre
    • Olivier
      le

      holala 😉 moi, j’essaye de prendre ça avec philosophie. C’est pas très grave, même si parfois, ça agace carrément !

      Répondre
  5. Agnès
    le

    Simon aussi a tendance à tout balancer, et on a rapidement dû s’avouer que c’était un peu de notre faute : on balance son pyjama dans son lit, et parfois aussi une cuillère dans l’évier… Difficile pour lui de distinguer le lancer approprié de celui qui ne l’est pas. Alors, quand il jette tous les coussins du canapé par jeu, on les lui fait ramasser. Du coup ça ne lui arrive plus très souvent.
    Par contre, s’il a très bien compris la technique du bisou qui guérit et l’applique dans les deux sens (oui, s’il nous voit nous faire mal il vient immédiatement nous faire un bisou), il n’a pas encore développé de technique pour détourner notre attention quand il fait une bêtise. Quand il ne fait pas exprès (par exemple, son ballon atterrit sur le coffre à jouets et en fait tomber la collection de cubes qui y trônaient), il s’exclame « ho, bêtise ! » pour s’excuser. Mais quand le geste est délibéré (il est furieux et donne un coup de pied dans le premier objet à sa portée), il va plutôt camper sur ses positions, se braquer et se mettre à crier. Et là, c’est à nous de trouver le moyen de détourner son attention pour le calmer…

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ta réflexion est intéressante. je n’avais pas pensé que nous aussi, nous jetions des objets ! Et effectivement, bébé ne fait peut-être que reproduire.
      Pour le reste, ton petit Simon ressemble à Mychoup’. Exactement les mêmes comportements 😉

      Répondre
  6. Babidji
    le

    J’aimerais bien comme toi être zen mais parfois les nerfs craquent qd tu as deux gosses à qui tu parles et qui ne te voient pas, ne t’entendent pas et continuent leur Life et leurs âneries comme si de tien était … enfin âneries … je devrais dure grosses bêtises … je te rassure je n’ai pas hurlé sur Romane à 1 an 1/2 quand elle a bazardé ses lunettes de soleil … Mais qd elle dessine pour la 4ème fois sur tes murs blcs ou ton escaliers gris clair avec des feutre (voire LE feutre non lavable à l’eau celui offert ds un paquet de biscuit italien grrrrr pour gamins en plus !!!), qu’elle se fiche du coin comme de sa première brassière et Ben tu craques 😉

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ouch… Comme je te comprends. Ils y vont fort quand même !
      Les pétages de plombs, même s’il faut les éviter, font aussi partie de la vie de parents. C’est bien naturel. Pas facile de tout le temps trouver les réponses justes…

      Répondre
  7. Aline
    le

    Oh là là comment on va faire avec les jumelles ! Je kiffe ton blog mais je passe de la grande émotion ( récit du biberon de nuit tout mignon) à la plus grande encore angoisse : comment va-t-on gérer les bêtises de 2 chipies en même temps…???

    Répondre
  8. Hélène
    le

    Olivier, c’est toujours un plaisir de lire vos billets !

    Et pour ma petite contribution, ma fille de bientôt 4 ans nous sort un « je t’aime » lorqu’elle sent qu’elle est allé trop loin et que notre regard a changé :–D

    Répondre
  9. Hélène
    le

    Et pour en revenir aux bébés qui jettent, il faut savoir que ce n’est pas toujours pour nous enquiquiner, mais c’est leur façon à eux d’apprendre à maitriser l’absence et la séparation 😉

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ah oui, ben là tu me l’apprends. Mais je veux bien te croire. Même si, poser un objet tranquillement (plutôt que de le jeter par dessus bord), c’est aussi apprendre à s’en séparer, non ?

      Répondre
  10. Hélène
    le

    Apparement non, il faut qu’il le jette :–D

    J’ai trouvé ça :Il jette tout, qu’est-ce qui lui prend ?

    Pour vous, la raison la plus évidente de ce petit manège est de vous mettre à l’épreuve. Il attend de voir comment vous allez réagir… Allez-vous entrer dans son petit jeu ? Céderez-vous à son regard plein de malice qui accompagne son geste ? Certes, il évalue sans doute son pouvoir de séduction. Ce geste lui apprend à maîtriser l’absence. En jetant l’objet loin devant lui, votre tout-petit crée une absence qui n’est pas sans lui rappeler la séparation vécue entre lui et vous. Et pour apprivoiser son angoisse, rien de mieux que de « jouer à se faire peur ».
    C’est aussi un coup de pouce au langage. Vivre l’absence est nécessaire pour y accéder. Votre enfant nommera d’autant mieux les choses qu’elles paraîtront loin, différenciées de lui-même. Il imite d’abord le bruit provoqué par la chute, s’entraîne à le prononcer et appelle l’objet manquant.
    En se séparant volontairement d’un objet, il prend peu à peu conscience de ce qui lui est propre (son corps) et ce qui lui est extérieur (l’objet). Il différencie l’intérieur de l’extérieur. Cette perception l’aidera, plus tard, dans l’acquisition de la propreté.

    Voila, c’est agaçant mais important 😉

    Répondre
    • Olivier
      le

      Wouah, ok intéressant. Mychoup’ aura donc le droit de jeter par-dessus bord ses jouets, crèmes et autres trouvailles du moment. Si ça peut l’aider à aller sur le pot plus régulièrement 😉

      Répondre
      • tiph
        le

        nous le petit jette ses jouets ou chose diverse. donc quant il commence a le faire ont lui prévient qu’a la troisième fois il reste par terre ou on lui enlève. pas genre on te le confisque juste pour lui faire comprendre que lui son expérience qu’il peu le faire mais on veut pas jouer a se jeu. mon fils a deux ans et demi. donc c’est chouette mais au bout d’un moment c’est fatiguant. ça c’est quant il le fait et qu’il sur sa chaise haute. il commence d’autre expérience maintenant c’est faire volé son avion au dessus du parquet. malheureusement l’avion n’a pas compris lui alors il tombe lourdement. messieurs essais de jouer au plus malin aussi je lance un jouet puis je demande a papa de me le rapporter alors que maman lui a dit d’arrêter. filou mais ça marche pas.

        Répondre
  11. Brutus
    le

    Mais non ils cherchent juste à comprendre le monde qui les entoure, soyez patient ^^ ( j’ai pas de gosses haha)

    Pour Piaget, c’est en agissant sur son environnement que l’enfant construit ses premiers raisonnements. Ces structures cognitives (Piaget parle aussi de schèmes de pensée), au départ complètement différentes de ceux de l’adulte, s’intériorisent progressivement pour devenir de plus en plus abstraites.

    Le premier stade, qui s’étend de la naissance à environ 2 ans, est le stade sensorimoteur. Durant cette période, le contact qu’entretient l’enfant avec le monde qui l’entoure dépend entièrement des mouvements qu’il fait et des sensations qu’il éprouve. Chaque nouvel objet est brassé, lancé, mis dans la bouche pour en comprendre progressivement les caractéristiques par essais et erreurs. C’est au milieu de ce stade, vers la fin de sa première année, que l’enfant saisit la notion de permanence de l’objet, c’est-à-dire le fait que les objets continuent d’exister quand ils sortent de son champ de vision.

    Le deuxième stade est celui de la période pré-opératoire qui débute vers 2 ans et se termine vers 6 – 7 ans. Durant cette période qui se caractérise entre autres par l’avènement du langage, l’enfant devient capable de penser en terme symbolique, de se représenter des choses à partir de mots ou de symboles. L’enfant saisit aussi des notions de quantité, d’espace ainsi que la distinction entre passé et futur. Mais il demeure beaucoup orienté vers le présent et les situations physiques concrètes, ayant de la difficulté à manipuler des concepts abstraits. Sa pensée est aussi très égocentrique en ce sens qu’il assume souvent que les autres voient les situations de son point de vue à lui.

    source: http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_09/i_09_p/i_09_p_dev/i_09_p_dev.html

    Répondre