Bébé et le prétexte du bobo

25 Mar 2013

bébéet le prétexte du bobo

Depuis que bébé est tombée dans les escaliers, elle a au moins compris un truc : le sens du mot « bobo ».

Elle a aussi parfaitement saisi qu’à chaque bobo, papa et maman accourent pour la câliner, la dorloter, la consoler et lui distribuer quelques bisous réconfortants.

Vous le savez, nos bébés nous réservent bien des surprises. Et du haut de ses 21 mois, Mychoup’ est plus rusée qu’on ne l’imagine.

Bébé et le bobo : la conversation

Il est 18h30 ce soir-là. C’est le moment du bain. Mychoup’ est en train de dessiner. Et l’idée d’aller patauger ne l’inspire pas. S’ensuit une conversation surréaliste.

Moi : « Mychoup’, il est l’heure d’aller au bain. Prends ton bébé et on y va ! »
Mychoup’, sans même m’adresser un regard : « Noooonnneeeeuuuhhh ! »
Moi : « Mychoup’, je ne vais pas me fâcher maintenant, tu viens ici tout de suite ! »
Mychoup’, tête basse, sourcils froncés : « Noooonnneeeeuuuhhh ! »

Je me souviens alors des conseils de la pédopsy que nous avions rencontré il y a quelques semaines : pas de négociation. De la fermeté.

Je sors alors ma grosse voix, celle qui la décide généralement à obéir. « Mychoup’, Attention. il est l’heure du bain, tu joueras après. Tu viens ici. Immédiatement ! »

Ca y est, Mychoup’ a compris. Elle lève les yeux, les plante dans les miens. Après un instant de pause – le temps probablement d’analyser la situation et les portes de sortie qui s’offrent à elle – elle pointe doucement son doigt vers son front et enchaîne, le visage crispé de douleurs : « Aïïïïïeeeuuuhhh, bobolà ! »

Mais oui, bien sûr.

Bébé et le bobo : et donc ?

Mon bébé, innocent et fragile jusque-là, apprend peu à peu à maîtriser les subtilités des relations humaines.

Elle espérait sans doute que son gaga de papa allait craquer. Mais non. Parce que lui aussi a pris de la bouteille. Bref, elle a hurlé, s’est calmé quelques minutes plus tard, et on est allé au bain, dans la bonne humeur. Non mais !

Et vous ? Vos enfants arrivent-ils à vous rouler dans la farine ? Quelles sont leurs meilleures techniques ?

D’autres tranches de vie de bébé ? Lisez les billets suivants : ma fille a un amant, bébé rejette papa, bébé dit non, quand une bêtise se prépare, il lui fait tourner la tête… Tous les billets sur la vie de bébé sont ici ! 

Photo Credit: Splat Worldwide via Compfight cc

 

35 réponses to “Bébé et le prétexte du bobo”

  1. obiwanseb 25 mars 2013 at 13 h 45 min #

    Perso, je suis tout sauf un as dans la fermeté. Avec la mienne 2 choses fonctionnent :
    – Ne pas parler, juste ne rien dire et le silence lui fait plus peur que ma voix, donc elle obéit
    – La détourner du but initial pour y arriver. Ex : Viens prendre le bain – Non – Tant pis, je vais donner le bain à ton bébé fais ce que tu veux -> rappliquage immédiat !

    • Olivier 25 mars 2013 at 13 h 49 min #

      Je pratique aussi la deuxième option. Quand elle ne veut pas mettre son manteau, c’est moi qui fait mine de l’enfiler. Tu verrais la tronche qu’elle tire… 😉
      Le silence, c’est pas mal non plus. Tiens, je vais essayer, on verra bien !

  2. Chroniqueduntrentenaire 25 mars 2013 at 15 h 38 min #

    Ma deuxième semble avoir compris que si elle cris le soir en semaine alors que l’on essaie de faire dormir la grande parce qu’il y a école le lendemain.
    Il y a de grande chance pour qu’on la prenne avec nous.

    • Olivier 25 mars 2013 at 17 h 43 min #

      Eh oui, un classique ! hauts comme trois pommes mais ça fusionne dans leur tête ! 🙂

  3. MarlouChou 25 mars 2013 at 16 h 35 min #

    Mdr…je commence tout juste (depuis une ou deux semaines) à connaître ça…évidemment nos bouts de choux respectifs n’ont que deux mois d’écart alors je te suis pour tout en fait.
    C’est clair qu’ils sont malins…mais tout comme toi, je ne cale pas…ou j’essaie quoi!
    Biz et bon courage pour la suite car je pense que nous avons encore pleeeeein de belles choses à découvrir! 😉

    • Olivier 25 mars 2013 at 17 h 43 min #

      Houlala, on n’est pas au bout de nos surprises, ça c’est clair 😉 une chose après l’autre !

  4. Amélie Epicétout 25 mars 2013 at 17 h 21 min #

    Alors la mienne c’est la reine du « caca? » quand on vient de la coucher car elle sait très bien qu’on va la ressortir du lit pour vérifier la couche, c’est toujours 2 secondes de gagné. Sinon elle joue aussi à avoir des bobos (toujours à la tête d’ailleurs) et à faire semblant de pleurer… heureusement qu’à l’intonation on arrive encore à démêler le vrai du faux.

    • Olivier 25 mars 2013 at 17 h 44 min #

      Ah le caca, je sens que ça va devenir un de ses prétextes favoris dans pas longtemps… comme par hasard, elle a souvent envie de tester le pot au moment d’aller se coucher 😉

  5. Working Mama 26 mars 2013 at 12 h 10 min #

    Pas de négociations, de la fermeté….Je ne suis pas vraiment d’accord 🙂 On peut avoir les deux.

    Ta fille est dans l’âge où elle veut décider. Non pas par provocation, mais parce que comme tout être humain elle refuse d’être contrôlée, contenue, entravée dans sa volonté. Nous même adultes avons ces aspirations là, la différence étant que nous avons appris à les gérer, ce qu’elle fera aussi en grandissant. Bref j’en viens à ce que je voulais dire: il y a des petites astuces pour contourner ce genre de conflits à base de « tu viens? » « non » « j’ai dit tu viens » « noooooooon! » qui engendrent souvent cris, pleurs, stress, énervement…En donnant par exemple à l’enfant la possibilité de choisir mais dans une situation où l’issue est contrôlée par le parent, inévitable pour l’enfant. Exemple:

    « MyChoup, je vois que tu fais un beau dessin et que tu as presque fini…tu veux prendre le bain maintenant et on fini après, ou bien tu finis et ensuite on se baigne? »

    Ou bien

    « Tu veux te brosser les dents avant ou après le bain? »

    Des choses dans le genre. Laisser le choix au petit sur le moment où il fera l’action, mais ne pas lui laisser le choix de la faire ou pas. Quand on dit « tu viens? », implicitement on attend une réponse positive dans notre monde de parents bisousnours^^. Mais on laisse aussi la porte ouverte vers une réponse négative et un conflit. Donc privilégier peut-être dans ce genre de cas, des questions « fermées » à l’issue unique mais aux actions modulables, plutôt que des questions laissant à l’enfant l’occasion de dire non (dans le cas des moments indispensables de la journée il s’entend, pour le reste le laisser dire non c’est important!)

    Je ne sais pas si je suis claire?

    Bonne journée!

    • Olivier 26 mars 2013 at 14 h 27 min #

      Parfaitement. D’ailleurs, tu as bien raison. Elle a son caractère, affirme ses choix et refuse d’être contrôlée. Et elle a bien raison 🙂
      Bien sûr, dès fois, je suis moins patient qu’à d’autres moments, mais souvent j’use aussi de la ruse pour lui donner le choix… entre prendre le bain avec bébé ou avec canard, par exemple ! 😉

      • Working Mama 26 mars 2013 at 14 h 40 min #

        Héhé 🙂 Aussi, en complément de cette astuce, je pense que ça implique de lâcher prise sur certaines choses. Nous, on aimerait bien que le bain soit pris à telle heure. Mais des fois en réfléchissant, on se rend compte que c’est une contrainte qu’on se donne mais qu’elle peut être assouplie. Par exemple est-ce qu’on peut se dire que finalement ça peut être dans 20 minutes le temps qu’elle finisse son dessin, et du coup ce qu’on avait prévu de faire une fois le bain fini (étendre une machine, ranger le placard, que sais-je) on le fait dans ce laps de temps. Je crois assez fort en la flexibilité pour satisfaire tout le monde: le parent aura eu son bain sans (trop) de conflits, l’enfant aura eu le sentiment qu’on le laissait décider, le placard sera rangé. On aura juste secoué un peu ce qui était prévu à l’origine et mis les choses dans un autre ordre. C’est intéressant je crois de se questionner sur ce qui pour nous n’est vraiment pas modulable, et ce qui peut, finalement, être assoupli assez facilement. Ca évite bien des prises de tête, et pas seulement avec l’enfant d’ailleurs (suivez mon regard vers GrosChéri…)

        • Olivier 26 mars 2013 at 14 h 49 min #

          Exactement, au début, on paniquait à chaque fois qu’on ne tenait pas le planning quotidien. Aujourd’hui, après 20 mois, on a appris à lâcher du lest. Et on ne s’en porte pas plus mal… on se sent même libéré, et du coup, Mychoup’ est mieux aussi.
          Et pour revenir à l’exemple du bain, il nous arrive même de le zapper carrément quand on sent que ça ne va pas se passer dans la bonne humeur pour une raison ou pour une autre !
          Rassure-moi, GrosChéri ne lit pas ce blog ? Je ne voudrai pas être à l’origine d’un éventuel conflit 😉

          • Working Mama 26 mars 2013 at 14 h 55 min #

            Non il ne lit pas mais quand bien même, on est au clair sur ces sujets 🙂 Et ici aussi il arrive que le bain saute. A 12 mois en hiver, on a pas besoin de se laver tous jours. A 18 mois en plein mois d’août par 40 toute la journée, on en reparlera, mais là…

            Bonne journée 😉

            • Olivier 26 mars 2013 at 14 h 58 min #

              Ben oui, tant qu’on peut, on en profite ! Et on verra cet été 😉

    • Olivier 27 mars 2013 at 9 h 00 min #

      Hey, suite à notre échange, hier soir, j’ai essayé de multiplier les propositions à choix multiples, plutôt que les ordres. juste pour voir ce que ça donnait, même dans les situations les moins adaptées à priori.
      Et bien, Mychoup’ a été super. Elle m’a suivi dans toutes mes demandes, même s’il a fallu insister parfois, et on a passé une soirée excellente.
      Je savais que cette astuce marchait dans certaines situations, mais pas dans toutes. Un exemple : Mychoup’ aime mettre les pieds sur la table basse, version cow-boy. Avant, je la sermonnais et elle faisais la gueule. Hier soir, je lui ai laissé le choix : soit elle enlève ses pieds toute seule comme une grande, soit je le fais ! Elle a adoré se prêter au jeu et était très fière de retirer ses pieds toute seule 😉 D’autant que je n’ai pas manqué de la féliciter à chacun de ses choix corrects.
      Bref, on s’est éclaté 😉

      • Working Mama 27 mars 2013 at 9 h 41 min #

        Super! Pour moi c’est vraiment la base de la communication positive. Je n’ai pas encore eu l’occasion de l’expérimenter avec Lou, elle est trop jeune encore. mais quand j’étais intervenante ou quand je faisais du baby-sitting plus jeune (de mes frères ou d’autres enfants) j’y avais tout le temps recours. Alors ce n’est pas une science exacte et ça peut clasher quand même. Mais vraiment ça laisse à l’enfant une place dans l’action et du coup ça se passe beaucoup mieux de façon générale. Quelque part on ne peut pas leur en vouloir de refuser d’être commandés et de vouloir avoir le choix, on le fait tous 🙂

        Bonne journée!

        • Olivier 27 mars 2013 at 9 h 48 min #

          Pris dans le stress du quotidien, les soucis perso… on oublie vite ces petites astuces qui changent la vie. Et même si elles ne marchent pas à chaque fois, ce n’est pas une raison pour les abandonner.
          D’autant plus que super maman et moi avons, à titre personnel, quelques difficultés avec l’obéissance et la discipline. On aime pas ça ! Raison de plus pour comprendre les éventuelles réticences de Mychoup’ à nous obéir au doigt et à l’oeil !
          Merci de ce rappel 😉

          • Working Mama 27 mars 2013 at 9 h 53 min #

            Ah ça le quotidien c’est clair que ça peut parasiter toutes les meilleures intentions. Le plus dur je trouve c’est de faire coïncider le besoin de temps de l’enfant pour faire ce qu’il a à faire (mettre son manteau tout seul, manger, enlever ses habits, ranger quelque chose), avec notre besoin à nous que les choses avancent parce que la journée avance aussi et que le soir arrivera et qu’on n’aura « plus le temps ». Alors du coup forcément parfois on fait à leur place, on les presse et ça les brusque puisque eux ne peuvent pas aller plus vite…Je trouve que vraiment c’est ça qui est difficile: réussir à lâcher prise des fois sur le temps et garder dans un coin de la tête que mettre son manteau à 20 mois, ça peut être compliqué et long, tout comme manger proprement ou enlever son T-Shirt…

            • Olivier 27 mars 2013 at 9 h 57 min #

              Exactement. Et du coup, c’est un vrai luxe de vivre dans le temps de son enfant. En suivant son rythme, en s’adaptant à ses besoins. C’est génial de pouvoir prendre le temps de ces choses-là, mais pas toujours possible malheureusement. D’ou l’idée de rester flexible avec le planning, tant qu’on peut !

  6. Anne-Sophie 1001mamans 26 mars 2013 at 16 h 43 min #

    Haha 😀 La petite chipie 😛 C’est aussi des moments comme ça qui font sourire 😉

    • Olivier 26 mars 2013 at 17 h 04 min #

      oui, c’est clair, une fois l’agacement passé ! et honnêtement, j’adore savoir que ma fille a du caractère, même si je dois en subir les conséquences parfois 😉

  7. Clairou 26 mars 2013 at 20 h 04 min #

    Ah elle me fait le coup avec le pot!!!
    Avant le dodo ou le bain Melle demande le pot….
    Sauf que depuis que je lui ai mis dans la sdb ça lui plait pas… Mdr

    • Olivier 27 mars 2013 at 8 h 53 min #

      On avait installé le pot près du bain, et à sa demande, on l’a finalement déplacé près de nos toilettes. Elle préfère, c’est mieux pour nous imiter !

      • Clairou 27 mars 2013 at 21 h 44 min #

        Mes toilettes sont trop pitites pour y mettre un pot…

        Le super pot dont tu as parlé pourra peut etre y aller.. On verra

        • Olivier 28 mars 2013 at 8 h 59 min #

          Ah oui, effectivement, parfois c’est pas facile de trouver la bonne place !

  8. Julia 27 mars 2013 at 10 h 06 min #

    arf! comme WorkingMama parle bien…! j’adore! je vais directement aller voir son blog tiens ! 😉 Ici aussi on essaie la formule des propositions, mais effectivement on manque parfois de patience, parce qu’on voit le temps défiler…
    Notre choup à nous a à peu près les mêmes ruses que Mychoup! on entend souvent « aie aie aie » pour rien du tout, ou « caca » à l’heure du repas ou du coucher. Ici, les ruses sont particulièrement utilisées au moment du repas, qui n’a jamais été une partie de plaisir pour elle!
    Mais on a droit depuis quelques temps aux ruses qui consistent à retarder le départ de maman au bureau… du genre : je te pique discrétos ton sac à main, et je vais le planquer dans ma chambre; ou je te prends une chaussure et je cours avec dans l’appart’ jusqu’à ce que tu m’attrapes, …
    Difficile de se facher, c’est quand meme vraiment marrant de les voir trouver des idées comme ça! ça tourne dans leurs toutes petites têtes!

    • Working Mama 27 mars 2013 at 10 h 18 min #

      La fin de ton commentaire m’évoque une chose à laquelle on ne pense pas assez (moi la première, les réflexes liés à la perception traditionnelles de l’enfant comme faisant de la provocation ou des bêtises pour être coquin etc sont très handicapantes pour aborder les questions sous un autre angle): je pense que se fâcher dans ce genre de cas c’est passer à côté du message envoyé par le petit. Quand ils ne savent pas verbaliser, ou trop peu, ils se retrouvent prisonniers de leurs sentiments et là en l’occurrence, la tristesse ou l’angoisse de voir maman partir, parce que quand même on aimerait bien qu’elle reste là. Cacher le sac, planquer les chaussures, c’est une manière de dire ce qu’il ne peut pas exprimer avec les mots qu’il n’a pas encore. C’est difficile de trouver un juste milieu entre apprendre au petit que cacher le sac de maman au moment de partir c’est embêtant, parce qu’elle est en retard etc, et lui dire qu’on comprend qu’il préférerait que maman reste là. Ce que je veux dire, c’est que se fâcher ça reviendrait à lui dire que quelque part il n’a pas le droit de « dire », mais à sa manière en cachant le sac, que le départ de maman lui fait quelque chose. C’est complexe tout ça…

      • Julia 27 mars 2013 at 10 h 42 min #

        ah oui! mais biensûr il n’a jamais été question de se facher hein! on parle beaucoup! j’adore ces messages qu’elle me fait passer avec un peu de coquinerie! car elle sait bien que mon départ chaque matin est irrémédiable! mais très honnêtement, il m’arrive bien souvent d’être en retard…! je pars toujours dans un contexte favorable: ma choup à moi ayant compris et accepté la situation. D’ailleurs, ça se passe plutôt bien! jamais de pleurs!

        • Olivier 27 mars 2013 at 15 h 25 min #

          Effectivement, il faut savoir lire entre les lignes. Quand l’enfant adopte une attitude, il exprime un message, pas toujours simple à décoder. Du coup, se fâcher n’a pas d’intérêt. Il faut d’abord comprendre le message.
          Et en ce qui te concerne Julia, le message est clair. Bébé aimerait que tu restes avec elle pour jouer toute la journée 😉

  9. Simplement moi 27 mars 2013 at 20 h 59 min #

    J’adoooore !
    Moi aussi mon fils a essayé, une fois il s’est roulé par terre comme dans les pubs ! J’ai tellement rit qu’il s’est relevé vexé et m’a suivie (pour faire je ne sais plus quoi d’ailleurs !)

    Et quand ils sont deux, ils se mettent de mèche en plus (7ème bonne raison :p)

    • Olivier 28 mars 2013 at 8 h 57 min #

      Et oui, à deux, c’est toujours mieux pour nous mettre des bâtons dans les roues 😉
      Les contorsions en boule parterre, on connait ça. Mychoup’ est spécialiste. En général, on laisse faire et au bout d’un moment, elle se calme…

  10. Ev@ 13 juin 2013 at 11 h 31 min #

    ils sont forts ces petits loups!!

    moi ça m’inquiète pour la suite.
    Ma zouzou 10 mois (ne parlent pas donc), a compris que quand elle pleure ou qu’elle tousse papa et maman accourent (surtout papa). Alors elle a entrepris un jeu enfin ça arrivent le soir quand elle veut pas dormir (ou qd elle veut qu’on s’occupe d’elle), elle fait semblant de tousser… mon mari se fait avoir à tous les coups il distingue pas ses « fausses » toux.
    Et plus rigolo encore, elle sait aussi faire semblant de pleurer (mais là c’est trop drole je rigole à chaque fois)

    enfin voilà quoi à 10 mois elle me fait ça j’imagine quand elle aura l’age de mychoup’ …

    • Olivier 13 juin 2013 at 12 h 01 min #

      Ah bah, je suis comme le papa de ta zouzou… moi aussi, je me suis fait avoir par les fausses quintes de toux de Mychoup’ pendant des mois. Et je peux te dire qu’elle prenait un plaisir fou à me voir accourir 😉
      Mais avec le temps, j’ai pris du galon. Maintenant, je lui fais comprendre qu’il faut qu’elle arrête de se moquer de moi !

Trackbacks and Pingbacks

  1. Bébé et la soupe aux cailloux - Blog Je suis papa ! - 29 décembre 2015

    […] tranches de vie de papa ? Lisez Huit heures moins le quart avant bébé, Mes gaffes de papa, Bébé et le prétexte du bobo… toutes les tranches de vie sont […]

  2. Papa, bébé et le cheval - Blog Je suis papa ! - 30 décembre 2015

    […] tranches de vie de papa : Quand bébé nous fout la honte, bébé et le prétexte du bobo, être papa en 2013, TOP 6 des fiertés de papa… tous les épisodes de ma vie de papa sont […]

Envoyez une réponse