Bronchiolite et kiné respiratoire : inefficace ?

bronchiolite et kiné respiratoire

Voilà une info qui fait l’effet d’une petite bombe dans l’univers de la petite enfance : la kiné respiratoire en cas de bronchiolite du nourrisson ne serait pas efficace. C’est en tout cas ce que révèle la revue Prescrire, dans un article paru début décembre.

Dans un billet récent sur la bronchiolite, j’évoquais déjà les doutes d’une certaine partie de la communauté scientifique sur l’efficacité de la kiné respiratoire en cas de bronchiolite du nourrisson. Et bien, ça se confirme !

Bronchiolite et kiné respiratoire : l’étude qui fait polémique

Les résultats de 9 études ont été synthétisés. Elles comparent le traitement par ou sans kiné respiratoire chez 891 nourrissons et concluent à une « évolution clinique indifférenciée ». En clair, la kiné respiratoire ne favoriserait pas la guérison de l’enfant malade. « Avec ou sans kinésithérapie respiratoire, la durée moyenne de la maladie a été d’environ 13 jours », précise ainsi la revue Prescrire.

Pire, d’après Prescrire, La balance « bénéfices-risques », serait même défavorable. La kiné respiratoire aurait parfois des effets indésirables comme une moins bonne oxygénation du sang et des vomissements. Elle entrainerait même une fracture pour 1000 enfants traités.

Bronchiolite et kiné respiratoire : attention aux amalgames

Attention, ces conclusions doivent cependant être analysées avec prudence. Les études auxquelles la revue Prescrire fait référence ont toutes été réalisées auprès de bébés hospitalisés. « Pour ce qui est des nourrissons atteints de bronchiolite pris en charge en soins ambulatoires, le groupe du Réseau Cochrane n’a recensé aucun essai comparatif randomisé évaluant la kinésithérapie respiratoire. »

Rien ne permet donc de conclure à l’inefficacité de la kiné respiratoire pour des enfants pris en charge hors du milieu hospitalier. Cependant, on voit mal comment les résultats pourraient être différents si une étude était menée.

Bronchiolite et kiné respiratoire : et pour soulager bébé ?

En France, 460 000 enfants de moins de 2 ans sont atteints par la bronchiolite chaque année. Près de 30% des enfants âgés de moins de 2 ans sont touchés. Seuls 7% des cas vont consulter un médecin aux urgences. Seuls de très rares cas font l’objet d’une hospitalisation.

Reste une question : jusqu’à aujourd’hui, la kiné respiratoire apparaissait comme le seul recours pour soulager un bébé atteint par une bronchiolite. Si la pratique est inefficace, que reste-t-il aux parents pour venir en aide à leurs nourrissons ?

Interrogé par Medscape France, le docteur Vincent Gajdos, rejette l’amalgame entre la situation d’urgence à l’hôpital et la consultation de ville. « Cette étude de la Cochrane n’est qu’une confirmation de ce que l’on savait déjà. Les études qui ont été faites ont montré que la kinésithérapie respiratoire n’est pas efficace chez les enfants hospitalisés, mais ils ne représentent que 3% des cas de bronchiolites. En ville, pour 97% des bronchiolites, les objectifs de soins sont différents. »

Pour  Sylvain Bailleux, kinésithérapeuthe, La kiné respiratoire a en effet pour objectif d’apporter un meilleur confort, pas de diminuer la durée de la maladie. Notamment en ce qui concerne l’alimentation et le sommeil.

« Une étude bordelaise sur près de 5000 enfants a montré que 55% des nourrissons présentant des difficultés alimentaires avant la première séance de kinésithérapie respiratoire n’en présentaient plus le lendemain de la séance. Ce n’est pas négligeable », souligne Sylvain Bailleux pour Medscape.

Edit du 14/12/2012, 15h : D’après le quotidien du médecin, le syndicat national des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs auraient porté plainte contre la revue pour « manquement déontologique ».

Et vous ? Que pensez-vous de cette étude ? Continuerez-vous à emmener votre bébé chez le kiné en cas de bronchiolite ?

Crédit photo : Peasap

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 14 décembre 2012 dans Questions de parents

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


29 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. mamanbavarde
    le

    Je n’étais pas chaude la première fois que j’ai emmené le niaf, mais franchement, je ressentais le mieux être de mon bébé après chaque séance. Par contre, la kiné respi avec machines,là, nan merci, vraiment.

    Répondre
    • Olivier
      le

      pareil ici, ça a soulagé Mychoup’, elle dormait mieux et mangeait davantage après chaque séance. raison pour laquelle nous tenions à faire les séances le soir d’ailleurs !

      Répondre
  2. Cleophis
    le

    Ma fille n’a jamais eu la bronchiolite mais si mon fils devait passer par là, j’avoue que j’y réfléchirai à deux fois. Ca dépendra s’il est vraiment gêné ou pas.

    Répondre
  3. mamanblog
    le

    Moi j’ai la chance de ne jamais avoir fait de la kiné à me filles !
    J’avoue que je suis partagée. Ma sœur habite en Hollande et là-bas on laisse les gamins galérer et l’on ne fait rien… J’avoue que je reste perplexe quand je vois mon amour de neveu qui souffre et a du mal à respirer.

    Répondre
  4. Charline
    le

    Moi mon loulou il y a 1 mois tout juste ma fais de la bronchiolite et franchement j’étais bien contente que mon medecin m’a donné de la kiné apres une séance il se sentais deja mieux alors oui je suis POUR.

    Répondre
      • Karya
        le

        En effet, je n’ai jamais eu à faire ce choix-là. Pour ce que j’en avais entendu, cela soulage l’enfant et, par expérience, on est prêt à tout pour ne pas voir souffrir son enfant … Difficile dans ce domaine de savoir ce qui est bon ou pas.

        Répondre
  5. Agnès
    le

    Etant donné le rapport bénéfice-risque, les médecins devraient y réfléchir à deux fois et bien informer les parents avant de la prescrire, expliquer que ça ne va pas accélérer la guérison en particulier. Mais, comme pour les antibiotiques, je suppose que beaucoup de médecins pressés vont continuer d’en prescrire sans explications parce que pour des parents qui n’ont pas entendu parler du débat c’est trop long de refaire un topo, surtout dans une période où la salle d’attente est blindée… Pour ma part j’ai aussi constaté que ça soulage bien mon petit Simon, il respire mieux dans la journée qui suit, il dort mieux (donc nous aussi), donc je suis bien contente de pouvoir lui en faire faire. En revanche, puisque ça devient « du confort », je m’attends un peu à ce que le plafond de remboursement en soit baissé…

    Répondre
  6. pcpmom
    le

    Petit Frère est en train de finir ses études de kiné. Il a reçu l’information suivante : la kiné respi ne sert bien souvent qu’à soulager l’enfant, mais respirer c’est indispensable donc entrainez-vous sérieusement. Apparemment ils sont pour former les kiné pédiatriques à l’écoute des bronches et l’évaluation du besoin. En revanche, ce n’est effectivement pas ce qui sauvera cette pratique d’un déremboursement.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ca serait dommage que la kiné respiratoire soit déremboursée s’il s’avère que c’est la seule solution pour soulager l’enfant en lui permettant de mieux respirer.
      Parce qu’à part ça, je ne vois pas comment aider bébé.

      Répondre
      • Loiseau
        le

        en fait ca marche et pas tant que cela , de plus c impressionnant de les voir faire ;;;;alors effectivement en hollande et autres pays ; ils laissent faire la nature et c’est tant mieux ( si l’enfant à les capacités immunitaires de se défendre ) et pas terrible ( s’il ne les à pas c’est à dire : s’il à eu des vaccinations à outrance , inutiles et ;;;;; toxiques ) alors LA SOLUTION ( du moins une parmi tant d’autres ) L OIGNON !!!! mettez un oignon ouvert en deux dans sa chambre prés de son lit ……et vous verrez par vous même les résultats
        PS faites le test aussi sur vous quand vous êtes encombrés ; le nez gouteux et surtout le GRIPPE et …..SVP faites vous confiance et soyez à l’écoute mais sceptique pour tout ce qu’on vous dit ( donc à commencer par moi mais essayer et surtout LES MEDECINS qui n’ont qu’une partie de la (leur ) vérité ;;;redevenez acteur de VOTRE santé et de celle de vos ENFANTS ;;;pour ma part 3 ENFANTS aucun vacciné ( les décisions ont étaient dures ) résultats 0000000000 ANTIBIOTIQUES 4 flacons de sirop à base de bave d’escargot ( HELIX truc ) et 2 Boites de suppots de coquelusédal en 24 ANS de soins pour enfants ;;;;à si …..quelques gargarismes preventifs d’eau salées ( comme Stérimar ou Prorhinel mais là ;;;;gratuit sauf le prix du sel et de l’eau ) …..VOILA :: si vous avez besoin d’autres info ;;;;;et d’essais DZL

        Répondre
        • Olivier
          le

          Ah ben le coup de l’oignon, je ne connaissais pas… ça ne mange pas de pain d’essayer à l’occasion ! Mais j’ai quand même des doutes.

          Répondre
        • bidule
          le

          tout à fait !
          d’ailleurs c’est grace à l’oignon qu’on a éradiqué la variole !
          on vous ment en permanence: les médecins et les labos s’en mettent plein les poches sur notre dos! c’est eux qui inventent les nouvelles maladies comme le cancer ou le sida juste pour gagner encore plus d’argent sur le dos des travailleurs! scandaleux!!

          Répondre
          • Olivier
            le

            Je n’irai pas jusque là mais tes propos n’engagent que toi comme dirait l’expression…

  7. Jule
    le

    Ouuuuaaais: après la première séance de kinésithérapie respi moi j’y suis pas retournée avec Ainhoa. Et pourquoi ? Par-ce que c’est un traitement tout à fait violent! N’en doutons pas – d’être comprimé fortemment à chaque souffle et d’être comprimé autour du cou « pour faciliter le toux », c’est un peu comme être poussé sous l’eau et laissé surfacer pendant deux secondes et après être étranglé un peu.

    Les 55./. des parents concernés a Bordeaux ont pensé pareil. Leur bébé était « guéri » et ils ont juste pas dit aux médecins qu’ils étaient terrorisé.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ta comparaison est un peu rude mais c’est vrai que le gestes paraissent, au moins du point de vue des parents que nous sommes, extrêmement violents. Perso, je n’apprécierai pas du tout l’expérience. Maintenant, si ça peut soulager… C’est tout le dilemme.

      Répondre
  8. Alexandra
    le

    Bonsoir,

    Ma petite chérie est sujette au bronchiolite et bien sur on est passée par la case kine et je ne regrette absolument pas, on sentait un véritable soulagement respiratoire, une meilleure alimentation et nuit évidemment. Effectivement la manipulation peut semblait dur mais en réalité si elle est bien pratique n est absolument pas douloureuse ( je parle en connaissance de cause j en ai eu de 4 à 11ans). Par contre, il est vrai qu’il ne faut pas faire l amalgame kine = traitement. Je dirais que c est plutôt un complément. Notre kine n hésite pas a faire des pauses câlins avec papa et ou maman, pour que la séance ne soit pas désagréable. en tout cas bon courage à tous les parents passant par la case bronchiolite.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Merci de ton témoignage. Effectivement, la kiné respiratoire ne soigne pas mais soulage parfois vraiment ! Dans certains cas, je crois qu’elle est nécessaire…

      Répondre
      • THIRY
        le

        Je confirme que la kiné respiratoire est parfois nécessaire voire même indispensable. S’il elle peut apparaître comme un simple soin de confort en cas de bronchiolite du nourrisson, elle est indispensable pour l’enfant atteint d’asthme sévère, de mucovicidose ou de dyskinésie ciliaire. Respirer est indispensable. Ce n’est pas seulement du confort.

        Répondre