Caca boudin

caca boudin

Ca y est, c’est fait. L’autre jour, Mychoup’ est rentrée de l’école, le menton haut et le regard lumineux des jours de victoire.

N’y tenant plus, elle finit par m’avouer la raison de tant d’allégresse : son premier gros mot, quoi !

« Aujourd’hui, avec ma copine, on a dit caca boudin ! », me sort elle comme ça, tout de go. Le sourire en coin et la fierté accrochée au regard, elle me scrute comme pour lire une réaction, qu’elle attend probablement impitoyable.

Entre nous, Je n’allais pas péter une durite pour un « caca boudin ». « Fils de pute », « Va chier dans ton sac », ou « Ta mère suce des bites au rayon surgelés de Carrefour » m’auraient probablement fait réagir, mais là… Comment dire…

Elle a pourtant insisté. « Caca boudin, papa ! C’est un gros mot. On a dit caca boudin ! » Mais devant le vide sidéral qui s’emparait de mon visage, elle a fini par décrocher.

Pour ne pas la décevoir, je lui ai donc rappelé qu’on ne disait pas de gros mots, ni ici, ni à l’école ; bien conscient qu’elle venait de passer une étape depuis les « flûte » et autres « zut » appris chez la nounou, mais pas encore franchement convaincu par sa sauvagerie lexicale.

Reconnaissons quand même l’incroyable travail mené par l’école de la République. En moins d’un mois, ma fille aura donc eu la chance de fleurir son vocabulaire, avant même d’avoir découvert Maupassant. Et je ne doute pas que de nouveaux jurons s’empresseront de venir enrichir son champ lexical dans les mois à venir.

Et vous ? Quels ont été les premiers gros mots de vos enfants ? Ou les ont-ils appris ?

Photo Credit: Alba Soler Photography

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 3 octobre 2014 dans Tranches de vie

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


24 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. MEHEE Amélie
    le

    Pour ma petite nièce adorée ça été « putain »… Merci Tata.
    Mais maintenant je me rappelais à l’ordre à chaque fois. 😉 Pour info elle n’a que 6 ans :)))

    Répondre
    • Olivier
      le

      Quand c’est pas l’école, les parents sont aussi très souvent à l’origine des débordements lexicaux de nos enfants ! 😉

      Répondre
  2. Doudou
    le

    Oui l’école permet simplement de transmettre la mauvaise éducation de certains parents envers leurs enfants… qui s’empressent de le transmettre aux autres…

    C’est comme un virus, la grossiereté se passe d’un individu à un autre par contact auditif -_-

    Répondre
    • Olivier
      le

      C’est ça. Pire que la gastro…
      Cela dit, c’est aussi un passage obligé pour nos enfants. Comme une première occasion de franchir un interdit et de voir ce que ça donne, non ?

      Répondre
  3. Anna
    le

    Nous a la maison le juron préféré de ma fille c’est « crotte de bique », bon j’avoue c’est moi qui lui ais appris celui là. Bien plus joli que « merde » ou autre mot du genre.
    Elle a 4 ans et je n’ai pas souvenir qu’elle ait rapporté beaucoup de gros mot de l’école…
    Nous essayons de faire attention à notre langage mais je me suis rendue compte que se n’était pas forcément le cas de nos ami (e) s sans enfant… Malheureusement les enfants emmagasinent beaucoup de choses à leur âge.

    Répondre
  4. Hamelinna
    le

    Un peu à côté des questions posées par toi, SuperPapa, mais je me souviendrais toujours du jour où à l’époque, mon grand frère est allé voir notre mère en disant : « Ca y est, j’ai 13 ans, je suis grand. Je peux dire des gros mots maintenant ? »

    Ca me fait rire en y repensant, comme si les gros mots étaient « légaux » une fois devenu adulte.

    Répondre
  5. pauline k
    le

    Il faut dire que les enfants ont l’art de choper le gros mot qui se cache parfois dans une longue phrase… Un jour, ma langue a fourché et j’ai dis put***
    Elle avait même pas 2 ans et l’a répété au moins une 50e de fois!!! Je l’ai laissée répéter sans réagir (je crois que c’est la meilleure attitude à prendre surtout quand ils sont si petits) et elle ne l’a plus jamais dit.
    Mais il reviendra un jour, d’ici quelques années j’espère 🙂

    Répondre
  6. Valou
    le

    Euh ici je ne suis pas fière mais elle en connaît déjà trois. Elle vient vers nous et nous dit a l oreille : « les moustiques, ils ont dit merde, putain, connard… ». On la corrige de suite sans trop insister non plus car je suis assez d accord avec Pauline sur le sujet. Elle ne les dit jamais qu a nos oreilles avec un air coquin de transgression. J avoue qu avec son père on en rigole quand elle n est pas la car je pense qu il est normal pour un enfant de tester les limites et que c est a nous parents de leur expliquer calmement pour quelles raisons il ne faut pas dire ces mots méchants et vilains. Se braquer et fâcher l enfant sans explication est pire je pense.

    Répondre
  7. Emma June
    le

    Chez nous, (je croise les doigts) MisterBB n’a pas encore ramené de gros mots de l’école! Ici, on a fait un bel effort et quand par malheur certains nous échappent, MisterBB n’a pas l’air d’être plus intéressé que ça…Je sais que ça ne va pas durer, j’en profite! lol

    Répondre
  8. Egyptia
    le

    Exactement pareil ici ! Son premier « gros mot » c’était caca boudin quelques mois après avoir commencé l’école. Les enfants ont l’air d’adorer dire caca boudin, pourtant je me demande où ils l’apprennent parce que je connais pas beaucoup d’adultes qui l’utilisent ^^

    La grossièreté se transmet effectivement comme un virus, il ne nous reste plus qu’à trouver le patient zéro pour le mettre en quarantaine ! 😉

    Répondre
  9. netaddicta
    le

    Ici les gros mots avaient déjà commencé car les enfants de la nounou étaient scolarisé. Mais en fait une ou deux reprises ont suffit et elle n’en est pas très friande. C’est même elle qui a repris son père l’autre jour alors qu’un « c’est con » venait de lui échapper (pour sa défense, Pucinette était couchée et n’était pas censée écouter notre conversation).
    Par contre l’autre jour elle m’a dit « maman t’es trop jolie », j’ai essayé de lui expliquer que l’expression n’était pas belle mais elle a l’air d’y tenir…

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ah ça, nos mômes sont souvent les premiers pour nous dire de ne pas faire les choses… Et ils n’hésitent pas à nous fâcher.

      Répondre
  10. Ev@
    le

    Alors euh comment dire… à 2 ans ma zouzou nous a déjà sorti putain et merde…

    – « maman ze dis merde »
    – « bah non ma puce c’est pas bien de dire ça »
    – « oui c’est que papa dit merde »

    j’ai trouvé le responsable 😉
    bon mais l’essentiel elle a bien compris maintenant qu’il ne faut pas dire ça

    Répondre
  11. clairou
    le

    alors la mienne à commencer très tôt avec  » casses les pouilles! »
    oui ce n est pas un gros mot mais quand même on voit d où ça vient!
    et je suis entièrement fautive vive les bouchons parisiens!!
    mais maintenant je l utilise aussi c est plus sympas!

    Répondre
    • Olivier
      le

      Au contraire, tu devrais être fière de ta fille, qui connait donc la géographie de l’Italie par coeur, et voue visiblement une espèce d’admiration sans borne à cette région reculée mais au combien charmante du pays de Berlusconi !

      « Ca me casse les pouilles ! », j’adore ! Je vais m’en resservir.

      Répondre