Une chambre d’enfant pour deux : bonne ou mauvaise idée ?

chambre-enfant-partagee

Autrefois, les familles nombreuses étaient monnaie courante. Il n’était donc pas rare de partager sa chambre avec ses frères et sœurs.

Aujourd’hui, les fratries sont souvent plus petites, mais la question se pose malgré tout. Surface du logement, volonté des parents… les raisons peuvent être nombreuses.

Alors, le partage de la chambre est-il une bonne idée ? Faisons le tour des avantages et des inconvénients dans cet article.

Une chambre pour deux : les avantages

Pour ceux qui ont vécu la cohabitation avec leur fratrie, elle est souvent synonyme de bons souvenirs. C’est d’ailleurs cette raison qui pousse certains parents à opter pour la chambre commune.

Partager sa chambre avec ses frères et sœurs est souvent source de moments mémorables. Entre bêtises et histoires formellement interdites aux parents, le partage de la chambre renforce les liens fraternels et instaure une vraie complicité.

Il y a certes des disputes et des conflits, mais les enfants apprennent à les régler entre eux, de manière autonome.

Partager sa chambre avec ses frères et sœurs favorise l’autonomie chez les enfants et les prépare à la vie sociale. Ils intègrent ainsi les notions de partage et de respect.

Enfin, dormir dans la même chambre présentent des effets bénéfiques sur le sommeil des enfants qui se sentent apaisés par la présence de l’autre à leurs côtés.

Les inconvénients de partager une chambre commune

Partager sa chambre avec ses frères et sœurs peut également avoir quelques inconvénients. La différence d’âge ou la personnalité des enfants peuvent être un frein à cette cohabitation. Si l’aîné est en pleine adolescence, il pourra avoir besoin d’intimité.

De la même manière, la différence de rythme entre les enfants peut être difficile à gérer. Un aîné qui a besoin d’étudier pourra difficilement le faire si le plus petit y joue de manière bruyante.

A contrario, un enfant qui a encore besoin de sieste doit pouvoir dormir dans le calme.

D’ailleurs, si votre petit dernier ne fait pas encore ses nuits, il est vivement déconseillé de l’intégrer à la chambre commune.

Enfin, cette cohabitation peut aussi nécessiter davantage d’efforts éducatifs de la part des parents, plus souvent obligés d’intervenir pour rétablir l’ordre.

Comment faciliter la cohabitation ?

La règle numéro un est de tenir compte des besoins de chacun. Chaque enfant a sa propre personnalité et doit pouvoir bénéficier de son espace personnel.

Aujourd’hui, il existe des astuces permettant de délimiter les espaces et de les personnaliser. Une peinture différente, une cloison amovible, quelques étagères et le tour est joué ! Vos enfants disposent ainsi de leur intimité et de leur petit jardin secret.

Enfin, instaurez des règles. Rangement de la chambre, heure du coucher, partage, respect… sont autant de limites qu’il sera nécessaire de fixer (et de rappeler régulièrement).

Vous l’avez compris, chambre à coucher dédiée ou partagée, il n’y a pas de formule idéale. Pour effectuer votre choix, le mieux est d’écouter vos enfants et leurs besoins.

Pour votre aménagement, n’hésitez pas à faire un tour sur le Club des parents, vous trouverez des offres exclusives sur le linge de maison avec Becquet par exemple et des promotions pour acheter des lits et du mobilier de chambre enfant à petits prix.

Et vous ? Avez-vous opté pour la chambre dédiée ou partagée pour vos enfants ?

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 20 août 2020 et mis à jour le 20 août 2020 dans Questions de parents, Aménagement et équipement, Sommeil, Vie quotidienne
Priscilla Caruso Mucciante

Par Priscilla

Maman de deux petits garçons, Priscilla n’a pas hésité longtemps à abandonner sa “vie d’avant” pour pouvoir se consacrer davantage à ses deux petits bouts. Discrète et empathique, elle rédige des articles clairs et pleins de bienveillance, destinés aux jeunes parents. Objectif : les aider dans leur quotidien (parfois chaotique, il faut bien le reconnaître) à travers des astuces, des conseils, et du vécu (beaucoup de vécu), en toute simplicité ! Passionnée de voyages, de bons petits plats et de plaisirs simples de la vie, elle aime se ressourcer auprès de sa famille. Sa devise :  apprécier ce que l’on a en attendant d’avoir ce que l’on veut !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *