Comment résister aux assauts d’un chiard de deux ans ?

résister aux assauts d'un chiard de deux ans

En franchissant allègrement le cap des deuzans, votre enfant vient aussi d’entrer dans la phase casse-couilles. Une étape incontournable que Piaget appelle plus poliment « stade de la pensée symbolique ou préconceptuelle ».

Ce moment tant attendu des parents se caractérise par un égocentrisme forcené, votre môme « se montrant incapable de se décentrer et de coordonner son point de vue avec celui d’autrui ».

Pour faire court : Vous aviez un enfant. Vous voici donc avec un chiard. Pour ne pas dire un chieur. Ou plutôt une chieuse en ce qui concerne Mychoup’. Bien.

Le chiard, les symptômes

En pleine phase casse-couilles, le chiard ne pense donc qu’à lui. Une attitude qui se traduit immédiatement par des allégations franches du type : « Amoissa ! », « donnenamoi, médonneeeeuuuhhh », « Nonpassa, laut’ », et autres exigences catapultées avec un ton militaire.

Autant vous dire qu’ici, ni super maman ni moi ne sommes habitués à être interpellés de la sorte. Et les quelques individus qui s’y sont essayés s’en souviennent encore.

Bref, lorsque Mychoup’ s’égare dans ces délires égocentriques, il arrive que la moutarde nous monte au nez. Pour rester poli.

Les assauts du chiard, comment résister ?

Vous vous dites que ce n’est pas un chiard de moins d’un mètre qui va faire sa loi et vous avez probablement raison. Pour autant, rien ne sert d’entrer en conflit pour parvenir à vos fins. Le point sur quelques techniques.

Résister au chiard, la ruse

Votre objectif : éviter de plonger bébé dans une colère noire, sans passer pour une lavette. Pour y parvenir, optez pour la ruse. L’illusion du choix constitue par exemple une solution. Au lieu de vous entêter à faire accepter ce yaourt à bébé, proposez-lui de choisir entre deux pots. Ca passe souvent beaucoup mieux !

Attention, comme tout chiard qui se respecte, votre môme ne se laissera pas amadouer facilement par vos techniques, du type « ni vu, ni connu j’t’embrouille ». Pensez donc à changer régulièrement de tactique pour semer le trouble dans son esprit.

Résister au chiard, le silence

Quand bébé veut quelque chose que vous ne souhaitez pas lui donner, les échanges entre vous et lui peuvent vite tourner au dialogue de sourds, du type : « Amoissa ! », « non bébé, je ne peux pas te le donner », « Amoissa ! », « j’ai dit non mon ange », « Ammmmooiiiissssa ! », « bébé, non c’est non »… et ainsi de suite pendant de longues minutes, qui ressemblent parfois à des heures.

Fatigué par ces conversations interminables, j’ai finalement opté pour une nouvelle méthode beaucoup plus reposante : le silence. Après avoir expliqué à bébé les raisons pour lesquelles elle n’obtiendra pas l’objet de sa convoitise, je me tais et ne répond plus à ces assauts verbaux. Là, immobile, je la regarde sans moufter. Lassée de discuter seule, elle finit souvent par passer à autre chose.

Résister au chiard, la faille

Dans une guerre, le principal atout des belligérants réside dans la connaissance des failles de l’ennemi. Or, Mychoup’ a une vraie faiblesse. Elle craque pour les princesses. Et adore quand son papa s’extasie devant la sienne.

Bébé ne veut pas mettre sa robe ? « Comment ça Mychoup’, mais tu sais que c’est une vrai robe de princesse ça ! » Bébé ne veut pas de son assiette de légumes ? « Mais Mychoup’ enfin, c’est le plat préféré des princesses ! » Et ainsi de suite !

Résister au chiard, l’orage

Parfois, il n’y a rien d’autres à faire que de laisser passer l’orage. Bébé est vexée, frustrée, n’écoute rien, pique une colère, hurle sa haine, frappe dans tout ce qui se présente… et c’est comme ça. Du coup, mieux vaut filer aux abris et faire profil bas, histoire de ne pas attiser le feu.

Ici, la fin des coups de colère prend toujours la même forme. Bébé arrête soudainement de pleurer, renifle deux ou trois fois, s’approche de nous, et signale par un « voilà, fini » que l’orage est passé.

Et vous ? Quelles autres techniques avez-vous éprouvées pour résister aux assauts de votre chiard ? Comment réagissez-vous face à ces attitudes qu’il ne maitrise pas ? Comment gardez-vous votre calme ?

Photo Credit: greg westfall

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 19 juin 2013 dans Humour et humeur

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


53 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ev@
    le

    Ouaouhh j’imagine l’orage et tout d’un coup le « voilà fini » lol!!!ça doit etre impressionnant quand meme!

    MA zouzou (10 mois) ne parle pas mais a déjà des phases égocentrique. Du style je prete pas mes jouets, tout ce que t’as dans tes mains c’est à moi sinon je hurle à la mort qui tue… Et t’as interet à me regarder sinon j’hurle à nouveau(enfin mamie, maman ou nounou parce que le reste j’men fou)…

    à tel point que l’autre petite du meme age chez nounou ne veut plus aller dans le parc avec ma zouzou… La honte…
    J’imagine que lorqu’elle aura 2 ans ça sera pire… snif
    Si elle pouvait parler elle dirait la meme chose que Mychoup’ lol

    pour l’instant je peux pas faire grand chose donc, un peu obligé de suivre au risque de déclencher ma petite alarme incendie et de voir débarquer des hommes casqués…

    Répondre
    • Olivier
      le

      le « voilà fini » après l’orage, c’est un moment magique. La première fois, ça nous a laissé sur le cul !
      Tu devrais peut-être laisser l’alarme incendie se déclencher. Une bonne douche froide, ça lui remettra peut-être les idées en place 😉

      Répondre
      • Ev@
        le

        J’ai bien essayé quelques fois de la laisser, mais elle est tellement tenace que je capitule au bout de 15min (c’est très très très long) m’enfin j’espère que ce n’est qu’une passade

        Répondre
  2. Isabelle jouets en bois
    le

    Mince mais les 2 ans, c’est vraiment une phase critique! Ne serait-ce pas pire que l’adolescence ?… (mère angoissée car son fils approche dangereusement des 2 ans)

    Répondre
    • Olivier
      le

      Je n’ai pas assez d’expérience pour t’en parler, mais je ne suis personnellement pas pressé d’arriver à la phase de l’adolescence.
      2 ans, c’est terrifiant… et magique à la fois 😉

      Répondre
    • Séverine
      le

      J’ai une terreur de 2 ans 1/2 et deux ados… Faut avouer que le pire ça dépend des moments, c’est pas pareil… Mais ça se vaut ! L’erreur fatale c’est d’avoir les deux en même temps. Je savais pas !

      Répondre
  3. Anaïs
    le

    J’adore l’utilisation de la vénération (oups je ne sais pas si ça dit) pour faire faire des choses à Mychoup’ ! Ce sera difficile d’utiliser cet argument pour mon Petit loup !

    Répondre
  4. Lucky Sophie
    le

    Ah ouais nous aussi on est en plein dedans, moi j’appelle ça l’épreuve de la frustration ! Un mauvais moment à passer ! 🙂

    Répondre
    • Olivier
      le

      « mauvais » est un euphémisme. heureusement, il y a aussi des moments exceptionnels à cet âge-là. Ca compense ! ^^

      Répondre
  5. mumforever2
    le

    Et sinon ça peut commencer vers 20mois cette phrase ? Parce que le Pitchou il est franchement casse-bonbon en ce moment ! On a pas les p’tites phrases marrantes en plus (c’est un garçon, il traine), que les râleries, les pleurs et envoyer balader tout ce qui est à portée de main.

    Répondre
  6. Julia
    le

    C’est incroyable! on dirait la mienne!! je suis aussi familière des « amoissaaaaa » « non l’aut' » « moi veux pas » « veuxssssssssssssa »…

    Hier soir par exemple, elle a découvert la cachette des « cochillas » (entendez par là « chocolats ») juste avant le diner… ici les orages ont du mal à passer. Elle est très persévérante! Au bout d’un moment, je l’ai amenée dans sa chambre pour lui proposer de se changer les idées en regardant un livre : elle m’a dit « veux me coucher ». J’ai dit OK… puis je suis revenue la voir 10 minutes après pour lui proposer quand meme le repas. Elle est venue mais n’avait pas oublié son idée!!

    La solution : une négociation! On a pris un chocolat qu’on a posé à côté de la compote. On a dit : OK à la fin du repas, après la compote…ouf! cette fois ci ça a marché, mais je peux te dire qu’elle est dure en affaires! Professionnellement parlant j’ai connu des négociations plus faciles que celles que j’ai avec ce « chiard » de deuzans dans 15 jours!!

    Et comme vous, ici non plus on n’a pas l’habitude d’être commandés comme ça. Mais à la crèche, l’éducatrice m’a rassurée en me disant que c’était le signe d’un très bon développement!

    Courage!

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ben voilà, tu résumes parfaitement notre quotidien, entre négociation et imagination pour parvenir à nos fins !
      Nos enfants sont terrifiants…

      Répondre
  7. Mme E.
    le

    C’est pas pour faire ma péteuse mais mon Crapiot a juste un mois de moins que ta fille et je le reconnais PAS DU TOUT dans le portrait du chieur.

    Alors oui après il affirme son caractère mais y’a jamais de crises de colère incontrôlées et tout le toutim. Même dans ses exigences il reste super poli et insiste pas si non, c’est non. Et si on a besoin de parler avec son père (on a des horaires décalés donc on se voit peu la semaine), il s’occupe tranquillement.

    Plus je vois des témoignages d’autres parents, plus je vois les gosses des autres et plus je me dis que mon Crapiot il est quand même ultra bien fait…

    Répondre
  8. Amélie Epicétout
    le

    Bon la mienne elle fait tout pareil sauf que l’orage a beaucoup de mal à se finir. Ce matin j’ai cru qu’elle allait faire une tête au carré à un petit garçon qui a pris le livre des chats AVANT elle à la bibliothèque (non mais tu te rends compte!) et j’ai réussi à faire diversion avec le livre des chiens mais je n’en menais pas large…

    Répondre
    • Olivier
      le

      C’est scandaleux ces enfants qui se permettent de piquer les jouets préférés de nos mômes à nous, non mais ! Coup de boule 😉

      Répondre
  9. Florence
    le

    Très sympa cet article ! Merci 🙂

    Je rajouterai deux astuces qui fonctionnent assez bien chez moi :

    1. m’intéresser vraiment à son monde et à son point de vue. Je me mets à son niveau et lui pose des questions onvertes, en reformulant ses besoins. Quand il est rassasié et qu’il se sent compris (meme si cela ne change pas le résultat), on arrive à sortir de la confrontation.

    2. le nourrir avec de l’imagination : « ah oui et qu’est ce que tu ferais avec ça ? « . Ca peut aller très très loin dans l’irréel, mais une fois qu’on en a parlé, il arrive à passer à autre chose.

    Chapeau pour le silence. Je ne tiens pas très longtemps, je dois respirer pas mal ou sortir de la pièce…

    Répondre
    • Olivier
      le

      Mychoup’ ne parle pas encore suffisamment bien pour qu’on s’engage dans ce genre de discussions, mais tes idées sont très bonnes. A mettre en place dès qu’elle sera capable d’un peu plus d’abstraction !

      Répondre
  10. lilou
    le

    j’ai bien rigolé parce que c la même chose a la maison, mais y a des fois où l’orage ne passe pas donc quand c comme ca je l’envoi dans sa chambre se calmer avec un livre sur son lit (et souvent avec totote et doudou)
    en générale elle se calme et revient vite nous voir en faisant un beau sourire charmeur

    Répondre
  11. netaddicta
    le

    Le même modèle à la maison « veuta » (elle maitrise pas très bien le ça) et l’emploi du possessif à tout va « cé mon livre » (même quand c’est celui de maman sans aucune image intéressante…).
    Par contre la fin de l’orage c’est pas « voilà fini » mais « é calmé toute seule, é sage » souvent suivi de « veux babar » (la fameuse histoire de babar en cd qu’on lui met dans la voiture) car évidemment les plus grosses colères c’est à au moment de monter en voiture quand on est pressé…
    Donc nous aussi on a nos techniques « c’est maman ou pucinette qui enlève le bouchon de la baignoire avant de sortir du bain », ça marche quelques fois mais elle commence à comprendre le truc maintenant et me répond « pas maman pas pucinette pas sortir du bain… »
    On sort de deux jours en amoureux avec superpapa et sitôt rentrés on aurait presque envie de repartir…

    Répondre
    • Olivier
      le

      Pour le bain, on a la même astuce ! Et comme pour toi, ça ne marche plus à tous les coups… À croire qu’ils se passent le mot !

      Répondre
  12. Clairou
    le

    Moi je craque souvent et le coin est mon ami…..

    J ai tout essayé, le chantage, la diversion, les « compliments », le silence…..

    Quand rien ne marche ça finit en cris pour moi et pleurs pour elle….

    Et quand ça passe, elle revient et nous dit  » finis pleurs.. » Et « calin », c est mignon mais gggrrrrr

    Répondre
      • Clairou
        le

        non c’est trop calme pour moi!!
        j’ai cherché pour la boxe mais malheureusement que de la française vers chez moi et je ne veux que me servir de mes poings! LOL

        je me dis que c’est 1 phase que ça passera!
        en fait ce qui m’énerve le plus c’est que c’est qu’avec nous…
        Tout le monde me dit « mais elle est adorable et sage…. »
        hhhhheeeeeuuuuuuuuuuuuuuuuu……………

        Répondre
        • Olivier
          le

          Super maman avait commencé la boxe anglaise, quand elle a appris qu’elle était enceinte ! Du coup, elle n’a jamais repris, mais effectivement, ça défoule !

          Répondre
  13. Ségolène
    le

    La même à la maison, enfin presque, pas trop d’orages, ça va.
    Par contre à mon grand désespoir, elle obéit beaucoup plus rapidement à son père! ok il a 1 voix plus impressionnante ms ça m’exaspère! Moi qui refuse que mon mari intervienne qd je lui demande qqch et qu’elle n’obéit pas tt d’suite… Et il faut qd mm avouer aussi qu’elle teste bcp plus le non avec moi qu’avec Papa. C’est pareil chez vous? Pourtant je n’use jamais du « tu vas voir qd ton père rentrera », c’est perdre tte crédibilité dès l’début, ms y a pas, on n’est pas à égalité apparemment pour elle!!! GRRRRR

    Répondre
    • Olivier
      le

      Tu dois manquer de cette autorité naturelle dont on a forcément besoin à un moment ou à un autre !
      Ici, elle obéit (ou désobéit) à papa ou à maman indifféremment. Même si elle aime particulièrement me mener en bateau… 😉

      Répondre
  14. Sarah
    le

    Si à 20 mois ce n’est que l’apéritif, ici on en est aux amuse-gueules. Et ils sont deja bien gratinés…
    Depuis ses 16 mois, le ton sur lequel elle répond « non » a… Comment dire… Évolué. On a droit aux roulades, crises et hurlements diaboliques en tous genre.
    Les pires que j’aie eu sont à la sortie de la crèche.
    Plus moyen de la faire monter simplement dans la poussette. Comme on passe par un parc, on se ballade à pied un instant toutes les deux. Ça se corse à l’approche de la route… « c’est la poussette, ou la main ». Elle me regarde, sourit et déguerpit en direction de la route. Catastrophe …je finis par la porter d’un bras en poussant la poussette de l’autre, alors qu’elle se jette violemment en arrière en hurlant pour redescendre.
    Failli la lâcher, une fois, tellement elle y met toutes sa force et détermination.
    En public, je suis bien obligée de rester calme.
    Quand elle me fait ce genre de truc sans témoin, ça rigole nettement moins… Et j’ai eu pété un câble.

    Je ne prends plus la poussette et on ne passe plus par le parc qui mène à la route. On descend par les escaliers et tout le monde est content.

    Mais il n’y aura pas toujours deux chemins … Et surtout, j’ai comme une vague impression de me faire avoir…

    Sinon, il paraît (pour reprendre une expression lue par ici) que nos chérubins se lâchent plus avec les mamans, car elles représentent la sécurité suprême pour les pauvres petits mammifères vulnérables qu’ils sont.
    Paradoxal, ou logique ..?
    Quand maman est loin, on se retient de crier et on renferme ses pulsions, histoire de pas se faire croquer… Quand elle revient, on lâche tout puisqu’elle est là pour nous protéger.

    Répondre
  15. Tof
    le

    Bonsoir,
    Que dire…
    si ce n’est … que ce n’est qu’un début!
    à 2 ans ce sont les crises incontrolées qui peuvent s’arrêter aussi vite qu’elles n’ont commencés.
    à 4 ans: c’est l’adolescence! parce que là il faut argumenter et négocier!
    après une journée de « et pourquoi les dinosaures sont morts? et pourquoi il y a eu un météorite? et c’est quoi un météorite? et pourquoi les dinosaures sont morts? … » je dois bien avouer que je suis sur les rotules.
    alors les crises pffff
    je capitule beaucoup plus vite!
    « tu veux souper avec une mousse au chocolat avec des smarties, en matant tous les dvd de la fée clochette.
    bien sur ma chérie.
    ou c’est la guerre!
    et quelque chose me dit que ce n’est qu’un début!

    Répondre
    • Olivier
      le

      « Avec le temps va tout s’en va »… même nos convictions. Intraitable sur la télé, je viens de lâcher l’affaire. Du coup, quand elle me hurle dans les oreilles pendant plus de 20 minutes « papa, télé, papa, télé, papa, télé », et bien oui, on regarde « Oui-oui ».
      Mais je n’en suis pas encore au diner à base de mousse au chocolat et de smarties 😉 (mais ça ne saurait tarder).

      Répondre
  16. PinkLady
    le

    Ah c’est sa la crise des 2 ans??? Pourquoi ma fille n’a pas attendu encore 6 mois…

    A la maison nous avons une merveilleuse petite princesse mi-ange mi-démon de 18 mois.

    Elle peut être aussi douce câline adorable, que capricieuse criseuse et une vraie tête de mûle.

    En ce moment baguarre quotidienne pour le repas, pour les bétises, les crises, et les oppositions perpetuelles.

    L’option crise dans son coin marche, dès qu’elle est dans sa phase démon, hop sur les poufs défouloir et tu m’appelera quand tu sera calmé, 2 min après « maman… » tu as fini ta crise? « Ui… » chouette on recommence dans 5min grrrr

    J’ai l’impression de passer mes journées à la facher et c’est frustrant!!! Elle n’écoute rien et me fait bétise sur bétise crise sur crise…

    Elle à commencé plustôt elle s’arrêtera ptet plustôt aussi

    Enfin l’espoire fait vivre 🙂

    Répondre
  17. Supermaman974
    le

    Ça ne fait pas très longtemps que j’ai découvert ton blog et je l’adore ! Je reconnais bien mon petit monstre de 2 ans lui aussi ! Lol.
    C’est pass facile tous les jours mais bon après « l’orage  » ou carrément  » l’ouragan » ça va mieux lol.
    Un vrai petit commandant en chef le miens mais on fait comme toi en général ça marche !
    Gros bisous de l’île de la Réunion

    Répondre
    • Olivier
      le

      Rhooo… l’île de la Réunion, tu peux pas savoir comme ça me fait plaisir d’avoir un petit coucou de là-bas. Mon plus beau voyage !

      Répondre
  18. french girl in london
    le

    Terrible two… j’ai du porter mon fils un quart d’heure à bout de bras cet aprem’; il hurlait « mine, mine » parceque le serveur du resto lui avait pris son verre d’eau. On m’a arrêté trois fois dans la rue pour savoir si je gérai… 😉

    Répondre
  19. audrey berthault
    le

    bonsoir, ici pas de bol notre fils à commencer cette fameuse crise à 20 mois. Donc il a de l’avance et M…mais combien dure cette crise jusqu’à la prochaine la crise d adolescence???? pffffffffffffff dur dur on a l impression de passer notre temps à dire NON fait pas si fait pas ca
    et hop le coin il le connait tellement que quand il s apprete à faire la betise et à hurler il sy met tout seul au coin donc du coup je me dis le coin bah il s en fiche le non ca le fait rire et il fait non tout le temps de sa petite tete blonde
    Et dans les magasins l horreur il se met couché et tape des pieds!!!!!!!!!! le truc qu on déteste avant d etre parent le gosse qui crie dans le magasin ca y est on est dedans l horreur!!!!!!!
    combien de temps ca dure ???? combien??? j ai besoin de me dire dans un an c est fini que je coche les croix sur le calendrier
    respirez, respirons zennnnnnnnnnnnn

    Répondre
  20. Hélène
    le

    La crevette à 21 mois et même si elle commence juste à dire « à moi ou « ma/mon »
    C’est déjà pas triste. Par exemple quand elle refuse de boire pendant son repas.
    À vrai dire quand elle a fait ça la première fois on a décider de pas lâcher, hurlement, pleurs, cri et tout ce qu’elle a pu pousser et/ou jeter y sont passé.
    À tour de rôle avec mon conjoint on est resté assis à côté d’elle en attendant qu’elle se calme et ça a durer longtemps !
    Elle a finit par capituler et depuis plus de problème.

    En faite on a jamais céder mais notre fille n’est pas patiente et passe vite à autre chose…
    Pourvu que ça dure !

    Répondre