Couches lavables ou couches jetables ? (vidéo)

couches lavables ou couches jetables ?

Partagés entre la nécessité de faire au plus vite et l’envie de vivre en harmonie avec leurs valeurs, de nombreux parents butent sur la question des couches.

D’un côté, les couches lavables semblent les plus vertueuses. En les choisissant, vous diminuerez ainsi par trois le volume de vos déchets. Pour autant, leur impact écologique n’est pas neutre et leur utilisation, qui nécessite un minimum d’apprentissage, peut en dissuader plus d’un.

De l’autre côté, les couches jetables apparaissent définitivement comme les plus pratiques. Simples à utiliser et efficaces, elles facilitent la vie de parents toujours plus pressés. Problème : elles coûtent chers et restent polluantes, malgré les efforts des industriels.

Alors, couches lavables ou couches jetables ? Je me suis penché sur la question et vous livre en vidéo les résultats d’un comparatif construit autour de 6 points clés : leur fabrication, leur facilité d’utilisation, leur impact éventuel sur la santé, leur efficacité, leur coût et leur traitement en tant que déchets.

Mais attention, le match n’est pas terminé. Si les industriels multiplient les innovations pour rendre les couches jetables toujours plus propres, plus efficaces et plus respectueuses de l’environnement, les marques de couches lavables rivalisent quant à elles d’imagination pour rendre leurs produits plus pratiques et plus simples à utiliser.

Preuve que derrière un petit pissou ou un gros caca se cachent d’abord un véritable enjeu économique !

acheter couches lavables ou couches jetables ?

Et vous, vous êtes plutôt couches lavables ou couches jetables ? Pour quelles raisons avez-vous fait ce choix ?

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 22 septembre 2015 dans Questions de parents

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


20 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. patricia
    le

    je connais qq qui en utilise ,je ne sais pas si elle les utilise mal mais ces couches sentent fortement l’amoniaque, au bout de quatre ans il faut les changer . donc je suis couches jetables

    Répondre
    • Olivier
      le

      Des couches lavables qui sentent l’ammoniac ? Ça me parait bizarre car il ne s’agit que d’un tissu… Peut-être sont-elles lavées avec des produits pas très « propres » ?!

      Répondre
  2. Marie-Claude
    le

    Petite correction concernant les couches lavables: jamais d’assouplisseur! Ça tue le pouvoir absorbant de la couche!
    Concernant l’odeur d’ammoniac, ca vient de l’urine. Il faut alors reconditionner les couches comme au départ.
    J’adore les couches lavables qui n’ont que des avantages selon moi ( elles sont maintenant tres absorbantes), sauf le temps! C’est long de les laver, sécher et surtout re-preparer..

    Répondre
  3. Un plus zéro égale Deux
    le

    La puce a 2 mois et nous sommes en mixte : couches lavables la journée et couches bio la nuit ou en sortie. Je confirme pour l assouplissant et il faut régulièrement faire.un decrassage (mot utilisé pour dire qu il faut faire un lavage plus long et plus chaud) pour rendre son pouvoir absorbant aux CL et éliminer les odeurs.
    La couches bio ne sont pas forcément plus chères, sont une bonnes alternative et profitent elles aussi de réduction régulièrement.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Quand tu parles des couches bio, tu penses aux « jetables bio » ? Je me demande s’il ne s’agit pas davantage d’un argument marketing plus que d’un véritable progrès en matière de préservation de l’environnement…

      Répondre
      • Un plus zero egale deux
        le

        Oui je parle de jetables bio. Et je ne pense pas que ce soit que du marketing. Pas de petites billes qui se colorent si pipi il y a, pas de chlore, pas de plastique, pas de parfum…alors effectivement, elles se jettent avec les déchets ménagers mais au moins les fesses de ma fille sont en contact avec des matières plus naturelles. Un bon compromis,je trouve 🙂

        Répondre
  4. Sophie
    le

    Bonjour. Nous sommes aux couches lavables. Alors forcement oui il y a de la « manutention »,lavage, séchage (car il ne faut pas de sèche-linge), sa prend du temps, c’est volumineux dans le sac pour chez la nounou (nous avons trouvé une nounou validant ce projet), sa grossi les fesses (ba oui c’est beaucoup plus volumineux), on voit moins facilement si la couche est pleine, on a toujours des couches : qui sont sales, qui sèchent, qu’il faut refaire, qui sont propres…
    Bref vive la logistique.
    Mais c’est génial, beaucoup moins de poubelles, aucune irritation en 7 mois, et puis je sais ce qu’il a sur les fesses.
    Je ne suis « presque » jamais à cours de couches…
    Je suis parfois sur du mixte, pour rejoindre le commentaire précédent, c’est à dire des couches « bio », et non c’est pas une histoire de marketing, cela dépend ou vous achetez, il y a des « vraies » marques de bio maintenant.
    Une précision quand même, je pense que c’est aussi une histoire de couple, c’est à dire qu’il faut être en accord avec son conjoint, car il va également changer les couches. C’est un gros investissement financier à la base, mais si il y a plusieurs enfants c’est rentable. D’autant que maintenant on en trouve facilement d’occasion! Hé oui! (nous avons avons acheté d’occas, bien lavé cela ne craint rien, car elles se passent à 60°C!).
    Après je peux comprendre les résistances, très peu de personnes autours de nous comprennent notre choix!!
    Bonne réflexion! 😉

    Répondre
    • Olivier
      le

      Merci de ton témoignage, il est intéressant et comme les autres, il semble montrer qu’adopter les couches lavables est avant tout une question de volonté. Il faut juste adapter son organisation.
      Je me demande néanmoins si notre société consommatrice n’est pas pour beaucoup dans le regard que nous portons sur le lavable (c’est sale, ça prend du temps, c’est anachronique…).
      Quand au couches jetables bio, reste quand même le problème des déchets et de leur décomposition totale, non ?

      Répondre
      • Sophie
        le

        Oui pour les couches bio jetables, c’est certain qu’il y a la problématique des déchets. Mais si non utilisons des couches bio jetables en complément, ce n’est pas forcement en vu de la décomposition (car c’est incinéré!), mais plus en nous disant que l’on met sur les fesses des couches jetables avec moins de produits transformés. C’est plus ce coté la que nous recherchons. Il n’y pas/moins de produits méga absorbants, anti odeur, anti fuites, fesses au sec… Mais elles absorbent pas mal quand même pour du jetable.

        Répondre
  5. caropuce
    le

    Il me semble que les couches jetables bio (je lis bio ici, en Allemagne ont une autre appellation moins ambigüe, öko) je ne sais pas si elle sont bio. Parce que ça reste une fabrication industrielle, avec des produits chimiques. Mais elles sont plus biodegradable, les produits utilisés pour les fabriqués moins toxiques, … Je me souviens de quelque chose comme biodegradable à 50% comparé a la couche jetable classique. En Allemagne elles ne sont pas beaucoup plus cher en plus, dans les 15 centime la couche de mémoire.
    et lors de leur fabrication aussi on limite leur impact. Ca va forcément dépendre des marques, mais c’est mieux pour l’environnement que les jetables pures.
    Au niveau qualité, Je les trouvais moins absorbante. La nuit, nous avions essayé plusieurs marque et au final seul une marque connue permettais de garder les fesses au sec pour les 12h de nuit. Donc c’était « bio » la journée, et jetable cher classique la nuit.
    De toute façon nous les lessives c’est la cata, donc les lavables pas une option. Et là où nous habitions, rien ne séchait sans sécheuse… Donc bref pas de lavable pour nous. Mais j’ai des cousins aux lavables et ça leur convient bien. Ils ont aussi une nounou à la maison qui fait les lavages couches. J’imagine que ça aide.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Remarquons une chose : on utilise en effet le terme « bio » a toutes les sauces chez nous. Du coup, on ne sait parfois plus vraiment à quoi cela correspond.

      Répondre
  6. Isabelle de Guinzan
    le

    Alala merci pour ce comparatif, mais j’hésite j’hésite… Baby boy arrive en novembre, j’aimerais tester les couches lavables mais je vais me laisser le temps de voir un peu je pense avec des jetables !

    Répondre
    • Sophie
      le

      Pour info, mon loulou faisait 3.4kg à la naissance et nous avons commencé les couches lavables à 6 semaines, avant c’était un peu compliqué car beaucoup de fuite, j’ai attendu qu’il grossisse un peu!! Donc tu as encore deux bons mois de réflexion.
      Après sur internet tu peux trouver des couches à louer pour justement pouvoir reflechir et tester les modèles!!
      Car hé oui Olivier, une chose que l’on n’a pas dites, c’est qu’il existe pleins de modèles (scratch, pression, insert, tout en un (TE1), tout en deux (TE2)…. ) Bref! A chacun sa couche! 😉

      Répondre