les divagations créatives de bébé

bébé-art

Depuis qu’elle a découvert les crayons, bébé a décidé de prendre en main son destin pour devenir artiste.

Pas un jour ne passe sans que Mychoup’ ne réclame de quoi assouvir son besoin d’expression créative sur papier. Une quête destinée à libérer les fruits d’un imaginaire aussi débridé que débordant.

A chaque séance, le rituel est le même. Mychoup’ choisi son pot à crayons favori, dégotte une feuille de papier, s’installe autour de la table basse du salon, inspire un grand coup et se lance : une touche de rouge par-là, un trait de bleu par ici, quelques pâtés de jaune, avant de disposer une série de gommettes en guise de touche finale. Pour un résultat librement inspiré des œuvres les plus oniriques de ses maitres, Miro ou Kandinsky.

Problème, en pleine concentration, Mychoup’ a du mal à limiter ses assauts élans créatifs à sa seule feuille de papier. Et il n’est pas rare que quelques-unes de ses œuvres dépassent le strict cadre dans lequel nous autorisons son expression.

Sans vraiment l’avouer, nous lui avons déjà abandonné la table basse. Vieille comme Erode, elle a subi les divagations créatives, et les égarements festifs, de plusieurs générations. C’est d’ailleurs ce qui lui donne son charme.

Oui mais voilà, ça ne lui suffit plus. Mychoup’ aime laisser sa fibre artistique se révéler sur des supports originaux, dans une communion cosmique avec des forces qui nous échappent, nous les parents.

Notre table de séjour en tremble encore. Sa parure en laque blanche brillante ne doit ainsi sa miraculeuse survie qu’à ma dextérité dans le maniement de l’éponge.  Idem pour le parquet de sa chambre qui, en quelques secondes d’inattention, a pris des couleurs inattendues.

Dernière lubie en date : le body painting. Un bon coup de stabilo en travers du visage, 2 ou 3 gommettes bien placées et c’est parti pour une déambulation rigolarde de la cuisine au salon. Oui, bébé découvre désormais les subtilités du happening.

J’ai toujours pensé qu’il ne fallait jamais freiner un enfant en pleine explosion de créativité. Mais là, quand même…

Et vous ? Vos enfants ont-ils l’humeur créative ? Quelles ont été leurs œuvres les plus surprenantes ?

Photo Credit: Daniel*1977 via Compfight cc

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 22 avril 2013 dans Tranches de vie

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


12 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Popolino
    le

    Là je dis merci les crayon « washable » . Ici, on lui donne du papier et si ça sort , on lui fait la remarque avec l’air pas content mais sans trop la fâcher. En principe ça suffit, par contre parfois c’est nous qui l’autorisons à déborder , avec une séance de body painting sur maman. On a bien rigolé et elle n’ a jamais fait sans notre accord. En fait plus on lui laisse de libertés moins elle en prend . on avait fait pareil pour la phase  » je déchire tous les papiers ». Tous les matins, on la laissait déchirer les prospectus et elle a été toujours très précautionneuse avec les livres par contre.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Tu as trouvé le bon plan, parce qu’une fois déchirés, les prospectus prennent beaucoup moins de place dans la poubelle. Deux en un quoi !

      Répondre
  2. Agnès
    le

    Quand Simon dessine, c’est surtout de la pluie. Pendant longtemps, ce qu’il aimait faire avec ses crayons c’était les ranger dans son camion de pompier. Ou les étaler dans toute sa chambre. Mais en fait ce qu’il préfère c’est faire dessiner les autres : il choisit la feuille de papier (de préférence une qui a déjà beaucoup servi), le crayon, la personne, et va-z-y maman dessine. Cela dit, il a vite arrêté de torturer ses parents quand il s’est rendu compte que son grand-père paternel aimait dessiner et lui faisait de très beaux « Codine » (c’est comme ça qu’il appelle l’âne Trotro)
    Son penchant artistique s’épanouit plutôt dans la façon d’utiliser la pâte à modeler, et les objets grâce auxquels il veut façonner des « gâteaux » (toujours ceux dont on aura le plus de mal à enlever la pâte à modeler évidemment).

    Répondre
  3. maman est occupée
    le

    Je n’ai plus une seule nappe potable à la maison : toutes ont été victimes à un moment ou à un autre de la frénésie créative des loulous. Il y a même un Bulgomme de foutu : il est rayé de vert maintenant.

    Répondre
  4. mon ménage à cinq
    le

    les feutres lavables, mais la voilà la bonne idée ! Comme ça tu laisses libre court à la créativité artistique des gnomes ! les vêtements ressortent nickel, la peau aussi, et il suffit d’investir dans une toile cirée… pour rendre un gnome heureux ! !

    Répondre
  5. Clairou
    le

    Mdr!!!

    Nous on craque avec elle!!! Body painting quand ça npus prend comme ça, sangsue lâche tout d un coup et après on se limite à une feuille sans dépasser!! Hihi

    Répondre