Futur papa : 7 trucs pour survivre à un accouchement

29 Oct 2013

accouchement : futur papa participe

Dans quelques mois, vous serez papa. Un moment que vous attendez avec autant de bonheur que d’appréhension. Et vous êtes bien décidé à assister à l’accouchement.

Mais attention. Aussi merveilleux soit-il, ce moment peut s’avérer extrêmement perturbant, tant il est chargé en émotions.

Quelques petits trucs pour bien vivre cette parenthèse enchantée. Et accompagner votre belle aussi sereinement que possible.

TOP 1 | Prévoyez des trucs à raconter

Bloqué dans une salle d’accouchement, chaque minute prend l’allure d’une éternité. Coincé entre stress et impatience,  vous n’attendez plus qu’une chose : que bébé montre enfin le bout de son nez. Mais voilà, Monsieur (ou Madame) a décidé de vous faire patienter. Après tout, c’est à ça qu’on reconnait les stars.

N’oubliez jamais que c’est votre douce qui occupe la place la moins confortable. Pour l’apaiser et l’aider à passer le cap sereinement, racontez-lui de belles histoires. Avec du soleil, des enfants qui crient, du vent dans les cheveux et le frisson du bonheur. Vous verrez, le temps passera plus vite. Au moins pour elle !

TOP 2 | Gardez votre sang-froid

Ben oui, Votre douce vit déjà des instants cruciaux, pas la peine d’en rajouter en plombant l’ambiance avec une de vos anxiogènites aigües. Pour évacuer votre stress à l’approche de l’exfiltration, vous pouvez faire les 100 pas, compter les carreaux de faïences au mur, répéter le scénario de l’arrivée de bébé pour la 78e fois, ou bloquer votre respiration à chaque contraction.

Quand une infirmière m’a proposé de m’expliquer le fonctionnement du monitoring, j’ai pour ma part sauté sur l’occasion. « Super, ça va me changer les idées de regarder ces courbes. » Et quelques heures après, la machine à bip n’avait plus de secret pour moi.

TOP 3 | Montrez-vous aux petits soins

Votre douce ne vit pas forcément non plus les moments les plus agréables de sa vie et la voir souffrir aussi intensément peut vite s’avérer insupportable. Mais la maman de votre futur enfant n’a pour l’instant besoin que d’une seule chose : de la sérénité. A vous de vous montrer présent et rassurant, calme et attentionné, ému et bienveillant… oui, je sais, plus facile à dire qu’à faire !

TOP 4 | Pensez à l’ambiance musicale

Pour offrir à votre belle un accouchement léger, préparez-lui la play-list musicale de ses rêves. Pour tout vous dire, c’est un truc auquel je n’avais pas pensé le jour J. Heureusement, cette nuit-là, l’équipe de soins a mis un poste à notre disposition. Du coup, Mychoup’ a vu le jour sur les airs de Duke Ellington, merci TSF Jazz !

TOP 5 | Prenez un peu de monnaie avec vous

Evidemment, pas besoin d’abuser des excitants quand le palpitant menace de dérailler. Néanmoins, si votre rejeton trouve tordant de faire sa première apparition au milieu de la nuit, il va falloir trouver l’énergie nécessaire pour l’accueillir. Du coup, les pauses café sont les bienvenues.

Oui mais voilà, après une certaine heure, les couloirs de la maternité sont déserts. Personne pour vous proposer de la monnaie sur votre billet de dix. Du coup, vous essayez vainement de le glisser dans le distributeur de boissons. La lose.

TOP 6 | Rendez-vous utile

Et oui, vous n’êtes pas en salle d’accouchement pour profiter d’un spectacle dont votre femme serait la seule héroïne. Vous avez vous aussi un rôle important à jouer. Aidez votre femme à changer de position, à se concentrer où à respirer, encourager là pendant les moments les plus difficiles, décrivez-lui la progression du travail, assurez-vous de son confort, couvrez-la de mots d’amour.

 TOP 7 | Ne dépassez jamais les limites de votre curiosité

Un accouchement, c’est magnifique. Mais c’est aussi perturbant. Si la vue du sang vous angoisse, gardez les yeux fixés sur le visage de votre douce. Vous éviterez ainsi de tourner de l’œil.

Alors que Mychoup’ venait de voir le jour, mon regard s’est malencontreusement posé sur ce placenta qu’on emmenait à la pesée. Oh my god, jamais je n’aurai du tomber là-dessus ! Chacun ses limites…

Et vous ? Comment avez-vous vécu votre première minute de vie de papa ? Mesdames, comment vos hommes vous ont-ils accompagné pendant votre accouchement ? Quels conseils donneriez-vous à un futur papa ?

D’autres articles ? 

Photo Credit: indrarado

44 réponses to “Futur papa : 7 trucs pour survivre à un accouchement”

  1. Priscilla 29 octobre 2013 at 18 h 16 min #

    C’est adorable ! 🙂
    Pour ma part, c’était un accouchement à domicile, donc le papa à eu un rôle particulièrement important pour seconder la sage-femme, et il a vraiment assuré !!
    Heureusement qu’il supporte très bien la vue du sang, car en effet, il y en a beaucoup, beaucoup.. beaucoup !

    Petite anecdote : Nous avons encore le placenta dans notre congélateur, et nous le planterons au pied d’un jeune arbre qui symbolisera la vie de ma puce! 🙂

    • Olivier 30 octobre 2013 at 8 h 23 min #

      Waouh… Accouchement à domicile. Je crois que je n’aurai pas pu. Trop angoissé.
      Et sinon, t’es sérieuse avec le placenta ?

      • Priscilla 30 octobre 2013 at 20 h 20 min #

        La sage-femme qui nous a suivie pendant toute ma grossesse nous à bien rassuré !
        Et oui oui pour le placenta ! Après l’accouchement, nous l’avons regarder en détails tous les 3 ! Je trouve ça mignon de faire quelque chose avec ce qui a fait pousser ma fille pendant 9 mois en moi.

        • beurk 11 septembre 2016 at 23 h 04 min #

          Vraiment écœurant le coup du placenta ! le faire,c’est une chose, mais le raconter comme si c’était la chose la plus naturelle du monde… chapeau les hippies !

          • Olivier 12 septembre 2016 at 13 h 40 min #

            Parce que quoi ? Dans votre tête, le placenta n’est pas naturel ? Vous sortez d’où ? D’un nid de cigogne ?

  2. FuturPapaGaga 29 octobre 2013 at 19 h 00 min #

    Merci pour ces conseils.
    Je ne manquerez pas de les appliquer … enfin si mon esprit ne part pas en stress et oublie tout. 😀

    Je ne manquerais pas de blinder mon lecteur de musique pour ma douce. 😉

    • Olivier 30 octobre 2013 at 8 h 25 min #

      Profite des derniers instants, reste zen le jour J, et prends une grande respiration avant la suite !

      • FuturPapaGaga 31 octobre 2013 at 9 h 06 min #

        Hihi.

        On va essayer.

        J’ai hâte mais je stress du jour J en même temps.:) Lol

        Bon je suis le plus calme des 2 normalement, ca devrait le faire. 😀

  3. Caro 29 octobre 2013 at 21 h 34 min #

    Moi pas eu à me plaindre le papa était aux petits soins … Il a récuré la perte des eaux, mis une couverture sur moi à la mat’ car j’étais gelée (et lui n’a pris que la mini couverture pour bébé pour dormir car j’ai été à la mat’ à 20h !!).

    Il a été la sage femme à lever mes jambes car la péri était trop forte je ne pouvais plus bouger seule. Il a tenu le haricot …. Etc etc …

    Pas à me plaindre du tout ….

    • Olivier 30 octobre 2013 at 8 h 27 min #

      On n’en parle pas souvent, mais c’est pas forcément évident de partager ce moment par procuration, tout en sachant pertinemment que c’est ta femme qui fait tout le boulot !

      • Caro 31 octobre 2013 at 10 h 20 min #

        Ben pas eu le temps de faire quelque chose à part attendre 12h et finir en césarienne d’urgence

        Je dois etre la seule femme au monde à dire qu’elle ne sait pas ce que c est que de souffrir lors de l’accouchement

        • Olivier 31 octobre 2013 at 10 h 23 min #

          Non, je ne pense pas que tu sois si seule que ça à avoir vécu ça !

  4. Ev@ 30 octobre 2013 at 9 h 24 min #

    Il a été aux petits soins, il a aussi préparé notre retour à la maison et il a méga assuré pendant mon baby blues.
    Pendant l’accouchement je sais pas trop, j’étais dans un état second, je sais qu’il était là présent à coté de moi jusqu’à la pose de la péri, après j’ai dormi jusqu’à ce qu’on me dise de pousser et après je me suis concentré sur ce que monsieur sage-femme me disait, et avec la lampe en quasi pleine figure, j’ai un peu zappé tout ce qui se passait en périphérie. De toute façon je voulais pas trop que mon mari s’approche, je voulais pas qu’il coupe le cordon non plus ( il voulait pas non plus donc c’est réglé), histoire de pas trop le dégouter.

    • Olivier 31 octobre 2013 at 8 h 44 min #

      Le cordon, j’ai fait 😉 Ca va, il suffit de pas laisser trainer ses yeux n’importe où 🙂

  5. Céline Poupouille 30 octobre 2013 at 14 h 03 min #

    Mdr j’aime tes articles.
    Mon mari étant plus angoissé que moi en attendant le jour J (il ma quand même demander de mettre ma valise pour la maternité dans la voiture, au premier jour du 7ème mois !! Et a continué a me disputer jusqu’au jour du départ car je ne l’avais pas mise ! 😀 )
    Comme je s’avais qu’il serait paniqué, je lui avais préparer cette petite liste (quasiment la même que toi) de chose à penser, à faire, ou à prendre ! Il était impressionné après la perte des eaux je lui ai dit « bon tu te calme, tu prends sur le bar la petite liste que je t’ai faite et tu la suis » . Ca l’a beaucoup aidé!!

    Quand au placenta … le mien étant calcifié 1 mois avant d’accoucher, il a été curieux et à voulu voir ce que ça donné, il est parti en (demi) exploration avec le personnel 😀

  6. Anne-Estelle 30 octobre 2013 at 16 h 38 min #

    Moi c’était sans péri et du coup, pour me calmer les nerds je lui enfonçais les doigts dans le cou (en fait je m’en suis pas rendue compte, c’est les marques après l’accouchement qui ont témoigné lol).
    Et sinon il a porté notre puce pendant qu’on me recousait (ah oui, petites déchirures, recousues en 2h… quand même). Et le pauvre, il était assis en face il a tout vu… de la charcuterie qu’il disait. Et moi je racontais ma vie à la sage femme pour pas penser à la douleur ! Un grand moment 🙂

    Et le pire? J’en garde un bon souvenir lol

    • Olivier 31 octobre 2013 at 8 h 45 min #

      Les doigts dans le cou, mais ça fait mal, ça !

      • Anne-Estelle 31 octobre 2013 at 14 h 19 min #

        Ouais enfin, les ongles… parce que les doigts sans les ongles c’est pas si douloureux lol :-p

  7. Hamelinna 30 octobre 2013 at 17 h 00 min #

    Adorable cet article 🙂
    C’est vrai que la place du futur Papa n’est pas évidente le jour J. Rester calme tout en étant autant angoissée que sa femme, et savoir la soutenir et la rassurer alors qu’on est soi-même dans un état second… Un vrai travail sur soi.

    Ici, le travail a commencé vers 3h du matin. Je me suis levée, j’ai fait les cent pas, et je me suis dit que j’allais doucement finir de préparer le sac pour la maternité (oui, j’ai été hyper prévenante, je m’y suis prise à la dernière minute…). A peine Monsieur (qui dormait très profondément) a t-il perçu le son des fermetures éclairs, qu’il s’est immédiatement levé en me disant « On y va ?! Bon, faut quoi ? Il te manque quoi ?! C’est l’heure ? On y va ?! » Du coup on est partis un peu plus tôt que que je le souhaitais à la base.
    A la maternité, Chéri a été au top, calme, posé. On discutait de tout et de rien pour déstresser. Et dans la salle d’accouchement, j’aurai maudit la gynéco qui l’a fait sortir. Mon pilier, mon homme, celui qui me donnait la main et que je pouvais la lui écrabouiller qu’il disait rien du tout… celui-ci n’était plus là, et je me suis mise à paniquer.
    Messieurs, n’hésitez pas à tenir tête au personnel de santé qui veut vous exclure de la salle. Votre femme a besoin de vous pour donner le meilleur d’elle-même !

    • Olivier 31 octobre 2013 at 8 h 46 min #

      J’aime bien comme tu racontes ce moment. Et j’imagine bien ce que tu as du ressentir quand on lui a demandé de sortir !

  8. netaddicta 30 octobre 2013 at 22 h 03 min #

    En ce qui me concerne c’est le papa qui m’a poussée à aller à la maternité le jour J car j’étais persuadée que c’était du faux travail. Résultat c’était bien ça et j’ai été installée directement en salle de travail, pas de péri tout de suite (je voulais attendre). A chaque contraction, il essayait de me faire rire et je l’engueulais car ça me foutait en l’air ma respiration mais en fait j’en garde un souvenir amusé et c’était plutôt sympa entre deux « aie » de lui dire « arrête de me faire rire ». Après comme ça s’éternisait il est rentré à la maison prendre un repas et une bonne douche. Par contre, un peu de stress de mon côté car je ne le voyais pas revenir au bout d’une heure, en fait il est arrivé pile au moment de la pose de péri et les soignants lui ont dit d’attendre mais ont omis de me dire qu’il patientait à côté, du coup je commençais un peu à m’inquiéter. Pour la suite, avec la péri, c’était plutôt tranquille mis à part quelques contractions où il a accepté de se faire broyer les doigts. En fait, je garde un super souvenir de mon accouchement donc le rôle du papa ne m’a pas paru aussi fondamental qu’après. Et après, il a été soutenant, allant m’acheter des petit gateaux à l’épicerie du coin ou récurant l’appartement de fond en comble avant notre retour à la maison, et faisant même la cuisine pour mon père qui était venue me voir à la maternité et que mon cher et tendre hébergeait le soir.
    Tu voudrais pas nous faire un article sur « comment soutenir votre femme après l’accouchement? » plutôt car c’est vraiment là que sa présence m’a paru indispensable : le baby blues, le bébé qui pleure tout le temps dont on ne comprend pas le mode d’emploi. Là avoir un conjoint qui croit en nous en tant que mère c’est vraiment indispensable

    • Olivier 31 octobre 2013 at 8 h 49 min #

      Tu lis dans mes pensées (il est prévu) 🙂

  9. moumoune 31 octobre 2013 at 8 h 49 min #

    pour nous le premier s’était l’inconnu ,mais il a su etre present comme il le fallait et encore heureux car travail tres long et une peridural un peu trop forte car meme pas la force d’ouvrir les yeux…du coup il a était plus present que moi qui faisait dodo!!!par contre un peu mal preparer pour lui car tres long car s’était la nuit donc pas de cafeteria ,pas de bouquin …rien dur dur que du café!!alors pour nos autres loulous il avait sa petite valise :bouquins,gateaux,coca,casse tete …enfin pour le premier il avait tellement assuré que une demie heure apres l’accouchement il a fait un malaise dans le couloir et ne le voyant pas revenir ,je demande a une auxilliaire si elle n’avait pas vu mon mari et là elle me repond en souriant que l’equipe l’avait allongé dans une chambre…trop drole !!!pour notre deuxieme pas de soucis !notre troisieme encore heureux qu’il était là car en arrivant au prepartom on a pas voulu me croire que j’avais la tete entre les jambes donc on ma faisait patientai car plus urgent que moi!!!il a piqué une grosse colére pour qu’on me consulte et oui notre petite puce était déjà-là donc j’ai accouchè dans la salle d’examens!!et enfin pour notre petite derniere il était tellement là pour me dire de pousser qu’un moment je lui est dis ouvertement de fermer sa g*****!!’j’ai accouché sans péridural,donc facile a dire de pousser et arreter de pleurer!)l’equipe a rigolait mais apres j’étais géné ,bon il m’en a pas tenue rigeure !!enfin voilà ,les papas sont aussi capable d’affronter tout ceci comme les mamans et ils ont toute leur place a l’accouchement,,juste preparer leur petit sac, petite pense betes,et surtout rester « zen » pour montrer que vous avez la situation en main et comme ça papa se metrise!!pour nous c’est vraiment notre derniere ,alors profitez bien de tout les moments car la grossesse parait long comme l’accouchement mais en fait c’est tres court !!etl’accouchement est un moment tres fort en sentiments!

    • Olivier 31 octobre 2013 at 8 h 56 min #

      Et bien, c’est du sport avec toi les accouchements 😉 J’espère que ton homme tient la forme !

  10. Clairou 3 novembre 2013 at 14 h 00 min #

    C est trop mimi!! Mais attention tout ceci ne s arrête pas à l accouchement!!
    Être patient et attentif après aussi!!

    Je ne sais pas si tu regardes baby boom mais la semaine dernière il y avait un papa tellement stressé que j etais contente qu il ne soit pas avec moi!!!!
    Je l aurais tué!!! ( désolée si il me lit mais vraiment insuportable!!)

    • Olivier 4 novembre 2013 at 9 h 22 min #

      Pas facile pour un futur papa de patienter tranquillement en regardant sa femme se faire charcuter 🙂
      Je ne regarde pas Baby Boom, mais j’imagine bien les angoisses de ce jeune homme.

  11. Coline 1 décembre 2013 at 20 h 49 min #

    Moi c’était déclenchement qui s’est fini en césarienne… Mon mari était stressé comme un cinglé et je n’ai jamais réussi à le calmer!
    Il est resté à mes côtés non stop et s’est foutu de ma gueule pendant les premières contractions… Mais il est tellement attentionné envers notre fils que je lui pardonne!

    • Olivier 2 décembre 2013 at 10 h 33 min #

      Aïe, je comprends l’angoisse de ton mari. Pas facile de subir, impuissant, à côté de sa femme !

  12. gaelle 6 janvier 2014 at 11 h 12 min #

    le jour J, je pense qu’il cachait bien son angoisse et je pense surtout qu’il remettait sa totale confiance entre mes mains ( de toute manière, il n’avait pas le choix)et auprès de la sage femme et du gynéco qui m’a accouché. Je l’avais mis au parfum quelques mois plus tôt de ne pas me toucher( caresses, prendre la main etc…) lorsque les contractions se présenteraient(je crois que j’aurai été capable de rejouer la petite fille de l’exorciste (rire)), mais d’être suffisamment présent lorsque j’en ressentirai le besoin. Il a été au top du début à la fin et les heures qui ont suivi la naissance de la puce (m’asperger d’une bombe d’eau, de me tenir la tête lorsqu’il a fallu accoucher,couper du cordon,le premier biberon)… Alors que de son point de vue à lui, il a eu le sentiment de ne pas avoir fait grand chose… Il a été tout simplement été présent à des moments clés tout en sachant s’effacer. Il a tout simplement respecté mes souhaits sans en faire trop ni trop peu. Merci papa!

    • Olivier 7 janvier 2014 at 14 h 24 min #

      Wouah, chouette déclaration d’amour ça 😉

  13. Tad & Me 22 juillet 2014 at 18 h 07 min #

    Bravo pour ces « tranches de vie ». Chez Tad and Me nous avons tellement aimé votre blog que nous avons décidé de temps à autre de nous inspiré de vos articles afin non seulement de les illustrer (voir ici un exemple http://www.tadandme.com/fr/blog/futur-papa-n8 ) mais aussi de les partager sur nos réseaux (ex : https://plus.google.com/b/116102468135028882591/+Tadandme/posts)
    Si toutefois notre démarche ne vous convient pas dites le nous ! merci
    Tad and Me

    • Olivier 23 juillet 2014 at 9 h 29 min #

      avec plaisir !

      • Tad 23 juillet 2014 at 9 h 36 min #

        Merci Olivier ! car il est vrai que vos articles (sans langue de bois) sont une vrai source d’inspiration !
        Tad (Patrick)

  14. Lilice81 12 janvier 2015 at 3 h 55 min #

    Coucou, de très bons conseils et un super blog! Pour raconter la naissance de notre 1er je laisse la plume à mon mari sur notre blog http://louisianeusa.blogspot.com/2009/11/naissance.html

    Au plaisir de te lire 😉

    • Olivier 12 janvier 2015 at 10 h 01 min #

      Je viens de laisser un comm’ avant de me rendre compte que cette naissance ne date pas d’hier. Bref.
      Sinon, chouette photo du pays Cajun sur ton blog 🙂

  15. Anne 10 octobre 2016 at 21 h 54 min #

    C’est par pur hasard que je suis tombée sur ce blog… Qui plus est, tenu par un papa. Et pour une fois ça change, j’adore!

    Il est vrai que votre présence est indispensable, même si parfois vous avez le sentiment d’en faire peu.

    Quand j’y repense, l’accouchement de ma fille aurait pu mieux se passer et pourtant j’en garde un bon souvenir grace à lui.
    J’ai dépassé le terme de 12 jours en me rendant toutes les 48h a l’hôpital pour des contrôles et monito (avec de fausses contractions qui m’ont contrainte d’y retourner de nuit). Mon conjoint avait posé ses vacances pour m’accompagner à tous les examens. On me l’a déclenchée, j ai eu 28h de contractions avec une péridurale qui a fonctionné les trois premières heures, suivie d’une seconde qui n’a servie a rien. Et pourtant, malgré les grimaces que j’ai pu faire, il est resté là, patiemment, a été aux petits soins, même si la pose la péridurale lui a été particulièrement difficile a gérer. Au moment de pousser, le papa (qui avait aussi assisté a toutes les seances avec la sage femme) m’a aidé a souffler et m’a accompagné moralement. Mais la tête de la puce n’avait toujours pas passé le bassin et hop une césarienne en urgence où le papa n’a pas pu assister, mais il a su garder son optimisme en toute circonstances, même si le départ au bloc nous plongeait dans l’inconnu. Il a patiemment attendu l’arrivée de sa fille pour faire un peau contre peau. Et ce jour là, je crois qu’il ne m’a jamais regardé avec autant de fierté, elle était là, dans ses bras, contre lui et ce jour là est né notre fille mais est aussi né un papa car on ne nait pas père, on le devient.
    Alors les papas ou futurs papas, si vous me lisez, ne pensez jamais que vous ne servez a rien à l’accouchement. Vous savoir près de nous nous rassure. Mais plus encore, nous rend forte et fière de donner la vie!

    • Olivier 11 octobre 2016 at 8 h 52 min #

      Rien à ajouter à part… merci de porter ce regard bienveillant !

  16. Carmt 21 janvier 2018 at 17 h 25 min #

    LE conseil que je pourrais donner aux futurs papas, c’est d’aller aux cours de préparation à l’accouchement.
    Ça permet :
    -de savoir comment ça va se passer le jour J, ce qui peut arriver, etc. donc ça évite du stress, la peur de l’inconnu, et ça permet de garder son sang froid (point très important je suis d’accord!).
    -de savoir comment aider sa femme pendant le travail, savoir quoi faire et quoi ne pas faire (ici on a fait Bonapace et c’était super efficace)
    Ici monsieur est venu à tous les cours et a su trouver sa place le jour de l’accouchement. Son soutien était d’autant plus important que j’étais sans péri (cela dit je pense que ce serait vrai aussi pour un accouchement sous péri !)

Trackbacks and Pingbacks

  1. Dites à vos enfants que vous les aimez - Blog Je suis papa ! - 18 novembre 2013

    […] tranches de vie de papa ? Futur papa : 7 trucs pour survivre à un accouchement, Demain, je vais mourir, Je suis un mauvais père (et je vous emmerde), « Cœur, papa »… tous […]

  2. 5 principes parentaux passés à la moulinette - Blog Je suis papa ! - 25 novembre 2013

    […] TOP : 6 cadeaux de naissance incontournables pour jeunes parents fatigués, Futur papa : 7 trucs pour survivre à un accouchement, 6 trucs à raconter pour en finir avec Oui-oui. Définitivement… Tous les TOP sont […]

  3. Ces moments où je me cacherais... - Blog Je suis papa ! - 21 mai 2014

    […] tranches de vie de père ? Lisez La grosse voiture de papa, Futur papa : 7 trucs pour survivre à un accouchement, Mes gaffes de papa… toutes les tranches de vie sont […]

  4. 10 ruses d’enfant pour retarder l’heure du coucher - Blog Je suis papa ! - 29 décembre 2015

    […] TOP : lisez 6 cadeaux de naissance incontournables pour jeunes parents fatigués, Futur papa : 7 trucs pour survivre à un accouchement, 8 idées reçues sur les enfants, à l’usage des futurs parents, tous les TOP sont […]

Envoyez une réponse