Il faudra bien lui dire la vérité un jour

jesuischarlie - Il faudra bien lui dire la vérité un jour

Il faudra bien lui dire la vérité un jour. Mais je n’arrive pas à m’y résoudre. Pas maintenant. Pas comme ça.

Je me refuse à lui présenter le monde tel qu’il est vraiment. Et je me force à croire qu’il a encore une chance de changer avant qu’elle n’ait l’âge de comprendre dans quelle merde elle a mis les pieds ce jour de mai 2011.

Aujourd’hui, j’ai peur. Pas pour moi mais pour elle, qui croit encore que seule la bienveillance anime les relations entre les hommes et qu’il n’existe pas un regard d’enfant qui ne pétille pas.

Impossible de regarder le monde que je lui offre en face, elle qui boit mes paroles à chaque fois que je lui évoque les valeurs qui me sont chères. Celles qui fondent notre conception du vivre ensemble : liberté, égalité, fraternité.

Mon amour, ma princesse, mon petit lion, je regrette.

Je regrette de te laisser le monde tel qu’il est. De ne pas avoir trouvé la force de lutter davantage pour le changer. De me taire quand il faudrait hurler.

Mon combat d’aujourd’hui, c’est toi. T’accompagner sur le chemin de la vie. Faire de toi une personne forte et déterminée, humaniste et généreuse, ouverte et combattive, idéaliste mais sans concession. Plus que je ne le suis.

Pardonne-moi encore de t’offrir ce monde, qui ne ressemble pas à celui que je t’ai promis. Pardonne-moi de t’avoir menti. Mais Crois-bien que je continuerai à me battre. Et j’espère que lorsque tu seras en âge de lire ce blog, ce hashtag ne sera plus qu’un amer souvenir.

#JeSuisCharlie

Crédit photo : Charlie Hebdo

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 8 janvier 2015 dans Tranches de vie

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


33 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Miss de Soune
    le

    Laissons leur leur innocence… Comment les êtres les plus innocents qui soient pourraient comprendre cela? Il n’y a pas de réponse à leur inévitable pourquoi. Mon fils de 5 ans l’a appris via son cousin et il ne comprend pas, il est choqué et j’en veux à son cousin de lui avoir montré la cruauté des hommes, j’en veux à ses parents d’enlever l’innocence d’un enfant, j’en veux à toute le monde de toute façon, depuis hier, on ne peut que crier sa colère.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Voilà, oui. Pour le moment, il n’y a que la colère. Mais ensuite, il faudra organiser la réaction pour offrir un monde différent à nos enfants. C’est notre seule responsabilité désormais.

      Répondre
  2. clairou la plote
    le

    nous avons pris la décision de l’éloigner de cette violence, heureusement nous sommes dans un petit village ce qui est plus facile…
    donc plus d’infos pour le moment….

    trop petite pour comprendre ouf oui!

    j ai donc décider de lui écrire dans le journal que je tiens pour elle…

    Répondre
    • Olivier
      le

      En espérant que la haine qui parcourt le monde depuis quelques années ne sera plus qu’un mauvais souvenir lorsqu’elle prendra connaissance des traces que tu lui as laissées.

      Répondre
  3. Doudou
    le

    On l’espère tous… quelle tragédie !
    Le monde est fou, et ça ne fait qu’empirer… mais je crois qu’il faut qu’ils aient et qu’ils gardent le plus longtemps possible leur innonce… en espérant que ce hashtag ne soit qu’un mauvais souvenir… en effet.

    Répondre
  4. Maman Marmotte
    le

    Mes grands-parents sont nés dans des familles traumatisées par la guerre de 14-18, ont pris de plein fouet la crise de 29 et se sont retrouvés tout juste post-ados en pleine guerre de 40 (bombardements, combats divers, exode, évasions…).
    A chaque fois ils étaient aux premières loges.
    Après une longue vie de pacifistes, ils étaient aussi démunis que nous face aux questions de nos enfants.

    Ils prônaient instruction et tolérance et n’ont eu de cesse de me répéter « Espère le meilleur mais sache que le pire existe ».

    Mais comment expliquer ça aujourd’hui à Joli-Coeur ?

    Répondre
    • Olivier
      le

      Pas facile de trouver les mots en effet. Les spécialistes disent qu’il faut présenter les faits, rien que les faits, sans les minimiser, sans y mettre trop d’émotions. Pour ma part, je ne suis pas certain d’y arriver…

      Répondre
  5. Isabelle/ Mamanlune
    le

    Ce texte est juste. Ma fille n’a que 19 mois, mais comment un jour lui expliquer ce qui s’est passé hier. J’ai encore la gorge serrée et le coeur nouée de tout ça. La liberté d’expression est un bien précieux, il nous faudra tout faire pour la garder. Et pour nous montrer plus fort que ces ….. je ne sais pas comment les appeler, montrons que le vivre ensemble est possible.
    Bravo pour votre texte très juste pour nos enfants.

    Isabelle

    Répondre
  6. Bleurp
    le

    Après qu’elle ai regardé la télévision toute la soirée et la matinée puisque les chaines infos tournaient en boucle à la maison, voici ce que ma fille de 4 ans m’a dit :
    CHoup’s : « Je suis Charlie Maman ? »
    Moi : « Oui et je suis Charlie aussi ma fille. Parce que Charlie c’est quelqu’un qui parle et qui dessine beaucoup pour dire ce qu’il pense »
    CHoup’s : « Moi aussi je parle et je dessine Maman »
    Moi : « Oui c’est pour ça que tu es Charlie aussi »
    CHoup’s : « ….Je peux faire un dessin s’il te plait ? »
    Moi : « Bien sur ma fille »

    Elle vient de me redire ce midi en voyant un crayon dans mes cheveux ,qui me sert de brassard personnel en ce jour de tristesse :
    « Oh Maman tu as un crayon dans tes cheveux ! Toi aussi tu veux faire des dessins comme Charlie ? »

    Je crois qu’elle a saisi…. Elle a saisi ce qu’était la liberté d’expression, elle a saisi le sens.

    C’est tout ce que je voulais qu’elle sache.

    Et ensemble, on a écouté sur la route du retour de l’école dans un silence total, la chanson Imagine de John Lennon, en hommage à la liberté et à ceux qui sont encore morts en son nom d’une manière dégueulasse.

    #JeSuisCharlie

    Répondre
    • Olivier
      le

      On est tous Charlie. Et nos enfants, qui s’expriment encore plus que nous par le dessin, sans tabou et en total liberté, le sont comme nous.

      Répondre
  7. Emilie
    le

    Très joli texte.
    Ici non plus,je n’ai pas réussi.
    Depuis ce matin je réfléchis à comment je vais lui expliquer ce soir quand il va rentrer de l’école où j’imagine il en aura été question …
    Et ce matin ma minute de silence, je l’avoue, était tout autant consacrée au drame qu’à une pensée pour mes petits gars, et à l’avenir que je veux leur laisser …

    Répondre
    • Olivier
      le

      Oui, pareil. J’ai passé cette minute à penser à elle, et à tout ceux qui n’ont pas encore l’âge de comprendre mais qui ne demande qu’à vivre.

      Répondre
  8. Ange
    le

    Je commente avec mon prénom et non pas avec mon pseudo de la blogo parce qu’aujourd’hui c’est la femme, la citoyenne qui te lit.

    Comme tu le sais, je n’ai pas un seul enfant. J’en ai 30, 500, 1 000. Ce sont ceux avec lesquels je travaille, que j’éduque au quotidien. Ce soir à l’internat, je vais expliquer, libérer la parole. S’ils ont besoin de parler je serai là.

    Je n’ai pas peur du monde à venir. Je suis dévastée par cet attentat horrible mais je n’ai pas peur. Je suis engagée. Parce que peut être évidemment qu’on n’arrivera pas à changer le monde. Ni même à le faire évoluer un peu. Mais au moins si la génération à venir nous demande ce qu’on a fait, on pourra leur dire qu’on a malgré tout bouger.
    Ils n’auront pas réussi à me faire peur. Ils ont seulement réussi à me redonner la foi en ce que je fais.

    Répondre
  9. Céline Poupouille
    le

    Hier soir, au moment du 2, on a expliqué à notre fille,, presque 3 ans, qu’elle ne pouvait pas regarder la télé. Elle a tenté de savoir pourquoi. Nous lui avons seulement dis que les images n’étaient pas très jolies pour ces yeux innocents de petite fille… tout ça les yeux humides. Elle n’à pas tout saisi, mais elle a compris que c’était grave….
    Je veux qu’elle oublie cette conversation, et qu’elle continue de sourire comme toutes les petites filles!
    Bref je suis vraiment attristé par la cruauté humaine..
    #jesuischarlie

    Répondre
    • Olivier
      le

      Nos enfants n’ont rien demandé. Ils ne doivent pas perdre le sourire. Les nôtres comme ceux du bout du monde. Et c’est pour eux qu’il va falloir se battre maintenant.

      Répondre
  10. netaddicta
    le

    Tous les soirs quand elle est couchée et que nous regardons la télé, Pucinette demande « maman y a des méchants dans ton film? », et je réponds oui comme ça je suis sure qu’elle ne sort pas de sa chambre. Hier je ne lui ai pas dit que ce n’était pas un film…
    Envie de la protéger de cela, de l’horreur que nous adultes avons du mal à métaboliser alors comment nos enfants le pourraient-ils?

    Répondre
    • Olivier
      le

      Aucune chance. Ici, la télé reste éteinte tant qu’elle n’est pas couchée. Hors de question de lui faire subir les infos… les images sont souvent trop dures et intraduisibles pour un enfant.

      Répondre
      • netaddicta
        le

        Oui, ici aussi les infos ne sont allumées que quand elle est couchée mais comme sa chambre donne sur une mezzanine qui donne sur le salon, on l’a quelquefois trouvée accrochée à la mezzanine mais quand elle sait qu’il y a des « méchants » elle n’ose pas sortir…
        Je pense que les mots pour lui expliquer viendront quand elle grandira. Du moins je l’espère.

        Répondre
        • Olivier
          le

          Hier, en revenant du marché, j’ai mis France Info dans la voiture. Elle m’a dit « T’as vu papa, ils parlent de Paris. » Je me suis dit qu’elle faisait beaucoup plus attention à la radio (et forcément à la télé du coup) que je ne l’imaginais.
          Heureusement, elle n’a pas compris pourquoi. Mais elle s’est concentrée pour écouter… Bref, bientôt, on n’y coupera pas, il faudra leur expliquer.

          Répondre
  11. Mamanfaitpassesnuits
    le

    Plus le temps passe et plus le monde devient fou. Quand j’ai vu cet horrible drame je me suis dit mais dans quel monde vont vivre nos enfants? Je m’en suis voulu, voulu de concevoir un enfant dans un monde si cruel. Peur pour elle plus tard, peur de ce qui pourra arriver. Notre devoir est de les proteger et de leurs laisser croire que le monde est si beau .. Même si au fond nous savons tous que non

    Répondre
    • Olivier
      le

      De les protéger, de conserver leurs illusions… et de nous battre autant que possible pour changer les choses. Pas pour nous, mais pour eux.

      Répondre
  12. NOEMIE
    le

    « Mon combat aujourd’hui, c’est toi. T’accompagner sur le chemin de la vie. Faire de toi une personne forte et déterminée, humaniste et généreuse, ouverte et combative, idéaliste mais sans concession. » Je crois que c’est le plus beau combat qui puisse être mener et je pense que c’est ainsi que le monde sera sauvé.

    Répondre
  13. 01Claire
    le

    Ma mère, grand-mère de mon bout de choux m’a dit « comment on va lui laisser ce monde? » le soir du drame…mais comment l’a-t-elle trouvé ? après la seconde guerre mondiale avec le drame nazi, avec la pénurie oui mais avec l’espoir de changer le monde…N’a-t-elle pas fait mai 68?oui…et maintenant c’est à nous puis à nos enfants d’avoir foi en l’avenir et de leur proposer un monde toujours et encore plus juste, libre, égalitaire et fraternel…luttons d’abord contre le chômage terreau de tant de fanatismes

    Répondre
    • Olivier
      le

      Tu as raison. Si on prend suffisamment de recul, le monde a bien changé depuis un siècle. Peut-être est-il même meilleur. Il convient de relativiser… et de ne pas lâcher car les retours en arrière sont souvent beaucoup plus rapides que les progrès !

      Répondre
  14. lola
    le

    la violence des hommes a toujours existé……même dans les dessin animés il y a toujours des méchants, et encore plus dans les 1er walt disney, qu’en est il de la reine qui veut tuer blanche neige et avoir son coeur dans la boîte? les enfants comprennent cette cruauté même s’ils ne le vivent pas au quotidien.
    j’ai pour habitude de toujours expliquer la vérité à mes enfants en simplifiant les choses.
    Hier on est passé devant un monument de notre ville où reposent des fleurs, des bougies et le drapeau francais.
    Mon fils de 4 ans m’a demandé ce que c’était tout ca?
    Alors je lui ai expliqué simplement, des méchants monsieurs avec des fusils ont tués plein de gens et ils sont morts. « ah et s’ils sont morts ils sont au ciel comme papi Paul? »

    « oui mon chéri »
    « et est ce qu’ils peuvent nous voir? »

    « non »

    voilà ca ne l’a pas traumatisé! il ne m’en a plus reparlé mais il est informé.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Attention quand même : les images que nos enfants ont pu voir ces derniers jours à la télé sont beaucoup plus réelles et violentes qu’un monument aux morts qui rend hommage aux victimes d’un événement du passé.

      Répondre
  15. unbebebio
    le

    C’est pour ça qu’on veut habiter dans un petit village, là où il sera le plus éloigné possible de toute cette fureur qui ne cesse malheureusement de s’accroître au fil du temps… Nos parents avaient peur du monde qu’ils nous laisserait, je pense qu’on doit craindre l’avenir encore plus hélas

    Répondre
    • Olivier
      le

      Je ne suis pas certain que s’isoler soit la solution. Au contraire. Dans un monde qui interroge, j’ai comme le sentiment qu’il vaut mieux se serrer les coudes, apprendre à mieux se connaitre, pour se respecter et mieux vivre ensemble.

      Répondre