Comment on a fini par limiter l’accès aux écrans

18 Juin 2018

Comment on a fini par limiter l’accès aux écrans

Il faut que je sois honnête avec vous. Je ne considère pas les écrans comme l’incarnation du mal. Je pense même qu’ils peuvent contribuer au développement d’un enfant s’ils sont bien utilisés.

A la maison, nous bannissons autant que possible les interdits stricts aux effets boomerang quasi-systématiques lorsqu’ils ne sont ni compris, ni acceptés. Notre truc, c’est le dialogue, par lequel nous ambitionnons de trouver le terrain propice pour amener Mychoup à partager nos conclusions.

Depuis qu’elle a environ 3 ans, Mychoup jouit donc d’un accès libre aux écrans. Comme beaucoup d’enfants, elle a lâché la télé depuis longtemps pour jeter son dévolu sur Youtube où elle partage aujourd’hui son temps de cerveau disponible entre des comptines pour améliorer son anglais, des compilations de musical.ly, quelques dessins-animés ou séries, et les tribulations de ses youtubeurs préférés.

Deux conditions ont été posées et acceptées : elle doit soumettre à notre approbation chaque nouvelle chaine qu’elle souhaite visionner et doit apprendre à modérer sa consommation seule.

Du dialogue, de la bienveillance, de la compréhension, de l’amour. Le bonheur, quoi !

Autonomie et accès aux écrans : bilan mitigé

En fait, pas vraiment. 4 ans plus tard, le bilan s’avère même plutôt mitigé. Offrez votre main à un enfant, et il vous bouffe le bras. Avec le sourire et sans arrière-pensée. Vous me voyez venir : oui, Mychoup’ a fini par nous avoir à l’usure. D’un quart d’heure, on est passé à 30 minutes puis 1 heure et même parfois 2.

A chaque dérapage trop marqué, nous finissions par répéter fermement les règles, qu’elle s’empressait d’accepter à nouveau avec vigueur, sachant probablement déjà au fond d’elle pouvoir les transgresser sans trop de problème. Oui, la petite est habile et elle a de la ressource.

Et puis, on en a eu marre. Alors, du jour au lendemain, on a simplement décrété que l’accès aux écrans étaient interdits jusqu’au temps calme après le dîner, même si le moment n’est pas le plus adapté. Plus de tablette au petit-déjeuner, de tunnel d’écran le week-end, de boulimie youtubesque à la sortie de l’école. Sans hausser le ton, sans crier. Juste avec un argument : les écrans, ça rend débile quand on les regarde trop.

A notre grande surprise, Mychoup’ n’a pas hurlé à l’infamie ni même contesté la vraisemblance d’un argument scientifique un poil tiré par les cheveux. Elle a accepté la nouvelle règle, s’inquiétant juste des moments ennuyeux qui l’attendaient.

Pendant une semaine, la petite a semblé perdue. Incapable de trouver le moindre intérêt à ces dizaines de jeux qui envahissent notre espace familial. Son premier réflexe a donc consisté à nous solliciter pour jouer avec elle. Ce que nous avons fait de manière systématique pendant plusieurs jours avant qu’elle retrouve par elle-même le fil de son inspiration.

En quelques jours seulement, ses habitudes ont changé. Désormais, elle ne réclame plus la tablette. Et quand l’idée lui passe par la tête, un simple rappel à la règle la fait instantanément passer à autre chose. Elle en oublierait même la seule fenêtre pendant laquelle l’écran est autorisé, moment que nous imaginions sanctuarisé dans son esprit, préférant mettre la dernière touche à sa création artistique, jouer avec ses poupées ou écouter de la musique.

Je nous revois encore, sa mère et moi, discuter pendant de longues heures à la meilleure stratégie pour la désintoxiquer en douceur de ces écrans devenus envahissants. En fait, il a suffi de 10 mots énoncés avec fermeté, conviction et bienveillance.

Et vous ? Quelles règles appliquez-vous dans l’accès aux écrans ?

D’autres articles ?

Crédit photo : Shutterstock

28 réponses to “Comment on a fini par limiter l’accès aux écrans”

  1. Netaddicti 18 juin 2018 at 13 h 23 min #

    Ici c’est zéro tablette sauf depuis 15 jours car elle a eu un robot qu’on peut diriger grâce à la tablette pour ses 7 ans. Elle n’accède absolument jamais à internet seule (et pourtant Papa est ingénieur en informatique ou alors c’est justement pour ça…). Par contre elle a régulièrement la télé et la console de manière encadrée. La chance que nous avons c’est sa passion pour la lecture (vive la bibliothèque et les vide greniers). Finalement c’est la petite sœur (3 ans et demi) qui serait presque plus en demande de télé qu’elle donc chaque jour on répète la même chose (non pas de télé en rentrant de chez la nounou) et ça passe.

    • Olivier 18 juin 2018 at 13 h 31 min #

      Ne jamais lâcher l’affaire, répéter, répéter et encore répéter… ça use mais c’est essentiel !

  2. petitsruisseauxgrandesrivieres 18 juin 2018 at 14 h 04 min #

    Ah que ça fait du bien de lire cet article ! Je me sens moins dinosaure, du coup.
    Chez nous, pour les petits, c’est zéro écran en semaine, 1 DVD par jour le week-end; et c’est tout. Comme on n’a pas la télé, il n’y a pas de crise pour la regarder.Et si crise il y a par rapport aux DVD, c’est arrêt complet, jusqu’à ce qu’une attitude plus raisonnable revienne.
    Pour les grands, qui sont pré-ados : 30 minutes de session d’ordinateur par jour en semaine. Téléphone portable sans forfait internet.
    On a un couac avec notre grand garçon, qui est accroc à sa tablette, mais là aussi nous sommes arrivés à des règles strictes, on la supprime si besoin.Comme c’est mon beau-fils, je ne m’en mêle pas et laisse son père réguler.
    Sans ces règles, c’est ingérable. Les écrans sont de la cocaïne pour les enfants, et raisonner face à la drogue, c’est impossible.

    • Olivier 18 juin 2018 at 16 h 48 min #

      Je ne serai pas aussi définitive que toi sur les écrans même si, comme toi, je pense qu’effectivement, nos enfants s’y laissent prendre facilement. Je reste convaincu que le dialogue est la meilleure solution mais poser une règle stricte me parait plus sur pour ne pas trop dévier de la trajectoire.

      • petitsruisseauxgrandesrivieres 19 juin 2018 at 11 h 39 min #

        Oui tu as raison, le dialogue est toujours la meilleure solution, mais nous le voyons bien en tant qu’adulte : réguler son temps passé sur écran, tous supports confondus, est difficile. Alors pour un enfant… je crois que c’est un aspect éducatif où l’on peut facilement atteindre les limites des possibilités offertes par le dialogue.

        • Olivier 20 juin 2018 at 9 h 01 min #

          Exact, en ce sens là, l’écran se rapproche en effet de la drogue… même si je n’aime pas bien ce parallèle.

  3. Hélène 18 juin 2018 at 14 h 06 min #

    Notre poussinette a 2ans et jusque là écran interdit à la maison et de toute façon elle était trop jeune.
    Sauf que sous l’influence des autres enfants de la MAM elle a commencer à vouloir écouter et regarder le clip de la reine des neiges sur le téléphone. Et après un week-end passé avec son cousin plus âgé à regarder les dessins animés.

    Nous limitons l’accès mais pas complètement et nous contrôlons ce qu’elle regarde.
    Les dessins animés sont au nombre de deux sur un profil dédié aux enfant sur Netflix et les clips sont regardés avec nous sur le téléphone et limité à 2.

    Je ne pense pas que les écrans soient nocifs mais comme Tout, c’est à consommer avec modération. J’estime qu’aller dans les extrêmes est toujours néfaste.

    • Olivier 18 juin 2018 at 16 h 51 min #

      Mychoup a aussi découvert les écrans chez sa nounou vers 2 ans, au contact des plus grands. Je te rejoins sur le principe de ne pas tomber dans les extrêmes, en oubliant que le dialogue est la clé d’une éducation réussie. Si nous avons décidé de poser une règle plus stricte, en douceur, c’est parce qu’il nous semblait que la petite commençait à abuser. Bref, notre changement de position lui a rappelé la règle et nous a permis de réouvrir le dialogue sur le sujet

  4. Pili974 18 juin 2018 at 14 h 18 min #

    Ici galère… mon fils de 7 ans est accroché aux écrans je tente une désintoxication mais dur dur quand le papa n’est pas du même avis.

    Quand il a les écrans et qu’on lui demande d’arrêter c’est la crise… du coup comme je suis en congé parental pour sa petite soeur je limite un max en semaine, au début il se sentait perdu comme en manque de quelque chose maintenant ça va mieux il joue même seul.

    Le week-end c’est une autre histoire quand son papa est la c’est téléphone téléphone… je ne sais plus quoi faire. Je me console en me disant que la semaine il est pas devant les écrans.

    • Olivier 18 juin 2018 at 16 h 52 min #

      Sincèrement, je pense que tant que vous ne serez pas d’accord, toi et son père, sur ce point précis, votre môme continuera à s’engouffrer dans la brèche. Très honnêtement, il aurait tort de se priver, je ferai pareil 🙂
      Bref, il va falloir en parler avec ton homme, posément, pour tenter de trouver un terrain d’entente acceptable pour vous deux.
      Mais tu as raison, tenir la semaine, c’est déjà pas mal.

  5. Daria 18 juin 2018 at 22 h 45 min #

    Je suis d’accord sur le fait qu’il ne faut pas diaboliser les écrans, mais qu’un cadre est nécessaire. Ici – la télé s’allume le matin pour quelques dessins animés car maman et papa ont besoin d’émerger (oui oui on a du mal le temps d’être à 150% dès le réveil) et c’est tout…certains we, on fait une soirée ciné star (film et pop corn en famille) ou soirée photo. Il y a un ancien IPAD en accès libre, mais sans accès internet. Ils vont desus surtout pour regarder des photos ou pour faire des puzzles. Notre fils aîné (8 ans) a le droit d’aller faire des recherches sur Internet (il en profites le plus souvent pour regarder des vidéos de foot), mais avant de lui donner accès, nous avons longuement discuté avec lui de toutes les facettes de l’Internet (bonnes et mauvaises). Je dirai qu’il nous delande +/- 1 fois par semaine de pouvoir y aller. A vrai dire, je pense que dans notre cas, c’est plus nous les parents qui sommes accros aux écrans entre les smartphones, les ordis au boulot, l’ordi à la maison….peut etre que les enfants devraient nous restreindre les accès

    • Olivier 20 juin 2018 at 9 h 02 min #

      Ton commentaire est intéressant? Je pense comme toi que nous sommes souvent à l’origine des comportements de nos enfants, qu’ils soient positifs ou pas. Et en ce qui concerne les écrans, c’est une évidence…

  6. elisa 19 juin 2018 at 11 h 00 min #

    Alors nous pour le coup c’était un peu comme vous, on avait dit 15 min par jour, et puis j’ai vu que ça devenait obligatoire, addictif. donc on a tout stoppé (on ne se sert quasi pas de nos tablettes dons pour le coup ça ne le tente pas) et on met un dessin animé de temps en temps, quand nous le décidons. puis là on lui autorise à regarder les matchs des bleus avec nous 🙂

    • Olivier 20 juin 2018 at 9 h 03 min #

      comme la coupe du monde est un événement à part, ça rend le moment encore plus magique pour les enfants car ils savent que c’est exceptionnel. Du coup, c’est plutôt chouette…

  7. Caro - WonderMumBreizh 19 juin 2018 at 11 h 19 min #

    Etant enceinte, les écrans arrivent souvent dans nos conversations. Nous-même un peu accro, on se dit qu’avec l’arrivée de Mini il va falloir que ça change. Il n’est pas rare qu’on soit devant la télé, avec l’ordi portable pour Monsieur, la tablette pour moi, avec le portable dans la main pour papoter avec des copains sur des messageries.

    Actuellement nous sommes en désintox, on se cantonne à un seul écran … c’est plus simple que ce qu’on pensait. Encore 2 mois pour les rayer en quasi totalité !

    • Olivier 20 juin 2018 at 9 h 05 min #

      Tu as raison. Ici, la télé n’est jamais allumée. En revanche, on est souvent sur nos téléphones pour checker nos mais, prendre des infos, échanger avec des copains… du coup, il ne faut pas s’étonner si Mychoup’ s’y intéresse.

  8. annie 19 juin 2018 at 11 h 33 min #

    Merci pour ce retour d’expérience !

    De notre côté, on est des jeunes parents d’un bébé de 7 mois, et on a bien compris la règle « pas d’écran avant 3 ans ! ». Le bébé ne joue pas avec les ordinateurs ni les téléphones, et on se réfrène à les utiliser en sa présence. On les utilise pour envoyer des textos, commander sur internet, faire des trucs utiles et rapides, et on ne surfe pas inutilement en sa présence.

    MAIS lorsque le bébé n’est pas là, je traîne souvent sur internet sans grand but 🙁

    C’est pour cela que je ne veux pas donner « un peu » d’ordinateur à mon enfant, car il ne saura pas se contrôler…. puisque moi je n’arrive pas à me contrôler. Et encore, j’ai fait de grands progrès : j’ai mis des minuteurs qui stoppe mon activité sur internet, j’ai désactivé toutes les notifications sur facebook (que je n’utilise donc plus que comme une messagerie car je ne vois rien sur mon fil d’actualité), je n’ai installé aucune application sur mon téléphone…

    Je passe pas beaucoup de temps sur les écrans par rapport à la moyenne, mais c’est déjà trop je trouve, par rapport à mon peu de temps disponible de loisir. Bref, quand on parle des enfants et des écrans, ça me renvoie à ma propre expérience…

    Dans tous les cas, je suis contente de voir ton expérience, et ravie que ta fille a bien compris les nouvelles règles 🙂

    • Cecile 20 juin 2018 at 7 h 29 min #

      Je me reconnais dans ton commentaire! Ici bebe de 5mois nous faisons pareil on limite en sa présence pour le papa c’est plus difficile car il aime les jeux vidéos! Pour ma part je suis moins sur les réseaux sociaux, applications diverses ou blog je suis papa je vais prendre ton astuce de mettre une minuterie sinon je passe de sites en sites sans me rendre compte du temps passé. Et moi aussi je ne veux pas transmettre notre addiction des écrans‍‍

    • Olivier 20 juin 2018 at 9 h 07 min #

      Pas d’écran avant 3 ans, c’est bien de rappeler cette règle. Même si nos enfants ont de fortes chances de faire leur connaissance avant, mieux vaut s’y tenir, tout en jouant de finesse pour ne pas créer de frustrations trop fortes qu’ils chercheront à compenser plus tard d’une façon ou d’une autre

      • Clémence 21 juin 2018 at 9 h 41 min #

        Ici, même si j’étais très catégorique sur la règle « pas d’écran avant 3 ans », je trouve ça TRÈS dur à appliquer !

        Déjà, parce que papa et maman sont addicts aux écrans. On ne regarde jamais la TV, par contre on a toujours l’ordinateur portable et le téléphone à portée de main … On n’est pas toujours dessus, mais ils sont bien présents avec nous dans le salon … Et depuis que j’ai commencé mon blog, c’est pire ! 😉
        Notre fils (1 an) a forcément envie de faire comme nous ! Dès que je pose mon téléphone quelque part, il s’empresse d’aller le chercher ! Quand je ne suis pas prête à supporter la crise de nerfs si je lui retire des mains, je le laisse jouer avec en mode « verrouillé » (il peut quand même activer le défilement de photos ou la musique sans faire exprès, mais je me dit que c’est un peu comme les jeux sonores/lumineux vtech, pas pire…)
        Alors, qu’est-ce que ça veut dire « pas d’écran » ? Pas de jeu ou de vidéo, qui rendent l’enfant « passif », ou pas d’écran en main ?

        Sinon, c’est clair que c’est NOUS qu’il faut désintoxiquer des écrans en premier ! Caro, c’est une très bonne idée de le faire dès la grossesse !

        Et puis, le second point difficile, c’est l’entourage ! J’ai été une enfant élevée aux écrans: j’ai regardé la télé bébé avec mes grands frères et soeurs, j’adorais jouer aux jeux vidéo à 3 ans, je surfais et « chattais » sur internet à 6 ans. Donc, quand je demande à mes parents de ne pas laisser jouer mon fils avec leur téléphone, ils ne comprennent pas ! Et ils se font un malin plaisir de lui montrer plein de trucs sur le téléphone pour me contrarier … en plus il adore ça !

        Du coup, je trouve la règle « pas d’écran avant 3 ans » un peu trop culpabilisante, car pas assez explicite sur les conditions et difficile à appliquer à 100% 😉

        • Clémence 21 juin 2018 at 9 h 45 min #

          Ah et j’espère qu’avoir été bercée par les écrans ne m’a pas rendue trop débile 😉

          • Olivier 21 juin 2018 at 17 h 32 min #

            Tu pointes de vrais questions que tous les parents se posent. Pour ma part, aux principes immuables, je préfère les règles desquelles on peut transiger ponctuellement en fonction d’un contexte, tout en gardant le cap.

  9. Bébé est Arrivé ! 19 juin 2018 at 16 h 53 min #

    Je me retrouve dans ta phrase « Les écrans, ça rend débile quand on les regarde trop ». C’est ce que je dis à mon mari quand il regarde la télé en présence de notre fille de 2 ans 1/2. J’ajoute même « si la télé rendait les gens intelligents, ça se saurait » 😉

    • Olivier 20 juin 2018 at 9 h 08 min #

      Allez hop, on éteint, on prend un ballon et on rejoue la coupe du monde dans le salon, c’est beaucoup plus marrant 🙂

  10. Olivier 20 juin 2018 at 19 h 55 min #

    De notre coté, pas de télé, on laisse ca chez les autres. Dialogues et jeux en famille. On evite egalement d’etre sur le telephone en sa presence.

    Pour l’ordinateur nous aviserons lorsqu’il sera plus grand.

    • Olivier 21 juin 2018 at 7 h 40 min #

      Tant qu’il ne réclame pas, tout va bien.

  11. Edouard 6 juillet 2018 at 10 h 20 min #

    Ahhh les écrans.
    Ma poupinette, elle est attirée comme une mouche sur du lait (c’est ça l’expression ?)
    Il n’y a pas de tablette à la maison… il y a des Smartphones, et évidemment, les enfants observent, intégrent, envient… ils veulent nous copier!
    Les avoirs à la main ou à porter de main tous le temps pour tout et rien, comment leur reprocher de vouloir eux aussi profiter de ce bout de techno…
    La TV, c’est au petit déj, 2 dessins animés… qui se sont transformés à un moment, et je crois que c’est lors de notre changement d’appartement, en x dessins animés… (on est passé sur un grand appart, l’espace petit déj étant éloigné de la Tv, on n’a bêtement laissé la poupinette continuer de boire le bib sur le canap face à ses théoriquement deux dessins animés sans surveillance… bref on s’est fait avoir 😛 )
    Mais on a repris la main avec bébé2, puisque l’on file le bib à nouveau au même endroit, du coup, la limitation (liée aussi au besoin d’arrivée à l’heure pour l’école et le taf) a repris cours.
    Bref, en dehors de cela, il ne faut pas laisser le portable (enfin celui de sa mère) à dispo, sinon, parfois, Mademoiselle en profite… ou demande à en profiter, mais une fois dessus, c’est comme un drogué et sa dose… laisse tomber.
    La mamie a une tablette (je me sens parfois en décalage lol), et elle est trop laxiste avec sa petite fille… notamment en vacances, lorsque l’on appelle… on a parfois un appel sans succès, à savoir que notre fille ne nous répond qu’à peine car sur la tablette… c’est absolument horrifique je trouve, et c’est aussi pour ça que je ne veux pas de tablette à la maison (tant pis pour le décalage 😛 ), car ce serait casser notre relation avec ma poupinette que d’avoir cette objet à la maison (d’autant que c’est affreusement inutile, yt et consort, l’ordi, les Smartphones, et même les tv connectés permettent d’y aller :P, pas besoin de s’encombrer de dépenser son fric ds ce truc qui ne sert qu’à ça justement…)
    Bref… belle article, encore une fois, je ne me sens pas isolé en tant que Papa 🙂

    • Olivier 6 juillet 2018 at 11 h 55 min #

      Ta réflexion résume bien toute la problématique. et s’il n’y a pas de réponse unique – chaque parent gérant l’accès aux écrans comme il le souhaite – je trouve important de rester conscient de l’enjeu et de ses conséquences, en gardant un oeil attentif sur les comportements de nos enfants (et les nôtres par la même occasion).
      Merci de ton témoignage !

Envoyez une réponse