Mon bébé, triste à en pleurer

bébé est triste, frustration

Comme tous les enfants, Mychoup’ a déjà expérimenté la frustration à de nombreuses reprises. Et comme tous les enfants, elle l’exprime souvent par une colère atomique que rien d’autre que le temps ne peut calmer.

Mais cette fois n’était pas comme les précédentes.

Bébé, la porte au nez

Cet après-midi-là, c’est la fête. Déjà deux jours que Mychoup’ attend ce moment avec impatience. Deux jours qu’elle nous répète sans cesse, « Piscine ? Piscine ? »

Bébé aime l’eau passionnément et voue un culte à son bonnet de bain. Aussi impatiente qu’excitée, elle participe à la préparation de son sac, enfile son manteau et court vers la voiture. A cet instant, je lis la joie sur son visage.

Jour férié oblige, j’ai pris soin de vérifier les horaires d’ouverture sur le site internet et me suis fendu d’un petit coup de téléphone. « Pendant les jours fériés, la piscine est ouverte de 15h à 19h », indique le répondeur.

A quelques mètres du paradis, les yeux de super maman croise les miens. « Bizarre, il n’y a pas une voiture sur le parking. » Bébé, qui a reconnu le lieu, ne tient plus en place. « Piscine, piscine ! Ouuuééé, souette ! »

Devant la porte, nos doutes se confirment. Sur une affiche, l’info qui tue : « la piscine est exceptionnellement fermée ».

Collée à la vitre, Mychoup’ ne comprend pas. Ou plutôt, ne veut pas y croire. Mais de retour dans la voiture, elle doit se rendre à l’évidence : il n’y aura pas de piscine aujourd’hui. Submergée par la tristesse, elle fond en sanglots.

Vous vous en doutez, j’ai tout essayé pour la calmer. Trouver les bons mots, lui expliquer la situation, la réconforter. Mais Mychoup’ n’est pas en colère. Elle pleure de tristesse et ne peut contenir ses larmes, malgré ses efforts.

Je me retourne alors vers elle et lui prend la main. Bébé peine à respirer tellement elle pleure. Elle se calme, lance un « t’aime papa » chevrotant, et repart dans un long sanglot. Impossible pour elle de contrôler cette déception qui l’envahit.

Le cœur gros, Mychoup’ finit par retrouver un semblant de sérénité lorsqu’elle apprend que nous allons au parc animalier. Elle renifle, laisse couler les dernières larmes et tente de se convaincre que la journée n’est pas foutue, à coup de « nimaux, les nimaux… »

Pour la première fois ce jour-là, je n’ai pas tenu la promesse que je lui avais faite.

Et vous ? Avez-vous des souvenirs de grands moments de tristesse de vos enfants ? Comment réagissent-ils ? Vous êtes-vous déjà sentis responsables de leur déception ?

Photo Credit: Lawrence Whittemore via Compfight cc

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 6 mai 2013 dans Tranches de vie

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


31 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    • Olivier
      le

      Ouais, je crois qu’elle a bien saisi que nous n’étions pas responsable. Mais c’était pas facile pour elle…

      Répondre
  1. Christophe papa coeur d'artichaud
    le

    Bonjour,

    papa moi-même de deux enfants, un « grand » de 5 ans et une petite de seulement 11 mois, mais très expressive…

    Autant j’ai su jouer l’autorité et assurer un certain blindage avec le premier, autant avec la seconde je fonds littéralement, le moindre pleur me tord le ventre : une vrai madeleine 🙂

    Alors lorsqu’elle pleure ou subit une frustration, oui je me sens responsable et triste – c’est totalement irrationnel – , comme dirait Marius : « ça me fend le cœur ».

    Répondre
  2. Amélie Epicétout
    le

    En tout cas elle a bien compris les efforts que vous faisiez pour la réconforter… je n’imagine pas le drame que ça a été dans sa petite tête. Mercredi dernier nous ça a été le mini-drame quand elle a vu qu’il pleuvait et qu’elle a compris qu’elle ne pourrait pas jouer au ballon dehors.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Apprendre la déception, c’est pas le premier truc qu’on a envie de transmettre à nos enfants… en même temps, faut bien que ça arrive !

      Répondre
  3. lili
    le

    pauvre pitchounette… ça me fend le cœur 🙁 … c’est horrible de voir nos monstrouilles avec un vrai chagrin.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Oui, surtout de tristesse.
      Qu’elle boude, qu’elle soit frustrée, qu’elle fasse une crise, soit… qu’elle soit triste, ça me laisse un goût amer.

      Répondre
  4. Julia
    le

    Oh c’est trop triste j’en ai les larmes aux yeux! Ici aussi c’est sissine le samedi matin, et ici aussi c’était fermé ce WE… mais on avait anticipé: on l’a prévenue avant!

    Des frustrations il y en a tous les jours, plus ou moins importantes. Et c’est bien normal. Pour la tristesse, c’est principalement quand un des deux parents s’en va, mais on n’a pas vraiment le choix.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Disons que ça fait aussi partie des apprentissages de la vie… mais c’est marrant ni pour les enfants, ni pour leurs parents !

      Répondre
  5. clara
    le

    C’est très dur d’apprendre la frustration et c’est triste de les voir si déçus…D’un autre côté, vous avez su rebondir, proposer autre chose, et je trouve ça formateur : la vie ça ne se passe pas toujours comme prévu mais inattendu peut aussi avoir du bon!
    Et puis ce qui est bien après c’est de rejouer la scène, d’en reparler, et même d’en rire…dédramatiser!

    Répondre
    • Olivier
      le

      Oui, c’est vrai. Et finalement, Mychoup’ est assez rapidement passée à autre chose, même si on a bien senti qu’elle était mâchée.
      Au final, on est allé à la piscine hier… c’était la fête 😉

      Répondre
  6. Clairou
    le

    Nous n avons encore pas eu cette chance….

    Heureusement pour nous la piscine ouvrait à 10h mais on a du quand même faire fasse à son impatience pendant 45 min… Oui ok j avais pas regarder les horaires avant…..

    Répondre
  7. working mum
    le

    aie, la pauvre…. alors achète une piscine gonflable lol… on sait jamais hein! dans le jardin ou… au milieu du salon!!!

    Répondre
  8. aggie
    le

    Compliqué quand on ne peut pas tenir sa promesse et que ce n’est pas de notre faute. Ca m’aurait tordu le ventre aussi.

    Répondre
  9. Babidji
    le

    je n’ai pas de souvenir précis en tête mais le premier vari chagrin fait tjs mal au coeur … on espère juste que nos enfants ne vivront pas de choses plus dures … genre je ne sais pas comment je gérerai par ex. les premiers chagrins d’amour des filles … dur dur d’être parent !

    Répondre
    • Olivier
      le

      Oui, perso je préfère gérer les déceptions pour fermeture de piscine. Pour le reste, je ne suis pas prêt !

      Répondre
  10. celine
    le

    Perso je ne me serais pas senti coupable :/ oui je sais je suis sans cœur 😉 mais il faut arrêter de se sentir coupable pour rien, on a promis ok mais si la piscine est fermé on n’y peut pas grand chose 😉 sauf si c’est à cause de nous ! C’est aussi ça l’éducation et la vie, apprendre à nos enfants à relativiser et à rebondir pour avoir mieux :), c’est montrer que nous arrivons à faire face, face aux imprévus :), quand ça arrive je leur demande ce qu’ils aimeraient faire à la place, pour ne pas les pénaliser et les responsabiliser 🙂 et montrer que rien n’est insurmontable 🙂

    Répondre
    • Olivier
      le

      Tu as raison. Plus que la culpabilité, c’est la tristesse de Mychoup´ qui m’a perturbé. Cela dit, maintenant on sait qu’elle adore la piscine plus que tout 😉

      Répondre
      • celine
        le

        et c’est très bien nous on a commencé les bébés nageurs avec la notre de 6 mois 🙂 et c’est que du bonheur 🙂 ! Maintenant normal qu’on soit sensible à leur tristesse 🙂

        Répondre
  11. Missrelie
    le

    salut
    oh come je comprend on a vecu la meme chose la semaine derniere.
    on a loue ds une résidence de vacances avec piscine et yann tous les soirs avait droit a un tour ds la piscine sauf qu’un soir on y est allé et il y avait eu un pb de chlore piscine fermée gros drame il s’est promené ds l’appart tte la soirée avec sa bouée a nous demander la piscine nos explications ne suffisaient pas grrrrrrrrrrrr

    Répondre
  12. nessa
    le

    la frustration c’est bien ça aide à grandir! il n’y a qu’à voir les petits de « riches » tout leur tombe dans la bouche, ils n’ont pas à faire le moindre effort, caprices, pleurs s’ils n’ont pas gains de cause ou un jouet qu’on offre normalement à noel ou anniversaire…

    je sais c’est dur parfois je ne supporte pas les pleurs mais je tiens bon …parfois ce sont les circonstances qui frustrent comme une piscine fermée, tant qu’on explique, même à un petit c’est presque une petite victoire c’est finalement positif!

    Répondre
  13. Hamelinna
    le

    La pauvre petite Mychoup, je veux bien comprendre sa déception et sa tristesse, si elle attendait tant ce moment. Enfin, je trouve trop mignon le petit « t’aime papa » malgré son chagrin, qui montre bien qu’elle ne t’en veux aucunement et saisit bien les efforts que vous avez faits pour elle.

    Ici, depuis sa naissance, Poupette ne pleure jamais. Elle grogne, râle, se tortille, gesticule, mais jamais ne pleure. Sauf lorsqu’elle est triste, ou qu’elle a mal quelque part.

    Alors évidemment, la première fois qu’elle m’a vu partir au travail et qu’elle a arrêté l’activité qu’elle faisait, m’a regardé avec des yeux ronds qui ont immédiatement commencé à s’embuer… J’ai eu le coeur vraiment gros (et j’ai fait demi-tour pour un dernier câlin-bisou).
    Encore plus que la tristesse, il est très difficile pour moi de faire face à la douleur de ma petite. Je me sens totalement impuissante et démunie.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Oui, c’est aussi ce que j’ai longtemps ressenti. Pas facile de les voir souffrir sans ne pouvoir faire quoique ce soit ! Mais je suis convaincu que notre simple présence les aide aussi à combattre la douleur…
      Quant à Mychoup´, ce jour là a été dur pour elle. Une immense déception car elle adore la piscine. Depuis, nous sommes très vigilants !

      Répondre