Mon enfant ne veut pas manger : qu’est-ce que la néophobie alimentaire ?

bebe-enfant-ne-veut-pas-manger-neophobie-alimentaire

Aux alentours de 3 ans, les enfants entrent dans la fameuse phase d’opposition et les repas ne font pas exception.

Alors que certains terminent leur assiette sans rechigner, d’autres refusent tous les nouveaux plats présentés. Les repas deviennent alors des moments redoutés et les parents s’inquiètent pour la santé de leurs enfants.

On parle de néophobie alimentaire. Mais qu’est-ce que c’est ? Comment passer cette phase en douceur ? Focus sur ce passage difficile.

Qu’est-ce la néophobie alimentaire ?

La néophobie alimentaire est, comme son nom l’indique, un sentiment de peur éprouvé par l’enfant face aux aliments. On distingue :

  • La néophobie flexible : l’enfant hésite avant de manger, il joue avec les aliments et les examine longuement
  • La néophobie alimentaire rigide : l’enfant rejette complètement la nourriture

La néophobie alimentaire ne concerne pas uniquement le refus de “nouveaux aliments”. L’enfant peut également rejeter la nourriture qui ne lui posait aucun problème jusqu’à présent.

Ce phénomène touche essentiellement les enfants de 3 ans, mais peut débuter bien plus tôt, vers 18/24 mois. Il coïncide souvent avec le désir d’autonomie de l’enfant et son besoin d’affirmation. 

Néophobie alimentaire : comment la reconnaître ?

Les enfants traversant une phase de néophobie alimentaire présentent souvent le même type de comportement.

Pour éviter de manger, ils essaient de perdre du temps en examinant leur plat sous toutes les coutures, certains aliments auront même droit à une autopsie.

Pour ceux qui acceptent de les mettre à la bouche, ils mâchent très longuement ou recrachent la nourriture.

Enfin, les plus récalcitrants refusent catégoriquement de manger en tournant la tête, en repoussant l’assiette ou en refusant d’ouvrir la bouche.

Comment gérer la phase de néophobie alimentaire ?

De nombreux parents se retrouvent démunis face à cette phase déconcertante et les repas virent souvent au cauchemar, pour toute la famille.

Tout d’abord, il faut apprendre à dédramatiser. Il s’agit d’une phase de transition qui touche plus de la moitié des enfants. Les repas doivent rester un moment convivial. Faire du forcing ne changera rien. Bien au contraire ! C’est parfois même le lâcher-prise des parents qui débloque la situation.

En attendant que passe cette période difficile (parce que oui, elle passe), voici quelques petits conseils qui pourraient vous aider :

  • Laissez votre enfant jouer avec la nourriture. Cela lui permettra de sentir les textures et peut-être même d’éprouver l’envie de la mettre à la bouche. Il s’agit d’une phase exploratoire nécessaire.
  • Ne forcez pas votre enfant. S’il ne mange pas, ne lui concoctez pas non plus son plat favori, même si c’est difficile.
  • Servez-vous de l’imitation. Peut-être qu’en voyant un grand frère manger la même chose, il se laissera convaincre.
  • Laissez-le participer à la préparation du repas afin de lui permettre de toucher et de se familiariser avec les aliments.

La néophobie alimentaire est une phase de transition tout à fait courante chez l’enfant, qui n’aura ensuite aucune incidence sur son futur comportement alimentaire. Si la situation vous inquiète, n’hésitez pas à prendre avis auprès de votre pédiatre.

Et vous ? Votre enfant a-t-il souffert de néophobie alimentaire ? Quelles ont été vos “astuces” pour la passer en douceur ?

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 20 août 2020 et mis à jour le 20 août 2020 dans Questions de parents, Alimentation
Priscilla Caruso Mucciante

Par Priscilla

Maman de deux petits garçons, Priscilla n’a pas hésité longtemps à abandonner sa “vie d’avant” pour pouvoir se consacrer davantage à ses deux petits bouts. Discrète et empathique, elle rédige des articles clairs et pleins de bienveillance, destinés aux jeunes parents. Objectif : les aider dans leur quotidien (parfois chaotique, il faut bien le reconnaître) à travers des astuces, des conseils, et du vécu (beaucoup de vécu), en toute simplicité ! Passionnée de voyages, de bons petits plats et de plaisirs simples de la vie, elle aime se ressourcer auprès de sa famille. Sa devise :  apprécier ce que l’on a en attendant d’avoir ce que l’on veut !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *