Je recherche

Comment savoir si bébé est prêt pour la diversification alimentaire ?

Par Olivier - Mis à jour le 9 juillet 2024
Dans sa chaise haute, bébé goûte un plat. Il est prêt pour la diversification alimentaire.

La diversification alimentaire fait partie de ces étapes qui suscitent nombre de questions chez les jeunes parents : faut-il débuter la diversification alimentaire à 4 mois ? 6 mois ? Vaut-il mieux commencer par introduire les fruits ou les légumes ? Mais surtout, mon bébé est-il prêt et a-t-il envie de goûter à d’autres saveurs ? Un vrai casse-tête !

Sommaire

Avant de vous lancer dans la diversification alimentaire, il convient d’obtenir l’avis de votre pédiatre. Lui seul peut siffler le top départ. Il pourra également vous conseiller sur les aliments à intégrer ou non. Néanmoins, il suffit parfois d’observer bébé pour identifier quelques signes révélateurs de son envie de changer de menu.

En général, on démarre la diversification alimentaire entre 4 mois révolus et 6 mois. Mais gardez en tête que chaque enfant vit selon son propre rythme. Suivez donc avant tout celui de votre loulou. A partir de 6 mois, l’introduction de nouveaux aliments devient néanmoins une priorité car votre enfant en a besoin. C’est aussi une période importante où il découvre les goûts et les textures.

Ne culpabilisez pas si votre enfant refuse la cuillère. Tous les mômes n’acceptent pas compote ou purée du premier coup. Les nouveaux goûts, les nouvelles textures, les nouvelles saveurs peuvent parfois les surprendre et susciter des réticences. C’est normal ! Renouvelez l’expérience quelques jours plus tard… bébé aura peut-être changé d’avis !

Pourquoi bébé n’est-il pas prêt pour la diversification alimentaire avant 4 mois ?

D’un point de vue physiologique, il est déconseillé de lancer la diversification alimentaire avant l’âge de 4 mois. A cet âge, les enfants ne sont pas prêts à ingurgiter d’autres aliments que le lait. Le système digestif, le système immunitaire et les reins ne sont pas encore matures pour accueillir des aliments variés.

  • Appareil digestif : l’appareil digestif est constitué d’enzymes. Leur rôle ? Dégrader toutes sortes d’aliments. Les enzymes sont nécessaires pour une bonne digestion.
  • Reins : ils sont les filtres de notre corps. Ils permettent d’éliminer les toxines, les déchets… Plus l’alimentation de bébé sera variée, plus des toxines circuleront dans son corps. Votre loulou devra alors pouvoir compter sur des reins efficaces pour les éliminer.
  • Système immunitaire : il permet au corps de notre enfant de lutter contre les attaques extérieures. C’est lui qui luttera contre d’éventuelles maladies et allergies, fréquentes chez les plus jeunes. La nourriture diversifiée peut être à l’origine de ces deux réactions. D’où l’importance d’attendre que l’organisme de votre bébé soit apte à se défendre avant de changer ses habitudes alimentaires.

7 signes qui montrent que bébé est prêt pour la diversification alimentaire

Vous vous demandez si vous devez diversifier l’alimentation de votre enfant ou s’il vaut mieux attendre encore un peu ? Découvrez ci-dessous 7 signes qui peuvent vous indiquer qu’il est disposé à accepter d’autres aliments que le lait. N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaires.

1 | Votre enfant ne se rassasie jamais

Votre enfant a encore faim après avoir avalé son biberon de lait ou sa tétée ? Il recommence à vous réveiller la nuit ? Réclame des biberons plus souvent depuis plusieurs jours ? Semble affamé en permanence ? Il est possible que le lait ne le rassasie plus suffisamment.

2 | Votre enfant refuse ses biberons

Votre enfant s’est mis à refuser ses biberons, du jour au lendemain ? Si ce refus se reproduit régulièrement, n’hésitez pas à en parler à un professionnel. C’est peut-être sa façon à lui de vous dire qu’il souhaite manger autre chose.

3 | Votre enfant accepte de mettre la cuillère que vous lui présentez à la bouche

Votre enfant a perdu son réflexe de « protrusion », celui qui permet aux nourrissons de repousser les aliments étrangers en sortant la langue pour éviter l’étouffement ? S’il accepte les cuillères que vous lui présentez, c’est qu’il y a de fortes chances qu’il soit prêt pour la diversification alimentaire.

4 ­| Bébé commence à mimer la mastication

Votre enfant a la mâchoire qui oscille de droite à gauche ? Il porte tout à sa bouche ? Il semble que ça soit le bon moment pour le satisfaire en introduisant dans son alimentation de nouvelles saveurs et de nouvelles textures.

5 | Votre enfant se tient assis

Votre enfant est capable de se tenir assis avec appui et tient correctement sa tête ? Cette posture va lui permettre d’avaler des aliments plus consistants. Son corps est en train de se préparer à la diversification alimentaire.

Découvrez les sélections de chaises hautes et de réhausseurs que nous vous conseillons.

6 | Le regard de votre enfant se porte constamment sur le contenu de votre assiette

Votre enfant vous regarde attentivement en train manger, il suit votre fourchette du regard, il se montre intéressé par le contenu de votre assiette. C’est probablement parce qu’il est prêt à franchir le pas. Si, en plus, il pioche dans votre assiette pour mettre le contenu à sa bouche, vous pouvez certainement en déduire qu’il est intéressé et que c’est le bon moment pour lui.

7 | Testez votre enfant

Vous pouvez faire le test de la compote. Mettez un peu de compote sur votre doigt que vous poserez sur ses lèvres : s’il cherche à l’avaler, c’est qu’il y a de fortes chances qu’il soit prêt. Dans le cas contraire, attendez- un peu.

Nous vous conseillons quelques livres pour lancer la diversification alimentaire :

Retrouvez notre sélection des meilleurs livres pour réussir la diversification alimentaire juste ici !

FAQ sur la diversification alimentaire

Découvrir le monde des saveurs avec un nourrisson est une aventure fascinante. Entre les purées colorées, les compotes savoureuses, et les premières cuillères hésitantes, chaque étape compte. La diversification alimentaire est une étape importante du développement de bébé. Découvrez les questions que les jeunes parents se posent à ce sujet.

A quel âge commencer la diversification alimentaire ?

La diversification alimentaire commence idéalement entre 4 et 6 mois. Chaque bébé étant unique, certains montrent un intérêt pour les nouveaux goûts dès l’âge de 4 mois, tandis que d’autres préfèrent attendre un peu plus. Il est déterminant de ne jamais débuter ce processus avant 4 mois révolus et de ne pas le retarder au-delà de 6 mois. Cette période est propice pour habituer le nourrisson à de nouvelles textures et saveurs.

Quels aliments introduire en premier ?

Il n’y a pas d’ordre particulier à respecter pour introduire les différents groupes d’aliments. L’important est de varier les goûts et de surveiller les réactions du bébé. Les légumes, souvent doux et colorés, comme les carottes, les courgettes, ou les haricots verts, sont généralement bien acceptés. Les fruits viennent ensuite avec des compotes de pommes, de poires ou de bananes. La viande, le poisson et les œufs peuvent être introduits progressivement en petites quantités, tout comme les féculents et les légumineuses. L’idée est d’offrir une palette variée pour éveiller les papilles de votre nourrisson.

Comment gérer les allergènes alimentaires ?

L’introduction des allergènes alimentaires majeurs doit se faire sans tarder. Les produits laitiers, l’œuf et l’arachide sont à intégrer dès le début de la diversification alimentaire. Il est recommandé de proposer ces aliments en petite quantité et d’observer attentivement toute réaction allergique potentielle. L’introduction précoce de ces allergènes peut même réduire le risque de développer des allergies alimentaires plus tard. Chaque nouvel aliment doit être donné seul pendant quelques jours pour identifier facilement une éventuelle allergie.

Quelle quantité de lait maintenir ?

Malgré l’introduction des aliments solides, le lait reste la base de l’alimentation du bébé. Il est essentiel de maintenir au moins 500 ml de lait par jour pour assurer un apport suffisant en nutriments. Le lait maternel ou infantile continue de jouer un rôle déterminant dans le développement du nourrisson. À mesure que la diversification progresse, le nombre de repas augmente pour atteindre quatre par jour : petit-déjeuner, déjeuner, goûter et dîner. Vous pouvez remplacer progressivement le biberon par des cuillères. L’enfant peut ainsi s’habituer doucement aux nouvelles textures.

Quels sont les repères pour les quantités et textures ?

Les premières purées et compotes doivent être très lisses pour faciliter la déglutition. Avec le temps, la texture peut évoluer vers des aliments moins mixés, permettant au bébé de découvrir différentes consistances. Les quantités augmentent progressivement en fonction de l’appétit du nourrisson. Nous vous conseillons de commencer par quelques cuillères et d’augmenter petit à petit. Observer les signaux de satiété du bébé est primordial pour ne pas forcer l’alimentation. La diversité des textures aide de plus à stimuler la motricité buccale essentielle pour la mastication future.

Comment savoir si bébé accepte bien la diversification alimentaire ?

La réaction du nourrisson aux nouveaux aliments est un indicateur clé de son acceptation de la diversification alimentaire. Un bébé qui mange avec plaisir et sans rechigner montre qu’il apprécie les nouvelles saveurs. En revanche, des signes de refus, tels que recracher les aliments ou pleurer pendant le repas, peuvent indiquer une réticence. Il est également important de surveiller d’éventuelles réactions physiques comme des éruptions cutanées, des vomissements ou des diarrhées après l’introduction d’un nouvel aliment. Ces signes peuvent révéler une intolérance ou une allergie alimentaire. En cas de doute, nous vous conseillons de consulter un professionnel de santé.

Dois-je introduire un seul nouvel aliment à la fois lors de la diversification alimentaire ?

Oui, nous vous recommandons d’introduire un nouvel aliment à la fois et d’attendre quelques jours avant d’en introduire un autre. Cela permet d’identifier facilement toute réaction allergique ou intolérance alimentaire chez le bébé. En introduisant les aliments un par un, vous pourrez également mieux observer les préférences de votre enfant.

Quels sont les signes indiquant une éventuelle allergie alimentaire chez mon bébé ?

Les signes d’allergie alimentaire chez un bébé peuvent inclure des éruptions cutanées, des démangeaisons, des vomissements, de la diarrhée, des difficultés respiratoires ou un gonflement du visage. Si vous observez l’un de ces symptômes après avoir introduit un nouvel aliment, consultez immédiatement un professionnel de santé pour obtenir des conseils adaptés.

 

Partagez l'article
Un utilisateur navigue sur le profil Facebook de 'Je suis papa' avec son téléphone mobile

Les meilleurs comparatifs

Voir tous les comparatifs

Vos tests de produits préférés