Je recherche

Doit-on obliger un enfant à faire un bisou pour dire bonjour ?

Par Elodie - Mis à jour le 10 juillet 2024
Deux enfants n'ont pas été obligés de faire un bisou pour dire bonjour, mais ils le font de leur plein gré

« Fais un bisou à la dame », « Viens faire un bisou à papy et mamie »… Pour ne pas vexer et montrer par la même occasion qu’on a appris la politesse à nos garnements, on a tous un jour ou l’autre insisté pour que nos enfants concèdent un bisou à un interlocuteur plus ou moins proche.

Sommaire

Jusqu’au jour où nos loulous entrent en résistance, affichant une mine de dégout à la simple idée de poser leurs lèvres sur des joues plus ou moins connues. Mais au fait, faut-il ou non les obliger à faire un bisou pour dire bonjour ? Soyons clairs : la question divise autant les parents que les professionnels de l’enfance. Pour certains, c’est de la politesse. Pour d’autres, du non-respect du corps de l’enfant.

Pourquoi certains parents insistent pour que leurs enfants fassent un bisou pour dire bonjour ?

Bonjour, au revoir, merci… dans notre société, l’éducation passe par la politesse. Dans ce contexte, dire bonjour fait partie des convenances sociales auxquelles beaucoup de parents ne dérogent pas. Cela signifie qu’on respecte les autres. Mais la politesse induit-elle de bisouiller l’autre systématiquement ?

Pour de nombreux adultes, embrasser un proche fait partie des bonnes manières. Beaucoup de parents associent ainsi le bisou au bonjour. Pour cette raison, ils ont tendance à obliger leurs enfants à se plier à l’exercice. Le regard des autres pèse également. Le refus d’un enfant de gratifier un interlocuteur quelconque d’un bisou peut ainsi provoquer un sentiment de gêne chez des parents qui pourraient alors se sentir jugés.

Pourquoi est-il conseillé de ne pas forcer un enfant à faire des bisous ?

Pour les spécialistes de l’enfance, il convient d’abord de distinguer politesse et affection. Selon le pédopsychiatre Marcel Rufo la politesse fait partie des règles à enseigner dès le plus jeune âge. Le bisou, en revanche, relève du signe d’affection, surtout pour un enfant.

Le professionnel conseille de ne pas obliger un enfant à gratifier autrui d’un bisou s’il ne le souhaite pas. Il convient ainsi d’obtenir son consentement. Après tout, son corps lui appartient et personne n’a le droit d’en disposer sans son accord. Il doit en prendre conscience, aussitôt que possible, que le simple bisou, qu’on demande au moment des salutations, constitue une bonne occasion pour lui d’exercer son libre arbitre.

Marcel Rufo conseille d’expliquer à l’entourage que l’enfant est pudique, qu’il refuse d’embrasser, mais que cela ne le dispense pas de dire bonjour. De quoi désamorcer certaines situations gênantes évoquées plus haut. Toujours selon le pédopsychiatre Marcel Rufo, un enfant peut se montrer réticent à accorder un bisou parce qu’il est en pleine découverte de la pudeur. Il est alors conseillé de respecter sa volonté pour l’aider à se construire.

Forcer un enfant à concéder un bisou peut générer chez lui un malaise chronique. Surtout lorsque les personnes rencontrées ne sont ni de sa famille ni de son entourage proche. L’obliger lui renvoie par ailleurs à l’idée que sa décision concernant son corps ne compte pas et que son consentement n’a aucune valeur. Dans cette situation, l’enfant perd en effet le contrôle de son corps. En grandissant, votre enfant apprendra à distinguer le bisou d’amour de celui de courtoisie. Il découvrira aussi qu’on peut saluer autrui autrement, en lui serrant la main principalement.

Incitez-le quand même à dire bonjour, mais à sa façon, dès maintenant. Cherchez ensemble des alternatives. Il peut par exemple envoyer un bisou soufflé, serrer la main, saluer d’un « bonjour » à l’arrivée, faire un clin d’œil… Parlez-en ensemble !

Partagez l'article
Un utilisateur navigue sur le profil Facebook de 'Je suis papa' avec son téléphone mobile

Les meilleurs comparatifs

Voir tous les comparatifs

Vos tests de produits préférés