Don’t worry, be happy bébé !

un enfant heureux

Enseignante, médecin, vendeuse de chaussures, dentiste, cuisinière, ouvrière, technicienne, commerciale, journaliste, chef d’entreprise, comptable, infirmière, diététicienne, chanteuse, ingénieure, démographe, aide-soignante, paysagiste, botaniste, secrétaire, chef de projet, bijoutière, maitre-nageur, ébéniste, chirurgien, assistante-sociale, réceptionniste, formatrice, designer, chercheuse, infographiste, éducatrice, agricultrice, chef de pub, métrologue, pâtissière, conductrice, caissière, pédiatre, magicienne, peintre, océanologue, orthophoniste, danseuse, décoratrice, photographe, bibliothécaire… qu’importe !

Plus tard, je voudrais que tu sois heureuse ma fille !

Et vous, comment envisagez-vous l’avenir de bébé ? Avez-vous déjà des projets pour lui ou le laisserez-vous trouver sa voie par lui-même ?

En musique

The Rakes – Just a man with a job
[dewplayer:https://www.je-suis-papa.com/wp-content/uploads/2011/11/the-rakes-just-a-man-with-a-job.mp3]

Crédit photo : Puxie

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 4 décembre 2011 dans Tranches de vie

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


5 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Séverine
    le

    pour nous, le principal c’est qu »ils soient heureux et qu’ils s’épanouissent dans leur passion,leur vie professionnelle et privée!

    Répondre
  2. Franck | Papa Blogueur
    le

    Lorsque je vois mes enfants, je me demande en effet ce qu’ils feront plus tard.
    D’un côté je me dit « ils feront ce qu’ils veulent », d’un autre côté j’ai souffert des « envies » de ma mère de me voir faire de s « hautes études » tout cela pour dire à son entourage et avec fierté, « vous savez mon fils à une maîtrise », oui ben maintenant elle ne me sert à rien, je ne fais plus se travail là !
    D’un autre côté j’ai aussi souffert d’une non implication réelle familiale et soclaire sur mon orientation et mes études universitataires. J’ai appris des choses certes, mais sans réellement avoir de projets d’avenir.
    Donc il faut savoir faire la part des choses, ne pas imposer des idées d’avenir à ses enfants mais en même temps les avertir que la vie ce n’est pas toujours rose.

    Répondre
  3. une maman créative
    le

    Plus tard j’aimerais que mon fils ait de beaux souvenirs et l’impression d’avoir vécu une belle enfance à nos côtés et surtout tout comme toi qu’il soit heureux;)
    pour le reste il sera le seul maître à bord, je serais là pour l’aider, le conseiller mais surement pas pour lui imposer mes choix 😉
    très belle journée à toi et tes petites femmes!

    Répondre
  4. Olivier
    le

    La pression des parents, c’est un vrai sujet. Si je crois que les parents doivent savoir être présents pour aiguiller leurs enfants, ils doivent aussi s’effacer pour leurlaisser trouver leur propre voie. Pas facile comme challenge !

    Comme une maman créative, j’espère que Mychoup’ gardera de beaux souvenirs du bout de chemin que l’on aura parcouru ensemble… comme une rampe de lancement vers une mise en orbite réussie 🙂

    Répondre