17 astuces pour réduire le mal des transports des enfants

comment réduire le mal des transports des enfants

Vos trajets sur la route des vacances sont fréquemment ponctués d’arrêts aux stands parce que le petit dernier devient tout vert ? Pas de panique.

Le mal des transports concerne de nombreux enfants, en voiture, en bateau et même en avion. Au programme : fatigue, transpirations, maux de tête, boule au ventre, nausées et vomissements.

Votre enfant n’y est pour rien. Son malaise est la conséquence d’un conflit entre ce qu’il voit et ce que son oreille interne, qui gère l’équilibre, lui indique.

Le mal des transports apparait autour de 2 ans. La plupart du temps, les symptômes diminuent vers 12 ans avant de complètement disparaître.

Comment limiter le mal des transports des enfants ?

Votre enfant est sujet au mal des transports ? Voici quelques astuces simples pour limiter les symptômes. Et n’hésitez pas à partager vos conseils en commentaires pour enrichir cet article.

1 | Optez pour une conduite souple

Sans doute avez-vous constaté que les accélérations et les freinages intempestifs majorent le mal des transports des enfants. En voiture, mieux vaut partir lorsque la route est dégagée et opter pour une conduite aussi souple que possible. Par ailleurs, gardez en tête que moins les virages seront brusques, mieux votre enfant se portera.

2 | Veillez à ce que votre enfant ne parte pas le ventre vide

Évitez autant que possible que votre enfant voyage le ventre vide. Proposez-lui un repas léger une heure avant le départ, en prenant soin d’éviter les boissons lactées chaudes ou froides et le jus d’orange. L’été, privilégiez les fruits comme la pomme ou l’abricot par exemple. À l’inverse, bannissez les repas trop lourds, les chips, les boissons gazeuses, les hamburgers…

3 | Achetez un bracelet anti mal des transports

Ces bracelets se placent aux poignets des enfants. Les boutons boules doivent être positionnés sur un point d’acupuncture, à trois doigts de la limite de la paume de la main. Le bracelet agi alors par acupression, massage du point d’acupuncture. Il réduit les phénomènes nauséeux et les vomissements. 100% d’origine naturelle, il ne contient pas de substance médicamenteuse. Ici, on ne voyage plus sans ! Vous trouverez les bracelets Sea Band ici.

4 | Invitez votre enfant à regarder la route face à lui

S’il n’est pas conseillé d’installer un petit au centre de la voiture, votre enfant doit pouvoir regarder la route face à lui, en évitant les fenêtres de côtés.

5 | Bannissez les écrans, les coloriages, la lecture

Si votre enfant a la nausée en voiture, le visionnage d’un écran pourrait bien le conduire à la prochaine étape, celle du vomissement. Évitez aussi les activités de dessin ou la lecture. Invitez-le plutôt à des jeux qui l’inciteront à regarder la route : chercher une voiture verte, compter les camions…

6 | Offrez de petites collations à votre enfant

Si votre voyage s’éternise, n’hésitez pas à proposer de petites collations à votre enfant : gâteaux secs, fruits… et surtout, invitez-le à boire de l’eau régulièrement en petites quantités (éventuellement un peu sucrée).

7 | Invitez votre enfant à s’endormir

Garder les yeux fermés aide à réduire les symptômes du mal des transports des enfants. Profitez-en pour partir la nuit ou pendant la sieste de votre petit. Dans tous les cas, proposez-lui de s’endormir s’il commence à se sentir mal.

8 | Sortez le stick d’urgence Neobulle pour les bébés

Bien connue des parents pour ses produits de soins, Neobulle a conçu un stick d’urgence pour soulager les enfants victimes de nausées, à partir de 3 mois. Il diffuse une huile odorante à appliquer sur la face interne des poignets. Il est composé d’ingrédients issus de l’agriculture biologique : Huiles végétales de caméline et tournesol vierge, huiles essentielles de pamplemousse, citron, marjolaine, gingembre, camomille et extrait de romarin. Vous trouverez le stick d’urgence Neobulle ici.

9 | Sortez le roller aux 7 huiles essentielles pour les enfants

Dans le même esprit que précédemment, Puressentiel propose un roller, cette fois réservé aux enfants de plus de 3 ans. Il contient 7 huiles essentielles antispasmodiques aux propriétés destinées à stimuler l’appareil digestif. On l’applique sur la région des veines des poignets, des tempes et du cou, avant de frotter légèrement. Le produit contient du basilic tropical, du citron, du gingembre, de la lavande officinale, de la mandarine, de la marjolaine à coquille et de la menthe poivrée. Le roller anti nausées est disponible ici.

10 | Veillez à maintenir une ambiance tempérée

En voiture, mieux vaut éviter les variations de température trop fortes. Elles majorent le mal des transports des enfants. Ouvrez les fenêtres, actionnez légèrement la climatisation l’été. Ne forcez pas trop sur le chauffage l’hiver.

11 | Faites des pauses

Les pauses régulières permettent non seulement au conducteur de se reposer, mais aussi aux enfants victimes du mal des transports de se remettre de leurs émotions. Multipliez-les, toutes les heures ou toutes les deux heures.

12 | Donnez des bonbons à la menthe à votre enfant

Aussi originale cette astuce puisse paraître, les bonbons ont aussi leurs vertus. À la menthe, ils ont par exemple la réputation de calmer les nausées.

13 | Offrez un chewing-gum à votre enfant

Un bonheur n’arrivant seul, il parait que le mal de transport se combat aussi en mâchant du chewing-gum. C’est votre enfant qui va être content !

14 | Choisissez correctement la place de votre enfant

En train, réservez systématiquement vos places dans le sens de la marche. Le site de la SNCF propose cette option. En avion, installez-le à côté du hublot. Au bateau, privilégiez le centre du navire moins sujet au tangage.

15 | Collez un pansement sur le nombril de votre enfant

Aussi absurde soit-elle, cette astuce de grand-mère remporte visiblement un grand succès et de nombreux parents témoignent de résultats probants. La médecine, elle, botte en touche. Effet placebo ou pas, ça ne coûte rien de tenter le coup.

16 | Consultez votre pharmacien ou votre médecin

Des médicaments permettent de réduire les effets du mal des transports des enfants. Si les solutions naturelles ne fonctionnent pas, consultez votre médecin ou questionnez votre pharmacien. Ils pourront vous proposer homéopathie ou médicaments.

17 | Prévoyez des sacs en papier

Mieux vaut prévenir que guérir, non ? Vous en trouverez ici.

Et vous ? Quelles sont vos meilleures astuces pour réduire le mal des transports des enfants ?

Crédit photo : Shutterstock

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 9 juillet 2018 dans Questions de parents

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


12 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. SOnia Danse Prénatale
    le

    Superbe !! Merci pour tous ces tuyaux. J’en ajouterai un qui fonctionne pour les enfants et aussi pour les adultes ( j’ai testé pour vous :)). C’est quelques gouttes d »huile essentielle de menthe poivrée sur un mouchoir à respirer. C’est très efficace !!!!
    Sonia Danse prénatale

    Répondre
    • Olivier
      le

      Merci de cet ajout, d’autant que la menthe poivrée fait partie des classiques que tout le monde devrait avoir dans sa pharmacie ! Je ne l’ai jamais essayé pour ça cela dit, ça se tente ! Et tu crois que ça marche aussi pour le bateau ?

      Répondre
      • Sonia Danse Prénatale
        le

        Oui Olivier! Ca a fonctionné pour moi sur un bateau. Je suis sujette au mal de mer , d’est l’horreur. Mais pour le coup j’ai mis une goutte directement sous la langue.

        Nausées et vomissements, maux de transport (pour + de 6 ans).
        Voie orale : 1 goutte pure sous la langue. En inhalation : respirer directement le flacon, dès que nécessaire

        Répondre
        • Olivier
          le

          Super, merci du tuyau… je n’ose plus remonter en bateau depuis une expérience désastreuse qui a laissé des traces. Du coup, je vais peut-être retenter le coup.

          Répondre
  2. Zanny
    le

    Il y a aussi le collier de persil à placer au niveau du sternum. Mon orl m’a parlé aussi de faire une séance de rééducation de l’oreille. Il y a aussi la languette à placer au niveau arrière de la voiture prêt de la roue mais je ne sais plus de quel côté.

    Répondre
    • Gérald
      le

      La languette en fait ça permet d’évacuer l’électricité statique du véhicule vers le sol (à condition que la languette touche bien le sol, peut importe le côté). Ca ne se voit plus trop d’ailleurs… je reste sceptique quand à une quelconque efficacité sur les nausées 😉 efficace en revanche pour éviter les coups de jus liés à l’électricité statique.

      Répondre
  3. caropuce
    le

    Bonjour Olivier,

    Merci pour les astuces, ici c’est moi qui en souffre, surtout en bus ça avait disparu mais c’est revenu ces dernières années. je vais tester les sticks huile essentiel sur moi si je trouve un équivalent ici.

    Pour les voyages, surtout long, style avion j’ajouterai que les anti nausée ça fait aussi dormir ce qui est top quand on a un petit sur un vol de 11h. Et qu’il vaut mieux les acheter avant au cas où. C’est aussi essentiel de prévoir des rechanges de vêtements pour soi et l’enfant car passer 10h couvert de vomis c’est formidable! On atteint pas toujours le sac à temps…

    Répondre