La grossesse en 7 petits bonheurs

10 Sep 2015

souvenirs de grossesse

D’accord. La grossesse, c’est relou. Bouleversée par des hormones en pleine montée d’amphétamines, vous ne vous reconnaissez pas. Et votre mec non plus.

Quand vous lâchez la petite cuillère qui vous sert à gober des wagons de yaourts, c’est pour vous accrocher à la cuvette des WC. Et quand vous n’avez pas les jambes lourdes, c’est que votre dos vous tiraille.

La nuit, vous êtes fatiguée mais vous n’arrivez pas à dormir. Le jour, vous pleurez en vous marrant et rigolez en chialant. Bref, vous êtes heureuse, mais la vie c’est de la merde.

A vrai dire, si on s’en tenait à l’image propagée par la parole populaire, on ne trouverait plus une femme susceptible d’accepter de porter le moindre enfant à des kilomètres à la ronde.

Oui mais voilà, si la grossesse n’est pas une partie de plaisir, ces neuf mois constituent aussi une parenthèse enchantée qui restera à jamais gravée dans le cœur des femmes qui osent sauter le pas.

Parce qu’au-delà de tout ce qu’on entend, la grossesse c’est aussi et surtout le début d’une aventure mystérieuse faite d’un bonheur aussi explosif qu’inattendu.

Souvenirs de grossesse, les mamans témoignent

Pas franchement bien placé pour vous raconter la grossesse « de l’intérieur », j’ai – une fois n’est pas coutume – laissé la plume à 7 femmes, 7 mamans blogueuses. L’occasion pour elles de nous raconter les petits bonheurs de leurs grossesses.

Frédérique : « J’avais hâte de le sentir »

« Alors que j’attendais que Ouistiti s’installe dans mon bidon depuis très, très, très longtemps, j’ai eu du mal à le réaliser quand j’ai appris la bonne nouvelle. Comme je n’étais pas malade (#PasTaper), je n’avais aucun « signe extérieur de grossesse » au début, quand mon ventre n’était pas encore rond. Du coup, j’avais hâte de le sentir. Je scrutais ce moment, qui est enfin arrivé á 5 mois par des petits coups très discrets, puis par une façon qui n’appartient qu’à nous. Parce qu’à chaque fois que je le montrais ou que je le décrivais, mes proches étaient surpris. Ouistiti faisait des vagues tout autour de mon nombril : ma peau se levait et descendait comme si de l’eau venait et repartait. J’adorais ces moments. Du coup je tapotais autour de mon nombril et il « répondait » en le faisant bouger. C’était nos premiers contacts et ça restera toujours dans mes meilleurs souvenirs de cette grossesse que j’ai adorée vivre. »

Retrouvez Frédérique sur son blog : http://mamandeouistiti.com

Bérangère : « Je me suis sentie mère dès que j’ai su que j’étais enceinte »

« Mes deux grossesses ont été très différentes (première grossesse alitée et l’autre non) mais je me souviens les avoir réellement appréciées toutes les deux, du début à la fin. A chaque fois, je me suis sentie mère dès que j’ai su que j’étais enceinte. Quel don merveilleux que celui de porter la vie et de mettre au monde un enfant. Les bons souvenirs sont nombreux : la fierté de porter un bébé et le regard bienveillant des gens qui vous sourient, les rencontres avec bébé lors des échographies avec bien sûr l’annonce du sexe qui m’a comblée de joie (j’ai eu un garçon puis une fille un an plus tard). Ce que j’ai adoré aussi c’est vivre mes deux grossesses coup sur coup avec les mêmes étapes aux mêmes moments puisque les dates de terme étaient quasiment identiques. »

Retrouvez Bérangère sur son blog : www.dressmeandmykids.com

Maud : « Me projeter dans ce lieu doux et rassurant où j’allais donner la vie »

« Mon premier cours de préparation à l’accouchement fait partie des moments précieux de ma grossesse qui m’ont rassuré, outre les échographies. Je n’ai pas aimé être enceinte. J’étais heureuse de l’être, mais je ne supportais pas cet état tellement étrange. Je n’incarnais pas le modèle de la femme enceinte épanouie, malgré une grossesse sans accrochage. Ce premier cours a donné de la consistance à cette grossesse et – en me projetant dans ce lieu doux et rassurant où j’allais donner la vie – je suis parvenue à mieux investir ces derniers mois qui me restaient. Trouver des réponses bienveillantes à mes questions idiotes, être rassurée sur le fait que non, ça n’était pas anormal de ne pas aimer être enceinte, savoir que je serais accompagnée dans mon désir d’allaiter. Tout ça m’a vraiment aidé à finir ma grossesse sereinement, et j’en garde un souvenir précieux. »

Retrouvez Maud sur son blog : www.maman-mammouth.com

Emi : « Ce cri qui me donne encore des frissons ! »

« Pour ma troisième grossesse, je n’ai pas voulu connaître le sexe de mon bébé. J’avais déjà une fille et un garçon, du coup j’étais paré à toutes éventualités. Malgré tout, au fin fond de moi, j’étais quasi certaine de porter un garçon. Comme j’avais craqué sur un prénom et que je ne voulais absolument pas en entendre d’autres, j’ai « innocemment » proposé à mon mari de choisir le prénom pour une fille, sachant que j’aurais le dernier mot pour un petit boy. Arrive le moment, et là j’entends son cri … le cri !! Celui qui me donne encore aujourd’hui des frissons. Ce moment où je devine bien avant qu’on me le confirme que je pourrais donner ce prénom que j’aimais tant ! C’est bizarre mais à cet instant-là, même si dans le regard de mon mari je voyais beaucoup de joie, j’ai aussi eu l’impression qu’il avait compris qu’il s’était fait berner. »

Retrouvez Emi sur son blog : www.misslanguedevip.com

Véronique : « On a ri, on a dansé ! »

Je n’ai pas aimé ma grossesse. En même temps, qui souhaiterait passer 7 mois à vomir chaque jour ? Et pourtant, cette Poupette qui grandissait en moi était vraiment désirée. Plus que tout, il me fallait garder un souvenir heureux de cette grossesse. C’est pour ça que j’ai décidé de faire une séance photo. Et j’ai adoré. Pour la première fois, on était vraiment trois : le papa, la maman et le futur bébé (on ne connaissait pas le sexe). La photographe a été géniale, elle a tout organisé, est venue chez nous, nous a mis en confiance, nous a proposé des postures, des tenues, des gestes… On a ri, on a dansé, mais surtout on a vécu cette séance photo dans une bulle d’amour. Chouchoutée, maquillée, coiffée, mise en valeur, ce moment a été une vraie parenthèse de bonheur pendant ma grossesse.

Retrouvez Véronique sur son blog : https://poupetteworld.wordpress.com/

Eva : « oh hé, ne t’inquiètes plus je suis là maintenant »

J’ai vraiment eu du mal à tomber enceinte. Pour ma première, j’ai vécu le doute, l’angoisse, les échecs et la PMA. Et puis, enfin, bébé s’est installé, niché au creux de moi. Durant tous ses mois d’attente, j’ai eu le temps de lire ! Toute la littérature sur la grossesse,  je la connaissais étape par étape. S’il y a bien un moment que j’attendais avec impatience, c’est celui des premiers mouvements de bébé. Vers 16 semaines disaient les livres. J’attendais donc. Puis un jour, alors que je n’y pensais pas spécialement, j’ai cru sentir des petites chatouilles au creux de mon ventre. J’ai d’abord pensé que ce n’était pas cela, puis dans la journée ça a recommencé plusieurs fois, j’ai compris alors que c’était bébé, mon bébé qui me faisait comprendre qu’il était là. Ce bébé tant attendu gigotait en moi comme pour dire « oh hé, ne t’inquiètes plus je suis là maintenant ! ». Et comme si le destin voulait marquer le coup d’un trait sur le calendrier, il a choisi la date de mon anniversaire pour offrir ce moment si précieux à mon coeur de maman.

Retrouvez Eva sur son blog : www.littleliliblue.fr

Sandra : « Je me souviens de la voir donner un coup de pied et de le sentir en même temps »

« J’ai vécu 3 grossesses très différentes avec beaucoup d’effets secondaires à chaque fois (pas les mêmes hein, histoire de découvrir de nouvelles choses). Mais il y a un moment dont je me souviens pour chacune, un moment qui, à chaque fois, m’a transporté et bouleversé : la première échographie morphologique. J’ai toujours été émerveillée de voir, dans mon tout petit bidon, un petit être déjà complètement formé, avec tout ce qu’il fallait là où il fallait… mais en touuuuuuuut petiiiiiiiiiiit. Je me souviens encore, pour ma première fille, de la voir donner un coup de pied et de le sentir en même temps. Voilà, je savais que c’était bien elle que je sentais. Ce qui est encore plus émouvant pour ma dernière grossesse, c’est que nous avions emmené les grandes sœurs avec nous : voir leurs réactions et en reparler avec elles ensuite en admirant les photos était tout simplement magique ! »

Retrouvez sandra sur son blog : www.chezmagasaly.canalblog.com

Et vous ? Quels sont vos meilleurs souvenirs de grossesse ?

D’autres Articles ?

Crédit photo : femme enceinte dans un parc l’été

11 réponses to “La grossesse en 7 petits bonheurs”

  1. Julie 10 septembre 2015 at 14 h 11 min #

    Pour ma part, je n’aime pas être enceinte mais les séances d’haptonomie ont été (et sont actuellement) de vrais moments privilégiés de partage à trois. C’est à ce moment que je me sens le plus zen et que je peux véritablement matérialiser ce petit être qui se love en moi. Je conseille vraiment à tous les (futurs)parents d’essayer, c’est quasi magique!

    euh, sinon, je viens de publier un billet qui se rapproche du sujet, un article qui exprime bien mon humeur du moment : http://jesuisformidable.canalblog.com/archives/2015/08/28/32543237.html

    (je me permets de me faire de la pub, mais si ce n’est pas l’endroit approprié n’hésitez pas à supprimer)

    • Olivier 10 septembre 2015 at 16 h 06 min #

      Merci de partager ce petit bonheur. peut-être en convaincras-tu certains d’essayer ! (et pas de souci pour le partage, au contraire).

  2. Clairou 10 septembre 2015 at 21 h 41 min #

    1 petit bonheur…. wait wait je cherche!!!
    …….
    ……
    …….
    …….
    …….
    ……..
    ……..
    …….
    non j’en vois absolument pas……

  3. Myriam Creacoton 10 septembre 2015 at 21 h 57 min #

    Ben moi malgré les nausées, les aigreurs d’estomac, la fatigue, les baisses de tension, les prise de sang chaque mois et etc, j’ai a-do-ré être enceinte. Sentir son petit bébé bouger dans son ventre c’est quelque chose de juste indescriptible … <3 <3 <3

    • Olivier 14 septembre 2015 at 8 h 50 min #

      Voilà. Quand on passe au dessus des petits désagréments du quotidien, et hormis quelques grossesses vraiment difficiles, c’est quand même une vraie chance !

  4. Agat 14 septembre 2015 at 14 h 03 min #

    J’ai détesté être enceinte! Et à chaque grossesse c’était pire… (3 enfants). Mais j’ai adoré (je sais je suis bizarre) le moment de l’accouchement. Cette libération pour moi et cette merveilleuse rencontre avec nos enfants… découvrir leur visages, pouvoir les toucher et retrouver mon corps pour moi seule!

    • Olivier 14 septembre 2015 at 14 h 52 min #

      Tu as détesté, mais tu as remis ça trois fois 🙂

      • Agat 15 septembre 2015 at 22 h 52 min #

        Il m’a fallu 4 ans avant de me relancer pour la deuxième, et le petit troisième s’est invité un peu plus (trop) vite que prévu!! ça m’a vacciné, c’est terminé! 3 enfants en 5 ans, j’ai fait ma part. Attention, j’adore mes enfants (la plupart du temps).

        • Olivier 16 septembre 2015 at 11 h 11 min #

          Tu es même au-dessus des statistiques. Grâce à toi, le déclin de notre population est freiné 😉
          Et ne t’inquiète pas, on fait tous ici la différence entre l’amour que l’on porte à nos enfants et le ras le bol que l’on peut ressentir parfois !

Envoyez une réponse