Je recherche

6 astuces pour protéger vos enfants de la pédophilie sur les réseaux sociaux

Par Elodie - Mis à jour le 19 avril 2024
Des enfants sont chacun sur leur téléphone, ils regardent des choses sur internet sans penser aux dangers qui se cachent comme la pédophilie sur les réseaux sociaux.

Facebook, Instagram, Snapchat… les enfants sont nombreux à s’inscrire sur les réseaux sociaux sans l’accord de leurs parents.

Sommaire

Selon le baromètre 2021 de l’agence Heaven, 53,8 % des élèves de 6e ont déjà créé leur profil sur les réseaux sociaux, même s’ils n’ont pas les 13 ans exigées par la plupart des plateformes pour s’inscrire. L’étude indique également qu’ils sont 88,8 % à les utiliser en arrivant en classe de 3e.

Quels sont les risques sur les réseaux sociaux ?

Les enfants s’inscrivent de plus en plus tôt sur les réseaux sociaux, parfois dans le dos de leurs parents. Selon l’agence anglaise National society for the prevention of cruelty to children (NSPCC), les plateformes sociales, Instagram en tête, constitueraient le nouveau terrain de chasse préféré des pédophiles. Ces quatre dernières années le grooming, stratégie de séduction déployée pour atteindre ses victimes, a d’ailleurs augmenté de plus de 80%. Des chiffres qui font suite à 2018, où l’utilisation d’Instagram à des fins de grooming avait déjà augmenté de 200%. Les données recueillies par la NSPCC montrent également que les jeunes filles de 12 à 15 ans sont les cibles privilégiées des prédateurs sexuels.

Comment limiter le risque pédophile sur les réseaux sociaux ?

En tant que parents, nous devons rester vigilants face à la pédophilie. Découvrez nos astuces pour protéger vos enfants de la pédocriminalité et partagez les vôtres en commentaires.

1| Respectez les limites d’âge d’utilisation des plateformes

Chaque réseau social impose un âge minimal d’inscription. Facebook, Instagram et Snapchat ont fixé le leur à 13 ans. Ils respectent ainsi la législation américaine qui interdit la collecte de données personnelles de jeunes de moins de 13 ans. WhatsApp et YouTube ont fixé leur limite d’âge à 16 ans.

2| Sensibilisez vos enfants

On entend souvent « n’ouvre pas la porte à des inconnus » mais aujourd’hui avec les smartphones et les ordinateurs, c’est le monde qui s’immisce dans la sphère privée. Il est préférable d’échanger avec vos enfants, de fixer des règles avec eux et de leur faire confiance plutôt que d’interdire purement et simplement toute utilisation. Parlez des dangers des réseaux sociaux avec vos enfants. Cyberharcèlement, grooming, pédophilie…discutez avec eux des risques auxquels ils s’exposent sur les réseaux sociaux. Il est également important d’expliquer les dangers de la géolocalisation.

3| Fixez, ensemble, des règles d’usages claires

Après avoir énuméré les dangers des réseaux et d’internet, il est important de déterminer ensemble les règles d’utilisation. Date de naissance, domicile, école… conseillez à vos enfants de ne pas dévoiler d’informations personnelles. Demandez-leur de n’accepter que les demandes de personnes qu’ils connaissent physiquement et de ne pas publier de photo d’eux.

4| Intéressez-vous aux « amis » virtuels de vos enfants

Surveillez les « amis » de vos enfants sur les réseaux. Checkez leurs contacts de temps en temps et vérifiez qu’ils les connaissent tous physiquement. Du point de vue de vos enfants, cumuler les amis Facebook peut paraitre cool. C’est un indicateur de popularité.

5| Installez le contrôle parental sur l’ordinateur ou le smartphone

Installez un logiciel de contrôle parental. Il vous permettra de bloquer l’accès à certains sites internet et de définir les horaires de connexion pendant lesquels vos enfants pourront surfer sur internet.

6| Protégez les profils sociaux de votre enfant en définissant les paramètres de confidentialité

Activez les paramètres de confidentialité sur les comptes de vos enfants. Leurs profils s’afficheront alors en mode privé. Ainsi, seuls leurs amis auront accès à leur contenu. Vous éviterez peut-être les mésaventures rencontrées par cette petite fille sur Snapchat et Tik Tok.

Partagez l'article
Un utilisateur navigue sur le profil Facebook de 'Je suis papa' avec son téléphone mobile

Les meilleurs comparatifs

Voir tous les comparatifs

Vos tests de produits préférés