Comment différencier cauchemar et terreur nocturne ?

tereur-nocturne-cauchemar-enfant

Votre enfant hurle et crie en pleine nuit. En le voyant se débattre dans son lit, vous pensez directement à un cauchemar. Il se peut néanmoins que votre loulou soit en train de vivre une terreur nocturne. Une situation qui laisse souvent les parents désemparés. 

A chaque fois, on se pose les mêmes questions : faut-il le réveiller ? Faut-il le faire dormir avec nous ? Comment le rassurer ?

Nos enfants connaissent souvent des périodes de sommeils agitées. Souvent anodins, les cauchemars et les terreurs nocturnes peuvent de temps en temps cacher de réelles peurs.

Comment se manifestent le cauchemar et la terreur nocturne ?

Larmes, cris… Votre enfant se réveille terrorisé par un mauvais rêve. Assis dans son lit, il prend doucement conscience de ce qu’il vient de vivre. Les images lui reviennent en tête. Il comprend alors qu’elles ne sont pas réelles. Votre loulou vient très certainement de faire un cauchemar. Il risque d’avoir des difficultés à se rendormir. Mais une fois qu’il aura réussi, le reste de sa nuit, et de la vôtre par la même occasion, à de fortes chances d’être tranquille.

Yeux ouverts, pupilles dilatées, regards affolés…. Les terreurs nocturnes peuvent quant à elles s’avérer beaucoup plus impressionnantes. L’enfant vous voit et interagit avec vous, tout en dormant. Vous êtes parfois son ennemi ou parfois son allier. Ce qui est certain, c’est qu’il dort à point fermé et ne vous reconnaît pas. Il pourra vous parler, vous montrer des choses imaginaires, se mettre en boule dans un coin de son lit tout en se protégeant avec ses bras… Le lendemain matin, il n’aura aucun souvenir de sa nuit agitée. Les terreurs nocturnes apparaissent généralement lors du sommeil profond.

Pourquoi nos enfants font-ils des cauchemars et des terreurs nocturnes ?

Les cauchemars permettent aux petits de se libérer des émotions accumulées dans la journée.  Ils apparaissent généralement entre 2 et 5 ans. Ils sont souvent la cause d’une anxiété passagère. S’ils sont trop récurrents, il vous faudra tenter d’en découvrir la cause.

Images trop impressionnantes à la télévision, journées compliquées à la crèche, stress de la propreté, ambiance familiale… Votre enfant peut se montrer perturbé par des choses qui vous semblent anodines ou impressionné par une situation qui ne gênera pas un autre petit de son âge.

Les terreurs nocturnes, quant à elles, peuvent refléter l’expression de véritables angoisses. Elles peuvent aussi provenir d’une activité trop intense juste avant l’heure du coucher (repas trop lourds, activité stimulant trop l’imagination, sport…).

N’hésitez pas à instaurer un rituel calme avant le coucher : une histoire, un câlin… Vous pourrez alors progressivement vérifier si votre enfant vit moins de terreurs nocturnes.

Comment gérer les cauchemars de votre enfant ?

Si votre enfant se réveille après avoir fait un cauchemar, plusieurs techniques existent pour l’aider à se remettre de ce terrible moment :

  • Allez le voir dans son lit
  • Rassurez-le en lui parlant doucement
  • Proposez- lui de vous raconter son rêve. Cela pourra l’aider à se rendormir sereinement.
  • S’il a peur du noir, branchez une veilleuse ou laissez la lumière du couloir allumé
  • Proposez-lui de boire un verre d’eau  

Même si l’inviter à passer la fin de la nuit à vos côtés est tentant, mieux vaut vous abstenir. Il se pourrait que votre enfant soit tenté de vous réveiller toutes les nuits en prétextant un cauchemar.

Quand votre enfant aura 4-5 ans, vous pourrez lui expliquer que les cauchemars sont bénéfiques pour lui permettre d’évacuer toutes ses peurs de sa tête.

Comment appréhender les terreurs nocturnes de votre enfant ?

Les terreurs nocturnes sont tellement impressionnantes qu’elles nous inquiètent. Elles sont très compliquées à gérer car votre enfant ne vous reconnaît plus. Pire, il peut avoir peur de vous quand vous approchez…

La première chose est d’éviter de le réveiller, même si sa détresse vous inquiète. Si vous le réveillez, cette terreur risque de revenir. Le mieux est de le laisser se calmer seul, dans son lit. Il faut savoir qu’une terreur nocturne dure généralement entre 10 et 30 minutes.

La maladie, la fièvre, peuvent être responsables d’une terreur nocturne.

Cet état se rapproche du somnambulisme. Si le phénomène s’installe et revient régulièrement, n’hésitez pas à en parler à votre médecin ou à un spécialiste.

Quelques livres pour aller plus loin :

Et vous ? Votre enfant fait-il des cauchemars ou des terreurs nocturnes ? Comment les gérez-vous ?

Crédit photo : Adobe photo stock

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 24 juillet 2019 dans Questions de parents

Par Elodie

Maman de deux enfants, Elodie a rejoint l'équipe dernièrement pour partager sa vision d'une parentalité aussi bienveillante que souriante. Discrète, sensible et à l'écoute, elle accorde beaucoup d'attention aux autres, et notamment aux enfants. Soucieuse de vous offrir des articles précis, elle consacre du temps et de l'énergie à trouver les mots justes, ceux qui vous parleront naturellement. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *