Dictionnaire des écoliers : un ramassis de clichés sexistes

6 Nov 2012

Dictionnaire des écoliers : un ramassis de clichés sexistes

C’est le scandale du début de cette semaine… et on se demande encore comment le Centre National de Documentation Pédagogique a pu se mettre dedans à ce point : Tout juste mis en ligne à l’adresse www.cndp.fr/dictionnaire-des-ecoliers, le dictionnaire des écoliers suscite une levée de boucliers unanime depuis lundi.

Dictionnaire des écoliers : un outil pédagogique

Outil pédagogique, créé par et pour des élèves de l’école primaire, le dictionnaire des écoliers avait pour objet de proposer des définitions de mots fréquemment utilisés par les enfants. Un exercice évidemment validé par l’Education nationale.

L’idée était plutôt bonne et tout irait bien dans le meilleur des mondes si les définitions proposées ne relevaient pas, au moins pour certaines, du sexisme le plus primaire, et des clichés les plus grotesques.

Dictionnaire des écoliers : florilège

Parmi les définitions les plus maladroites, certaines me font carrément bondir de ma chaise. A se demander s’il ne s’agit pas d’un gag.

« Obèse: personne malade, qui est tellement grosse qu’elle peut à peine marcher. Mon papa est obèse, il mange trop gras et ne fait pas de sport. »

« Père : C’est le mari de la maman, sans lui la maman ne pourrait pas avoir d’enfants. C’est le chef de famille parce qu’il protège ses enfants et sa femme. On dit aussi papa. »

« Ménagère : Femme qui s’occupe de l’entretien, de la propreté de la maison. Maman passe l’aspirateur, essuie les meubles, fait la vaisselle, le repassage. C’est une bonne ménagère. »

« Homme : C’est un humain qui a de la barbe. »

Dictionnaire des écoliers : fermeture du site

« À travers ces mots d’enfants, à petits pas, par petites touches, s’esquissent les contours de la domination masculine qui cercle l’univers mental des enfants », constate ainsi Louise Pothier dans le Plus du Nouvel Obs. Des clichés que la plupart des parents combattent avec difficulté au quotidien, et qui ressurgissent aujourd’hui là où on s’y attend le moins.

Si vous n’avez pas eu l’occasion de visiter ce site, vous ne pourrez probablement jamais le faire : dans un sursaut de conscience, le ministère de l’Education nationale a reconnu des problèmes inacceptables et l’a fermé.

« L’Inspection générale a été mandatée pour mener l’enquête et corrigera toutes les erreurs. Pour autant, cela ne remet pas en cause le travail des enseignants », souligne ainsi un représentant du ministère dans l’Express. C’est d’ailleurs ce qui me fait le plus peur : comment des enseignants éduqués et affûtés ont-ils pu laisser passer des clichés aussi nauséabonds ?

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Crédit photo : Rob Shenk

13 réponses to “Dictionnaire des écoliers : un ramassis de clichés sexistes”

  1. Julien 6 novembre 2012 at 9 h 23 min #

    Incroyable qu’une initiative du gouvernementale propose de telles conn******s. Heureusement, certains combattent le sexisme avec des outils autrement plus intelligents et j’en parle ici http://www.pere-de-famille.fr/catalogue-de-noel-et-stereotypes-genres-bravo-les-magasins-u/

  2. mère pas parfaite 6 novembre 2012 at 9 h 37 min #

    ça me sidère de voir de telles conneries, à l’initiative du gouvernement en plus!

  3. kiara 6 novembre 2012 at 9 h 47 min #

    Ah oui, c’est le sujet de la semaine! JE viens de lire un article sur Le Point.
    Ça se saurait si le Ministère de l’EdukNat avait de bonnes idées! Et après, les inspecteurs pédagogiques nous demandent pourquoi nous n’utilisons pas les outils mis à notre disposition… Comment dire : ils sont inadaptés, nuls ou mal faits! Ce dictionnaire en est un exemple.
    Enfin, il montre qu’on a du travail quand même pour faire évoluer la société!

  4. pauline k 6 novembre 2012 at 9 h 49 min #

    Ça me fait bondir mais surtout ça me désespère…

  5. Legrand Geneviève 6 novembre 2012 at 10 h 58 min #

    Heu… moi j’vois pas le problème pour :

    « Père : C’est le mari de la maman, sans lui la maman ne pourrait pas avoir d’enfants. C’est le chef de famille parce qu’il protège ses enfants et sa femme. On dit aussi papa. »

    « Ménagère : Femme qui s’occupe de l’entretien, de la propreté de la maison. Maman passe l’aspirateur, essuie les meubles, fait la vaisselle, le repassage. C’est une bonne ménagère. »

    C’est vrai, non?

    Ou est le problème? C’est vrai que le papa est un parent avec la maman, c’est vrai que sans lui elle pourrait pas avoir d’enfant. Jusqu’à nouvel ordre, faut deux gamètes pour faire un enfant.
    Et ménagère, c’est vrai que c’est l’entretien. C’est que ce soit féminin qui gêne? J’vois pas le problème.

    C’est peut-être maladroit mais y’a pas de faute. Enfin je trouve.

    • Olivier 6 novembre 2012 at 11 h 09 min #

      Effectivement, dans les années 50, on considérait que le père était le chef de famille. Je ne suis pas certain que ma femme considère que mon rôle est de la protéger, elle n’a pas besoin de moi pour ça. elle attend de l’amour et du respect.

      D’ailleurs que dire à un enfant qui n’aurait pas de papa pour une raison ou pour une autre ? Qu’il n’y a plus personne pour le protéger comme le laisse entendre cette définition.

      Dans le passage sur la ménagère, c’est l’exemple qui me gêne : « maman passe l’aspirateur… c’est une bonne ménagère ». La femme est une nouvelle fois renvoyée dans ses balais. La grande classe !

      • Peregrine 19 novembre 2012 at 14 h 21 min #

        Le définition n’est pas non plus « maman DOIT passer l’aspirateur », ni « Maman ne peut faire que ça », etc. Il se trouve que c’est la définition de « ménagère », qui est au féminin. On peut remplacer « Maman » par « Laura » ou « Madame Dupont », ça ne changerait rien. Il s’agit tout de même de paroles d’enfants (donc femme= maman). La définition manque cruellement de pendant masculin, certes, mais il ne faut pas non plus pousser. Il me semble que crier sur tous les toits « LA FEMME EST L’ÉGALE DE L’HOMME (voire même lui est supérieure, et toc!) » n’a jamais fait avancer la question du genre.

        PS: Tout en disant ça, je suis une femme aussi carriériste que bordélique, qui laisse une grosse partie des tâches ménagères à son mari. Mais je fais ça sans nier l’existence du mot « ménagère ».

        • Olivier 19 novembre 2012 at 15 h 30 min #

          C’est vrai, il s’agit de paroles d’enfants… publiées sous le contrôle d’enseignants. c’est ce qui me gêne davantage !

  6. Vaallos 6 novembre 2012 at 12 h 12 min #

    Je n’ai pas pu aller voir le site avant qu’il ferme. Je reste sur mes gardes on va dire. Certains clichés ont la vie dure c’est vrai, mais expliquer la différence entre fille et garçon par écrit à des enfants, ce n’est pas évident non plus

    • Olivier 6 novembre 2012 at 13 h 08 min #

      C’est vrai mais là quand même… attendons la nouvelle version !

  7. estelle 6 novembre 2012 at 22 h 48 min #

    non mais là franchement, ça vole pas haut…
    j’ai du mal à comprendre avec tout les soucis que rencontre l’Education nationale qu’ils sortent des conneries pareilles…

  8. working mum 7 novembre 2012 at 10 h 42 min #

    je suis complètement passée à coté de ce truc!! merci à toi pour cette mise à jour… que dire… ce sont des mots d’enfants et qui leur apprend les définitions? nous, les adultes, on ne voit à travers eux… c’est pas très beau!! heureusement que ça a été enlevé!

  9. Agnès 7 novembre 2012 at 11 h 27 min #

    C’est juste désespérant que le travail des enseignants ne soit pas remis en cause. Soit ils n’ont pas relus, soit ils ont des « valeurs » qui ont 60 ans de retard. Même moi qui me considère généralement comme une vieille rétro un peu réac je trouve ces définitions inactuelles et déplacées.

Envoyez une réponse