Qu’est-ce que le réflexe de Moro ?

bébé qui dort avec ta tétine

Vous entendez un bruit, une personne surgit soudainement ? Par réflexe, vous sursautez et poussez même parfois un cri. Ce mécanisme de défense est également présent chez le fœtus et l’enfant venant de naître. Ce sursaut de bébé fait partie des réflexes du nouveau-né, qui sont signe de bonne santé. Il est nommé réflexe de Moro ou syndrome de Moro.

Le pédiatre autrichien Ernst Moro (1874 – 1951) a été le premier à décrire ce réflexe archaïque. On l’observe chez le fœtus dès 6 mois de grossesse et il perdure en général jusqu’aux 3 mois de l’enfant. Le réflexe de Moro se caractérise par un brusque écartement des bras et des doigts, suivi d’un mouvement de repli des membres supérieurs. Il est très souvent accompagné d’un cri et de pleurs. Quand bébé est éveillé, ses yeux s’écarquillent, montrant de la peur.

Le syndrome de Moro peut se déclencher pendant le sommeil de bébé ou lors de ses phases d’éveil suite à un stimuli fort, comme un bruit, un changement brusque de luminosité, un déplacement dans l’espace, etc. Il peut d’ailleurs être provoqué lorsqu’on soulève légèrement le bébé allongé sur le dos et qu’on le relâche. C’est l’un des réflexes du nouveau-né vérifiés par le pédiatre au moment du premier examen médical après la naissance.

En quoi le réflexe de Moro est-il signe de bonne santé dans les premiers mois de bébé ?

Les réflexes archaïques, ou réflexes primaires nous viennent de nos plus lointains ancêtres. Ils sont contrôlés par le tronc cérébral et permettent d’assurer la survie du petit venant de naître. Ils sont donc essentiels au bon développement du nourrisson et indiquent qu’il est en bonne santé. Parmi les réflexes du nouveau-né, on peut citer, entre autres :

  • Le réflexe de succion : il se déclenche lorsque l’on caresse la joue de bébé. Celui-ci tourne alors la tête et cherche à téter. Il peut ainsi se nourrir sans qu’on le lui ait appris.
  • Le réflexe d’agrippement : les doigts de bébé se referment automatiquement sur ce qui l’entoure. Aux origines, il s’agissait de la fourrure de sa mère à laquelle il pouvait s’accrocher.
  • Le réflexe de marche automatique : quand on place un nouveau-né en position verticale, on constate qu’il effectue une succession de pas.

Le réflexe de Moro se développe pendant la grossesse. Complètement opérationnel vers 7 mois et demi, il est particulièrement utile au moment de la naissance. Lorsque le bébé naît naturellement par voie basse, le changement brusque de milieu déclenche le réflexe de Moro. Le cri et les pleurs qui en résultent permettent aux poumons de se déployer.

Plus tard, quand l’enfant se sent en danger, face à un bruit ou une chute par exemple, le réflexe de Moro lui permet de s’agripper à la personne qui s’occupe de lui. Les pleurs alertent l’adulte si celui-ci est loin de l’enfant. Le tout-petit doit alors être rassuré afin qu’il se sente en sécurité. Ainsi apaisé, le système nerveux intègre petit à petit les réflexes et se développe en toute harmonie. Les mouvements deviennent alors volontaires. Le syndrome de Moro disparaît normalement entre 3 et 5 mois.

Pourquoi ce réflexe archaïque ne doit pas perdurer au-delà de 5 mois ?

L’absence du réflexe de Moro, et des réflexes archaïques en général, indique un dysfonctionnement du système nerveux central. Par exemple, une grande majorité d’enfants trisomiques n’ont pas ce réflexe du nouveau-né.

De même, les enfants dont le réflexe de Moro n’est pas correctement intégré vont présenter des troubles du comportement. Cela se traduit par des sursauts au moindre bruit, un manque de concentration, une agressivité, une hypersensibilité, une fatigue ainsi que de nombreux autres symptômes. Cela va gêner son rapport aux autres et donc sa scolarité et sa vie sociale.

Il est heureusement possible de faire en sorte que le réflexe de Moro s’intègre au mieux. Il faut en premier lieu répondre aux pleurs de bébé, en le prenant dans les bras et en le berçant pour le rassurer. On peut aussi favoriser son développement moteur en le posant sur le sol à plat ventre, en limitant au maximum le temps passé dans le transat.

Si le réflexe ne disparaît pas spontanément, il est conseillé de consulter un ostéopathe. Le travail d’intégration des réflexes se fait par des mouvements appropriés. Cela s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux adultes.

Et vous ? Comment avez-vous réagi face à ces sursauts de bébé dus au réflexe de Moro ?

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 29 janvier 2021 et mis à jour le 29 janvier 2021 dans Questions de parents, Développement de l'enfant, Eveil et développement
Avatar

Par Gwenaelle

Enseignante de la maternelle au lycée pendant plus de 20 ans, Gwenaëlle est maman de six enfants, des grands et des petits. Soucieuse de la sécurité et du confort de vos bambins, elle a à cœur d'aider les jeunes parents dans leurs recherches de solutions pour prendre soin de leurs mômes.  Elle a fait de la description des articles de puériculture l'une de ses spécialités et met ses talents d'écriture à votre service. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vos données personnelles sont destinées à SUPERFULL pour la durée nécessaire au traitement de votre commentaire. Conformément au RGPD, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, et d’effacement des données vous concernant, ainsi que d’un droit d’opposition et à la limitation de leur traitement. Vous disposez également de la possibilité de retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données pour les finalités mentionnées ci-dessus. Vous pouvez exercer vos droits en suivant le lien ci-contre : Gestion des droits