Je recherche

Tokophobie : comment gérer sa peur d’accoucher ?

Par Magali - Mis à jour le 1 février 2024
Une femme enceinte a peur d'accoucher car elle souffre de Tokophobie, son médecin essaie de la rassurer

Si toutes ne l’avouent pas, nombreuses sont les femmes qui ont peur d’accoucher. Cette peur si naturelle peut être pour certaines totalement paralysante, au point de se transformer en véritable angoisse : on parle alors de tokophobie. Cette véritable pathologie peut engendrer des conséquences sur la grossesse ou l’accouchement.

Sommaire

8 conseils pour maîtriser sa peur d’accoucher

Si vous faites partie de ces futures mamans qui développent une véritable phobie d’accoucher, voici quelques conseils pour vous préparer à l’approche de cet événement.

1 | Ne luttez pas contre vos peurs

Pour combattre ses peurs, quelles qu’elles soient, il est essentiel de ne pas les taire. Laissez-les s’exprimer. Même si elles sont envahissantes, accueillez-les quand elles se manifestent. Cela vous permet de prendre pleinement conscience de cette émotion, et c’est déjà un grand pas vers une forme de guérison.

Vous pouvez ensuite tenter d’analyser la tokophobie qui vous submerge. D’où vient cette peur ? Qu’est-ce qui vous fait peur exactement dans l’accouchement ? Y a-t-il des scénarios qui vont inquiètent plus que d’autres ? En apportant des réponses à ces questions, vous rationalisez cette peur pour mieux la maîtriser.

2 | Éloignez-vous des récits d’accouchement difficile

Entre les réseaux sociaux et la télévision, toutes sortes d’informations sont à portée de main, et souvent, ce ne sont pas les témoignages d’accouchement les plus réjouissants qui sont mis en avant.

De la même manière, autour de vous, ce sont plutôt des expériences d’accouchement difficiles dont vous entendez parler le plus souvent. Pourquoi ajouter de l’angoisse à l’angoisse ? Oui, un problème peut survenir, mais inutile d’alimenter votre tokophobie et d’augmenter votre anxiété.

3 | Appuyez-vous sur votre partenaire

Si votre partenaire ne peut vivre physiquement la grossesse et l’accouchement, il peut très bien s’impliquer au fil des mois, vous épauler et vous soutenir le jour J. Partager votre peur est déjà un soulagement, et permet de ne plus vous sentir seule face à elle. N’hésitez pas à lui dire ce dont vous avez besoin et ce qu’il peut faire pour vous. Sa simple présence aux consultations médicales peut être rassurante pour vous, et peut atténuer certains symptômes.

4 | Optez pour des méthodes naturelles

Afin de calmer vos angoisses liées à la tokophobie, n’hésitez pas à recourir à des méthodes naturelles, afin de relaxer votre corps et votre esprit. Hypnose, sophrologie ou encore yoga sont de très bonnes alternatives douces pour apprendre à lâcher prise et à maîtriser ses peurs.

5 | Visitez la maternité

Un premier accouchement, c’est un grand saut vers l’inconnu. Le séjour à l’hôpital en lui-même peut être une première pour la future mère. Si vous avez besoin de vous projeter concrètement, il est généralement possible de visiter la maternité et de rencontrer une partie de l’équipe médicale. Se familiariser avec les locaux et être au contact des professionnels est rassurant et permet d’éliminer certaines questions.

6 | Ne négligez pas les cours de préparation à l’accouchement

Les cours de préparation à l’accouchement sont une vraie aide pour les femmes souffrant de tokophobie. Elles peuvent poser toutes leurs questions sans crainte et sans jugement. Au-delà de la préparation physique, ces séances permettent aux futures mères de cheminer et de mettre leur esprit en condition pour le marathon du jour J.

7 | Parlez de vos peurs avec un professionnel de santé

La tokophobie étant reconnue comme une véritable pathologie, les professionnels de santé en lien avec la maternité y sont sensibilisés et peuvent être une oreille attentive et bienveillante. Un premier pas consiste donc à en parler à votre médecin, sage-femme ou gynécologue. Il peut vous apporter des réponses pour désamorcer votre anxiété.

8 | Suivez une thérapie cognitive-comportementale

En tant que pathologie, la tokophobie peut se soigner. Une thérapie cognitive comportementale visant à réduire ou supprimer les symptômes peut vous être proposée. Si la peur d’une grossesse se manifeste avant même de tomber enceinte et met en péril votre projet de maternité, il est essentiel d’entreprendre cette thérapie bien en amont.

FAQ : Les questions les plus posées par les parents concernant la tokophobie

Comment s’appelle la phobie d’être enceinte ?

La phobie d’être enceinte se nomme la tokophobie. Elle est associée à la peur panique d’accoucher. Elle peut se manifester sous différentes formes (palpitations, anxiété excessive, nausées…), peut être une cause d’infertilité, ou nuire au bon déroulement de la grossesse.

Comment gérer la tokophobie ?

Pour apprivoiser la tokophobie, il est primordial de ne pas y faire face seule. Partager cette peur avec son partenaire, et être accompagnée d’un professionnel de santé, voire d’un psychologue, constituent une grande chance de guérison. Se protéger des expériences douloureuses de grossesse et d’accouchement est également primordial pour ne pas susciter plus d’angoisses. Enfin, le recours à des pratiques naturelles et douces peut être un excellent moyen de décharger ses craintes.

Partagez l'article
Un utilisateur navigue sur le profil Facebook de 'Je suis papa' avec son téléphone mobile

Les meilleurs comparatifs

Voir tous les comparatifs

Vos tests de produits préférés