Sages-femmes : la sourde révolte

31 Oct 2013

les sages-femmes en grève veulent plus de reconnaissance

Les sages-femmes en ont marre. La grève illimitée qu’elles ont lancée le 16 octobre dernier ne trouve que peu d’écho dans la presse, mais elles n’en démordent pas. « Cigognes, oui. Pigeons, non », scandent-elles à qui veut l’entendre.

Elles se sentent méprisées et réclament davantage de reconnaissance professionnelle.

Sages-femmes : une plus juste reconnaissance

Malgré cinq années d’étude dont une de médecine, les sages-femmes estiment que leurs compétences ne sont pas reconnues des pouvoirs publics. Pour preuve : « la profession de sage-femme est la seule profession médicale à être classée en tant que paramédicale à l’hôpital », souligne L’Express dans un article détaillé sur le sujet.

Derrière ce ras-le-bol, on sent pointer la question des fortes rivalités qui pourrissent souvent les rapports professionnels au sein du milieu hospitalier.

Les sages-femmes réclament en conséquence le statut de praticien de premier secours et de praticien hospitalier et appellent le grand public à les soutenir en signant une pétition. Déjà 20 000 signatures ont été recueillies, à la date de publication de cet article.

Une rencontre entre syndicats et représentants du ministère n’a fait que confirmer les craintes des sages-femmes. La loi de santé publique 2014 ne ferait d’ailleurs pas allusion aux attentes de la profession, qui n’aurait même pas été associée à la préparation du texte, comme l’évoque Caroline Roquin présidente de l’Organisation nationale syndicale des sages-femmes (ONSSF) dans un entretien publié sur le site Allo docteurs.

Près de 70% des maternités seraient touchées par ce mouvement de grève selon l’ONSSF. Néanmoins, les sages-femmes assurent leur service. Elles arborent juste un brassard « en grève » pour marquer leur mouvement.

Malgré les nombreuses actions organisées par les sages-femmes dans toute la France, le mouvement peine à se faire entendre du grand public. Une prochaine manifestation est organisée à Paris le 7 novembre. Départ entre 11h et midi place de la République.

Edit du 06/11/2013 : Les chefs de services des maternités des hôpitaux de Paris viennent d’apporter un soutien sans réserve aux sages-femmes en grève.

Et vous ? Avez-vous entendu parler de ce mouvement de grève ? Que pensez-vous de la position des sages-femmes ? Pensez-vous que leurs compétences ne sont pas suffisamment reconnues ? Partagez-vous leur préoccupation ?

D’autres articles sur l’actualité de la parentalité : Egalité hommes-femmes : 10 propositions pour valoriser la paternitéCongé parental : les pères veulent changer les couches de bébé !… tous les articles sont ici

Merci à Charlotte Eyraud

28 réponses to “Sages-femmes : la sourde révolte”

  1. Anne-Estelle 31 octobre 2013 at 14 h 23 min #

    Ce qui est sûr, c’est qu’elles méritent le statut qu’elles demandent. La sage femme qui m’a suivie pendant la grossesse était tout simplement remarquable. Et celle qui m’a faite accoucher mérite une médaille!!!
    Elles ont entre leurs mains la vie de la maman et celles des enfants. Et si le taux de mortalité infantile est si bas en France, c’est beaucoup grâce à leur savoir faire !! D’ailleurs, j’ai signé la pétition 🙂

    • Olivier 31 octobre 2013 at 14 h 28 min #

      Oui, en revanche la mortalité maternelle serait en forte augmentation d’après la cour des comptes. Comme expliqué dans l’article de L’Express.

      • salomé 4 novembre 2013 at 8 h 40 min #

        Olivier,
        apparement, les sages femmes font un master maieutique mais toi tu n’as pas fait un master francais …
        Il est ecrit qu’actuellement la mortalité maternelle est catastrophique parce que, justement, les sages femmes ne sont pas praticien premier recours.
        Quand on ne sait pas, on se tait…
        Cordialement

        • Olivier 4 novembre 2013 at 8 h 53 min #

          Salomé,
          Je pose juste le fait, je ne donne pas d’explication, et je renvoie vers le site de L’Express.
          Je ne vois pas bien le problème, pas plus que le rapport avec un master de français, ni même la raison de cette agressivité.
          Bien à toi.

          • salomé 4 novembre 2013 at 13 h 10 min #

            Mais justement le site de l’Express ne dit pas ca, donc je vois pas trop d’ou tu detiens ce fait .. Il dit qu’actuellement c’est un mauvais taux que nous avons en France parce que justement les gynecos ne veulent pas lacher les grossesses physios et que si les sages femmes devenaient praticien de premiers recours cela changerait. ( comme le demontre les etudes cochrane qui sont tres interessantes). La cour des comptes a aussi donné son avis : si les sf devenaient praticien premier recours il y aurait d’enormes economies pour la sécu ( non negligeable au jour d’aujourd’hui .. )
            Mais toutes mes excuses pour l’agressivité en effet ! 🙂

            • Olivier 4 novembre 2013 at 13 h 15 min #

              Ben on est bien d’accord. La Cour des comptes souligne la dégradation de la mortalité maternelle et va dans le sens des revendications des SF.

  2. Maman Lapin Rose 31 octobre 2013 at 21 h 48 min #

    Oui j’en ai entendu parlé et je les soutiens. Elles/ils ont un boulot qui ne dois pas être facile tout les jours (humeurs changeante des futurs parents, stresse, décès de certains bébés et j’en passe) et je comprend qu’elles/ils veulent un statut vraiment reconnu.

    Ps : moi avoir signé pétition ^^

  3. Babidji 31 octobre 2013 at 23 h 20 min #

    Oui parce que j’ai une copine SF à l’hôpital de Perpignan où j’habite. Les conditions de boulot st scandaleuses chez nous, quant à leur statut c’est surréaliste car ne l’oublions pas elles ont le droit de prescrire des médocs.

    • Olivier 4 novembre 2013 at 8 h 55 min #

      Oui, je ne le dis pas dans l’article, mais c’est un point important.

  4. so 1 novembre 2013 at 12 h 33 min #

    Signé! quelques jours après mon accouchement une des SF avec qui je faisais la préparation à l’accouchement s’est retrouvée interdite d’exercer car elle n’avait pas envoyé en temps et en heure des papiers administratifs.Elle et sa collègue ont du faire également une pétition pour continuer à travailler…le système et la reconnaissance des SF méritent vraiment d’évoluer.
    https://www.facebook.com/pages/Soutien-%C3%A0-2-sages-femmes-de-l-essonne/421605794584636?ref=ts&fref=ts

    • Olivier 4 novembre 2013 at 8 h 57 min #

      Et bien… c’est fou d’en arriver à devoir faire des pétitions pour espérer être entendu.

  5. netaddicta 1 novembre 2013 at 12 h 34 min #

    Je pense que certaines de leurs revendications sont tout à fait légitimes mais à trop demander elles risquent de ne rien avoir. Ma meilleure amie est sage-femme, j’ai donc bien conscience des responsabilités qui sont largement sous-estimées et sous payées. je pense qu’il faudrait une revalorisation des salaires et une vraie reconnaissance en master. Le statut de PH à mon avis n’est pas justifiable, il faudrait pour cela revisiter encore leurs études et demander à ce qu’elles passent une thèse d’exercice (ce que font les médecins, pharmaciens et dentistes PH). Le risque de demander le statut de PH est de se faire opposer une fin de non-recevoir à toutes leurs revendications et de ne pas se faire soutenir par les autres professions médicales qui défendent leur statut.

    • Olivier 4 novembre 2013 at 8 h 58 min #

      Merci de ce point de vue éclairant. Ca donne une autre dimension à la réflexion.

  6. Maïtie 2 novembre 2013 at 18 h 14 min #

    Sages-femmes/médecin, sage-femme/institution, sage-femme/parents … C’est toujours l’histoire d’un couple , c’est donc l’histoire de l’harmonie Masculin-Féminin en chacun de nous.
    La pratique de sage-femme appelle beaucoup de Féminin pour être à l’écoute des parents, des femmes. En revanche elle appelle le Masculin pour s’affirmer face à un autre Masculin qu’est le corps médical, l’institution,…
    L’harmonie de ce couple qui nous anime chacun, s’exprime par ce qui se concrétise à l’extérieur de nous. Donc, ce que je vis à l’extérieur que ce soit dans mon couple, dans mon travail exprime l’état de mon couple intérieur.
    Revêtir le statut de victime nous entraîne dans le cercle infernal des jeux psychologiques
    http://www.la-voie-du-couple.com/jeux-psychologiques-origine-des-problemes-de-couple/
    De plus, le moment de la naissance est un moment de profonde vulnérabilité chez la femme et chez l’enfant. Ils ont donc besoin d’une présence masculine protectrice et soutenante qui peut être apportée par la sage-femme ou par le père ou…
    Bref, cette polémique nous parle de notre capacité à nous affirmer, à nous faire entendre, à nous valoriser, à nous soutenir…
    Elle nous touche donc chacun dans ce que nous sommes et aujourd’hui, plus que tout le reste, c’est ce que nous faisons à titre individuel qui peut changer le monde.

    Je vous remercie d’avoir fait passer cette info. Car effectivement ce mouvement quelle qu’en soit l’ampleur, nous parle à chacun.

    Maïtie

    • Olivier 4 novembre 2013 at 9 h 00 min #

      Intéressant comme point de vue. Tu ne prends pas les raccourcis, mais je crois voir où tu veux en venir.

  7. Divine Dungeon 3 novembre 2013 at 21 h 52 min #

    Les sage-femmes que j’ai rencontré ont toujours passé plus de temps avec moi que les gynéco. Elles sont bien plus disponibles . je donc préfère avoir à faire avec une sage femme plutot qu’à un gynéco.

    J’ai eu connaissance de la grève plusieurs jours après son commencement. J’étais hospitalisée. Je trouve que malgré cette grève elles étaient encore trop présente (de façon active) et qu’elles auraient du laisser les docteurs faire plus de choses.
    Histoire de désorganiser le service, pour les cas comme le mien qui ne nessécitait pas une présence accrue.

    Si en théorie tout ce que fait une sage femme, un gynéco doit savoir le faire et bien elles auraient du les laisser en faire plus.

    Elles sont trop gentilles les sage femmes.

    • Olivier 4 novembre 2013 at 9 h 02 min #

      Je trouve assez classe, et très respectueux des patients, de faire une grève tout en maintenant le service en place.
      Néanmoins, c’est sans doute la raison pour laquelle le mouvement fait moins de bruit qu’il ne le devrait…

      • bibiche 4 novembre 2013 at 14 h 53 min #

        Je suis tout à fait d’accord avec Divine Dungeon…et pour être un peu plus sèche je résumerai avec l’expression familière suivante: « trop bon(nes), trop con(nes)! » Quant au statut de PH, je pense que c’est trop demandé (pour le moment), et on peut pas faire une « semi-demi » grève que personne ne remarque, et formuler des demandes trop ambitieuses…on perd en crédibilité!
        Frapper fort et commencer par des demandes réalistes (et réalisable), voilà ce qui nous manque!
        (une future SF)

        • Olivier 4 novembre 2013 at 15 h 23 min #

          En espérant que vous serez entendues !

  8. pluchette 5 novembre 2013 at 9 h 31 min #

    j’ai signé la pétition mais il y a un point que je trouve essentiel: si les SF étaient unies, leurs revendications seraient peut-être plus entendues…

    tant que les SF hospitalières (qui ont donc choisi la stabilité et le salaire fixe) seront hostiles à leurs consoeurs libérales (voire accompagnant à domicile…) et prendront « plaisir » à les rabaisser et à malmener les parents qui ont fait des choix éclairés et réfléchis…
    tant que les transferts en maternité ne seront pas correctement accompagnés, avec bienveillance…
    tant qu’elles croiront que ce sont elles qui nous accouchent… alors qu’elles ne font que nous accompagner pour veiller au grain…

    il restera de l’incompréhensio et surtout du paternalisme !

    • Olivier 5 novembre 2013 at 13 h 14 min #

      Je ne sais pas si c’est le cas partout, ni à quel point cette rivalité peut nuire aux revendications des SF, mais tu fais bien de mettre en avant ce point, qui permet de mieux appréhender la question…

  9. Agnès 6 novembre 2013 at 15 h 46 min #

    Les sage-femmes soulèvent actuellement un problème de plus parmi tous ceux que le ministère de la santé arrive à générer plutôt que résoudre. Des généralistes ont fait des propositions pour éviter les déserts médicaux, non seulement presqu’aucune n’a été suivie mais en plus le gouvernement a choisi de faire exactement le contraire des certaines (comme par exemple, renforcer la formation en milieu hospitalier et ne surtout pas montrer aux étudiants en médecine ce qu’est un généraliste de ville -et continuer de les dénigrer en disant que c’est ce qu’ils deviendront s’ils ne travaillent pas- comme ça non seulement ils n’en ont pas envie mais en plus ça leur fait peur.)
    Odile Buisson, qui se réclame du féminisme sous prétexte qu’elle a été la première depuis longtemps à se pencher sur un organe que beaucoup préféraient ignorer, a écrit un livre horrible dénigrant totalement le métier des sage-femme ainsi que les personnes estimant que la surmédicalisation de l’accouchement hors cas pathologique n’est pas une bonne chose, alors qu’actuellement, si les accouchements « normaux » étaient gérés comme s’ils se déroulaient à domicile, on éviterait quantité de problèmes et d’interventions inutiles, et par voie de fait la mortalité maternelle et infantile.
    Quand on voit ce qui s’est passé dans une maternité pourtant toute neuve et médiatisée comme « le must du top », on se rend bien compte que le principal problème est… le manque de sage-femmes dans les hôpitaux ! Alors, même si certaines de leurs revendications, d’après certains sage-femmes, pourraient finalement leur être délétères, je soutiens leur mouvement.

    • Olivier 6 novembre 2013 at 16 h 17 min #

      et bien voilà un point de vue finement étayé !

  10. Nath 13 novembre 2013 at 11 h 39 min #

    Pourquoi ne pas prendre exemple sur d’autres pays???
    Les Pays-Bas, par exemple, les s-f assurent les grossesses physiologiques, et c’est elles qui renvoient vers un gynécologue/obstétricien en cas d’anomalie…
    Résultats:
    – 1/3 des naissances à la maison
    – les grossesses dites à « risques » à l’hôpital
    – le reste dans ce qu’on pourrait appelé des « maisons de naissance » mais peut-être un peu plus médicalisées
    Et non des moindres: une belle économie du système de santé…

    Mais il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir…

    • Olivier 13 novembre 2013 at 13 h 11 min #

      Je ne suis pas assez spécialiste pour savoir si la situation aux Pays-Bas est meilleure qu’en France mais il est vrai qu’on manque parfois de regarder ce qu’il se passe ailleurs…

Trackbacks and Pingbacks

  1. Les Rois du monde, pour le sourire d’un enfant - Blog Je suis papa ! - 15 novembre 2013

    […] articles sur l’actualité de la parentalité : Sages-femmes : la sourde révolte, Congé parental : les pères veulent changer les couches de bébé !, Famili et les stéréotypes […]

  2. Homoparentalité : pendant qu’on en parle, d’autres la vivent - Blog Je suis papa ! - 21 novembre 2013

    […] articles sur l’actualité de la parentalité : Sages-femmes : la sourde révolte, Egalité hommes-femmes : 10 propositions pour valoriser la paternité, Congé parental : les […]

Envoyez une réponse