Quelles solutions quand l’un des deux conjoints ne veut pas d’enfant ?

couple-qui-se-disputent-car-lautre-ne-veut-pas-denfant

De nos jours, avoir un enfant est généralement un choix. Ne pas en avoir peut également être une décision mûrement réfléchie. Mais lorsqu’on est en couple et que la vision de chacun sur ce sujet est différente, comment gérer ? Quelles solutions quand l’un des deux conjoints ne veut pas d’enfant ?

Quand l’un veut un enfant et l’autre non : 5 conseils pour savoir quoi faire

Si pour certains avoir des enfants est la suite logique du couple, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Quand cette envie n’est pas partagée, la situation peut être difficile à vivre. Voici quelques conseils pour savoir quelle décision prendre.

1 | Communiquez calmement vos envies et vos raisons

Afin de ne pas créer une impasse, il est essentiel d’échanger sérieusement sur le sujet. La décision de faire un enfant ne se fait pas à la légère, mais la décision de ne pas en faire non plus !

Discuter permet de comprendre les motivations de celui qui ne conçoit pas sa vie de couple sans bébé.

C’est aussi l’occasion pour l’homme ou la femme qui se projette sans enfant d’expliquer ses arguments et ses craintes. Est-ce une peur de perdre sa liberté ? De mettre sa carrière professionnelle en pause ? Est-ce un blocage dû à une histoire personnelle trop difficile à assumer ?

Cette discussion créera forcément une atmosphère propice à la compréhension du point de vue de l’autre conjoint. Elle peut aussi permettre de mieux intégrer sa propre position, et de se rendre compte que sa vision des choses n’est peut-être pas aussi tranchée.

2 | Ne vous culpabilisez pas et ne culpabilisez pas votre conjoint

Même si c’est un choix qui doit être partagé, se lancer dans l’aventure de la parentalité est avant tout une décision individuelle. Malgré les injonctions de la société, il n’y a pas d’obligation pour une femme à vouloir devenir mère. De la même manière pour un homme, avoir une relation amoureuse stable ne signifie pas forcément vouloir fonder un foyer.

Être parent n’est pas une fin en soi, et n’est pas perçu comme une source d’épanouissement par tout le monde. Par conséquent, la décision vous est propre et vous ne devez pas culpabiliser. Aussi difficile que cela soit, faites preuve de compréhension vis-à-vis de votre conjoint et ne le culpabilisez pas non plus pour son point de vue.

3 | Clarifiez la situation

Que vous vouliez un enfant ou pas, il est important de bien clarifier la situation afin de ne pas créer de faux espoirs. Est-ce que le refus d’avoir un enfant est temporaire ? Est-ce que vous attendez juste de concrétiser d’autres projets avant d’envisager cette étape dans votre vie ? Celui qui a envie d’un enfant en a-t-il envie tout de suite ? Est-ce qu’il place ce projet comme une priorité absolue dans sa vie ?

Lorsqu’on aborde ce type de sujet sérieux, il ne faut absolument pas laisser entendre à l’autre de fausses promesses, même inconscientes. Laisser penser que la situation pourrait changer un jour, alors que vous savez au plus profond de vous que ce n’est pas le cas, repousserait juste le problème.

4 | Fixez une période de réflexion

Même si vous semblez camper tous 2 sur vos positions, il est essentiel de laisser chacun cheminer individuellement. Après avoir exposé vos arguments et vous être écoutés mutuellement, laissez-vous le temps de la réflexion. Fixez ensuite une échéance pour aborder à nouveau le sujet.

L’idée n’est pas de fixer un ultimatum, mais bien de laisser le temps opérer. Vous aurez ainsi plus de recul sur la situation pour prendre une décision à 2 sur le sens à donner à votre couple. Et qui sait ? Peut-être ce temps aura-t-il permis à chacun de faire un pas vers l’autre et de trouver un compromis ?

5 | Écoutez-vous

Le temps de réflexion fera peut-être son œuvre pour que les positions de chacun évoluent dans la même direction. Mais si ce n’est pas le cas, à vous maintenant de penser au sens que vous souhaitez donner à votre vie, avec ou sans enfant. Ne prenez pas de décision hâtive. Analysez votre ressenti pour faire le bon choix.

Est-ce que vous pouvez renoncer à votre désir d’enfant sans rancœur, et vous épanouir dans d’autres projets à 2 ? Si vous pensez que c’est possible, votre couple rebondira et continuera de se construire sur des bases solides. Est-ce que vous vous sentez trop coupable d’imposer à votre conjoint votre refus d’avoir des enfants ? Si c’est le cas, votre couple risque d’en souffrir.

Tout comme l’envie d’avoir un enfant est une chose personnelle, la décision de poursuivre ou pas votre histoire d’amour vous est propre. Malgré les sentiments que vous vous portez, cette situation peut être trop difficile à vivre. Parfois, une rupture est un acte d’amour. Elle n’atténue pas le chagrin, mais elle laisse l’opportunité de mener à bien ses rêves.

Et vous ? Avez-vous été confronté à cette situation dans votre couple ? Comment y avez-vous fait face ?

Article posté le 24 février 2022 et mis à jour le 13 septembre 2022 dans Questions de parents, Autres, Société

Par Magali

Depuis qu'elle est devenue maman, Magali s'inspire des différentes formes de parentalité pour accompagner au mieux ses deux filles. Malgré son désir de bien faire, elle reste une mère indigne et continue à partir en week-end sans elles ! Passionnée de photographie et ayant la chance de vivre à la campagne, elle essaye peu à peu de se recentrer sur l'essentiel. Son objectif : faire découvrir le beau à ses enfants.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vos données personnelles sont destinées à SUPERFULL pour la durée nécessaire au traitement de votre commentaire. Conformément au RGPD, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, et d’effacement des données vous concernant, ainsi que d’un droit d’opposition et à la limitation de leur traitement. Vous disposez également de la possibilité de retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données pour les finalités mentionnées ci-dessus. Vous pouvez exercer vos droits en suivant le lien ci-contre : Gestion des droits