Je recherche

6 trucs pour rater l’apprentissage du pot

Par Olivier - Mis à jour le 30 janvier 2024
un bébé s'approche du pot pour essayer. Comment rater l'apprentissage du pot

Votre môme tourne de plus en plus autour du pot et vous voyez arriver avec appréhension le moment où il va vous demander d’y coller ses fesses. Jusque-là, vous aviez réussi à esquiver ses appels du pied, lui rappelant à quel point ses couches étaient confortables et absorbantes, deux garanties de longues heures de jeu sans dérangement intempestif.

Sommaire

Changer un gosse n’a jamais été une partie de plaisir pour personne mais vous aviez fini par vous y habituer. Et aujourd’hui, vous n’avez aucune envie de changer de méthode. D’autant que mettre la tête dans la cuvette pour lui nettoyer le postérieur ne vous donne pas franchement envie de crier victoire. Bref, vous êtes bien parti pour rater l’apprentissage du pot.

Retarder l’apprentissage du pot

On vous l’a souvent répété : on n’a encore jamais croisé d’adolescent (sauf exception) avec une couche accrochée au derrière. Alors à quoi bon se presser. D’autant que si vous n’y échapperez pas, des solutions existent pour retarder l’échéance fatidique. Le tour de la question en 6 astuces pour rater l’apprentissage du pot.

1 | Mettez-leur la pression

La pression. Y’a rien de mieux pour paralyser un gosse. Et tant qu’à faire preuve de cynisme, ajoutez-y le chantage, du genre : « Quoi ? Tu ne veux pas faire caca dans le pot ? Privé de chocolat pendant 3 semaines ! Tu me fais honte, tiens. »

2 | Installez le pot dans un coin impossible

Vous n’allez quand même pas rendre la vie de vos pisseux trop simple. Non, la propreté, ça se mérite. Du coup, n’hésitez pas à ranger le pot dans un endroit inaccessible. A l’occasion, ne le lavez pas. La poussière accumulée et les éventuelles traces d’urine séchées devraient achever de les dissuader d’y poser leurs fesses roses.

3 | N’aidez jamais vos enfants

Ils veulent pisser comme des grands ? Qu’ils se démerdent après tout. Franchement, y’a pas de quoi pétocher à l’idée de verser trois gouttes dans la cuvette ! Et si vous sentez que le stress commence à monter, remettez un coup de pression, histoire qu’ils n’aient pas de regret.

4 | Distrayez-les de l’objectif final

Alors qu’ils sont prêts à verser leurs premières gouttes dans le pot ou grâce à un réducteur de toilettes, n’oubliez pas que rien n’est encore perdu. Multipliez les cabrioles et les sollicitations les plus loufoques pour les perturber jusqu’à ce que leurs envies subites de faire comme les grands ne trépassent à tout jamais.

5 | Montrez-vous insistant

Y’a rien de pire qu’un type qui vous rappelle constamment l’épreuve que vous allez devoir affronter, même si vous avez les chocottes. Du coup, n’hésitez pas à vous montrer insistant, ascendant lourdeau pathologique, pour dissuader définitivement vos mômes d’accomplir la mission qui les attend.

6 | Laissez-les se pisser dessus

Alors comme ça, vos mômes ne veulent plus de couches ? C’est ce qu’on va voir. Emmenez-les en balade pendant des heures, loin de toutes toilettes dignes de ce nom, en oubliant de leur proposer de se soulager avant de partir. Quand ils n’en pourront plus, vous leur indiquerez l’arbre devant eux, et les engueulerez parce qu’ils n’ont pas été capable de pisser sans s’en foutre partout, « Même Bobby, le chien aveugle du voisin fait mieux que toi ! » Sournois mais diablement efficace.

Si par malheur, vous décidez de changer d’avis en devenant prévenant et généreux avec vos enfants, je vous conseille de lire les 10 astuces pour apprendre la propreté à bébé. Vous pouvez aussi parcourir la sélection des meilleurs livres sur l’apprentissage de la propreté.

Partagez l'article
Un utilisateur navigue sur le profil Facebook de 'Je suis papa' avec son téléphone mobile

Les meilleurs comparatifs

Voir tous les comparatifs

Vos tests de produits préférés