Cododo, bonne ou mauvaise idée ?

cododo-avantages-risques

Dormir avec bébé blotti contre soi, sentir sa peau douce, son odeur si caractéristique et enivrante… voilà le plaisir que partagent beaucoup de jeunes parents. Le cododo permet de vivre ces instants privilégiés.  Même si cette pratique n’est pas encore courante, elle gagne du terrain dans l’hexagone.

Le cosleeping divise les professionnels de santé. Quand certains y voient des avantages, d’autres estiment la pratique risquée. La vérité se situe sûrement dans la nuance. Le sommeil partagé a des bienfaits pour l’enfant, mais doit être impérativement encadré

Qu’est-ce que le cododo ?

Depuis quelques années, de plus en plus de parents mettent en place le cododo. Cette pratique consiste à faire dormir bébé dans le lit parental. 

Les familles occidentales pratiquaient le cododo avant le 18e siècle.  Cette habitude disparaît avec l’arrivée des berceaux. Les enfants réintègrent alors leur propre chambre. Aujourd’hui, ce mode de couchage revient en force. Les enfants font leur grand retour dans la chambre parentale, notamment grâce à des lits spécialement conçus pour cette pratique.

Quels sont les avantages du cosleeping ?

De nombreux pédopsychiatres et psychologues spécialistes de la petite enfance argumentent en faveur du cododo. Pour eux, cette pratique présente de nombreux avantages.

1| Le cododo facilite l’allaitement

Le cododo rend l’allaitement plus facile. La maman ne se lève pas et ne se réveille pas complètement. Elle gagne ainsi en qualité de sommeil. Ce qui n’est pas négligeable quand on sait que les parents perdent en moyenne 44 jours de sommeil la première année (selon une étude britannique).

2| Le cosleeping rassure les parents

Avouons-le ! Devenir parent c’est accepter le lot de stress qui va avec. Qui n’a pas posé au moins une fois son doigt sous le nez de bébé pour vérifier qu’il respirait toujours ? Garder bébé à ses côtés pendant la nuit rassure certains parents. Le cosleeping offre la possibilité de le surveiller plus facilement.

3| Le cododo rassure bébé

D’après Patricia Chalon, psychothérapeute spécialiste de la petite enfance, présidente d’Enfance Majuscule (association de protection de l’enfance) et auteure de « les peurs de l’enfant », la phobie du noir est partagée par de nombreux bébés. Dormir avec ses parents sécurise l’enfant et diminue ses angoisses. La proximité renforce le lien d’attachement parent-enfant.

Quels sont les risques du cododo ?

Coucher bébé dans le lit parental comporte aussi des risques préviennent les spécialistes :

1| Le cododo augmente les risques d’étouffement

Si l’enfant dort dans le lit conjugal, il y a des risques d’étouffement. Les oreillers, couvertures, couettes peuvent potentiellement en être la cause. Les parents, plongés dans un sommeil profond, peuvent oublier la présence de leur bébé et se retourner sur lui.

2| Le sommeil partagé freine l’intimité des parents

Le cododo nuit à la relation intime des couples. C’est un véritable frein. Fatigue, organisation… l’arrivée d’un bébé perturbe inévitablement cette intimité. Cette pratique peut rendre ces moments encore plus rares.

3| Le cododo augmente le risque de mort subite

Les bébés qui pratiquent le cododo ont 5 fois plus de risques de décéder de mort subite. C’est ce que révèle une étude britannique. 22 % des cas de mort subite surviennent lorsque bébé dort avec ses parents. D’après cette même étude, 88% de ces décès n’auraient pas eu lieu si bébé avait dormi dans son lit, sur le dos et seul.

En France, il existe une seule étude, réalisée en 2004 par Streicher et Al. Les résultats montrent que le taux de prévalence du partage de la chambre est de 36 % au moment de l’enquête et que 62% des nourrissons au total ont dormi régulièrement avec leurs parents les premières semaines.

Quelles sont les règles de sécurité pour pratiquer le cododo ?

On ne lésine pas avec la sécurité de bébé. Mal encadré, le cododo peut présenter de réels risques. Voici quelques règles à instaurer :

Chauffez la chambre à la bonne température. La température idéale pour la chambre se situe entre 18 et 20°.

Evitez la présence des animaux de compagnie. Ne laissez pas votre chat ou votre chien dans la chambre ou sur le lit.

Ne couvrez pas trop bébé. Soyez vigilants à l’hyperthermie. Un nourrisson a des difficultés à réguler sa température interne et ses réserves en eau son faible. Généralement un body, un pyjama et une gigoteuse suffisent.

N’installez pas d’oreiller, peluche ou couverture à proximité de bébé. Ne placez pas bébé sur un oreiller et évitez également de le mettre sous votre couette.

Ne pratiquez pas le cododo si vous êtes alcoolisé, drogué, malade ou fatigué. La consommation de certains produits tels que les drogues, l’alcool et certains médicaments altère l’état de veille des parents.

Interdisez-vous de fumer dans la chambre. Épargnez à bébé les risques de tabagisme passif.

Utilisez un matelas ferme et plat. Investissez dans un matelas de qualité. Ne pratiquez pas le cododo sur un lit d’appoint, un BZ ou un matelas pneumatique.

Optez pour un berceau cododo. Pour limiter les risques, installez un berceau cododo, spécialement conçu pour cette pratique.

Evitez à bébé de tomber du lit. Si vous ne disposez pas de lit cododo, placez bébé au milieu des parents ou de façon à ce qu’il ne puisse pas tomber.

Couchez bébé de préférence sur le dos. Cette position réduit les risques de mort subite du nourrisson.

Et vous ? Pratiquez-vous le cododo avec vos enfants ?

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 16 janvier 2020 et mis à jour le 16 janvier 2020 dans Questions de parents

Par Elodie

Maman de deux enfants, Elodie a rejoint l'équipe dernièrement pour partager sa vision d'une parentalité aussi bienveillante que souriante. Discrète, sensible et à l'écoute, elle accorde beaucoup d'attention aux autres, et notamment aux enfants. Soucieuse de vous offrir des articles précis, elle consacre du temps et de l'énergie à trouver les mots justes, ceux qui vous parleront naturellement. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *