Ne pas aimer être enceinte : sujet tabou ou avouable ?

deteste-etre-enceinte

Vous êtes enceinte… et franchement, ce n’est pas vraiment l’idée que vous sous en faisiez ? Comme dans les magazines ou sur les comptes Instagram de vos influenceuses préférées, vous pensiez que vous seriez épanouie, plus fraîche et pimpante que jamais ?

Et en fait, non ! Vous vous sentez juste moche, grosse et déprimée… Rassurez-vous, vous n’êtes pas la seule et il y a beaucoup de raisons à cela. D’ailleurs, que le sujet soit tabou ou avouable, ne pas aimer être enceinte n’empêche absolument pas d’être une bonne mère par la suite.

Pourquoi dire qu’on déteste être enceinte est un sujet tabou ?

Vous attendez un bébé, vous êtes donc forcément la plus heureuse des futures mamans ! Si, si, la preuve, tout le monde vous le dit. Voilà pourquoi il est inconcevable de se plaindre quand on est enceinte, même si finalement on déteste ça (et je m’inclus dans ce « on » – sororité, tout ça, tout ça…). Ce sujet est tabou pour au moins 3 raisons, que voici :

1 | Penser à toutes celles qui ne peuvent pas tomber enceinte 

Vous êtes tombée enceinte très rapidement, à peine la pilule arrêtée ou le stérilet retiré. Vous en êtes la première surprise d’ailleurs. Cependant, vous ne pouvez pas vous plaindre des désagréments de la grossesse, car votre cousine ou votre meilleure amie, elle, essaye depuis des années et se désespère d’être mère un jour. Or, vous ne voulez surtout pas lui faire de la peine et vous préférez vous taire. Vis-à-vis de ces femmes, c’est une sage décision et c’est tout à votre honneur.

2 | Être enceinte est un choix

Du temps de nos grands-mères ou de nos arrière-grands-mères, les femmes n’avaient pas vraiment le choix de tomber enceintes ni même d’avorter. Les grossesses étaient donc subies, et il était bien normal que les futures mamans se plaignent, même quand on s’appelait Marie Leczinka, reine de France, épouse du roi Louis XV, qui prononça « Toujours coucher, toujours grosse, toujours accoucher. »

Dorénavant, grâce à la contraception et au contrôle des naissances, nous choisissons quand nous voulons avoir des enfants et combien nous en désirons. Interdiction donc de dire que nous n’aimons pas être enceinte, surtout au-delà du premier, au risque d’entendre : « Tu l’as voulu, tu l’as eu ! »

3 | Attendre un enfant est forcément une joie

Vous le voulez ce bébé, de tout votre cœur et de tout votre être ! Vous l’avez rêvé, désiré. Maintenant qu’il grandit dans votre ventre, vous êtes évidemment heureuse. Vous imaginez le futur avec lui et cela vous met en joie. Mais, en attendant, vous devez vous « farcir » cette grossesse, qui dure 9 mois et qui vous enquiquine (pour rester polie) sérieusement. Alors, un peu par fierté, vous vous taisez…

Pourquoi est-il tout à fait normal et même avouable de ne pas kiffer être enceinte ?

Petit témoignage personnel, j’ai eu 6 enfants et j’ai adoré… l’idée d’être enceinte ! Mais seulement l’idée, pour l’image que renvoie la femme enceinte dans la société. Sinon, comme beaucoup d’entre vous, chères lectrices, j’ai détesté ces 9 mois de calvaire physique et émotionnel. Et c’est sans tabou que je vous liste 15 des principaux désagréments de la grossesse.

1 | Avoir des nausées

Dès deux à trois semaines de grossesse, les nausées apparaissent et, parfois, elles sont présentes jusqu’à l’accouchement. En général, elles prennent fin au bout de trois à quatre mois. En gros, vous avez le cœur au bord des lèvres durant le premier trimestre, en particulier le matin au réveil. Pour éviter cela, on conseille de ne jamais avoir l’estomac vide et de fractionner les repas.   

2 | Ne pas pouvoir manger ou boire ce qu’on veut

Être enceinte signifie que votre corps ne vous appartient plus vraiment. Vous devez en prendre soin pour que votre bébé se développe correctement. Ainsi, fini certains aliments comme la charcuterie ou les crustacés et, bien évidemment, l’alcool auquel vous devez absolument renoncer !

3 | Passer d’adulescente à femme

Vous kiffiez votre corps d’ado, avec ses hanches étroites et ses seins bien fermes ? Vous aimiez votre liberté et votre insouciance ? Il va malheureusement falloir faire le deuil de tout cela. Votre corps de maman sera certainement tout aussi joli et désirable, mais il va inévitablement se transformer. Vous aurez également de nouvelles responsabilités. Psychologiquement, c’est un cap parfois difficile à passer. N’hésitez surtout pas à en parler à votre sage-femme ou un psychologue.

4 | Grossir et se sentir lourde

Que vous preniez les 10 kg idéalement recommandés ou beaucoup plus, votre poids va augmenter. Vous avez alors plus de difficultés à marcher. Monter un escalier vous essouffle. Vous avez la sensation d’avoir les jambes lourdes. Bref, vous êtes engoncée dans un corps qui vous embarrasse. C’est d’ailleurs à juste titre qu’en espagnol « enceinte » se dit « embarazada » !

5 | Héberger un alien dans son ventre

La sensation d’avoir un corps étranger dans son ventre n’est pas anodin. Vous vous sentez envahie par un parasite qui vous « bouffe » de l’intérieur. C’est soit hyper mignon pour certaines, soit carrément creepy pour d’autres. C’est votre cas ?

6 | Ressentir des contractions

En théorie, les contractions se déclenchent quelques heures avant l’accouchement. Parfois, c’est environ un mois plus tôt, pour que le corps se prépare « en douceur » à la délivrance. Et pour certaines futures mamans, c’est dès le premier mois de grossesse. Il faut alors se ménager au maximum. Difficile quand on est une femme active…

7 | Voir apparaître des vergetures

Vous aviez une peau lisse et parfaite ? La voilà dorénavant toute marbrée de vergetures disgracieuses. Vous vous êtes pourtant badigeonnée de toutes les crèmes possibles et imaginables, toutes plus chères les unes que les autres ? Malheureusement, elles n’ont que peu d’effets, car l’apparition des vergetures est essentiellement due aux hormones. Ça énerve, n’est-ce pas ?

8 | Porter le « masque de grossesse »

Mais qu’est-ce que c’est encore que ce visage bouffi qui se teinte de taches brunes ? Vous ne vous reconnaissez plus dans le miroir et vous vous trouvez affreuse. Heureusement, le masque de grossesse n’est que passager et disparaîtra après l’accouchement.

9 | Subir ses hormones

Un jour vous vous sentez euphorique, le lendemain vous vous effondrez en larmes à la moindre remarque, voire pour rien. C’est normal, ce sont vos hormones (encore elles !) qui vous jouent des tours. D’ailleurs, votre entourage serait bien inspiré de lire notre article 40 trucs à ne jamais dire à une femme enceinte !

10 | Être vulnérable ou diminuée

Vous êtes une guerrière, une féministe qui n’a jamais eu besoin de personne dans sa vie pour se débrouiller au quotidien ? Sauf que, maintenant, avec votre gros bidon, vous vous sentez hyper fragile, sans aucun moyen de défense ou de fuite face à un potentiel danger. La preuve, vous êtes même incapable de lacer toute seule vos chaussures. Oui, je sais, c’est à pleurer…

11 | Souffrir de douleurs diverses

En plus d’être grosse, nauséeuse, essoufflée et moche, vous avez mal partout. Soit ce sont les seins qui vous tirent, soit votre dos vous fait souffrir, soit des reflux acides remontent de votre estomac, soit vous avez une sciatique… ou tout cela en même temps accompagnés de bien d’autres maux. Sincèrement, courage !  

12 | Ne pas supporter les piqûres

Tout le monde vous choie lorsque vous êtes enceinte, même le corps médical ! La preuve, tous les mois on vous prélève du sang pour vérifier que vous allez bien ainsi que votre bébé. Ah, vous avez la phobie des piqûres ? Toutes mes condoléances…

13 |Ne pas pouvoir échapper aux examens médicaux

En plus des prises de sang, vous avez aussi droit à un examen approfondi de vos parties intimes. On palpe vos seins et on mesure votre ventre. On vérifie à l’aide de doigts enfoncés dans votre vagin la fermeté et la longueur de votre col de l’utérus. Et parfois, c’est un spéculum qui vous pénètre pour qu’on effectue divers prélèvements. Normalement, tous ces gestes sont pratiqués avec votre consentement. Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à le faire savoir.

14 | Ne plus être désirée

Vos hormones (toujours elles !) boostent votre libido. Vous souhaitez ardemment que votre partenaire vous fasse l’amour. Or, le fait que vous soyez enceinte lui coupe toute envie. Vous vous sentez délaissée, abandonnée, encore plus grosse et moche que jamais, alors qu’objectivement vous êtes radieuse. Ce qui vous agace encore plus, c’est qu’il n’y a pas spécialement de contre-indications à avoir une sexualité épanouie pendant la grossesse. C’est même Je Suis Papa qui le dit !

15 | Avoir peur de l’accouchement

Dernière étape de votre grossesse, et non des moindres, l’accouchement ! Il est normal d’avoir peur, surtout si vous passez votre temps à lire des témoignages de femmes pour qui cela s’est mal passé. Mais sachez que la plupart du temps, cela se déroule parfaitement et que, grâce à la péridurale, la douleur est grandement atténuée. Et surtout, au bout de ces quelques heures peu agréables, il y aura un magnifique bébé, celui que vous avez tant désiré. Je vous promets qu’à ce moment-là, vous oubliez tout ce que vous avez dû subir pendant les 9 mois précédents… et que vous serez peut-être même prête à recommencer ! 😉

Et vous, qu’avez-vous détesté dans le fait d’être enceinte ? Avez-vous osé l’avouer à votre entourage ou était-ce un sujet tabou ? Dites-nous tout en commentaires.

Article posté le 1 mars 2022 et mis à jour le 28 février 2022 dans Questions de parents, Grossesse et naissance

Par Gwenaelle

Enseignante de la maternelle au lycée pendant plus de 20 ans, Gwenaëlle est maman de six enfants, des grands et des petits. Soucieuse de la sécurité et du confort de vos bambins, elle a à cœur d'aider les jeunes parents dans leurs recherches de solutions pour prendre soin de leurs mômes.  Elle a fait de la description des articles de puériculture l'une de ses spécialités et met ses talents d'écriture à votre service. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vos données personnelles sont destinées à SUPERFULL pour la durée nécessaire au traitement de votre commentaire. Conformément au RGPD, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, et d’effacement des données vous concernant, ainsi que d’un droit d’opposition et à la limitation de leur traitement. Vous disposez également de la possibilité de retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données pour les finalités mentionnées ci-dessus. Vous pouvez exercer vos droits en suivant le lien ci-contre : Gestion des droits