4 stratégies parentales simples pour accompagner les enfants dans l’utilisation des écrans

photo de Michelle Gilbert directrice communication de facebook France

Michelle Gilbert est Directrice de la communication de Facebook en France et en Europe du Sud, et mère de 4 enfants, dont 3 adolescents. 

Passionnée par la communication et le comportement des adolescents sur Internet, elle est régulièrement au contact des acteurs qui s’engagent sur ces sujets : associations de protection de l’enfance, enseignants, experts français et internationaux, sociologues et parents, qui s’interrogent sur la façon dont les jeunes se comportent sur Internet.

Pour Je suis papa, elle revient sur 4 stratégies à mettre en place pour accompagner ses enfants dans leur utilisation des écrans. 

Comment accompagner les enfants dans leur utilisation des écrans ? 

Pour la plupart des familles, les écrans sont nécessaires. Ce sont d’excellents outils en termes de découverte, de communication, d’apprentissage, de commodité et de divertissement. Mais, si les écrans ont des avantages, ils présentent également des risques. 

En discutant avec de nombreuses familles, parents et experts, j’ai appris comment le manque d’attention, la surutilisation et l’accès à des contenus inappropriés ou à des personnes dangereuses pouvaient être évités. Pour parer aux risques, il nous faut opter pour des appareils et des contenus conçus pour les enfants, en gardant à l’esprit leurs vulnérabilités et le fait que leur cerveau est en développement. Et notre travail ne s’arrête pas là. 

En plus de sélectionner et de filtrer les contenus intelligemment et de surveiller nos enfants, nous devons mettre en œuvre des stratégies parentales ludiques et efficaces, en leur servant de guides plutôt que de passer pour les méchants. Le rôle de parent et la sécurité des écrans sont difficiles à cerner. Voici donc quelques idées pour adopter un comportement sain vis-à-vis des écrans.

Construisez votre boîte à outils numérique

Une boîte à outils numérique comprend des contrôles parentaux, des appareils et des logiciels qui filtrent les contenus inappropriés et qui permettent la gestion parentale (supervision, suivi, mise en place de règles et de limites, etc.). Les outils numériques et les fonctionnalités de sécurité se sont beaucoup améliorés. Beaucoup sont intégrés, gratuits et faciles à programmer sur la plupart des appareils, routeurs, consoles de jeu, sites web, applications et via votre fournisseur d’accès à Internet (FAI). Les outils numériques peuvent constituer une première étape étonnamment efficace vers une gestion intelligente de vos écrans. 

Créez une atmosphère familiale ludique et responsable autour de vos écrans

Réprimandes et moqueries accompagnent souvent l’utilisation des technologies numériques par les plus jeunes : « et si tu faisais autre chose ? », « tu n’as pas des amis à voir en vrai ? ». Ils trouvent cela hypocrite, car la plupart des adultes utilisent eux aussi des écrans. Plutôt que de critiquer le temps que vos enfants passent devant un écran, soutenez leurs passions et guidez-les de façon compréhensive. Lorsque les parents reconnaissent et comprennent la passion de leurs enfants pour la découverte, ces derniers sont plus réceptifs à leur influence. 

En effet, les enfants ont appris à être en phase avec l’humeur de leurs parents depuis leur plus jeune âge. Si vous êtes calmes et positifs lors de vos conversations sur l’utilisation des écrans, vos enfants se détendront et partageront des informations avec vous. Si vous êtes stressés et répressifs, ils garderont pour eux leurs activités devant leurs écrans. Commencez par devenir leurs meilleurs alliés en regardant leurs écrans avec eux et en partageant des contenus en ligne. Laissez-leur vous apprendre à jouer à des jeux en ligne et vous montrer leurs sites web préférés. Si vous avez l’esprit ouvert et que vous coopérez, ils vous en apprendront autant que vous leur en apprenez.

Cherchez un équilibre entre les activités dans la vraie vie et le temps passé devant les écrans

L’une de meilleures choses que j’ai pu faire avec mes enfants lorsqu’ils étaient petits a été de fixer des journées sans écrans, pendant lesquelles ils devaient choisir des activités réelles plutôt que de regarder la télévision, leur tablette ou leur smartphone, ou encore de jouer à des jeux vidéo. 

Grâce à ces journées, mes enfants ont développé une passion pour des activités créatives en trois dimensions telles que la lecture, le dessin, la compagnie des animaux domestiques et l’utilisation de leur imagination. Ils ont également vécu l’expérience de tomber d’un arbre, se sont bagarrés et se sont salis, exactement comme nous l’avons nous-même fait pendant notre enfance. Ils ont même déjà prolongé leur séance de sport parce qu’ils savaient que ce jour-là, ils n’allaient de toute façon pas pouvoir utiliser leurs appareils. 

Plus tard, nous avons négocié des moments plutôt que des journées. Par exemple, pas d’écrans avant d’aller à l’école ou tout de suite après en être rentré, ou encore 30 minutes avant d’aller au lit. Nous avons ainsi pu éviter les conflits tout en réservant des moments pour leur apprentissage et leur enrichissement socio-émotionnel, ce qui, selon la recherche en psychologie, est nécessaire au bon développement du cerveau. En tant que parents, notre priorité est de promouvoir la passion pour l’apprentissage. 

Mettez en place un « coffre numérique » familial

Les écrans sont intentionnellement conçus de manière à capturer notre attention et libérer la dopamine au niveau des centres du plaisir de notre cerveau. Ils sont divertissants et il est difficile de s’en détacher. Si vos enfants vous réclament des écrans et se plaignent d’en être privés, ce n’est pas leur faute. Leur cerveau a besoin de cette stimulation. Et cela ne veut pas dire que les écrans sont mauvais, mais que les parents doivent aider leurs enfants à développer leur résilience en faisant preuve de calme et de patience. Plutôt que d’entrer dans des rapports de force, aidez-les à acquérir de bonnes habitudes en demandant à vos enfants de ranger leurs appareils dans un « coffre familial » lorsqu’ils ne s’en servent pas. 

Il est plus facile de résister à la tentation si l’écran n’est pas à portée de main ! Ainsi, les enfants les plus jeunes doivent vous demander la permission avant d’utiliser un écran. Les adolescents et préadolescents ne doivent pas utiliser d’écrans jusqu’à tard le soir, car cela les empêche de trouver le sommeil réparateur dont ils ont besoin. Il est normal que vos enfants essaient de tricher s’ils en ont l’occasion. C’est pourquoi vous devez idéalement garder ce « coffre numérique » dans votre chambre, où ils se risqueront moins à se glisser quand vous avez le dos tourné. 

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 8 février 2021 et mis à jour le 9 février 2021 dans Vos témoignages
Avatar

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vos données personnelles sont destinées à SUPERFULL pour la durée nécessaire au traitement de votre commentaire. Conformément au RGPD, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, et d’effacement des données vous concernant, ainsi que d’un droit d’opposition et à la limitation de leur traitement. Vous disposez également de la possibilité de retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données pour les finalités mentionnées ci-dessus. Vous pouvez exercer vos droits en suivant le lien ci-contre : Gestion des droits

  1. Avatar
    Keller
    le

    À mon avis, c’est plus cette idée de chercher un équilibre entre les activités dans la vraie vie et du temps passé devant l’écran qui est plus difficile. Et c’est d’autant plus difficile si les parents ne sont pas toujours présents à la maison.

    Répondre