18 astuces contre le reflux gastrique de bébé (RGO)

18 astuces contre le reflux gastrique de bébé - RGO

La majorité des bébés sont sujets aux régurgitations. Lorsque ces rejets deviennent plus intenses, on parle de reflux gastrique, ou reflux gastro-œsophagien (RGO).

Dans la plupart des cas, il n’y a pas à s’inquiéter. Les régurgitations surviennent généralement juste après la tétée ou le biberon, lorsque le contenu de l’estomac remonte vers l’œsophage. La raison en est simple : chez bébé, la jonction qui relie l’un à l’autre (anneau) pour empêcher les aliments de s’échapper n’est pas encore bien formée.

Une pression exagérée sur l’estomac, au moment du change par exemple, ou la position allongée peuvent également provoquer des régurgitations.

Les régurgitations sont généralement sans douleur et n’empêchent pas la prise de poids. Néanmoins, les reflux gastriques peuvent être acides et douloureux. Certaines formes de RGO nécessitent une vigilance, lorsque les symptômes se cumulent jusqu’à jouer sur l’humeur de bébé.

Reflux gastrique de bébé : quels sont les symptômes ?

Gardons d’abord en tête que les régurgitations se distinguent des vomissements, car elles se déclenchent sans effort. Elles sont uniquement mêlées de lait et de salive.

Lorsque les symptômes se cumulent, on parle alors de reflux gastro-œsophagien (RGO) compliqué. En voici quelques-uns :

  • Douleurs pendant les repas
  • Irritabilité
  • Trouble du sommeil
  • Problèmes respiratoires (toux, angines, complications ORL, étouffements…)
  • Prise de poids insuffisante

Attention, ces différents symptômes ne sont pas propres aux RGO de bébé. Ils peuvent aussi survenir en cas de coliques ou d’intolérance alimentaire par exemple. Du coup, le diagnostic n’est pas toujours simple à poser.

Comment distinguer de  simples régurgitations d’un RGO ?

Si votre enfant continue à pleurer après une régurgitation, c’est sans doute parce qu’il ressent une douleur, un picotement. Si le lait rejeté dégage une odeur de vomi, alors vous pouvez conclure à un probable reflux gastro-oesophagien (RGO). En appliquant quelques astuces simples (ci-dessous), vous soulagerez probablement votre enfant. Cela dit, n’hésitez pas à confirmer le diagnostic auprès d’un professionnel de santé.

Dans tous les cas, une consultation chez votre médecin ou votre pédiatre s’impose si :

  • Votre bébé pleure longuement après les repas ou au milieu de la nuit
  • Les rejets sont accompagnés de sang
  • Votre bébé refuse de s’alimenter ou se montre agité pendant les repas
  • Votre bébé est agité pendant le sommeil
  • Vous constatez une perte de poids

Des examens complémentaires seront alors entrepris. L’utilisation de médicaments pourra aussi être envisagée.

Comment soulager le RGO de bébé ?

C’est entre 3 et 5 mois que les régurgitations sont en général les plus gênantes. Elles diminuent fréquemment lorsque votre enfant se tient debout et qu’il commence à marcher, autour de 1 an.

Voici quelques astuces pour tenter de soulager le reflux gastrique de bébé. N’hésitez pas à enrichir cet article en partageant vos propres trucs en commentaires.

TOP 1 | Surélevez la tête de son lit

Pensez à surélever légèrement la tête de son lit, de 10 à 15° pour éviter les remontées. Vous pouvez par exemple glisser un tissu plié sous le matelas pour donner un peu d’épaisseur. Vous trouverez aussi un inclinateur de lit ici.

TOP 2 | Couchez votre enfant sur le dos

En cas de reflux gastrique, il est important de coucher bébé sur le dos. Vous éviterez ainsi une pression inutile sur son estomac.

TOP 3 | Faites des pauses pendant les repas

Que vous allaitiez ou que vous donniez le biberon, pensez à faire des pauses pendant les repas. Vous permettrez ainsi à bébé d’évacuer tranquillement l’air qu’il a avalé.

TOP 4 | Privilégiez la position verticale

Pendant le repas, installez bébé à la verticale. Gardez-le ensuite quelques minutes dans la même position.

TOP 5 | N’oubliez pas le rot

Pour éviter le reflux gastrique, bébé doit faire son rot après le repas, et éventuellement pendant, quand vous faites des pauses.

TOP 6 | Ne couchez pas bébé après le repas

Pour limiter le reflux gastrique de bébé, installez-le dans un transat ou une chaise haute après le repas pour qu’il conserve une position aussi verticale que possible.

TOP 7 | Préférez le portage

Vous pouvez aussi opter pour une séance de portage après le repas, que vous renouvellerez quand bébé se plaint d’une douleur. Ventre contre ventre, en position verticale, votre enfant devrait s’apaiser. Vous trouverez des écharpes de portage ici.

TOP 8 | Choisissez un biberon adapté

Pour limiter la déglutition d’air, certains biberons sont équipés d’une valve. D’autres sont coudés. Vous trouverez des biberons anti-régurgitations et anti-coliques ici.

TOP 9 | Optez pour une tétine adaptée

Si vous donnez le biberon, prenez soin de choisir une tétine au débit adapté. Certains modèles permettent également de limiter le volume d’air avalé grâce à une valve. Vous trouverez des tétines anti-régurgitations et anti-coliques ici.

TOP 10 | Optez pour un lait épaissi

Certains laits en poudre sont épaissis avec de l’amidon de riz pour diminuer le reflux gastrique de bébé. Vous pouvez aussi l’épaissir vous-même en ajoutant un peu de céréales pour bébé. Néanmoins, il est conseillé d’en parler avec son médecin traitant avant d’agir.

TOP 11 | Ne serrez pas les couches

Pour éviter que la couche n’exerce une trop forte pression sur l’abdomen de bébé, ne la serrez pas trop.

TOP 12 | Avancez la diversification alimentaire

Si liquides remontent facilement, les aliments solides, eux, restent plus facilement à leur place. Le RGO de bébé disparait généralement avec la diversification alimentaire. Avancer cette étape est donc tentant. Néanmoins, avant d’introduire les premières purées, mieux vaut prendre conseil auprès de son médecin.

TOP 13 | Changez bébé avant le repas

Pour éviter des manipulations inutiles et potentiellement douloureuses juste après le repas, prenez le temps de changer bébé avant le repas.

TOP 14 | Nettoyez le nez de bébé

En brûlant l’œsophage, le reflux gastrique fabrique des glaires qui remontent. Les bébés sujets au RGO peuvent avoir le nez fréquemment encombré. Et avec un rhume, c’est encore pire. Mieux vaut donc prendre les devants, en prenant soin de laver le nez de bébé lorsque nécessaire, notamment avant les repas et le coucher.

TOP 15 | Évitez le tabac

Ne fumez pas en présence de votre enfant et ne lui imposez pas d’atmosphère enfumée. Vous prendriez le risque de majorer son reflux gastro-œsophagien.

TOP 16 | Tentez l’osthéopathie

Recommandez pour apaiser les coliques, l’ostéopathie soulagerait aussi le reflux gastrique de bébé. Dans la mesure du possible, choisissez un professionnel expérimenté avec les bébés.

TOP 17 | Essayez l’homéopathie

Pas vraiment prouvée scientifiquement, l’homéopathie ferait pourtant des miracles, notamment chez les enfants. On recommande ainsi les granules de Robinia Pseudo-acacia 5ch, celles d’Antimonium Crudum 5ch ou encore d’Aethusa Cynapium 5ch. Consultez un spécialiste au préalable.

TOP 18 | Montrez-vous patient

Couvrez-le d’amour et d’attention, partagez votre sérénité avec lui, montrez-vous patient et bienveillant. Votre enfant en a besoin.

Et vous ? Votre enfant a-t-il été sujet au RGO ? Quelles sont vos astuces contre le reflux gastrique de bébé ?

Crédit photo : Shutterstock

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 4 avril 2018 dans Questions de parents

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


17 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. PhuongThi
    le

    Bonjour,
    Pour notre première, notre pédiatre lui avait prescrit une solution à base d’eau de chaux à donner avant la tétée. Poupette a eu moins de crises à partir de ce moment là même si ça n’a pas été miraculeux. Autre chose à faire pr éviter que les remontées acides soient trop douloureuses : donner à bébé un petit pois de gel de polysilane après le repas. Ca aussi ça a aidé.
    Bonne journée.

    Répondre
  2. Laetitia
    le

    Bonsoir,
    Pour ma part, 2 bébés RGO alors je pense être devenue experte
    Ce qui nous a sauvé : lait AR épaissi à la caroube et un traitement (Inexium). Grace a ça, des repas sereins et sans pleurs !!! Nécessite de faire plusieurs pauses mais ça se passait bien et les rots n’etaient Plus douloureux.
    Le traitement a été miraculeux pour les 2 ; pour notre ainé nous essayions d’arrêter tous les mois, en vain… Nous avons pu arrêter à ses 9 mois.
    Pour notre bébé de 3 mois, nous espérons que cela rentre dans l’ordre plus vite !
    Par ailleurs le polysyllane n’a jamais fonctionné !

    Répondre
  3. Ellemar
    le

    Avant que mon bébé ne naisse je n’avais jamais entendu parler des RGO. Il a un RGO interne important et c’est très très difficile à gérer. Ses douleurs … et donc un bébé qui a énormément besoin des bras. Pendant 8 semaine il n’a dormi que dans nos bras. Ses pleurs constants. Physiquement et moralement épuisant.
    J’ai eu la chance de rencontrer une super pédiatre après avoir vu un bon nombre de médecins.
    Mes conseils sont de d’abord vraiment s’écouter. Ne pas lâcher face aux médecins pas toujours à l’écoute ni délicat. Et surtout surtout passer la main parfois. Aux amis ou familles. Et garder en tête que oui ça passera. Même si c’est difficile et long, ça passera…en attendant echarpe et porte bébés sont à mon sens indispensables.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Merci de ton témoignage. Cette épreuve n’est effectivement pas simple quand on démarre sa vie de parents. Tes conseils sont de bon sens. J’espère qu’ils aideront d’autres parents…

      Répondre
    • Delphine
      le

      Merci pour ton témoignage, nous avons vécu la même chose ici avec notre louloute et aussi dû garder patience et luter contre les professionnels et l’entourage pour les convaincre qu’il y avait un réel mal être, et que bebe ne faisait pas du « chantage » pour être dans nos bras tout le temps… pas facile en effet quand on débute dans la vie de parent et avec la fatigue que cela engendre! Même 1 an et demi plus tard, cela me fait du bien de lire ton expérience similaire.
      De notre côté, nous avons essayé toutes les astuces décrites ici, et pour nous c’est l’homéopathie qui s’est révélée miraculeuse (robinia) …et la patience et les câlins pour la rassurer encore des semaines durant tant elle était « à l’affût » des remontés acides. Courage à tout ceux qui passent par là: ça ira bientôt mieux!

      Répondre
    • Olivier
      le

      Le site de la sécu indique en effet qu’il ne faut pas laisser bébé assis toute la journée, mais qu’il faut le maintenir en position assise ou verticale pendant ou après le repas. C’est exactement ce qui est indiqué dans ce billet. Merci de le relire avec plus d’attention.
      Par ailleurs, et contrairement à ce que vous laissez entendre, il n’y a pas de placement produit dans cet article.

      Répondre
  4. Sha
    le

    Bonjour et merci pour cet article toujours en ligne après la decision de faire evoluer le site! Du coup je ne sais pas si ça sert à quelque chose mais je voulais juste preciser qu’au détour de les propres recherches sur le rgo, je suis tombée sur cet article qui nuance beaucoup le fait d’épaissir le lait ( ça soignerait en apparence les symptômes mais aggraverait insidieusement la pathologie), à lire donc pour se faire son idée:
    https://www.lllfrance.org/1401-da-41-allaiter-un-bebe-souffrant-d-un-reflux-gastro-oesophagien

    Bonne continuation!

    Répondre
    • Olivier
      le

      Tous les articles resteront en ligne. Merci de cet ajout. Comme d’habitude en matière de santé et de parentalité, on trouve tout et son contraire… du coup, difficile de savoir qu’en penser.

      Répondre
  5. Emmanuelle
    le

    Bonjour,
    Mon premier bébé a actuellement 3 mois, Il a été hospitalisé à son 4ème jour de vie car il ne gardait pas ses biberons et faisait des pauses respiratoires. Il souffre d’un RGO sévère et est sous Inexium 2 fois par jour. Malgré le traitement, il est encore douloureux. A ses 1 mois et demi, j’ai demandé de l’aide à la PMI car les journées étaient très compliqués. Lui et moi sommes actuellement, 2 jours par semaine dans une UPPP (unité psychopathologique périnatale) au sein d’une clinique. Le mot fait peur, mais c’est une unité qui accueille les mamans qui rencontrent des difficultés avec leur enfant. Une équipes de professionnels nous encadre et nous soutient dans notre quotidien.
    Je ne connaissais pas du tout l’existence de ces unités mais si mon expérience peut profiter à d’autres, c’est avec plaisir que je la partage.
    Si d’autres mamans rencontrent des difficultés et qu’elles n’ont pas la possibilité de passer le relais à de la famille ou à des amis, il ne faut pas qu’elles restent seules. Il ne faut pas avoir peur non plus de contacter la PMI, qui peut être un lieu de ressources et qui peut aussi nous orienter vers les bons interlocuteurs. Pour ma part, les professionnels que j’ai rencontré et qui nous suivent, sont d’une aide très précieuse et sont bienveillants.
    Bonne journée.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Mille mercis d’avoir pris le temps de partager votre expérience. Les meilleurs conseils sont ceux qui viennent directement des parents et s’inscrivent dans leur vécu. J’espère que vous serez lu. Je vous souhaite – ainsi qu’à votre bébé – beaucoup de bonheur !

      Répondre
      • AIDA
        le

        Bonjour,
        Merci pour ce forum, pour mon témoignage ,actuellement maman de 2 garçons 5 ans et 5 mois. mon fils aîné souffrait de RGO mais ça été légère part à port à son frère. ça a diminué après la prise d’un lait AR.
        Mon deuxième garçon souffre d’un RGO depuis son premier jour de naissance il rejette une quantité importante de lait après chaque tété.on a essayé toute les marque AR sur le marché.ça n’aidé pas .le pédiatre m’a prescrit Gastral pour soulager un peu pareil c’été pas du tout efficace.Depuis l’introduction de la puré (4eme mois) le rejet a beaucoup diminué ainsi les douleurs pendant le rot mais le sommeil toujours perturbé on a remarqué que sa voie est très faible aussi et enfin il tousse pendant 6 semaines maintenant sans cesse (laryngite chronique)aucun traitement n’a soulagé la toux (corticoïde,sirop.,homéopathie..) on est vraiment épuisé on sait plus quoi faire,je change de pédiatre maintenant en attendant que ce cauchemar finira un jour.

        Répondre