L’épreuve des yoyos

28 Août 2017

pose de yoyos enfant

C’était il y a à peu près un an. Je ne voulais pas vous en parler parce que je n’aime pas raconter les mauvaises nouvelles. Mais de l’eau a coulé depuis et on entrevoit désormais le bout du tunnel.

A cette période, Mychoup’ nous faisait régulièrement répéter. Elle demandait souvent à monter le volume sonore de la télé et les bruits ambiants la gênaient dans sa compréhension des échanges. Autant d’indices qui nous avaient poussés à nous interroger sur son audition.

On se disait qu’on était parano. Que, comme tous les enfants, elle se montrait trop peu attentive. Qu’on n’allait pas, une nouvelle fois, prendre un rendez-vous chez le médecin pour un symptôme qui se révélerait imaginaire.

Et puis finalement, après quelques jours d’observation, nous nous décidions à rendre visite à Mister Doc qui nous redirigeait vers un ORL.

Un audiogramme plus tard, le couperet tombait : Mychoup’ avait perdu 60% de sa capacité auditive. 60%, putain ! Autant vous dire qu’à cet instant précis, les questions fusent et la culpabilité monte d’un cran. Oui, elle se plaignait souvent de douleurs aux oreilles. Oui, elle était coutumière des otites. Non, nous ne l’avions pas toujours traitée avec la rapidité qu’il aurait fallu.

Le professeur nous affirma qu’on n’était pas les premiers, qu’on n’aurait rien pu faire, qu’il n’était pas trop tard et que nous avions pris la bonne décision en venant le rencontrer. Mais qu’il allait falloir que Mychoup’ passe sur la table d’opération et subisse une anesthésie générale. A tout juste 5 ans, une anesthésie ? Boule à l’estomac.

A cette époque, son grand-père maternel venait de décéder. Et malgré cette force de caractère qui lui avait permis de surmonter sa peine, elle ne pouvait s’empêcher d’associer l’hôpital à la mort. Celle de « papy avec son chien » qu’elle aimait retrouver le dimanche après le marché, et celle de tous ceux qui – pensait-elle – passaient entre les mains de ces types en blouses blanches faussement rigolos.

On allait donc lui poser des diabolos ou des yoyos. Chez les médecins, on appelle ça des aérateurs transtympaniques. Des petits tubes qu’on insère dans les tympans pour qu’ils aèrent les oreilles. « Elles devraient retrouver toutes ces capacités auditives », nous rassura le professeur.

Depuis 1 an, Mychoup’ n’est plus autorisé à mettre la tête sous l’eau (une recommandation décriée, mais ce n’est pas le sujet). Sous la douche, elle doit porter des bouchons et un bandeau, sur lesquels nous ajoutons un bonnet pour les sorties à la piscine. Autant vous dire qu’accoutrée de la sorte, elle n’entend plus rien. Mais on sait pourquoi !

Dans quelques jours, nous retournerons visiter le professeur. Pour décider si les aérateurs peuvent être retirés et faire le point sur ses capacités auditives. Je croise les doigts tellement forts.

D’après les statistiques, un enfant de 3 ans sur 15 est équipé de yoyos. Si cette chirurgie fait partie des plus pratiquée en pédiatrie, elle n’est pas anodine. Notamment parce qu’elle angoisse les enfants autant que les parents.

Il y a quelques jours, j’ai reçu un livre que j’aurai aimé lire à Mychoup’ il y a tout juste un an. Pour lui expliquer avec des mots d’enfants, pour la rassurer et l’accompagner au mieux.

Livre-enfant-yoyo-le-mystere-de-l-aerateur-transtympanique« Le mystère de l’aérateur transtympanique » a été écrit par le Docteur Christophe Gaillard et Marine de Fombelle. Tendrement illustré, le livre raconte l’histoire de Trompette, un petit éléphanteau malheureux de ne plus entendre correctement ni les bruits de la jungle, ni les leçons de sa maîtresse. L’occasion de découvrir simplement, avec des mots d’enfants, comment se déroule une opération de pose de yoyos. On y apprend même concrètement le fonctionnement d’une oreille à partir d’un dessin à colorier.

Ce livre est chouette parce qu’il est simple, qu’il répond avec humour aux questions que les enfants se posent et donne du courage à nos petits pour leur passage sur le billard.

Alors voilà, si votre môme s’apprête à subir une intervention pour poser des yoyos, jetez un œil par ici : Le mystère de l’aérateur transtympanique.

Vous pouvez aussi lire cet article qui présente une série de conseils pour préparer la pose des diabolos.

Et vous ? Vos enfants sont-ils équipés de yoyos ? Comment vous êtes-vous rendu compte de ses troubles ? Comment a-t-il vécu cette opération ?

D’autres articles ?

Crédit photo : petite fille se bouche les oreilles

16 réponses to “L’épreuve des yoyos”

  1. Delphine 28 août 2017 at 14 h 59 min #

    Nous c’était il y a 18 mois, Tom souffrait d’otite séreuse, le liquide tombait derrière la gorge et le matin il vomissait et tiré au coeur… Le médecin a tenté plusieurs traitement avant de nous orienter vers l’orl. Et pas de regret!! On était plus angoissé que lui! Trois heures après son réveil il courait dans le couloir de l’hôpital, les yoyos sont partis tous seuls. Il n’a plus d’otite, ne souffre plus, nous entend mieux et du coup fait moins de colère, les angines ont pris le relais..peut être les amygdales la prochaine fois !! Les enfants sont plus courageux que nous dans ces moments là !!!

    • Olivier 28 août 2017 at 16 h 30 min #

      C’est vrai, il faut leur faire confiance. Cela dit, presque un an après, Mychoup garde un souvenir bien présent de cette opération et à chaque fois qu’on lui dit qu’on va chez l’orl, elle ne peut s’empêcher d’appréhender, genre « qu’est-ce qu’il va me faire encore ? »

      • Delphine 28 août 2017 at 21 h 45 min #

        Tom avait 3 ans quand il a été opéré, peut être que l’âge joue sur leur appréhensions ou alors le fait de savoir qu’il y avait des frites au prochain repas l’a aidé a être plus rassuré 😉

        • Olivier 29 août 2017 at 9 h 31 min #

          Nos enfants trouvent parfois de la ressource là où on ne l’imagine pas…

  2. Carine 28 août 2017 at 15 h 07 min #

    BONJOUR, Mon fils qui a eu 5ans en mai dernier a subi une intervention chirurgicale en février afin de lui enlever les végétations ainsi que de lui poser des diabolos. Je vous rejoins concernant le stress causé par cette intervention, nous ce qui nous a conduit chez l’orl c’est suite à un contrôle chez le dentiste. Axel était déjà suivi depuis un an par une orthophoniste pour un retard de langage. Il est vrai que c’est une contrainte pour le bain et les baignades, mais les résultats sont là. Bon courage pour la suite. Cdlt

    • Olivier 28 août 2017 at 16 h 32 min #

      Plusieurs parents ont témoigné sur la page du blog sur Facebook de retard de langage à cause de ce problème… A cet âge-là, chaque mois est si important pour le développement. J’ai l’impression que les médecins traitent parfois un peu les petits maux de nos enfants de manière trop rapide, trop standardisé, au risque de passer à côté de certains trucs importants pour ces petits

  3. Morga.e 28 août 2017 at 23 h 39 min #

    Bonjour ! Mon fils est bien trop jeune pour ce sujet (15 mois), mais j’ai moi même eu des yoyo ! Je me souviens vaguement de l’opération, enfin savoir été dans les vap après l’opération plutôt.
    Ça n’a pas été douloureux en tout cas je n’en ai pas ce souvenir, ni d’avoir eu très peur 🙂
    Aujourd’hui j’ai recouvré mon audition et n’ai jamais eu besoin d’autre opération. Des visites régulières chez l’ORL au départ puis des visites de contrôle par ci par là a ce jour.

    Je dirai que ce qui est le plus contraignant est ne pas pouvoir mettre les oreilles sous l’eau, notamment pour ce qui est de apprentissage de la natation (aujourd’hui je ne sais toujours pas nager et ai peur de l’eau), le coiffeur, l’eau dans les yeux m’est aujourd’hui encore insupportable.

    Si j’avais un conseil sur ce sujet est, une fois les bouchons retirés, de ne pas hésiter à aller souvent à la piscine, ou mettre la tête sous l’eau (dans le bain par exemple) car c’est presque handicapant aujourd’hui pour moi.

    Je comprends l’inquiétude quand on apprend ce genre de nouvelle et vous soutient, heureusement ce n’est que bénin et on en guéri plutôt bien !

    Bon courage !

    • Olivier 29 août 2017 at 9 h 30 min #

      Je croise les doigts pour que cette opération soit la seule et que Mychoup’ retrouve un peu de sérénité sur cet aspect-là… elle est courageuse mais c’est dur pour elle.

  4. Evan Boissonnot 29 août 2017 at 10 h 31 min #

    Bonjour Olivier

    Une grande et belle pensée pour toi !

    Mon enfant n’a pas vécu ça, même s’il y a pas longtemps, elle n’entendait rien non plus.
    On a remarqué que dès qu’elle a un rhume ça lui bouche les canaux …

    J’ai vécu tout comme Morga.e la pause de diabolos. Et j’ai juste un souvenir de les voir tomber : pas de douleurs, et maintenant j’entends toujours aussi bien !

    Au plaisir
    Evan

    • Olivier 29 août 2017 at 12 h 03 min #

      merci Evan, j’espère bien qu’elle aura autant de chance et qu’on va pouvoir tourner la page de cette histoire rapidement !

  5. Claire 30 août 2017 at 23 h 13 min #

    Ma fille en a eu a 16mois…… elle avait 2 otites par mois..
    Donc nous sommes allés voir un ORL qui a trouvé son oreille gauche pas très jolie et surtout une baisse de l audition. L operation s est bien passée.. … a 16 mois il n y a pas l appréhension qu’ ils ont plus grand….. les otites non pas disparu mais elles ne sont plus sereuses…..

    • Olivier 31 août 2017 at 9 h 31 min #

      Oui j’imagine que ça passe un peu mieux petit. Mychoup’ n’a aujourd’hui qu’une peur : refaire des otites…

  6. Caroline 31 août 2017 at 14 h 30 min #

    Bonjour,

    Votre article m’interpelle. Cela fait quelques temps mon fils nous dit toujours « quoi ?  » quand on lui parle. Il se plaint aussi pas mal du bruit à l’école. Il dit que les autres enfants l’énervent car ils crient et ça lui fait mal aux oreilles. Nous mettions ça sur le compte du côté solitaire de notre fils …

    Il n’est pas sujet aux otites. Je vais me renseigner un peu plus sur ce phénomène.

    • Olivier 31 août 2017 at 15 h 12 min #

      Un petit rdv chez le médecin ou le pédiatre à l’occasion devrait te permettre d’en savoir plus.

  7. stieuma 1 septembre 2017 at 14 h 00 min #

    Quand il était plus petit, TiBijou avait des problèmes d’élocution, on s’est dit que peut-être il ne parlait pas correctement car il n’entendait pas correctement. Apres examen ORL il avait une otite séreuse aux 2 oreilles (otite non douloureuse), le toubib a estimé entre 30 et 40% la perte d’audition. Il a eu un traitement médical et tout est rentré dans l’ordre mais ça a été long.
    Mieux vaut traiter rapidement ce genre de problème, surtout en phase d’apprentissage du langage, désormais il fait des séances d’orthophonie car il a qq problèmes de prononciation de certaines lettres ou syllabes. Impossible de dire s’il y a un lien avec les otites passées… (moi je pense que oui mais bon…)

    • Olivier 4 septembre 2017 at 10 h 17 min #

      Tu as raison. Même s’il ne faut pas paniquer sur la prononciation de nos petits (avec les dents de lait qui tombent la prononciation est de toute façon aléatoire), mieux vaut agir rapidement pour ne pas laisser s’installer de mauvaises habitudes

Envoyez une réponse