Comment on partage les tâches ménagères à la maison #DoItTogether

8 Juin 2018

Comment on partage les tâches ménagères à la maison #DoItTogether

En France, 73% des tâches ménagères sont toujours assumées par les femmes. Le chiffre montre à lui seul l’ampleur de la tâche qu’il nous reste à accomplir pour aboutir à davantage d’égalité entre femmes et hommes.

Dans sa dernière campagne #DoItTogether, Indesit nous rappelle que l’égalité des sexes devrait d’abord s’imposer au sein du foyer avant que notre société reconnaisse également les femmes et les hommes.

Je ne vais pas vous mentir. La réalisation des tâches ménagères – et par extension la question de leur partage – a souvent été un sujet de débat plus ou moins vifs à la maison, pour plusieurs raisons que nous avions fini par identifier, à force d’en parler :

  • Nous ne partageons pas toujours les mêmes priorités en matière d’entretien de la maison et de gestion du quotidien.
  • Nous sommes tous les deux maniaques sur certains aspects, dilettantes sur d’autres.
  • Nos emplois du temps respectifs nous laissent peu de temps pour les corvées.
  • Notre patience a des limites.

Nous avions enfin trouvé notre équilibre quand la naissance de Mychoup vint soudainement y mettre un terme. On dira ce qu’on voudra, l’arrivée d’un enfant, ça bouscule les habitudes, jusque dans la gestion des tâches ménagères. Et bêtement, nous ne l’avions pas anticipé.

Tout à coup, la pile de linge sale s’est mise à grandir. Celle de la vaisselle menaçait de chuter. Les samedis matin passés au supermarché se sont multipliés. Les après-midis à dépoussiérer, laver, astiquer, récurer aussi. La fatigue aidant, il devenait difficile de tout mener de front, sans que l’un et l’autre ne se sentent exploités, lésés, pour ne pas dire méprisés.

A la maison, on a toujours considéré le dialogue et l’écoute mutuelle comme la clé de la résolution des conflits qui nous agitent. Et le partage des tâches ménagères en fait partie.

Un jour, il a donc fallu poser cartes sur table pour rendre notre quotidien plus acceptable. Non, nous ne voulons pas mutuellement nous imposer de corvées. Oui, nous aspirons à retrouver un équilibre dans leur réalisation. Non, l’attribution des tâches ménagères n’est pas prédéfinie sexuellement. Oui, nous devons apprendre à retranscrire nos petits agacements de manière plus conciliantes. Non, nous ne voulons pas à organiser algorithmiquement la gestion des corvées, préférant compter sur notre intelligence collective.

Aujourd’hui, une routine s’est peu à peu installée, en tenant compte des compétences et des disponibilités de chacun. Elle remplit la machine à laver le matin, j’étends le linge le soir. Elle fait à dîner, j’accompagne Mychoup’ à la douche. Je fais la vaisselle, elle va coucher la petite. Elle passe l’aspirateur, je nettoie les toilettes… Ou inversement, en fonction de nos humeurs. Autant d’astuces destinées à fluidifier le quotidien.

Comme l’affirme Sabrina Philippe, psychologue, chroniqueuse et auteure qui collabore avec Indesit à cette campagne engagée, « Il est important de faire ensemble et d’apprendre à faire ensemble. La vie de famille d’aujourd’hui est la clé d’une équité dans l’ensemble des sphères privées et publiques. »

Bref, on a fini par trouver notre équilibre, tant bien que mal. Un équilibre fragile, instable mais finalement durable car il s’inscrit dans la démarche de respect mutuel sur laquelle nous fondons les bases de notre vie commune.

Après tout, comment peut-on envisager une vie à deux sans aspirer à construire la relation sur des bases d’égalité ? Pourquoi femmes et hommes seraient-ils cantonnés à un rôle plutôt qu’à un autre ? Qu’est-ce qui nous oblige à suivre ces modèles hérités d’un passé révolu ? Pourquoi n’inventerions-nous pas notre propre équilibre sans se soucier de celui des autres ?

Il suffit parfois de quelques grammes de poussières pour venir à bout des couples les plus solides. En 15 ans de vie commune, ils n’auront pas eu notre peau. Et pas question de les laisser prendre le dessus. Grâce au dialogue et à l’amour que nous nous portons.

Concours : et vous, quelle famille êtes-vous ?

Et vous, comment gérez-vous le partage des tâches ménagères à la maison ? Faites-vous partie de ces familles #DoItTogether ? Vous avez jusqu’au 29 juin pour envoyer une photo montrant comment tout le monde contribue aux tâches ménagères au sein de votre foyer. Important : sur la photo, vos mains doivent être au centre de l’attention.

A gagner : 1 coffret Liberté Smartbox d’une valeur de 500,00 € TTC à utiliser en famille ou l’une des quatre machines à laver Innex.

Pour participer, rendez-vous ici !

Et vous ? Le partage des tâches ménagères est-il parfois source de conflit ? Comment avez-vous trouvé votre équilibre ?

D’autres articles ?

Article réalisé en collaboration avec Indesit

6 réponses to “Comment on partage les tâches ménagères à la maison #DoItTogether”

  1. Mélanie 8 juin 2018 at 15 h 33 min #

    Chouette article et belle morale de fin 🙂

  2. Mary Zou 9 juin 2018 at 7 h 32 min #

    Bravo! C’est pas toujours facile.
    Chez nous on a posé des bases très rapidement, Monsieur ayant fait l’armée, les corvées de SDB et WC , c’etait Niet, par contre il passe l’aspi tellement mieux que moi!!!! Et pour le reste on partage beaucoup et on fait comme vous, ensemble. L’arrivée de Bébinou a un peu perturbé les choses mais pas tant que ça.
    Notre petit secret c’est de nous demander les choses gentiment et surtout de toujours remercier l’autre d’avoir fait telle ou telle tâche. Un « mon Chéri est-ce que tu peux sortir la poubelle s’il te plaît? » va toujours mieux qu’un « Mais put*** tu vois pas que ça déborde?!?! »
    Sur ce bon courage, moi je vais lancer une machine 😀

    • Olivier 11 juin 2018 at 9 h 44 min #

      J’aime bien la philosophie qui sous-tend votre démarche : se demander les choses gentiment. Chouette principe !

  3. Carmt 11 juin 2018 at 22 h 36 min #

    Ce n’est pas facile de trouver un équilibre dans les tâches ménagères, et quand un équilibre est trouvé et que bébé arrive… eh bien il faut en retrouver un !

    Une chose est sûre est qu’il faut beaucoup, beaucoup de communication pour que ça marche, car il y a pas mal d’obstacles.

    Mais c’est important de faire cet effort. D’une part, car cela participe de l’équilibre du couple. Et d’autre part pour donner le bon exemple à ses enfants : je veux que mon fils sache que papa comme maman peuvent faire toutes les tâches ménagères (et qu’il apprenne lui même à les faire en grandissant).

    • Olivier 12 juin 2018 at 9 h 13 min #

      Tu résumes bien l’esprit de cette campagne menée par Indesit, et de cet article. Je crois vraiment aux vertus du dialogue, dans le couple comme dans la vie d’ailleurs

Envoyez une réponse