Les dessous des comptines pour enfants (explicit content)

sexe et violence, les dessous des comptines pour enfants

Les comptines pour enfants, c’est tout ce qu’il y a de plus trognon. C’est du rêve, de la fantaisie, de l’imaginaire, de la mièvrerie en-veux-tu-en-voilà.

Tant et si bien que personne ne se méfie de ce danseur de Jean Petit, pas plus que de ce coureur de furet, ni même de cette claire fontaine à l’eau si belle. Et je ne vous parle pas de la Mère Michel ni de ce sacré Pierrot dont vous contez les exploits chaque soir à votre bambin.

Si les comptines pour enfants sont censées rappeler l’enfance par « [leur] innocence et [leur] naïveté » dixit Wikipédia, certaines échappent à la règle, probablement écrites par des âmes aussi grivoises que dévergondées.

Non, les chansons pour mômes ne sont pas aussi mièvres qu’elles le laissent supposer. Et vous pourriez bien piquer un fard en les chantant, après avoir lu ce qui suit.

Les dessous des comptines pour enfants, la sélection

Ecrites pour certaines il y a plusieurs siècles, les comptines pour enfants n’ont pas toujours revêtu le sens qu’on leur connaît aujourd’hui.

D’ailleurs, le vocabulaire utilisé dans certains titres ne laisse aucun doute quant aux messages que ces comptines pour enfants véhiculaient à l’époque, comme le souligne justement le blog La feuille Charbinoise dans un article très documenté sur le sujet.

Vous ne me croyez pas. Rien ne vaut un bon exemple. Et même 5 pour être exact !

TOP 1 | Il court, il court le furet

Souvenez-vous : grand-mère chantait encore il y a quelques jours cette innocente chanson à votre Choupinou, tendrement assis sur ses genoux. Mais Mamie imaginait-elle alors que le titre de cette comptine pour enfants relève de la contrepèterie.

Du coup, le gentil furet qui coure devient tout de suite moins mignon, lorsqu’il prend des allures de… curé qui fourre !

Cette chanson aurait été composée pendant la régence de Philippe d’Orléans, au début du règne de Louis XV. A l’époque, le principal conseiller du régent était le curé Dubois. il se serait fait un nom en rabattant de nouvelles maîtresses à son patron, non sans les essayer au préalable.

TOP 2 | Nous n’irons plus au bois

« Nous n’irons plus au bois, les lauriers sont coupés, la belle que voilà, ira les ramasser… » Si ce premier couplet ne prête a priori pas à confusion, il faut remonter au XVIIIe siècle pour en percevoir la signification profonde.

Les lauriers auxquels fait référence la chanson sont ceux du Parc de Versailles. Au-delà de leur qualité ornementale, ces arbres auraient eu le mérite de cacher des parties de jambes en l’air, que la morale catholique ne pouvait alors approuver.

Maitresse du roi louis XIV, la pieuse Madame de Maintenon les aurait d’ailleurs fait couper par pudibonderie.

Néanmoins, tous les spécialistes ne s’accordent pas sur cette histoire. D’autres évoquent la fermeture des maisons de plaisir ou la tradition moyenâgeuse des mariages arrangés.

TOP 3 | Au clair de la lune

C’est l’expression « on bat le briquet », dans le deuxième couplet de cette comptine, qui doit mettre la puce à l’oreille des esprits les plus suspicieux. Et les pousser à ranger cette comptine dans la catégorie des « chansons libertines ».

A l’époque des Lumières, « battre le briquet » n’avait d’autre signification que celle de s’envoyer en l’air. Espérons juste que Pierrot, ce Rocco Siffredi de la plume, trouvera l’énergie de réveiller la chandelle et de rallumer le feu chez la voisine.

Quant à l’aimable lubin qui frappe chez la brune, sachez que le terme désignait à l’époque un  moine dépravé.

Ouh, so hot

TOP 4 | Jean Petit qui danse

Rassurez-vous, si la luxure fait les belles heures des meilleures comptines pour enfant, la violence gratuite et la torture sanguinaire se sont également taillées une place de choix dans les textes destinés à nos loupiots. Comme en témoigne la triste histoire de Jean Petit.

Ce pauvre type de la France d’en bas doit à l’époque chaparder quelques poules pour nourrir sa famille. Jusqu’au jour où il se fait prendre.

Problème : au moyen-âge, la justice est moins tendre qu’aujourd’hui. Les voleurs sont torturés à mort sur la place publique, histoire de dissuader d’éventuelles nouvelles vocations.

Alors oui, quand on lui brise le doigt, Jean Petit se met à danser. De douleur. Quand on lui écrase la main, il recommence à s’agiter. Quand son bras vole en éclat, quand on lui ratatine le ventre, ou les pieds… il swingue de nouveau.

TOP 5 | La Mère Michel

Mais qu’a donc réellement perdu la Mère Michel ? Son animal de compagnie ou sa virginité ? Toujours est-il que le chat fait depuis des siècles référence au sexe féminin. Dans ces conditions, une autre lecture de la comptine s’impose.

Cela dit, on trouve assez peu d’informations sur l’origine de cette chanson, qui aurait été adaptée à de nombreuses reprises.

Et vous ? Aviez-vous entendu parler du sens caché de ces comptines pour enfants ? Qu’en pensez-vous ? Avez-des précisions sur les chansons évoquées dans l’article ? Des anecdotes sur d’autres comptines pour enfants ?

Photo Credit: Daniel E Bruce

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 24 septembre 2013 dans Humour et humeur

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


48 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Lalotte Papote
    le

    Mouhahaha, je ne connaissais pas a « fesse » cachée de la Mère Michelle et de son (sa?) chat!!
    Les autre, je m’étais déjà renseignée et j’avais adoré!! 🙂
    Ici, on écoute du Rock à tout age de toute manière!! 🙂
    Des bises et merci pour cette tranche de rigolade!!

    Répondre
  2. Laetitia
    le

    Merci pour ce super article, très instructif.

    Ici, on chante très souvent des contines au petit bout qui, du haut de ses 15 mois, n’en comprend pas encore les paroles… et heureusement, car c’est vrai que certaines sont un peu barbares !

    Comme cette charmante « bergère », qui ne fait pas que garder ses moutons, mais qui tue aussi d’innocents chatons…
    Ou le « petit navire », dont l’équipage est sur le point de faire bouillir le mousse pour le manger…

    Ca fait froid dans le dos quand même, non ? lol

    Répondre
      • Jessica
        le

        Alors là c’est une bonne question je me posais la même question mais sans réponse aussi jusqu’à présent…… Mais sûrement un ou une un peu dépravé qui s’est dit: bah on va en faire des comptines pour enfants… Bah quoi il ne comprennent quand même pas la signification donc on s’en fout… Enfin c’est ce qu’ils ont sûrement du se dire à l’époque…..

        Répondre
      • JANY
        le

        En effet, ce sont au départ des chansons pour adultes. Mais l’habitude d’utiliser les doubles sens pour ne pas parler du désir s’est progressivement perdu au 19ième siècle, au fur et à mesure qu’on pouvait l’exprimer de plus en plus librement. Par ailleurs, l’éducation nationale a voulu faire connaître le patrimoine français en faisant apprendre une partie du répertoire traditionnelle. En apprenant ces chansons quand on est petit, sans être à même de comprendre ces doubles sens, on grandit sans pouvoir les repérer, et ça reste dans le mémoire des anciens écoliers des « chansons pour enfants ». Surtout après plusieurs générations…

        Répondre
  3. DADDYZE
    le

    Génial ! Pour le curé qui fourre, on avait comprit, mais pour le reste on ne savait rien de ces histoires sous-jacentes. merci pour le décryptage !

    C’est quand même vrai que toutes ces vieilles comptines font souvent un peu peur quand on prête vraiment attention aux paroles, entre les enfants qui n’ont plus de pain dans la capucine ou cette coquine de mère michel… on nage souvent entre tristesse, libertinage et cruauté !

    Bien vu en tout cas pour cet article très chouette !

    Répondre
  4. Agnès
    le

    Et puis il y a celles dont la violence n’est même pas cachée, comme « il était une bergère » qui tue son chaton…
    Certains proposent aussi une autre lecture des contes, pas mieux.
    Nous on a pas trop essayé les chansons traditionnelles, il y a de quoi faire dans les créations modernes ! (et puis, Simon adore les musiques qu’on écoute, on a échappé au poussin Piou, et il ne sait pas demander « psy » -sa nounou a dit qu’il adore Gangnam Style- on croise les doigts pour que ça continue comme ça)

    Répondre
    • Olivier
      le

      D’accord avec toi, même si les chansons pour enfants sont aussi construites pour les faire vibrer (rythmes, mélodies, atmosphère…), là où celles pour adultes ne leur sont pas vraiment destinées.

      Répondre
      • Agnès
        le

        Oui mais il existe des chansons pour enfants plus modernes. Quand j’étais petite mes parents nous faisaient écouter Anne Sylvestre, et Mannick et Jo Akepsimas, qui ont fait des albums pour enfants. Il y a des chanteurs pour enfants, on n’est pas obligé de prendre les comptines traditionnelles (pareil pour les contes, d’ailleurs…)

        Répondre
    • Shaarilla
      le

      Heu si en fait…
      Le « chaton » est la galant de la bergère, et « mettre la patte au fromage » c’est… enfin… passer un bon moment quoi…
      bref, la galant demande une chose qu’on lui refuse, et comme il essaie de se servir quand même, il passe l’arme à gauche…
      « Juste » une histoire de viol quoi… Mais pour une fois, l’agressée n’est pas que la victime…

      Répondre
  5. Eva@
    le

    OUahh , ah j’avais pas décrypté tout ça. Mais les comptines en général sont pas spécialement heureuse.
    « ne pleure pas jeannette » -> au final elle et son pierre finissent pendus
    « le petit navire » -> on songe à manger un matelot
    « il était une bergère » -> la bergère tue son chaton (c’est la pire je crois celle là)
    ça c’est celles que je connais mais je suis sure qu’il y en a plein d’autres! Mais bon je les chante quand meme.

    Répondre
    • Olivier
      le

      Nous aussi, on les chante quand même… après tout, avant qu’elle décrypte le message en profondeur, il devrait se passer un moment !

      Répondre
  6. Anne-Estelle
    le

    Les chansons libertines, les chansons violentes (voir gores), les chansons stupides(du genre « maman les ptits bateau »)… en fait ils étaient un peu trop perturbés ceux qui ont créé ces chansons :-p
    Mais ça va, y a des comptines mignonnes quand même… et c’est celles là que je chante 🙂 (pas bête la guêpe).

    Répondre
    • Olivier
      le

      Je crois surtout qu’initialement, ces chansons n’étaient pas destinées aux enfants…
      Mais oui, certaines ne cachent pas de vice entre les rimes !

      Répondre
      • Stéphane
        le

        Coucou, bien en retard, à mon avis, les chansons étaient prévues pour tout le monde en même temps, elles pouvaient être chantées devant des enfants qui en comprenaient le premier degré, tout en faisant rire les plus grands et les adultes qui eux, comprenaient le second degré… C’est d’autant plus marrant à chanter pour nous 😀

        Répondre
  7. karineF
    le

    Maintenant je vois un sens caché partout…Ainsi font font font les petites marionnettes, si ça se trouve c’est tendancieux aussi!
    Par contre on peux y aller sur Pirouette Cacahouète, créee par institutrice maintenant retaitée .
    ouf 🙂

    Répondre
  8. Cloé
    le

    Bonsoir
    Pour les contines, je ne savais pas. Mais pour les Disney, il y a plein d’images subliminales sur le sexe, sans les stéréotypes de la femme, le racisme, et les signes du diable (mais pour ça je suis plus sceptique). Par exemple:

    et pour ceux qui parlent anglais, voici une explication plus détaillée pour chaque image ou mot subliminal:

    Répondre
  9. Hamelinna
    le

    Haha, excellent cet article, merci beaucoup.
    Enfin je trouve que nos chansons et comptines sont plutôt soft par rapport à ce qu’on peut trouver du côté de nos amis anglosaxons…

    Et ici ne connaissant que très peu de comptines, j’ai énormément potasser sur le sujet pendant ma grossesse, histoire d’avoir un petit panel à proposer à Choupette. Elle a jeté son dévolu sur « Il était un petit navire » mais quand il est question de l’endormir, rien de mieux qu’un album de Rammstein… Allez comprendre.

    Répondre
  10. Ingrid
    le

    Si encore on arrête de chanter « il était une bergère » au moment où elle tue le malheureux petit chaton, on a de la chance !! Car dans la suite de l’histoire, la demoiselle pleine de repentir va confesser son crime au curé qui lui demande un baiser en guise de pénitence. Et comme la pénitence est « douce », ils recommenceront ron ron, ils recommenceront…

    Même si j’ai chanté ces comptines à Gabriel, oo écoute aussi Anne Sylvestre et cette magnifique berceuse…
    http://www.chansons-net.com/Tine/E885.html

    Répondre
  11. Sophie
    le

    Je crois que les contes pour enfants sont encore pire, j’avais étudié à la fac plusieurs contes et j’avais été stupéfaite par tous les sens cachés qui s’y trouve…c’est très intéressant à vrai dire 🙂

    Répondre
  12. galatee
    le

    hahahaha j’avais halluciné quand j’avais appris que ces innocentes comptines n’étaient pas aussi innocentes qu’il y paraissait !! Mais je pense que c’était vraiment le truc à l’époque, ils chantaient des chansons aux enfants qui apprenaient leur sens profond en grandissant. Un peu comme avec tout ces contes absolument horribles mdr. Genre la petite sirène qui pour retrouver sa voix dit tuer le prince dont elle est amoureuse et qui épouse une autre jeune fille (il pense que c’est celle-ci qui l’a sauvé) mais qui finit il me semble par se suicider…. Quand on y regarde de plus près elles sont franchement horribles les histoires de notre enfance (enfin avant leur reprise par disney bien évidemment)

    Répondre
    • Olivier
      le

      Disney a en effet ce pouvoir de rendre les histoires les plus horribles à peu près convenables… (enfin, tout dépend de quel point de vue on se place)

      Répondre
  13. Rachel
    le

    Je vous lis depuis quelques mois maintenant et vraiment j’adore mais Excusez moi d’avance de faire ma chieuse mais moi ce qui me « titille » dans cet article c’est bien la photo. Suis je la seule ??!!!
    Peut être ne savez vous pas ce que provoque les casques sur les oreilles de nos chers bambins ? ou peut être est ce moi qui suis mal informé ou peut être une suggestion d’article justement pour informer les jeunes parents de ses méfaits ??
    Ou alors expliquez moi dans quelle circonstance peut on coller des écouteurs à son gosse ?…

    Répondre
    • Olivier
      le

      Quand le son n’est pas branché… 🙂

      Oui, vous avez raison. On pourrait mal interpréter cette image, bien qu’elle n’ait qu’un objectif : illustrer un sujet qui n’est pas facile à mettre en image : la musique pour les enfants.
      Bref, elle ne doit pas être prise au premier degré évidemment.

      Répondre
  14. Alan
    le

    Il y a cette vidéo vraiment pas mal et drôle mais sérieuse qui explique le contexte historique de ces chansonnettes pas trop pour les enfants

    Répondre
  15. Hug
    le

    La chanson traditionnelle « Ah dis-moi donc bergère » a je pense une connotation sexuelle cachée. Cette chanson propose un dialogue entre un monsieur qui pose des questions à une bergère qui y répond. Il lui demande entre-autres combien elle a de moutons, si l’étang est profond, où va le chemin derrière, mais surtout à la fin si elle n’a pas peur du loup. Et elle lui répond « Et par ma foi, monsieur, pas plus du loup que de vous ». Au sens premier, tous les petits enfants peuvent comprendre qu’elle parle de l’animal qui dans la tradition pourrait la manger ou manger ses moutons. Sauf qu’autrefois, l’expression « Voir le loup » signifiait « Faire l’amour ». Le chanteur contemporain, bien sûr Renaud l’utilise dans sa chanson « Elle a vu le loup » où il parle de la relation de sa fille Lolita avec le chanteur Renan Luce.

    Donc sachant cela, dans la chanson traditionnelle, on peut donc en déduire que le monsieur est l’un des compagnons de la bergère avec qui elle a déjà fait l’amour !

    Répondre
    • JANY
      le

      « ah dis moi donc bergère » fait partie d’une ribambelle de chansons appelées « pastourelles », dont les plus vieilles connues remontent aux Troubadours : ce sont des dialogues entre un chevalier (puis plus tard un « capitaine » ou un Monsieur de la ville) et une bergère. Le chevalier tente de séduire la bergère, et il y a toutes sortes de variantes. Souvent la bergère lui répond du tac au tac et l’envoie promener.. comme dans celles-ci.. Parfois aussi, elle lui annonce qu’elle a un amant et que son cœur est déjà pris.. Le monsieur n’est donc pas son amant. Cependant, c’est vrai que le loup a ce sens caché : peut-être faut-il entendre dans cette variante que la bergère se méfie autant des intentons de cet homme…

      Répondre