Problèmes de sommeil : les neurosciences pour mieux dormir ?

23 Août 2017

Dreem : un bandeau pour mieux dormir

Comme nombre de jeunes parents, la naissance de votre Choupinet a probablement marqué la fin de ces nuits sereines que vous chérissiez tant. Haché, fractionné, saccadé, votre sommeil ressemble désormais à un gruyère et l’idée même de vous coucher vous déprime. D’ailleurs c’est bien simple, plus le temps passe et moins vous arrivez à vous endormir.

Vous auriez pourtant bien besoin de mieux dormir. Ne serait-ce que pour affronter bébé, heureux de se réveiller chaque jour à l’aube, chargé comme un lapin Duracell. Oui mais voilà, impossible de retrouver cet apaisement qui vous permettait, jadis, de profiter d’un sommeil réparateur avec tant de facilité.

Les neurotechnologies pour améliorer le sommeil

C’est pour tous ces parents qui veulent mieux dormir et plus généralement ces millions de personnes qui peinent à trouver un sommeil profond que Rythm a mis au point Dreem, un appareil innovant censé vous aider à combattre vos problèmes de sommeil. Il permettrait ainsi de vous endormir plus vite, de profiter d’un sommeil profond et de vous réveiller en pleine forme. Le rêve quoi !

Derrière Dreem, il y a 70 neuroscientifiques, experts du sommeil, ingénieurs, développeurs ou designers, tous convaincus que les neurotechnologies peuvent contribuer à améliorer le sommeil, tout en améliorant notre compréhension du cerveau. Bien connu des français, le mathématicien Cédric Villani fait d’ailleurs partie du comité consultatif scientifique, tout comme le chercheur Emmanuel Mignot ou l’américain David Eagleman. Bref, autant de sommités réunies pour mieux vous… endormir !

Un bandeau pour mieux dormir

bandeau Dreem : pour retrouver un meilleur sommeil

Dreem prend la forme d’un bandeau bardé de technologies qui analyse votre activité cérébrale et enregistre votre rythme cardiaque et votre respiration. Objectif : améliorer votre sommeil, vous aider à mieux dormir, plus profondément.

Le bandeau Dreem est équipé d’un ordinateur miniaturisé. La nuit, il travaille en autonomie, sans Bluetooth ni wifi. Des algorithmes de machine learning analysent alors votre activité cérébrale et déclenchent des sons pour la moduler afin d’améliorer votre sommeil. Evidemment, pas besoin d’écouteurs. Dreem utilise la conduction osseuse pour transmettre ces sons à votre cerveau. Ils se propagent par vibrations depuis votre front jusqu’à votre oreille interne sans passer par vos tympans. Et au réveil, Dreem vous fournit une analyse complète et des conseils personnalisés pour améliorer encore davantage votre sommeil.

Bref, le futur c’est maintenant. Bienvenue au 21e siècle !

500 personnes ont déjà testé le bandeau Dreem

Après trois ans de recherche, des études scientifiques menées avec l’équipe de recherche Vigilance-Fatigue-Sommeil de l’Hôtel Dieu ont permis de tester la précision et l’efficacité du bandeau. Résultats : Dreem permettrait de s’endormir plus vite et plus profondément. Le bandeau réduirait le temps d’endormissement de 30% en moyenne et améliorerait la qualité du sommeil profond de 32%.

Parallèlement, Rythm a lancé un programme d’essai sur 500 personnes en 2016. Sur son blog, la marque a rassemblé les témoignages des participants, comme celui de Nicolas, jeune papa de jumeaux, qui passait des nuits de 3 à 4 heures à leur naissance, sombrant ainsi peu à peu dans la dépression. Il affirme que le bandeau Dreem lui a très vite permis de s’endormir plus vite et de se réveiller en meilleure forme, sans forcément dormir davantage.

Samuel, lui, rencontrait des difficultés d’endormissement. Après avoir essayé la phytothérapie et les médicaments, il s’est tourné vers le bandeau Dreem, rassuré par le partenariat conclu avec l’Hôtel Dieu. Avant il lui fallait une à deux heures pour s’endormir. Aujourd’hui, le tour est joué en une dizaine de minutes.

Et puis, il y a le témoignage du champion du monde du 800 mètres, Pierre Ambroise Bosse. S’il adore dormir, il avoue avoir du mal à réguler son sommeil. Et son anxiété naturelle ne l’y aide pas. Il utilise aujourd’hui le bandeau Dreem pour mieux comprendre son rapport au sommeil et optimiser sa récupération.

Lancement du bandeau Dreem en préventes

Je vais être sincère avec vous : impossible pour moi de vous dire si le bandeau Dreem permet réellement de mieux dormir et de bénéficier d’un sommeil réparateur. Le lancement grand public vient juste d’être annoncé. Les préventes sont lancées et les premiers bandeaux seront livrés à l’automne. Le bandeau est d’ailleurs disponible avec une remise de 20% en ce moment. Vous le trouverez ici !

Une chose est sûre, je sais à quel point les problèmes de sommeil peuvent être perturbant, pour ne pas dire destructeur. Oui le sommeil est un enjeu de santé publique et personne n’a jusqu’à aujourd’hui trouver de solutions satisfaisantes pour venir en aide aux naufragés de la nuit.

Les neurosciences nous permettront-elles d’améliorer notre sommeil ? J’avoue que j’ai hâte de tester le bandeau Dreem.

Plus d’infos ? Découvrez le bandeau Dreem ici.

Et vous ? Rencontrez-vous des problèmes de sommeil ? Pensez-vous que les neurosciences peuvent contribuer à mieux dormir ? Que pensez-vous du bandeau Dreem ?

Article réalisé en collaboration avec Dreem

10 réponses to “Problèmes de sommeil : les neurosciences pour mieux dormir ?”

  1. Sebastien 23 août 2017 at 11 h 25 min #

    À première vue ça a l’air séduisant, mais est ce que ça marche vraiment ?

    • Olivier 23 août 2017 at 15 h 27 min #

      Au delà des 500 premiers testeurs, personne n’a encore la chance d’essayer. Les préventes sont juste lancées… mais ça donne envie d’en savoir plus

  2. Isabelle 23 août 2017 at 14 h 51 min #

    Des plantes aux médocs, j’ai aussi essayé pas mal de solutions. Je t’avoue que cette solution me laisse septique et en plus elle n’est pas donnée. Mais si ça marche vraiment, pourquoi pas !

    • Olivier 23 août 2017 at 15 h 28 min #

      Je comprends ton scepticisme, d’autant que pas grand monde ne maîtrise suffisamment les neurosciences pour pouvoir juger de la véritable efficacité du dispositif. Le mieux, c’est encore d’essayer !

  3. aubert Dominique 23 août 2017 at 19 h 59 min #

    je m’endors sur commande ,avec ou sans lumières avec ou sans télé,sans fermer les volet seul le plaisir d’être bien dans son lit
    le soir j’ai des acouphènes mais choisir un bon rêve me déconcentre de cette fixation sur ceux ci
    la lumière les voyant le télé c’est pas grave ! ! ! quand je ne veux plus regarder , ,j’écoute seulement,et parfois je m’endors avec ,le flemme,, de se relever est compensée par le ronronnement des voix ,si le rêve vient vite , ,je m’y installe
    je brode autours de mes rêves, , et parfois les bruits extérieurs entrent et participent a enrichir le rêve
    habituez vous les yeux fermés a ne pas regarder tout droit,regardez plutôt vers le bas car il y aura le rempart de la mâchoire pour faire écran vers d’éventuelles lumières

    • Olivier 24 août 2017 at 16 h 21 min #

      Effectivement, malheureusement, tout le monde n’a pas la chance de s’endormir aussi facilement !

  4. stephane 23 août 2017 at 23 h 03 min #

    lexercise le travaille aide a depenser lenergie, le soir venu il s’en dort

    • Olivier 24 août 2017 at 16 h 22 min #

      c’est vrai. Apprendre la grammaire, ça fatigue ! 🙂

  5. Evan de papa et patron 25 août 2017 at 8 h 34 min #

    Bonjour Olivier

    Déjà quand on a bébé qui nous demande d’être présent, ça fractionne bien notre sommeil. Si en plus on n’arrive pas à se rendormir, j’imagine l’épuisement des parents !

    Je ne sais pas si ça a du bon ce genre d’outil. C’est sûr ça peut être mieux que les médocs mais quid des effets à long terme ?

    Au plaisir
    Evan

    • Olivier 25 août 2017 at 14 h 11 min #

      je ne peux pas te répondre. Néanmoins, quand on rencontre suffisamment de problèmes de sommeil pour pendre des médicaments, j’ai le sentiment que ce bandeau ne peut qu’être bénéfique s’il permet de s’en passer.

Envoyez une réponse