7 trucs à savoir avant de faire des enfants

Avant de faire des enfants, mieux vaut bien réfléchir

En devenant parents, vous nagerez dans un océan de chamallows, les yeux remplis d’un bonheur infini, bercé par les rires de votre merveilleux poupon, dont vous bécoterez les joues roses à n’en plus finir.

Nan, j’déconne.

En devenant parent, vous nagerez dans un océan de régurgitations, les yeux soulignés de valises susceptibles de concurrencer les derniers modèles Samsonite, bercés par les hurlements d’un chiard hystérique, dont vous nettoierez les fesses rougies par un érythème foudroyant.

Bon d’accord, la vérité se situe probablement quelque part entre les deux. Toujours est-il que pour vivre harmonieusement votre nouvelle parentalité, il va falloir renoncer à certaines de vos constructions mentales, celles-là même qui vous ont fait idéaliser la parentalité.

Bon à savoir, avant de faire des enfants

Bref, avant de faire des enfants, il convient de se faire une raison.

1 | Ce n’est pas que du bonheur

Si vous pensez qu’élever un enfant se résume à faire des papouilles à bébé en lui fredonnant des gouzi-gouzi à l’oreille pour qu’il s’endorme sagement, préférez un hamster. Si vous pensez au contraire que chaque petit moment de bonheur se gagne à la sueur de votre front, foncez.

2 | Vous ne serez pas la mère parfaite, ni le super papa que vous imaginez

Comme n’importe quel futur parent, vous voudrez le meilleur pour votre enfant. Et comme n’importe quel parent, vous finirez parfois par vous contenter du minimum. Avec le temps, vous comprendrez que la perfection brille à vos yeux comme une inaccessible étoile que vous n’atteindrez jamais. Bref, ne vous en faites pas, vous êtes normal.

3 | Vos enfants seront adorables, sauf avec vous

Vous les nourrissez, les soignez, les dorlotez, les chérissez… et ils vous crachent à la gueule. Voilà en substance, la stratégie de nos escrocs de gamins. Le pire, c’est qu’ils arboreront un visage angélique à chaque fois que vous vous plaindrez publiquement de leurs comportements détestables. Bref, être parents, c’est une tâche ingrate.

4 | Très vite, vous reverrez vos ambitions à la baisse

Au début, vous rêverez d’en faire un champion de planche à voile, un as des arts créatifs ou un accro aux œuvres de Proust. Et puis finalement, avec le temps, vous vous contenterez de lui acheter une draisienne d’occase, des feutres effaçables et l’œuvre complète de Peppa Pig.

5 | Vous culpabiliserez, mais c’est pas grave

Dis, c’est grave si j’arrête d’allaiter ? Et tu crois qu’on sera de mauvais parents si on lui allume la télé le temps d’aller pisser ? Pourquoi mon enfant ne dit ni merci ni bonjour ? Rassurez-vous, quand on est parents, les occasions d’entretenir son ulcère ne manquent pas. Bienvenue dans le royaume de la culpabilité.

6 | Vous userez de stratagèmes nauséabonds

Avant de faire des enfants, vous partirez remplis d’intentions louables. Et puis, lorsque vous en aurez ras le bol de discuter avec bébé de la nécessité de dormir à 2 heures du matin, vous finirez par le menacer de le priver durablement de chokobons et de Storio. Bref, ce jour-là, vous deviendrez vraiment parents.

7 | Vous allez prendre un coup de vieux

On dit souvent qu’avoir des enfants permet d’entretenir la flamme de la jeunesse qui sommeille en vous. C’est vrai. Ce qui n’empêchera ni vos cheveux de blanchir, ni vos rides de s’accumuler autour de vos yeux fatigués. Bref, prenez un abonnement chez Yves Rocher.

Mais sinon, c’est génial d’avoir des enfants. Pourquoi ? 30 raisons d’aimer nos enfants !

devenir un super papa en 365 trucs et astuces

Et pour vous ? Que faut-il savoir avant de faire des enfants ? Vous sentiez vous prêt(e) lorsque votre premier enfant est né ?

Crédit photo : Demandaj

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 10 janvier 2019 et mis à jour le 21 juin 2019 dans Humour et humeur

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


28 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Maman Rose
    le

    « Vous les nourrissez, les soignez, les dorlotez, les chérissez… et ils vous crachent à la gueule. » J’ai explosé de rire en lisant cette phrase. D’un rire nerveux évidemment. J’aurais été moins polie et j’aurais dit « ils vous chient à la gueule », mais bon le concept est le même finalement 😉
    J’idéalisais beaucoup avant d’avoir ma fille, et j’aurais aimé être un peu plus prévenue. Oui, parfois on a envie de les passer par la fenêtre, et oui le mercredi je la colle devant la télé pour boire mon café. Je me suis sentie souvent une mère affreuse parce que je perdais patience!
    Mais bon, cela n’empêche pas que le second est en route, donc c’est qu’on a du voir le bonheur sous les cernes avec son père. (ou qu’on est maso, au choix)

    Répondre
    • Olivier
      le

      C’est vrai que moi aussi j’ai regretté qu’on ne m’ait pas informé de certains trucs avant la naissance. Du coup, j’ai le sentiment de ne pas avoir été préparé comme il l’aurait fallu. Mais bon, on s’adapte tant bien que mal… et on tient le coup grâce à tout le bonheur que peut (aussi) nous apporter la présence d’un enfant 🙂

      Répondre
  2. Emma June
    le

    Alors, il y a tout ça et aussi la privation de sommeil! (je rappelle que c’est utilisé comme une torture jsais plus où)… Quand on devient parent, on ne sait pas quel modèle d’enfant on va avoir, donc faut être prêt à cette éventualité. Dormir comme un bébé…mouhahaha, j’en ris encore…

    Répondre
  3. Doudou
    le

    Etre parent, c’est de toutes façons ne plus être tranquille chez soi… et ça, sans qu’on me le dise, je le préssentais déjà avant… mais le vivre, c’est pire :/

    Répondre
  4. Cyrielle
    le

    Je ne suis pas encore maman et il me semble que c’est la grosse mode en ce moment de faire des articles qui dégoûtent littéralement d’être parents.

    Je suis complètement choquée quand je lis « « Vous les nourrissez, les soignez, les dorlotez, les chérissez… et ils vous crachent à la gueule. » et que Maman Rose répond : »j’aurais dit « ils vous chient à la gueule », mais bon le concept est le même finalement. »

    Wahou ! C’est super violent et on se dit qu’il faut bien réfléchir à si on est prêt ou pas à franchir le cap et vivre tout ça… Chacun y va de son commentaire un peu plus trash pour se libérer d’une énorme frustration j’ai l’impression.

    Avec des collègues qui en plus au quotidien vous rabâchent sans cesse qu’ils en chient (on reste dans la même littérature comme ça)…
    La question est : Est-ce que tous les parents sont à dire des atrocités pareilles ? Car si c’est le cas, il est clair qu’il vaut mieux se ligaturer les trompes de suite, non ?
    Où est-ce seulement une partie des parents qui étaient de base déjà par exemple : pessimistes, pas téméraires ou encore faignants et que forcément en ayant des enfants, rien à vraiment arrangés ?

    Moi, je vois surtout des parents qui gèrent grave et d’autres pas du tout mais la première catégorie gérait déjà très bien leurs vies avant et les autres non… Après, ce n’est qu’une supposition.
    Et si on vous avait dit tout ça, vous ne l’auriez donc pas fait ou auriez été mieux préparer ?

    Répondre
    • Olivier
      le

      Si effectivement votre second degré est enfoui aussi loin que vous semblez le montrer, je vous invite en effet à vous ligaturer les trompes au plus vite.
      Oui, la parentalité n’est pas l’univers rose layette que certains vous vendent. Ni l’enfer que d’autres vous présentent. C’est autrement plus compliqué et subtil que ça.
      Ne soyez pas si rapide dans vos jugements (un poil péremptoires qui plus est), ce blog compte plus de 500 articles. Lisez les et vous pourrez nous parler de l’état d’esprit des parents qui vivent les bonheurs comme les désillusions de la vie de parents avec toujours le même sourire pour leurs enfants.

      Répondre
    • clairou la plote
      le

      heureusement qu’il existe des bloggeurs pour faire rire et des lecteurs qui suivent les délires!
      Effectivement ce n est pas tout rose mais pour rien au monde je ne changerais ce qui a été crée : ma sangsue!

      Répondre
      • Doudou
        le

        Clairement, ici, c’est un peu le Papa en mode autodérision ^_^
        C’est clairement un pur bonheur d’avoir un enfant (surtout si on est carré et organisé :p ) mais ça fait du bien de se lâcher en mode second degré, car comme tout bonheur, le vivre n’est pas forcément de tout repos, physiquement ou moralement, surtout quand on débute 😉

        Répondre
        • Olivier
          le

          Voilà, rien à dire de plus. C’est parce qu’on aime la parentalité à en crever qu’on peut en plaisanter avec autant de légèreté !

          Répondre
      • NOEMIE
        le

        J’adore cette phrase qui résume si bien la parentalité <3

        "Effectivement ce n est pas tout rose mais pour rien au monde je ne changerais ce qui a été crée : ma sangsue!" (Je remplacerais "ma sangsue" par "mon Baboum ^^"

        Répondre
    • NOEMIE
      le

      C’est du second degré. Les articles sont toujours très subtils et pleins d’humour.
      Mais vous comprendrez tout cela le jour où peut-être vous aurez un petit bonheur avec qui partager ces moments-là.
      Parce que malgré tout ça on ne peut s’imaginer à quel point l’amour pour un enfant est grand.

      Quand à cette phrase :
       » Moi, je vois surtout des parents qui gèrent grave et d’autres pas du tout  » je répondrai deux choses :

      « Moi, je vois surtout des parents qui AIMENT grave et d’autres qui malgré leur amour ont besoin d’aide »
       » Avant j’avais des principes, maintenant j’ai un enfant ».

      Répondre
  5. NOEMIE
    le

    Vous les aimerez à un point que vous n’auriez jamais imaginé et ça vous foutra une trouille folle et les larmes aux yeux en les imaginant grandissant et téméraire …

    Répondre