Je suis gaga… euh papa !

la vie de père

Les neurones en friche, la mécanique en surchauffe, je ne dois probablement pas être un papa tout à fait comme les autres. La naissance de Mychoup’ m’a certes un peu secoué le disque dur, mais je ne soupçonnais pas l’impact de l’événement sur ma santé mentale d’adulte, et de mâle assumé. Toujours est-il qu’à en croire certains de mes congénères, j’ai dû perdre le fil, quelque part entre le mois de mai dernier et aujourd’hui. Et vous qui lisez ce blog de papa gaga régulièrement, vous avez du vous en rendre compte…

On t’aura prévenu !

Bien avant la naissance de Mychoup’, de fiers représentants de l’équipe XY s’empressaient déjà de me narrer, non sans douleurs, les débuts de leur vie de père. « C’est pas très compliqué, c’est juste chiant… » Une façon comme une autre de m’avertir du nouveau quotidien pour lequel je venais de signer les yeux fermés : « Au début, la vie de ta fille va se résumer à manger, se vider, pleurer et éventuellement dormir. En plus, elle sera centrée sur sa mère. Crois-moi, tu ne vas pas te marrer ! » Alors que je m’apprêtais à commander la corde destinée à porter mon calvaire, l’un d’eux consentit tout de même à offrir un happy end à son histoire. « C’est vrai que les premiers mois sont difficiles, mais dès qu’elle commencera à parler et à courir, tu vas t’amuser. Vers ses deux ans ! » Bref, de quoi donner l’envie d’avoir envie !

Papa, ça rend dingo

Oui, mais voilà, après quelques mois de pratique intensive, je peux le dire : J’aime changer les couches de ma fille, je m’éclate à donner à manger à bébé même la nuit, je fonds lorsque nos regards se croisent une dernière fois avant que je ne ferme la porte de sa chambre pour la sieste, et j’adore rendre visite aux chèvres ou faire un tour de toboggan dans le parc voisin. A vrai dire, je ne suis pas loin de penser que ces moments du quotidien sont fondamentaux. Des instants privilégiés pendant lesquels les échanges avec bébé sont les plus riches. Bref, je deviens papa gaga…

Certes, mon nouveau répertoire de chansons improvisées à base de « Martin le lapin » et autre « Boubacar, l’ours noir » ne renvoient pas franchement à l’image du mâle viril et flamboyant exposée à longueur de magazines. Pas plus d’ailleurs que les quelques larmes que je manque de lâcher à chaque fois que Mychoup’ se jette sur moi le temps d’un câlin baveux. Mais je ne vais quand même pas attendre les deux ans de ma fille – qu’elle sache taper dans un ballon – pour partager des moments avec elle ?

Ok, je suis papa gaga. Et le premier qui rigole en prend une !

Crédit photo : Doc

Abonnez vous à la newsletter

Recevez les derniers articles et des bons plans dans votre boîte mail

Pourquoi s'abonner ?
Article posté le 29 mars 2012 dans Tranches de vie

Par Olivier

Papa d'une petite fille belle comme le jour, Olivier est aussi le fondateur de Je suis papa en 2011. Même si sa photo de profil ne le montre pas, sa paternité lui a fait perdre tous ses cheveux, mais pas le moral. C'est déjà ça ! Convaincu que les enfants sont l'avenir du monde, il milite pour faire entrer Peppa Pig à l'Elysée. Un poil lunatique, il retrouve en général le sourire autour d'un bon verre de vin. 


19 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Mme E.
    le

    Héhé tu dois être le frère caché de M.E..
    Je crois qu’il est grand temps de revoir les codes de la virilité et de la féminité… chez les vieilles générations M.E. passe pour une lopette !

    En tout cas tu es un pionnier dans ton genre, c’est bien, tu vas faire des émules ^^

    Répondre
    • Olivier
      le

      Ok, on est peut-être pas nombreux à assumer mais je suis convaincu de ne pas être le seul père gaga de son pti bout !
      Et puis, l’image de l’homme viril, rien à battre… de toute façon, je ne lis pas GQ 😉

      Répondre
  2. Franck - Papa Blogueur
    le

    Qui a parlé de Gaga ? Un papa ? Et oui, nous passons pas notre temps sur les consoles en attendant que le diné soit prêt et les couches changées !
    Moi j’adore la changer car je lui fait des poutous sur le ventre et elle s’éclate.
    Le soir lorsque je rentre elle agites les bras et les jambes pour que je la prenne à bras (9 mois).
    Par contre les grands (3 ans et 6 ans) plus pareil, c’est différents, mais sympas qd même.

    Répondre
    • olivier - Je suis papa
      le

      Ahhh merci Justine ! Et on peut décliner un vrai répertoire viril dans le genre : « Edgar le léopard », « Raymond le lion » ou « Jean le requin blanc »…
      Putain, je me sens mieux, moi ! 🙂

      Répondre
  3. Elisa
    le

    Vive les mecs qui assument!
    La première partie de ton article me fait fort penser aux réfléxions de mon compagnon les premières semaines de la vie de notre Wembley. Maintenant, je sens que ça va mieux mais comment savoir si c’est le top? En même temps, Wembley n’a encore que 3 mois…

    Répondre
    • olivier - Je suis papa
      le

      Tu sais, la paternité, ça chamboule… on part pas tous au quart de tour ! Sollicite-le et valorise-le, les hommes aiment ça aussi 🙂

      Répondre
      • Elisa
        le

        Ouais, je sais, vous êtes un peu comme des petits garçons qu’il faut complimenter souvent pourqu’ils se sentent bien, hihi…

        Répondre
  4. une maman creative
    le

    J’ai envie de te chuchoter que les femmes craquent de plus en plus sur les papas gaga, c’est so-sexy alors il n’y a pas de quoi se moquer…elle en a de la chance my choup’ :))
    Profite de chaque instant, je vous souhaite beaucoup de bonheur

    Répondre
    • olivier - Je suis papa
      le

      J’ai bien remarqué que les jeunes filles se retournaient sur mon passage, lors de mes balades en solo avec Mychoup’ 🙂 🙂 🙂
      Plein de bonheur à toi également !

      Répondre
  5. isabelle dans les etoiles
    le

    Chéribibi est comme ça aussi et n’a pas honte d’afficher à la face du monde qu’il est un Daddy Gaga comme un de ses potes l’a surnommé. Sa Sucrette il l’adore et en ai carrément dingue. C’est lui et seulement lui qui veille à la préparation des purées et compotes. Il la change, lui raconte des histoires improbables, se plaît à la faire se marrer. Comme toi, hors de question d’attendre ses 2 ans. Il trouve que chaque période est tripante et pis c’est tout 🙂

    Répondre
    • olivier - Je suis papa
      le

      « Sucrette », c’est trop bien comme petit nom. J’adore. Drôle, créatif et original !
      Tu feras une bonne et franche tape dans le dos à mon collègue (ton homme quoi) ! Je suis de tout coeur avec lui !

      Répondre
  6. Yanis320
    le

    Je suis également gaga de ma fille
    Je l’adore je ressens la même chose que vous
    Elle agites ses bras quand je rentre du boulot pour que jla porte . J’en pleure des fois tellement elle me rend heureux

    Répondre