bébé, le tord-boyau

16 Août 2011

bébé pleure, le tord boyau

Mychoup’ a bientôt 3 mois et, pour tout vous dire, je ne m’habitue toujours pas à ses pleurs. Un vrai tord-boyau.

Je crois que les premières semaines m’ont marqué à vie. Bien entendu, bébé n’est pas responsable. Je suis juste un papa beaucoup trop anxieux. Si la question du sommeil du soir est désormais quasiment réglée comme je l’évoquais dans un précédent billet de ce blog de papa sur le sommeil de bébé, je sens toujours mon estomac se serrer à l’approche du coucher.

J’ai beau relativiser, faire des exercices de respiration, en rigoler avec ma femme… pas possible d’y échapper.

Le coucher, le biberon et bébé

A l’épreuve du coucher s’est désormais ajoutée celle du biberon de bébé. Pour l’habituer, nous avons décidé que je devais m’y coller.

Et malgré mes nombreuses tentatives, impossible de lui faire boire un bib’ complet. Elle finit systématiquement par hurler à la mort, provoquant chez moi une montée d’angoisse.

Rien que d’y penser, j’ai l’estomac qui se noue. A l’occasion, il faudra que j’essaye d’analyser les raisons de ce phénomène. Mais pour l’instant, j’ai le nez dans le guidon…

Pendant la grossesse, j’ai pris 6 kilos. En 2 mois, je viens d’en perdre 5. Mychoup’ est souriante, adorable, un ange, une vraie petite princesse. Mais décidément, la vie de père, c’est pas facile

Et vous ? Comment avez-vous vécu les premiers jours avec bébé ? Avez-vous connu des difficultés ? La parentalité a-t-elle fait naître de nouvelles angoisses ?

D’autres épisodes de ma vie de papa ? lisez Etre papa en 2013, l’avis des mamans, give me five baby, j’ai (encore) fait un truc pas bien, comme si c’était hier, le complexe des lunettes, je suis gaga… euh papa, tous les épisodes de ma vie de papa sont ici

Crédit photo : T. Rolf

 

10 réponses to “bébé, le tord-boyau”

  1. Valérie T 17 février 2012 at 13 h 31 min #

    Maintenant ça va mieux quand même ?

    mais c’est marrant ce que tu décrit, je me revoit moi, dans les 1er mois de ma crevette…je pense pas que mon mari se sentait comme ça.

    T’a fait un baby blues aussi un peu, non ?

    « Baby blues », ça me fait pensé au sketch de Foresti…on aurait presque envie de l’avoir 😀

    • Olivier 17 février 2012 at 14 h 39 min #

      Oui, ça va beaucoup mieux. Pas de baby blues, enfin je ne crois pas. Je déteste juste voir mes proches souffrir, ça me noue l’estomac. Alors un pauvre petit bébé innocent, tu imagines…
      Bref, comme toi, les premiers mois n’ont pas été faciles. Mais j’ai pris du recul. Et je connais beaucoup mieux Mychoup’ (et ses caprices de diva). 🙂

  2. Mickael 17 août 2013 at 12 h 34 min #

    Bonjour Olivier, ce message pour te dire que je me retrouve dans tes descriptions! Je suis papa d’une petite puce de 11 jours, et depuis 2-3 jours la  »fameuse boule au ventre » face aux pleurs, et toute une série d’interrogations que je n’avais pas anticipées… Je sens quand même que les choses se posent petit à petit!
    Je ne m’attendais pas à ça, un vrai bouleversement!
    Alors voila je m’en veux un peu de sentir parfois plus de stress que de bonheur. Vais-je retrouver ma femme? Vais-je être un bon papa…
    J’espère que les choses vont continuer à s’améliorer, comme les nuits que je gère de mieux en mieux.
    En tout cas merci de ton blog qui aide des papa comme moi à prendre un peu de recul sur ce qui leur tombe dessus…

    Merci, Mickael

    • Olivier 17 août 2013 at 18 h 45 min #

      Salut Mickael, bienvenue au club des papas un brin angoissés ! Content de savoir que tu trouves quelques bouts de réponses par ici. N’hésite pas à partager ton vécu, tu trouveras toujours ici des oreilles attentives et bienveillantes.
      2 ans après, la boule au ventre a presque disparu chez moi, mais je crois que j’ai un terrain prédisposant. C’est comme ça, je vis avec, et mon bonheur est immense malgré tout.
      Sois patient avec toi même, et apprend à modérer ton niveau d’exigence… Le reste viendra tout seul. 😉
      Plein de bonheur !

  3. Mickael 26 novembre 2013 at 12 h 17 min #

    Bonjour Olivier,

    Je viens donner un peu de nouvelles, et à vrai dire je n’avais jamais lu ta réponse, je ne retrouvais pas mon post sur le site…Et je suis très content de te lire.
    Voilà ma princesse a aujourd’hui 3 mois et demi, c’est un ange toujours souriante et très agréable. Pour moi les choses se sont calmées, je gère bien mieux que lors de mon message du 17 aout… 😉
    Mais tout n’est pas réglé bien sûr. Chaque nouvelle situation me ramène à cette petite angoisse, en ce moment, ce sont des nuits un peu difficiles (dents, réveils, rhinite… pour la petite puce) ce qui génère du stress et qui me fait dire que je vais surement avoir besoin de temps tout comme toi. J’ai moi aussi, à mon avis, un terrain prédisposant (le truc c’est que je le découvre…)!

    En tout cas j’espère que tout continue à bien se dérouler pour toi!

    Plein de bonheur!

    Mickael

    • Olivier 26 novembre 2013 at 13 h 17 min #

      Ca fait plaisir d’avoir des nouvelles… et de constater que tu avances. Rassure-toi, cette angoisse ne te quittera jamais vraiment totalement, c’est comme ça :). Faut juste apprendre à la gérer. Pour ma part, j’y travaille toujours, mais tu verras que plus le temps avance, plus les choses sont faciles. Profite-bien !

Trackbacks and Pingbacks

  1. Giveaway déglingué – Je suis papa ! - 9 novembre 2011

    […] mois, ma vie a changé. Un grand chamboulement, une révolution. Il y a eu des moments très durs, des pleurs qui font mal au ventre, les nuits sans sommeil, les horribles coliques, la découverte de l’érythème, le passage de […]

  2. Au secours, bébé ne dort pas - Blog Je suis papa ! - 22 mai 2013

    […] pire n’étant finalement pas tant le manque de sommeil que la boule au ventre qui me ronge à chacune de ces crises de pleurs incompréhensibles. Mychoup’ ne se calme que dans nos bras, finit par s’endormir, pour se réveiller en […]

  3. “Laisse le pleurer…” Vraiment? | Working Mama - 5 janvier 2014

    […] Crédit photo: T.Rolf, prise ici […]

  4. Work in progress - Blog Je suis papa ! - 30 décembre 2015

    […] du combattant, dont on ne verrait jamais l’issue. Dans ce déluge de questions existentielles et d’angoisses profondes, quelques moments furtifs donnent pourtant à notre condition ce petit goût insaisissable d’un […]

Envoyez une réponse